Circulaire consultative (CC)

Ingestion d'eau et de neige fondante dans le moteur a cause de l'etat de la piste

Dossier N° : 5009-6-525 CC N° : 525-017
SGDDI N° : 530508-V3 Édition N° : 01
Direction d'émission : Certification des aéronefs Date d'entrée en vigueur : 2004-12-01

1.0 Introduction

1.1 Objet
1.2 Directives d'applicabilité
1.3 Description des changements
1.4 Abrogation

2.0 Références

2.1 Document de référence
2.2 Document annulé

3.0 Contexte

4.0 Moyen acceptable de conformité

5.0 Manuel de vol

6.0 Ressource à l'administration centrale

1.0 Introduction

1.1 Objet

La présente Circulaire consultative (CC) a pour objet de fournir les indications sur certains moyens acceptables, sans les couvrir tous, de se conformer aux exigences du chapitre 525 du Manuel de navigabilité (MN) traitant du circuit d'entrée d'air.

1.2 Directives d'applicabilité

Le document présent s'applique à tout le personnel de Transports Canada, aux délégués ainsi qu'à l'industrie.

1.3 Description des changements

Le document présent, anciennement connu sous le nom de AMA no 525.1091, est publié de nouveau comme CC. Sauf pour quelques modifications mineures d'ordre rédactionnel, le contenu demeure le même.

1.4 Abrogation

Le document présent ne comporte pas de clause abrogatoire. Par contre il sera revu périodiquement afin de s'assurer de la pertinence de son contenu.

2.0 Références

2.1 Document de référence

Le document de référence suivant est destiné à être utilisé conjointement avec le document présent :

Chapitre 525 du Manuel de navigabilité (MN) - Avions de la catégorie transport.

2.2 Document annulé

À partir de la date d'entrée en vigueur du document présent, l'AMA no 525.1091 en date du 1 mai 1986 est annulée.

3.0 Contexte

La nécessité d'élaborer des normes d'essais plus définitives et uniformes s'est manifestée lorsque le moteur d'un avion a éprouvé des problèmes de pompage au cours d'un essai d'ingestion d'eau sur une piste. Les règlements actuels sont suffisants pour reconnaître le risque d'ingestion d'eau ou de neige fondante dans les entrées d'air réacteurs au cours du décollage ou de l'atterrissage, mais on manque de publications d'information sur les moyens acceptables de conformité. Des limites de profondeur de la couche d'eau sur une piste, à inclure dans le Manuel de vol, ont été proposées, mais elles ont été rejetées parce qu'il est peu réaliste de s'attendre à ce que l'équipage puisse distinguer la profondeur de l'eau au-dessous de 13 mm (1/2 po) avec suffisamment de précision pour permettre l'emploi de telles limites. Au cours d'une étude qui s'en est suivie, on s'est rendu compte que les règlements de la FAA ne contiennent pas de normes d'essais spécifiques, mais que la JAR et la BCAR donnent une profondeur d'eau de 19 mm (3/4 po) et suggèrent des dimensions pour l'auget dans leur circulaire d'information. Une mare d'une profondeur de 19 mm (3/4 po) peut représenter les pires conditions possibles sur une piste en service au Canada. La présente CC donne les critères compatibles avec ceux des organismes de navigabilité étrangers (CAA, DGAC).

4.0 Moyen acceptable de conformité

Des moyens acceptables de se conformer au paragraphe 525.1091 d)(2) sont les suivants :

(a) Auget :
 
(i) Longueur - La longueur de l'auget doit être établie de manière à produire un modèle de vague et de pulvérisation stable, et à permettre une durée d'exposition suffisamment longue pour évaluer les conséquences sur les réacteurs. Habituellement, la longueur se situe entre 50 m (164 pi) et 70 m (230 pi).
 
(ii) Largeur - La largeur de la cuvette doit être telle qu'un modèle réaliste de vague et de pulvérisation puisse être établie. Si l'on peut démontrer que certaines roues ne contribuent pas à la quantité globale d'eau entrant dans les entrées d'air réacteurs, dans toutes les configurations et vitesses considérées, on peut alors réduire la largeur de l'auget en conséquence.
 
(iii) Profondeur de l'eau - La profondeur de l'eau doit être au moins de 19 mm (3/4 po) sur 85% de l'auget, et il ne doit pas y avoir de points secs importants.
 
(b) Configuration d'essai - Toutes les configurations normalement utilisées au cours du décollage ou de l'atterrissage doivent faire partie des essais, dont l'actionnement des déporteurs, des volets et des inverseurs de poussée, etc., qui peut influer sur les trajectoires de pulvérisation d'eau. Les réglages de la puissance doivent correspondre à la configuration de l'aéronef, p. ex. puissance de décollage maximale avec volets réglés pour le décollage, et puissance de ralenti avec volets réglés pour l'atterrissage. L'aéronef en essai doit incorporer tout équipement optionnel qui pourrait influer le modèle de pulvérisation d'eau ou l'ingestion dans le moteur. Sans les couvrir tous, certains de ces équipements sont: le modèle de pneu (à bavette ou à basse pression), les déflecteurs de gravier, le système de protection contre le givrage de moteur, etc.
 
(c) Plage de vitesses - Une plage de vitesses d'essai suffisamment étendue doit être utilisée pour permettre la constatation d'une conformité, par exemple, dans le cas de l'atterrissage, de la vitesse maximale à l'atterrissage à la vitesse d'arrêt avec inverseurs de poussée; dans le cas du décollage, une vitesse allant jusqu'à un maximum VR/VLOF selon le Manuel de vol de l'aéronef, et dans le cas d'un décollage interrompu, vitesse allant jusqu'à V1 max.

5.0 Manuel de vol

Lorsqu'un aéronef aura démontré une tolérance à la condition pouvant exister sur la piste ci-dessus mentionné, il ne sera pas nécessaire qu'une limite soit indiquée dans le Manuel de vol de l'aéronef.

6.0 Ressource à l'administration centrale

Pour obtenir plus de renseignements veuillez communiquer avec :

Coordinateur des politiques et des normes (AARDH/P)
Téléphone : (613) 990-3923
Télécopieur : (613) 996-9178
Courriel : AARDH-P@tc.gc.ca

Chef, Normes réglementaires
Direction de la Certification des aéronefs

Original signé par Maher Khouzam

Maher Khouzam

 

Date de modification :