Alerte à la sécurité de l’Aviation civile (ASAC) 2015-04

À L’ATTENTION DE :

LES EXPLOITANTS AÉRIENS CERTIFIÉS EN VERTU DES SOUS-PARTIES 702, 703, 704 ET 705 DU RAC ET LES EXPLOITANTS PRIVÉS ENREGISTRÉS EN VERTU DE LA SOUS-PARTIE 604

Bureau émetteur : Aviation civile (Direction des normes) Numéro de
document :
ASAC 2015-04
Numéro de classification du dossier : A 5240-9-4 P/A Numéro d'édition : 01
Numéro du SGDDI :

10554935

Date d'entrée en vigueur : 2015-08-06

APPROCHE STABILISÉE

OBJET :

La présente alerte à la sécurité de l’Aviation civile (ASAC) vise à souligner l’importance d’une approche stabilisée et à préciser ses éléments. Cette ASAC complémente également l’ASAC 2014-03, laquelle demandait que les exploitants aériens canadiens utilisent les systèmes de gestion de la sécurité (SGS) existants pour régler et atténuer les dangers et les risques liés aux approches non stabilisées.

CONTEXTE :

Les approches précipitées ou non stabilisées demeurent un facteur important en matière d’impacts sans perte de contrôle (CFIT) et accidents liés à l’approche et à l’atterrissage (ALA). Les avantages sur le plan de la sécurité d’une approche finale stabilisée sont reconnus par de nombreuses organisations, notamment l’OACI, la FAA, l’AESA et TCAC. Les avantages comprennent :

  • une meilleure conscience de la situation de la part de l’équipage de conduite;
  • plus de temps et d’attention pour surveiller les communications avec l’ATC, les conditions météorologiques et le fonctionnement des systèmes;
  • plus de temps et d’attention pour la surveillance de la trajectoire de vol et du niveau d’énergie;
  • des limites d’écart des paramètres de vol et des hauteurs minimales de stabilisation définies pour appuyer la décision d’atterrir ou de remettre les gaz; et
  • des performances d’atterrissage en ligne avec les valeurs de performance attendues.

Les exploitants aériens ont adopté en grande majorité les critères d’approche stabilisée dans leurs SOP, mais les pratiques relatives aux annonces par les membres d’équipage de conduite (telle l’annonce en temps opportun d’une approche « stable » ou « instable ») et les mesures subséquentes qui doivent être prises semblent varier. Comme l’indique l’ASAC 2014-03, TCAC prévoit effectuer des activités de surveillance précises pour évaluer les pratiques des exploitants en ce qui concerne le concept des approches stabilisées.

Une approche est jugée stabilisée si elle satisfait aux conditions connexes qui sont habituellement définies par un exploitant aérien dans le manuel d’exploitation de la compagnie ou les procédures d’utilisation normalisées (SOP). Les conditions en question peuvent être associées :

  • à la plage de vitesses propre au type d’aéronef;
  • au réglage de puissance propre au type d’aéronef;
  • à la plage d’assiettes propre au type d’aéronef;
  • aux configurations propres au type d’aéronef;
  • aux tolérances quant aux écarts des altitudes de franchissement;
  • au taux de descente;
  • à l’exécution des listes de vérifications et aux exposés des équipages de conduite.

Les critères d’approche stabilisée devraient être définis pour toutes les approches, et ils devraient préciser :

  • que les approches soient stabilisées pas plus bas que 1 000 pieds au-dessus de l’élévation de l’aérodrome (AAE) dans des conditions météorologiques de vol aux instruments (IMC);
  • que toutes les approches soient stabilisées pas plus bas que 500 pieds AAE dans des conditions météorologiques de vol à vue (VMC);
  • qu’une annonce soit faite à 1000 pi AAE en IMC ou 500 pi AAE en VMC, à savoir si l’approche est stabilisée ou non;
  • que l’approche demeure stabilisée jusqu’à l’atterrissage;
  • que si une approche n’est pas stabilisée conformément aux présentes exigences ou qu’elle est déstabilisée par la suite, une remise des gaz est nécessaire.

En résumé, le concept d’approche stabilisée est couramment décrit comme le maintien d’une vitesse, d’un taux de descente et d’une trajectoire de vol verticale et latérale stables en configuration d’atterrissage. Les critères d’approche stabilisée devraient toujours être suivis et exigent une surveillance étroite de la vitesse indiquée, du taux de descente et du niveau d’énergie durant une approche visuelle ou aux instruments. Le guidage vertical et latéral et les aides visuelles devraient être utilisés pour surveiller l’état de l’aéronef et sa trajectoire de vol. 

Les procédures d’approche stabilisée devraient comprendre la communication verbale requise concernant l’état de l’aéronef et sa progression dans l’approche. Tout écart important de la trajectoire de vol, de la vitesse indiquée ou du taux de descente prévu devrait être signalé et rapidement corrigé. Une remise des gaz est nécessaire si l’approche ne peut pas continuer à l’intérieur des paramètres d’une approche stabilisée.

Il est important de comprendre que la décision d’effectuer une remise des gaz ne signifie pas un mauvais rendement de l’équipage de conduite, mais reflète plutôt un processus décisionnel prudent.

MESURE RECOMMANDÉE :

Les exploitants aériens certifiés en vertu des sous-parties 702, 703, 704 et 705 du RAC et les exploitants privés enregistrés en vertu de la sous-partie 604 devraient revoir ou adopter leurs propres procédures d’approche stabilisée de manière à ce qu’elles comprennent l’exigence d’une annonce d’approche « stable » ou « instable » dans des circonstances précises (1000 pi AAE en IMC ou 500 pi AAE en VMC). De plus, l’application du concept d’approche stabilisée devrait être appuyée par des politiques de remise des gaz qui se veulent non-punitives.

Les exploitants aériens qui ne l’ont pas encore fait sont invités à intégrer les critères d’approche stabilisée dans leur manuel d’exploitation, SOP et programme de formation.

BUREAU RESPONSABLE :

Pour davantage de renseignements à ce sujet, veuillez communiquer avec un Centre de Transports Canada ou avec Michel Paré, Normes de l’aviation commerciale (AARTFA) à Ottawa, par téléphone au 613-993-3570, par télécopieur au 613-990-6215 ou par courriel à l’adresse michel.pare@tc.gc.ca.

[original signé]

Jacqueline Booth
Directrice p.i.
DIRECTION DES NORMES

L’ALERTE À LA SÉCURITÉ DE L’AVIATION CIVILE (ASAC) DE TRANSPORTS CANADA SERT À COMMUNIQUER DES RENSEIGNEMENTS DE SÉCURITÉ IMPORTANTS ET CONTIENT DES MESURES DE SUIVI RECOMMANDÉES. UNE ASAC VISE À AIDER LE MILIEU AÉRONAUTIQUE DANS SES EFFORTS VISANT À OFFRIR UN SERVICE AYANT UN NIVEAU DE SÉCURITÉ AUSSI ÉLEVÉ QUE POSSIBLE. LES RENSEIGNEMENTS QU’ELLE CONTIENT SONT SOUVENT CRITIQUES ET DOIVENT ÊTRE TRANSMIS RAPIDEMENT PAR LE BUREAU APPROPRIÉ. L’ASAC POURRA ÊTRE MODIFIÉE OU MISE À JOUR SI DE NOUVEAUX RENSEIGNEMENTS DEVIENNENT DISPONIBLES.

Date de modification :