7.23 Décollage interrompu

[La présente rubrique traite des procédures à suivre pour interrompre un décollage. Dans la présente rubrique on a utilisé le terme « Interrompre » plutôt que « Avorter » ou « Rejeter ». Vous pouvez choisir le terme que vous préférez, mais vous devez être uniforme pour toutes vos opérations.]

[Dans l'élaboration des procédures pour interrompre un décollage tenir compte des facteurs suivants :

Fournir des lignes directrices générales en ce qui concerne le moment où il convient d'interrompre le décollage et celui où il est sans doute plus sûr de poursuivre le décollage malgré la panne. Dans l'exemple suivant, les lignes directrices renvoient à la rubrique Décollage anormal qui se trouve plus loin dans le présent chapitre pour les situations où il n'est pas nécessaire d'interrompre le décollage.

Il faut mentionner clairement qu'on ne doit pas tenter d'interrompre le décollage après V1. Si votre type d'aéronef a besoin d'une procédure pour le rétablissement sur la piste restante après V1, ou après le déjaugeage de l'aéronef, on recommande d'élaborer deux procédures. Une procédure de décollage interrompu s'appliquerait à une interruption jusqu'à V1, tandis que l'autre procédure fournirait des lignes directrices pour l'interruption entre V1 et le point où un atterrissage sur la piste restante n'est plus possible.

Fournir des lignes directrices très claires sur le processus de prise de décision concernant la poursuite ou l'interruption du décollage. Dans l'élaboration de ces lignes directrices, tenir compte des facteurs suivants :

Plusieurs situations d'interruption de décollage ne deviennent évidentes que lorsque la vitesse de l'aéronef est très proche de V1.

Le processus de prise de décision pour poursuivre ou interrompre le décollage (y compris le début du processus d'interruption) ne doit pas prendre plus de temps que la période allouée dans le cadre des essais de certification de l'aéronef. En effet, le temps requis pour constater un problème à V1 jusqu'au temps où la décélération commence est inclus dans les calculs des tableaux de performance de l'aéronef. Ce temps est très court. Dans bien des cas, il y a tout juste le temps nécessaire pour indiquer que le décollage sera interrompu. Il n'y a sans doute pas assez de temps pour discuter de la nature de la panne. Tout délai dans le déclenchement de la procédure de décollage interrompu à V1 peut faire que l'aéronef épuise la surface de décollage restante ou prenne l'air involontairement et peut être sans que l'équipage puisse le maîtriser.

Quelque soit le processus retenu pour déterminer la façon de décider s'il faut décoller ou interrompre le décollage, ce processus doit être décrit très clairement.

On recommande de définir une vérification de mémoire et une liste de vérifications pour le décollage interrompu. Toutefois, comme la réussite d'une interruption de décollage nécessitera sans doute une très bonne coordination des mesures prises par les membres d'équipage, une procédure détaillée serait probablement utile.]

[Dans l'exemple qui suit (pour un aéronef fictif) tout membre d'équipage de conduite peut déclencher un décollage interrompu, et les deux pilotes doivent collaborer pour arriver à immobiliser l'aéronef. Pour l'aéronef de l'exemple, il est impossible d'interrompre le décollage en toute sécurité après V1.]

Un décollage doit être interrompu lorsque la vitesse de l'aéronef n'a pas encore dépassé V1 et que la situation est de nature à compromettre la sécurité of l'aéronef si le vol se poursuivait. Tout membre d'équipage de conduite peut déclencher la procédure de décollage interrompu à condition que la vitesse de l'aéronef n'ait pas dépassé V1. Pour les situations anormales ou d'urgence où la vitesse de l'aéronef est supérieure à V1, dans la plupart des cas, le plan d'action le plus sûr consiste généralement à poursuivre le décollage et à traiter la situation en vol. Voici la procédure à suivre pour toutes les situations de décollage interrompu où la vitesse de l'aéronef n'a pas encore dépassé V1. Aucune procédure n'est prévue pour le cas où il serait nécessaire d'interrompre le décollage à une vitesse supérieure à V1, mais il est recommandé de suivre le plus possible la procédure recommandée pour un décollage interrompu avant V1. Pour les situations à V1 ou juste en dessous de cette vitesse où la sécurité de l'aéronef ne serait pas compromise par la poursuite du vol, voir la rubrique Décollage anormal qui se trouve plus loin dans le présent chapitre.

Table 7-2 Procédure et coordination des membres d'équipage - Décollage interrompu
PF 
PNF
Si le PNF amorce l'interruption :
 • Répondre « Interruption ».

Si le PF amorce l'interruption :


 • Appeler «Interruption » suivi d'une brève description du problème. 
Si le PNF amorce l'interruption :
 • Appeler « Interruption ». Après la réponse du PF décrire brièvement la nature du problème.

Si le PF amorce l'interruption :


 • Répondre « Vu ».
* Manettes des gaz — Deux sur DISC

Soulever les détentes des manettes des gaz et les sélectionner sur la position « disque ».


 • Appeler « Manettes des gaz sur DISC ».
Surveiller.
* Freinage — Maximum jusqu'à l'arrêt

Freiner au maximum jusqu'à l'arrêt où jusqu'à ce qu'il soit évident que le freinage maximum n'est plus requis. Il faut freiner au maximum dès le départ, car les freins pourraient n'être disponibles que peut de temps.


 • Appeler « Freins ».

Si les freins normaux ne fonctionnent plus, utiliser les freins de secours conformément à l'AFM.


 • Appeler « Freins de secours ».
Surveiller.
* Inversion — Au besoin

Utiliser l'inversion de poussée si nécessaire et dans les limites du maintien de la maîtrise en direction. Aucun appel n'est requis avec cette mesure.

* ATC/Trafic — Informer

Informer l'ATC ou le trafic d'aérodrome de l'interruption du décollage et de vos intentions.

Si le PF occupe le siège du pilote, à un maximum de ___ KIAS :
 • Appeler « Votre volant », et commencer à orienter l'aéronef à l'aide de la barre de direction.

Si le PF occupe le siège du copilote, à un maximum de 60 KIAS, mais pas plus tard qu'à la vitesse de roulage, verrouiller les commandes :


 • Annoncer « Vous avez les commandes ».
Si le PNF occupe le siège du copilote, à un maximum de ___ KIAS :
 • Répondre « Mon volant » et verrouiller les commandes.

Si le PNF occupe le siège du pilote, en entendant « Vous avez les commandes  » :


 • Répondre « J'ai les commandes », et prendre en charge l'orientation de l'aéronef à l'aide de la barre de direction.
* Une fois l'aéronef immobilisé — Vérifications applicables

Une fois l'aéronef immobilisé, prendre les mesures PF de la vérification pertinente. Sauf s'il est évident que le roulage ne présente aucun risque, arrêter l'aéronef sur la piste.

* Une fois l'aéronef immobilisé — Vérifications applicables

Une fois l'aéronef immobilisé, effectuer la vérification de mémoire ou vérification écrite pertinente.

Date de modification :