7.5 Atterrissage d'urgence

Ce qui suit est un extrait de la liste de vérifications qui décrit les mesures à prendre lors d'un atterrissage à la suite d'une urgence en vol. Les éléments marqués d'un moyen point centré « * » dont les premières lettres forment l'acronyme « TESTRA » doivent être mémorisés.

ATTERRISSAGE D'URGENCE
  1. Pour un atterrissage à la suite d'une urgence en vol ou pour tout atterrissage où la situation présente un danger réel, on devrait traiter les points suivants :
  2. Dès que possible après la prise des mesures d'urgence initiales, informer le FA ou les passagers. La quantité de détails fournie sera fonction du temps disponible. L'exposé devrait suivre le format suivant :
  3. Les FA s'attendent à ce que les pilotes suivent le format suivant pour leur fournir les renseignements critiques. Pendant une urgence, les pilotes peuvent être dérangés. Ils ne seront peut-être pas en mesure de fournir tous les renseignements suivants sans s'interrompre. Les FA doivent être prudents dans leurs demandes de renseignements auprès des pilotes. Néanmoins, les FA doivent obtenir les renseignements suivants - même si l'ordre n'est pas respecté et même s'ils doivent les demander à plusieurs reprises aux pilotes.
    • * Type d'urgence. Indiquer brièvement de quel type d'urgence il s'agit, c.-à-d. panne moteur, panne hydraulique, hublot criqué, etc. De toute évidence, les pilotes doivent fournir plus de détails aux membres d'équipage qu'aux passagers.
    • * Évacuation. Les renseignements sur l'évacuation devrait comprendre : si l'atterrissage se fera sur ou à l'extérieur d'un aérodrome; la parcours à suivre et (ou) les issues qu'il faudra utiliser pour évacuer l'aéronef.

      [Dans la mesure du possible, vous devez standardiser les signaux à utiliser. Il n'est peut-être pas possible de stipuler une seule méthode particulière à utiliser. Cependant, le nombre de sonneries ou d'éclats d'un signal d'alarme devrait être standardisé pour diverses situations.]

    • * Signaux. Décrire en détail le signal qui indiquera le moment d'adopter la position de sécurité pour l'atterrissage ou l'impact et le signal qui indiquera le moment de commencer l'évacuation. Selon la situation, ces signaux peuvent comprendre : un appel par l'équipement d'intercommunication, une série de sonneries à l'aide du circuit d'annonces passagers cabine, un appel sur le circuit d'annonces passagers, la mise en marche de voyants d'urgence, ou une combinaison de ces méthodes.
    • * Temps restant. Indiquer le temps restant avant l'atterrissage et, s'il est différent, le temps restant pour se préparer. Selon la nature de l'urgence, il est parfois nécessaire d'arrêter les préparations quelque temps avant l'atterrissage (p. ex. à cause de difficultés à contrôler l'aéronef, il peut être nécessaire que personne ne se déplace pendant la dernière partie de la descente).
    • * Relocalisation des passagers. Indiquer s'il est nécessaire ou souhaitable de relocaliser des passagers, ou si aucun déplacement des passagers n'est autorisé (en raison du temps restant ou des effets négatives sur le centrage de l'aéronef).
    • * Annonces. S'il y a des agents de bord, préciser qui fera l'annonce aux passagers. Idéalement, les FA devraient faire les exposés aux passagers les plus détaillés. Toutefois, lorsqu'il n'y a pas de FA, le commandant de bord devrait faire une annonce publique. Cette annonce publique devrait suivre le même format que l'exposé à l'équipage, c.-à-d. le format « TESTRA » sur la nature de l'urgence, ses effets, le temps de vol restant et (le cas échéant) les procédures d'évacuation. Dans son annonce, le commandant de bord ou le FA devrait indiquer clairement aux passagers que l'équipage a la situation bien en main et il devrait réaffirmer que l'agent de bord a pleine autorité pour gérer la situation dans la cabine.
      • Informer l'ATC et toutes autres agences concernées de ses intentions et de ses besoins en matière de CFR.
      • Assujettir tous les objets libres dans le poste de pilotage et dans la cabine.
      • S'assurer que tous les membres d'équipage et tous les passagers ont bien bouclé leurs ceintures-baudriers et leurs ceintures de sécurité.
      • Passer en revue avec tous les membres d'équipage les procédures à appliquer après l'atterrissage.
      • S'il y a lieu, dépressuriser l'aéronef et allumer l'éclairage de secours.
      • S'il y a lieu, planifier l'évacuation qui aura lieu après l'arrêt de l'aéronef.
      • Une fois l'aéronef immobilisé, demander clairement aux passagers de demeurer assis en attendant les instructions. Ensuite, s'il y a lieu, commencer l'évacuation.

 
Date de modification :