Circulaire d'information (CI) Nº 803-003

Espace aérien –TP 308/GPH209 – Pente de montée départ varié

Bureau émetteur : Normes    
Secteur d'activités : Surveillance Document no : CI 803-003
Dossier no : A 5400-1 P/A P/A Édition no : 02
SGDDI no: 4872383-V1 Date d'entrée en vigueur : 2009-04-09

1.0  INTRODUCTION

La présente Circulaire d’information (CI) vise à fournir des renseignements et des conseils. Elle peut décrire un moyen acceptable, parmi d’autres, de démontrer la conformité à la réglementation et aux normes en vigueur. Elle ne peut en elle-même ni modifier, ni créer une exigence réglementaire, ni peut-elle autoriser de changements ou de dérogations aux exigences réglementaires, ni établir de normes minimales.

1.1  Objet

La présente CI vise à donner des précisions aux concepteurs de procédures de vol aux instruments relativement au calcul de la pente de montée dans le cadre de procédures de départ varié.

1.2  Applicabilité

Le présent document s’applique à tout le personnel de Transports Canada Aviation civile (TCAC), ainsi qu’aux particuliers et aux organismes qui font usage des avantages qui leur sont accordés en vertu d’une délégation ministérielle de pouvoirs pour les délégations à l’extérieur. Ces renseignements sont également accessibles à toute personne de l’industrie de l’aviation, à titre d’information.

1.3  Description des changements

La date d’échéance dans la section 5.0 a été changée au 11 février 2010.

2.0  RÉFÉRENCES ET EXIGENCES

2.1  Documents de référence

Les documents de référence suivants sont destinés à être utilisés conjointement avec le présent document :

  1. Loi sur l’aéronautique;

  2. Partie VIII sous-partie 03 du Règlement de l'aviation canadien  (RAC), Services d'information aéronautique;

  3. Critères d'élaboration des procédures de vol aux instruments (TP308/GPH209), Volume 1, Chapitres 2 et 12.

2.2  Documents annulés

Sans objet.

2.3  Définitions et abréviations

Les définitions suivantes s'appliquent aux fins du présent document :

  1. ADER – Au-dessus de l’extrémité départ de la piste;

  2. CG – Pente de montée;

  3. CTA – Montée en altitude;

  4. DER – Extrémité départ de la piste;

  5. MSL – niveau moyen de la mer;

  6. OCS – Surface de franchissement d'obstacles;

  7. OIS – Surface d’identification d’obstacles;

  8. ROC – marge de franchissement d'obstacles obligatoire;

  9. TNA – Altitude de virage.

3.0  CONTEXTE

  1. On a demandé à Transports Canada Aviation civile (TCAC), au Service d’information aéronautique (AIS) et aux Normes de l’espace aérien de donner une interprétation relativement au calcul de la pente de montée dans le cadre de procédures de départ varié.

  2. Le Changement 4, TP308/GPH 209, signale que :

    1. Paragraphe 203 b (2).
      Surfaces de franchissement d’obstacles (OCS) en pente. Si un obstacle pénètre dans l’OCS, une pente de montée non standard (supérieure à 200 pieds par NM) est nécessaire pour obtenir une ROC suffisante. Comme la pente de montée sera supérieure à 200 pieds par NM, la ROC sera supérieure à 48 pieds par NM (0,24 x CG>200 = ROC>48). Il est possible de calculer cette ROC non standard exprimée en pieds par NM grâce à la formule : (0,24h) ÷ (0,76d), où « h » est la hauteur de l’obstacle au-dessus de l’altitude marquant le début de la montée, et « d » la distance en NM entre le point marquant le début de la montée et l’obstacle. Normalement, au lieu de calculer cette ROC non standard, on calcule directement la pente de montée à l’aide de la formule : h ÷ (0,76d).

    2. Paragraphe 1205. Pentes de montée
      Les pentes de montée comprendront une marge de franchissement d’obstacles requise de 48 pieds par NM (24 %). Dans le cas de terrain accidenté, il faudra envisager d’augmenter la marge (voir para 323.a). Les pentes de montée doivent être spécifiées jusqu’à une altitude ou un repère à partir de laquelle ou duquel une pente de 200 pieds par NM n’est plus requise.

      Départs omnidirectionnels. Lorsque des routes de départ ne sont pas requises pour éviter des obstacles, mais que certains obstacles existent dans un ou plusieurs secteurs, une chaîne de montagnes par exemple, la pente requise doit être calculée depuis l’origine de l’OIS des Zones 2 ou 3 (selon le cas) directement jusqu’à l’obstacle. L’altitude jusqu’à laquelle la pente de montée doit être conservée est fondée sur l’obstacle plus la ROC requise pour l’altitude la plus élevée dans le secteur.

4.0  INTERPRÉTATION

4.1  Sommaire

Dans le paragraphe 203 b (2), « h » représente la hauteur de l’obstacle au-dessus de l’altitude à laquelle la montée est amorcée. En d’autres termes, « h » correspond à la hauteur de l’obstacle (O) moins l’élévation au point marquant le début de la pente de montée (E). Donc, la pente de montée minimale pour franchir un obstacle lors d’un départ est égale à la hauteur de l’obstacle (O) moins l’élévation au point marquant le début de la pente de montée (E), divisées par 0,76 fois sa distance (D) de la Zone 1.

La pente de montée minimale pour franchir un obstacle lors d'un départ est égale à la hauteur de l'obstacle(O) moins l'élévation au point marquant le début de la pente de montée(E), divisées par 0,76 fois sa distance(D) de la Zone 1

Pour laquelle :

CG = la pente de la montée en pieds par NM

O = la hauteur de l’obstacle (MSL)

E = l’élévation au point marquant le début de la pente de montée (MSL)

D = la distance (NM) entre les limites de la piste ou de la zone 1 et l’obstacle.

4.2  Objet de la formule donnant la pente de montée (CG)

  1. Formule donnant la pente de montée (CG) :
    Formule donnant la pente de montée (CG)

    1. La partie de la formule « O – E » représente l’élévation de la OCS au début de la OCS permettant de franchir l’obstacle. Par conséquent, cette formule peut être considérée comme étant axée sur la OCS. Voir l’élévation de la surface de franchissement d'obstacles (OCS) dans la Figure B (à la suite des questions et des solutions ci-après).

    2. La partie de la formule « O – E / D » représente l’élévation de la OCS au début de la OCS permettant de franchir l’obstacle, en pieds par NM. Voir la ligne violette dans la Figure B.

    3. La partie de la formule « (O – E / D) / 0.76 » représente l’élévation au début de la OCS permettant de franchir l’obstacle, en pieds par NM, à laquelle on a ajouté 24 % de la valeur, pour que la pente de montée (CG) de l’aéronef atteigne la ROC. Voir la ligne rouge dans la Figure B.

    4. La formule conceptuelle « (O – E / D) / 0,76 » est simplifiée mathématiquement comme suit :

      La pente de montée minimale pour franchir un obstacle lors d'un départ est égale à la hauteur de l'obstacle(O) moins l'élévation au point marquant le début de la pente de montée(E), divisées par 0,76 fois sa distance(D) de la Zone 1

  2. Les questions suivantes visent à offrir des exemples pour préciser davantage les critères susmentionnés :

    1. Lors d’un départ varié, pour lequel l’élévation de l’extrémité départ de la piste (DER) est de 100 pieds MSL, quelle serait la valeur « h » dans la formule ci-dessus, pour un obstacle haut de 1000 pieds MSL dans la Zone 2, à 2 NM de la Zone 1?

    2. Quelle devrait être la CG nécessaire dans le même cas?

  3. Solutions :

    1. La hauteur de l’obstacle moins l’élévation au point marquant le début de la pente de montée (altitude de la Zone 1) équivaut à « h ». Donc l’altitude de la Zone 1 est égale à la somme de l’élévation de la OCS, aux limites de la Zone 1, et de l’élévation de l’extrémité départ de la piste (DER) (304 pieds + 100 pieds).
      1000 pieds – 404 pieds = 596 pieds.

    2. 596 pieds / (0,76x2) = 392,11 pieds par NM; chiffre que l’on arrondit à 400 pieds par NM. Dans la Figure A, les obstacles 2, 3, 4 et 5 sont tous des exemples d’une obstruction de 1000 pieds MSL, située à 2 NM de la Zone 1 ou de la piste.
    Figure A. Vue en plan de montée pour franchir un obstacle
    Cliquez sur l'image pour agrandir


    Figure B. Vue latérale
    Cliquez sur l'image pour agrandir

4.3  Détermination de la montée en altitude

  1. Lorsque l’aéronef atteint une altitude comprise dans la marge de franchissement d'obstacle obligatoire, la restriction liée à la CG peut être levée. L’altitude en question correspond à la montée en altitude (CTA).

    ROC = 24 % de la hauteur totale (obstacle + ROC) au-dessus de l’extrémité départ de la piste (ADER).
    Donc : la ROC = 24 % de la hauteur totale au-dessus de l’extrémité départ de la piste (ADER) et de celle de l’obstacle ADER = 76 % de la hauteur totale.
    La hauteur totale ADER = la hauteur de l’obstacle ADER / 0,76 = (1000 – 100) / 0,76 = 1184,21

    Autre méthode de calcul de la ROC :
    ROC = Hauteur totale ADER – hauteur de l’obstacle ADER = 1184,21 – 900 = 284,21
    CTA = hauteur minimale de l’aéronef au-dessus de l’obstacle
    CTA = hauteur totale ADER + élévation DER = 1184,21 + 100 = 1284,21

  2. Afin de simplifier le concept ou le processus ci-dessus, la CTA peut être calculée directement au moyen de la formule suivante :

    1. Pour un obstacle « dans la Zone 2 en départ varié »
      CTA = TA + (CG x D)
      pour laquelle :
      CTA = Montée en altitude (MSL) à la fin de la pente de montée
      TA= Altitude de virage (l’altitude minimale de l’aéronef aux limites de la Zone 1)
      CG = Pente de montée en pieds par NM, de la Zone 1 ou de la piste jusqu’à un obstacle
      D = Distance (NM) entre les limites de la piste ou de la Zone 1 et l’obstacle.

    2. Pour un obstacle « dans la Zone 3 en départ varié »
      CTA = TA + 126 + (CG x D)
      CTA = Montée en altitude (MSL) à la fin de la pente de montée
      TA = Altitude de virage (l’altitude minimale de l’aéronef aux limites de la Zone 1)
      CG = Pente de montée en pieds par NM, de la Zone 1 ou de la piste jusqu’à un obstacle
      D = Distance (NM) entre les limites de la piste ou de la Zone 1 et l’obstacle.
    Note : Le chiffre 126 est issu de l’équation suivante : 96 / 0,76 = 126,32

4.4  Raisonnement ou justification de l'utilisation du chiffre 126 dans le calcul de la montée en altitude dans la Zone 3

  1. Dans le chapitre 12, Volume 1, du document P308/GPH209, on signale que, lors d’une procédure de départ varié, la hauteur de la surface d’identification d’obstacles (OIS) d’un aéronef entrant dans une Zone 3 doit être de 400 pieds au-dessus de l’élévation de l’aéroport.

     

    Figure C.
    Cliquez sur l'image pour agrandir

  2. La OIS de 400 pieds au-dessus de l’aéroport est plus élevée d’au moins 96 pieds par rapport à la OIS à la fin de la Zone 1, ou plus probablement aux limites de la Zone 1 ou de la piste, à l’endroit où l’aéronef amorce son virage. Si l’altitude de l’aéroport est la même que l’altitude de la DER, la hauteur de la OIS est donc exactement de 96 pieds. Si l’altitude de l’aéroport est supérieure à celle de la DER, la hauteur de la OIS correspondra à la somme de 96 pieds et de la différence entre ces altitudes.

  3. Dans le chapitre 12, Volume 1, du document P308/GPH209, on précise une hauteur notionnelle de 400 pieds pour un aéronef à la fin de la Zone 1, et on indique que cette hauteur de 400 pieds s’applique également à un aéronef entrant dans la Zone 2 (aux limites de la Zone 1 ou même dès que l’aéronef se trouve au-dessus de la piste). Toutefois, ce chapitre ne mentionne pas expressément la hauteur notionnelle d’un aéronef entrant dans la Zone 3. Si un aéronef monte en ligne, il se trouverait à une hauteur d’environ 526 pieds (s’il respecte seulement la pente de montée minimale) au-dessus du point où la ROC atteint 400 pieds. Donc, on peut raisonnablement présumer que l’aéronef se trouve à une hauteur d’au moins 526 pieds lorsqu’il entre dans la Zone 3.  

    Figure D.
    Cliquez sur l'image pour agrandir

  4. Concordance aux critères d’autres départs : Si un aéronef monte en ligne droite, la marge de franchissement d'obstacle (ROC) nécessaire augmente au fur et à mesure que l’appareil monte. Par conséquent, si un aéronef effectue un virage et monte, il serait approprié de prévoir une certaine augmentation de l’altitude correspondant à l’augmentation de la hauteur de la surface d’identification d’obstacles (OIS). Comme le ratio habituellement accepté de la marge de franchissement d'obstacle équivaut à 24 % de l’altitude de l’aéronef, l’appareil se serait trouvé à 526 pieds pour une surface d’identification d’obstacles (OIS) de 400 pieds. Si la hauteur notionnelle pour l’aéronef est supérieure ou inférieure, le ratio ne serait pas de 24 %. Il est un peu plus compliqué d’appliquer une marge de franchissement d'obstacle de 48 pieds par NM dans une inversion de route, car la distance varie en fonction de l’aéronef. Toutefois, le ratio de la marge de franchissement d'obstacle de 48 pieds par NM à une surface d’identification d’obstacles (OIS) de 152 pieds situe également l’aéronef à une altitude de 526 pieds, si la hauteur de la surface d’identification d’obstacles (OIS) est de 400 pieds. Si la hauteur de 126 pieds n’est pas ajoutée à la montée en altitude, la pente de la montée serait (très légèrement) sous-estimée.

  5. Autres questions

    1. Dans le cas d’un départ varié pour lequel l’altitude de l’extrémité départ de la piste (DER) est de 100 pieds MSL. Quelle serait l’altitude à laquelle la pente de montée ne serait plus requise pour un obstacle d’une hauteur de 1000 pieds MSL dans la Zone 2 et situé à 2 NM de la Zone 1?

    2. Quelle serait l’altitude à laquelle la pente de montée ne serait plus requise si cet obstacle se trouvait en fait à 2 NM de la piste, dans la Zone 3?

  6. Solutions

    1. Montée en altitude (CTA) = 500 pieds + (392,11 pieds x 2 NM) = 1284,21 pieds, résultat arrondi à 1300 pieds MSL.

    2. « h » correspond à la hauteur de l’obstacle moins l’élévation au point marquant le début de la pente de montée (élévation de la Zone 1). L’élévation de la surface de franchissement d'obstacles (OCS) au commencement de la Zone 3 est de 400 pieds au-dessus de l’aérodrome. Dans ce cas-ci, présumons que l’altitude de l’aérodrome est la même que celle de l’extrémité départ de la piste (DER). Donc « h » représente : 1000 pieds – 500 pieds = 500 pieds CG = 500 / (0,76 x 2) = 328,95 pieds/NM (330 pieds) CTA = 500 pieds + 126 + (328,95 x 2) = 1283,9 pieds (1300 pieds)

5.0  ÉCHÉANCES

  1. D’autres changements au document TP308 sont prévus pour préciser davantage le texte et offrir d’autres conseils à l’égard de l’évaluation d’obstacles au départ.

  2. En attendant, les concepteurs doivent s’assurer que tous les départs garantissent une transition sûre vers la structure en route. Toutes nouvelles procédures ou procédures en révisions, avec une pente de montée dans le cadre d’une procédure de départ varié, doivent être établies selon la méthode de calcul susmentionnée. Toutes personnes responsables de procédure aux instruments, doivent s’assurer que les procédures avec une pente de montée dans le cadre d’une procédure de départ varié respectent ces critères par le 11 février 2010 0900Z, ou par le prochain cycle de revue, quel que soit l’instant qui arrive en premier.

6.0  BUREAU RESPONSABLE

Pour obtenir davantage de renseignements, veuillez communiquer avec le :
Chef, Normes – Aérodromes et navigation aérienne – (AARTA)

Téléphone : 613-998-9855
Télécopieur :613-954-1602
Courriel : CARTERR@tc.gc.ca

Toute proposition de modification au présent document devrait être soumise au moyen du Système de signalement des questions de l’Aviation civile (SSQAC), à l’adresse Internet suivante :

www.tc.gc.ca/SSQAC

ou par courriel à : SSQAC_RCN@tc.gc.ca

Directeur, normes
Aviation Civile

Original signé par Gilles Morin pour Don Sherritt 2009-04-09

D.B. Sherritt

Date de modification :