Modèle pour l'élaboration du Plan de gestion de la faune

PARTIE B : PLAN DE GESTION DE LA FAUNE DE L'AÉROPORT

17. Sommaire des activités et mesures de gestion de la faune

Plusieurs des techniques de gestion ont été répétées dans les sections précédentes; on a vu par exemple que l'élimination d'un élément de l'habitat tel qu'un étang réduira le danger et le risque associés à plusieurs groupes d'espèces (p. ex. oies, canards et Ictéridés).

On présente ici un sommaire des activités et des diverses exigences, comme les permis requis.

[Dresser la liste de toutes les mesures proposées et des éléments nécessaires pour mettre en oeuvre ces mesures, comme les permis et les équipements. Il s'agit ici d'exemples qui devront être remplacés par les activités prévues pour le présent aéroport.]

Mesures passives

  1. On visera à accroître la hauteur des herbes courtes à 12 cm, en veillant en outre à ne jamais les couper à une hauteur de moins de 9 cm (sauf là où on doit maintenir les herbes plus courtes pour les aides à la navigation et les zones de drainage).
  2. On maintiendra la hauteur des herbes hautes entre 30 et 50 cm.
  3. On réduira au minimum les zones dénudées non végétalisées.
  4. On s'efforcera de couper les herbes courtes et les herbes hautes avant l'apparition des graines et à la fin de l'automne pour enlever les grandes tiges porte-graines.
  5. On élaborera un plan de gestion des herbes visant à réduire l'abondance des herbacées autres que graminées et graminoïdes (soit des herbacées à feuilles larges) et à favoriser une bonne croissance des herbes sans utilisation d'engrais. On examinera quelle technologie pourrait être utilisée dans les herbes pour éliminer les tiges porte-graines.
  6. On s'efforcera de trouver une méthode de coupe pour les herbes hautes en terrain humide.
  7. On coupera et réduira au minimum la végétation palustre associée aux éléments de drainage.
  8. On coupera la végétation le long de la clôture ElectroBraidMD au besoin, et la clôture sera inspectée quotidiennement.
  9. On surveillera les problèmes que peut causer la neige abondante et des mesures appropriées seront prises; on pourrait par exemple éteindre un ou deux fils, ou encore la clôture entière à moins que des empreintes trahissent la présence de cerfs.
  10. On veillera à ce que les éléments de drainage, s'ils sont retravaillés, aient des côtés de pente 4 pour 1 et des bords préférablement en matériaux durs; on utilisera des conduites si possible.
  11. Toute culture sera exclue de l'aéroport.
  12. On profitera des travaux de développement de l'aéroport pour faire remblayer les étangs du terrain de l'aéroport.
  13. On installera des fils aériens au-dessus des bassins nécessaires à la gestion des eaux pluviales.
  14. On veillera à ce que les futurs exutoires d'eaux pluviales soient à l'épreuve des castors.
  15. On demandera aux agriculteurs locaux s'ils peuvent labourer le soir.
  16. On veillera à ce que tous les contenants à déchets soient à l'épreuve des animaux.
  17. On affichera et mettra en oeuvre une politique interdisant au personnel et aux visiteurs de nourrir les animaux à l'aéroport.
  18. On grillagera les corniches favorables à la nidification des pigeons bisets pour freiner leur reproduction à l'aéroport.
  19. On repérera et comblera ou recouvrira sur les bâtiments toute ouverture empruntable par les étourneaux, les pigeons bisets et les hirondelles.
  20. On éliminera les arbres produisant des graines comestibles (p. ex. érables, chênes et hêtres) aperçus.

Mesures actives

  1. On effectuera des patrouilles fauniques à intervalles irréguliers durant les périodes où l'aéroport est ouvert.
  2. On balayera la piste et les voies de circulation au printemps et à l'automne après les émergences massives de vers de terre.
  3. On tirera sélectivement au fusil sur les goélands et mouettes à l'aéroport pour renforcer les répulsifs.
  4. On tirera au fusil sur les oies et bernaches en mars et à l'automne au besoin à titre de répulsif.
  5. On pourra tirer au fusil sur les canards colverts en avril pour les empêcher de nidifier.
  6. On recherchera les nids de bernache du Canada, de canard colvert, de pluvier kildir, d'hirondelle rustique et d'hirondelle à front blanc durant leur saison de nidification (au moins deux fois par saison pour chaque espèce ) afin de détruire ces nids.
  7. On appliquera un programme d'appâtage printanier pour tuer les pigeons bisets qui nichent à l'aéroport, le cas échéant.
  8. Les patrouilles fauniques compteront tout animal mort se trouvant à moins de 200 m de la piste comme un cas de collision avec un aéronef.
  9. Les patrouilles fauniques photographieront tout animal frappé et, au besoin, recueilleront dans un sac des spécimens de restes pour identification par des spécialistes.
  10. Toute carcasse trouvée à l'aéroport ou la route adjacente sera notée et enlevée par les patrouilles fauniques, puis éliminée d'une manière qui la rende inaccessible aux charognards.
  11. Les patrouilles fauniques inspecteront la clôture ElectroBraidMD quotidiennement, particulièrement aux éléments de drainage, et répareront rapidement les bris.
  12. Les patrouilles fauniques vérifieront chaque semaine si des castors sont présents, d'avril à novembre.
  13. Si des castors sont détectés, on procédera immédiatement à leur piégeage. On enlèvera complètement leurs huttes et barrages.
  14. On utilisera toujours des pièces pyrotechniques et des marrons d'air (renforcés avec des tirs réels de fusil au besoin) quand des espèces présentant un risque élevé ou modéré seront vues durant les patrouilles fauniques.
  15. Les patrouilles fauniques seront accrues en avril et en août ou quand la surveillance indiquera une fréquentation accrue du terrain de l'aéroport par les goélands et mouettes.
  16. Des patrouilles fauniques seront effectuées avant les vols MEDIVAC, ou quand des vols de nuit sont prévus, dans la mesure où il y a préavis et disponibilité de personnel.
  17. On détruira en été les terriers fréquentés par des coyotes sur le terrain de l'aéroport.
  18. On ira porter les chélydres serpentines trouvées côté piste dans des milieux humides ou cours d'eau se trouvant à l'extérieur du terrain de l'aéroport.
  19. On encouragera la chasse au dindon sauvage et au cerf de Virginie à l'aéroport.

Autres

  1. On tiendra un registre quotidien de gestion de la faune en utilisant des feuilles de données de terrain préparées et un logiciel pour la compilation et l'analyse des données.
  2. On tiendra des sommaires mensuels à l'intérieur du registre de gestion de la faune.
  3. On présentera à Transports Canada un rapport annuel sur les impacts d'animaux pour le 1er  mars de l'année suivante.
  4. On élaborera un document PowerPointMD de sensibilisation au péril aviaire lié aux bernaches du Canada (incluant aussi les pigeons bisets et les canards) qui sera présenté au personnel municipal, au golf adjacent et aux agriculteurs locaux.
  5. On élaborera un document PowerPointMD de sensibilisation au péril aviaire lié aux goélands et mouettes (incluant les urubus à tête rouge) qui sera présenté au personnel de la ville et à l'exploitant de la décharge. On demandera à la décharge locale de participer à la gestion des goélands et mouettes.
  6. On préparera un document combiné de sensibilisation au péril faunique destiné à un public plus large (p. ex. administration locale).
  7. Le plan de gestion de la faune sera révisé et mis à jour avant [Indiquer la date dans deux ans.].

Équipements, contrats et permis

  1. On préparera une liste des équipements requis pour le plan de gestion de la faune.
  2. On aura besoin d'un outil approprié pour la coupe des longues herbes en terrain humide.
  3. On passera un contrat avec un spécialiste de la lutte contre les animaux nuisibles pour l'appâtage des pigeons (si des pigeons nichent à l'aéroport).
  4. On passera un contrat pour le piégeage des castors, aux termes duquel le contractuel devra agir dans les 48 heures suivant les demandes de piégeage.
  5. On achètera un logiciel pour la gestion de la faune et la compilation des impacts d'animaux.
  6. On mettra à jour les permis fédéraux d'armes à feu et les permis fédéraux d'abattage pour les oiseaux migrateurs en veillant à faire ajouter les espèces cibles additionnelles (permis d'abattage pour les goélands et mouettes, les bernaches et oies et les canards colverts, et permis de destruction des nids pour les pluviers kildirs, les canards colverts, les bernaches du Canada, les hirondelles rustiques et les hirondelles à front blanc).
  7. On mettra à jour les permis de chasse, de piégeage et d'abattage provinciaux et territoriaux.
Date de modification :