Chapitre 4 - Mesures préventives et procédures de dégivrage

Inspection de contamination avant le décollage

74.  Comme l'exige la réglementation, immédiatement avant le décollage, il faut procéder à une inspection de contamination avant le décollage afin de vérifier si du givre, de la glace ou de la neige adhère aux surfaces critiques, à moins que l'exploitant n'ait établi un programme en conformité avec la norme 622.11 des RGUVA et qu'il ne s'y conforme. Le pilote peut avoir besoin de l'aide de personnel compétent pour effectuer cette inspection.

75.  À moins que d'autres procédures n'aient été approuvées à cette fin, une inspection tactile des surfaces extérieures doit être effectuée sur tous les avions dépourvus de dispositif de bord d'attaque, comme le DC9-10, le CRJ-50 et le F-28.

76.  Les surfaces pouvant faire l'objet de l'inspection varient selon la conception de l'aéronef. Sur certains aéronefs, on peut apercevoir toute la surface des ailes et une partie de l'empennage depuis le poste de pilotage ou la cabine. Sur d'autres aéronefs, ces surfaces se trouvent si éloignées que l'on ne peut apercevoir que des parties de l'extrados des ailes. L'intrados des ailes et le train d'atterrissage ne sont visibles que sur les aéronefs à ailes hautes. Certains exploitants ont pris l'habitude de faire une inspection visuelle de la surface des ailes, des bords d'attaque, des entrées d'air réacteur et des autres surfaces de l'aéronef que l'on peut apercevoir soit depuis le poste de pilotage, soit depuis la cabine, selon l'endroit où la visibilité est la meilleure. Le CdB peut demander l'aide d'autre personnel compétent. L'inspection avant le décollage devrait porter principalement sur le bord d'attaque, de concert avec le bord de fuite de la voilure. Les gouvernes de bord de fuite et (ou) les déporteurs fournissent habituellement une indication précoce d'une perte d'efficacité imminente du liquide au niveau du bord d'attaque. Quelles que soient les circonstances, si le CdB ne peut être certain que les surfaces critiques sont exemptes de givre, de glace ou de neige qui y adhèrent, il ne doit pas tenter de décoller.

77.  Si des surfaces de l'aéronef n'ont pas été traitées avec du liquide cryoscopique, le CdB ou un autre membre de l'équipage devrait examiner ces surfaces pour déceler toute trace de neige fondante et de regel possible. De plus, toute formation de glace qui aurait pu se produire pendant la circulation au sol doit être enlevée. Si l'aéronef a été traité aux liquides cryoscopiques, sa surface devrait être lustrée, lisse et humide. Du givre, de la glace ou de la neige qui s'est déposé sur les liquides de dégivrage ou d'antigivrage doit être considéré comme adhérant à l'aéronef et le décollage ne doit pas être tenté. Dans ce cas, l'aéronef devrait rebrousser chemin et subir un autre dégivrage et, au besoin, un autre antigivrage.

78.  La conduite de l'inspection de contamination avant le décollage selon la manière décrite exige du CdB et des autres membres d'équipage, y compris des agents de bord, une connaissance des procédures de dégivrage et d'antigivrage au sol et des signes de danger. Cette inspection a pour but d'assurer que le dégivrage et l'antigivrage au sol ont été effectués complètement et uniformément et que les surfaces critiques que l'on ne peut apercevoir ni du poste de pilotage ni de la cabine sont propres elles aussi.

Date de modification :