ISRS

Q : J’ai récemment vécu beaucoup de stress, et mon médecin de famille m’a prescrit du ZoloftMC pour m’aider à traverser cette période difficile. En fait, je me sens mieux et je me sens prêt à reprendre le pilotage, mais j’ai entendu dire que les médicaments de ce genre (les ISRS) ne sont pas conciliables avec le vol. Pourquoi?

ZoloftMC est un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS), un médicament thymoleptique. On trouve actuellement sur le marché divers inhibiteurs sélectif du recaptage de la sérotonine et d’autres produits connexes. Ils sont commercialisés sous différents noms, entre autres, Prozac, Paxil, Zoloft, Luvox, Serzone et Effexor. Des catégories analogues de médicaments thymoleptiques, qui sont également importantes, sont énumérées dans le tableau ci­dessous. À certains égards, ces médicaments ont révolutionné le traitement des troubles mentaux. Les indications d’utilisation de ces produits ne cessent de se multiplier, et un nombre grandissant de membres du personnel naviguant peuvent ou devraient pouvoir envisager de les utiliser. Le recours à ces médicaments pour des activités liées à l’aviation pourrait être acceptable dans certaines circonstances.

À l’heure actuelle, tous les nouveaux candidats, pilotes et contrôleurs de la circulation aérienne qui consomment des médicaments thymoleptiques se voient refuser la délivrance d’un certificat médical ou voient leur certificat suspendu jusqu’à ce que les circonstances relatives à leur cas soient examinées.

Les conseillers médicaux de Transports Canada doivent déterminer si le problème de santé qui nécessite un traitement représente un risque pour la sécurité aérienne. Ce qui nous préoccupe, c’est à la fois le problème de santé sous-jacent pour lequel le médicament a été prescrit et ses effets secondaires. Chaque cas est examiné individuellement et évalué en fonction du diagnostic, la gravité des symptômes avant le traitement, le type de médicament et la posologie, les réactions au traitement, les effets secondaires du médicament et le pronostic de rétablissement ou la nécessité d’un traitement prolongé. D’autres facteurs liés à l’aptitude à piloter interviendront aussi dans la prise de décision, notamment, le type de permis ou de licence souhaité ou détenu (pilote de ligne, professionnel, privé ou de loisir); les fonctions opérationnelles (pilote solo, équipage multiple, aéronef à voilure fixe, hélicoptère, etc.); l’expérience de pilotage (pilote débutant ou chevronné).

En ce qui concerne le profil des effets secondaires, quiconque prend ces médicaments devrait être au courant du vaste éventail de leurs effets secondaires possibles. Bien que la plupart de ces effets soient mineurs, il est possible que les ISRS entraînent chez un petit nombre de pilotes des altérations graves de la pensée, de l'humeur, du jugement et de la personnalité. Ce qui préoccupe davantage, c'est que, souvent, le pilote ou le contrôleur de la circulation aérienne ne se rend pas compte de ces effets.

La Direction de médecine aéronautique civile de Transports Canada continue d’étudier la littérature à ce sujet et de mener des études pour déterminer si certains problèmes de santé et certains médicaments peuvent être considérés comme sans risque pour les activités liées à l’aviation. La démarche actuelle que nous suivons concernant les décisions relatives à la reprise des activités aériennes, peut être consultée sur notre site Web, sous la rubrique autre Lignes directrices du Guide pour les médecins examinateurs de l'aviation civile.

Entre-temps, nous vous recommandons de discuter de votre cas avec votre médecin. L'arrêt de la prise d’un médicament ne doit se faire que sous la supervision de votre médecin et seulement lorsque votre état de santé se sera stabilisé.

Inhibiteurs du recaptage de la sérotonine
Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS)
citalopram (Celexa, Cipramil, Emocal, Sepram, Seropram etc.)
escitalopram (Cipralex, Lexapro, Cipralex, Esertia)
fluoxétine (Prozac,  Fontex, Seromex, Seronil, Sarafem, Fluctin etc.)
fluvoxamine (Luvox, Faverin etc.)
paroxétine (Paxil, Seroxat, Aropax, Deroxat, Rexetin, Xetanor, Paroxat etc.)
sertraline (Zoloft, Lustral, Serlain etc.)
Inhibiteurs du recaptage de la sérotonine-noradrénaline (IRSN)
venlafaxine (Effexor)
desvenlafaxine (Pristiq)
sibutramine (Meridia, Reductil)
Autres
Aminocétone  
bupropion (Wellbutrin, Zyban, Budeprion, Buproban Elontril, Odranal, Quomen, Voxra, Zetron, Zylexx etc.)

Remarque : Cette liste n’est qu’un échantillon représentatif. Elle n’est ni complète, ni avalisée par la Direction de la médecine aéronautique civile de Transports Canada.

Date de modification :