Modèle pour l'élaboration du Plan de gestion de la faune

PARTIE A :  ÉVALUATION DES RISQUES

Modèle pour l'élaboration du
Plan de gestion de la faune

de

l'aéroport régional XXX

Adresse : ____________________________________
Téléphone : ____________________________________
Télécopieur : ____________________________________

Le présent document a été rédigé par :

 

Date courante (date de la présente version)
À réviser au moins tous les deux (2) ans

 

Les questions ou commentaires doivent être adressés à :

 

Les éléments surlignés en jaune et présentés entre crochets et/ou en italiques sont des consignes qui devront être enlevées quand le modèle sera employé.

 

Liste de distribution :

(Les mises à jour du Plan de gestion de la faune de l'aéroport seront envoyées aux personnes figurant dans la présente liste.)

Nom et titre Organisme Exemplaires
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

 

1. Introduction

En 2004, Transports Canada a ajouté de nouvelles dispositions réglementaires sur la planification et la gestion de la faune aux aéroports au Règlement de l'aviation canadien, partie III, sous-partie 2 - Aéroports. On présente ci-dessous les raisons de ces nouvelles dispositions.

  • Les populations de certains animaux particulièrement dangereux pour les aéronefs augmentent rapidement actuellement.

    Il s'agit d'animaux comme les cerfs de Virginie, les bernaches du Canada, les oies des neiges, les canards colverts, les goélands, les mouettes, les coyotes, les hiboux et autres gros oiseaux de proie, les grues et les hérons. Bon nombre de ces animaux peuvent vivre dans les régions urbaines, où ils trouvent des habitats propices à proximité des zones d'activité humaine, dont les aéroports.

     

  • Il y a de nos jours de plus en plus d'aéronefs qui prennent le ciel, particulièrement d'aéronefs turbopropulsés, qui sont les plus susceptibles d'être endommagés par des impacts d'oiseaux.

    Comme bien d'autres secteurs industriels, le secteur de l'aviation peut connaître des fluctuations d'activité, mais il reste que, globalement, le nombre de vols s'accroît dans le monde. Des changements très marqués dans le nombre de décollages et d'atterrissages peuvent se produire dans les aéroports de toutes tailles. On a estimé qu'à l'échelle du globe, le nombre d'heures de vol pour les aéronefs aura doublé entre 1996 et 2016.

     

  • Les exploitants d'aéroports jouent un rôle clé dans la gestion des risques associés à la faune.

    Environ 80 p. 100 de tous les impacts d'oiseaux se produisent au moment du décollage ou de l'atterrissage. Les exploitants d'aéroports sont donc appelés à jouer un rôle important dans la réduction de l'exposition à ce type de danger et dans la gestion du risque d'impacts avec des animaux. Ils ont aussi un rôle à jouer dans la sensibilisation générale aux dangers présentés par la faune ainsi que dans l'amélioration des politiques et pratiques d'utilisation des terres avoisinant les aéroports.

     

  • Avec les nouvelles informations et techniques de gestion maintenant disponibles, tous les aéroports assujettis à la nouvelle réglementation devront mettre en oeuvre efficacement des programmes de gestion de la faune bien conçus et présentant une uniformité à l'échelle du pays.

    Au cours des dernières décennies, on en a beaucoup appris sur la gestion de la faune, les types de dangers existants et la technique d'évaluation des risques. Les aéroports disposent aujourd'hui des connaissances nécessaires pour élaborer des plans de gestion de la faune systématiques et scientifiques.
Date de modification :