Chapitre 4 - Mesures préventives et procédures de dégivrage

Inspection des surfaces critiques

72.  L'inspection de contamination des surfaces critiques devrait être effectuée immédiatement après la dernière application de liquide pour vérifier que ces surfaces sont exemptes de toute trace de contamination. Les zones à inspecter dépendent de la conception de l'aéronef et elles devraient figurer sur une liste de vérifications servant à l'inspection des surfaces critiques. Cette liste de vérifications devrait inclure au moins tous les éléments recommandés par le constructeur de l'aéronef. Même si certains éléments de cette liste ne sont pas des surfaces critiques à proprement parler, leur bon fonctionnement est essentiel et ils doivent être libres de tous contaminants. De façon générale, une telle liste de vérifications comprend les éléments suivants :

  • les bords d'attaque, l'extrados et l'intrados des ailes;
  • les bords d'attaque, les surfaces supérieures et inférieures, de même que les panneaux latéraux de la dérive et du stabilisateur;
  • les dispositifs hypersustentateurs comme les becs de bord d'attaque et les volets de bord d'attaque ou de bord de fuite;
  • les déporteurs et les aérofreins;
  • toutes les gouvernes et les interstices;
  • les hélices;
  • les entrées d'air réacteur, les séparateurs de particules et les grilles;
  • les pare-brise et autres fenêtres et hublots nécessaires pour assurer une bonne visibilité;
  • les antennes;
  • le fuselage;
  • les dispositifs d'instrumentation exposés comme les girouettes d'angle d'attaque, les antennes anémométriques et les orifices de pression statique;
  • les mises à l'air libre des réservoirs de carburant et des bouchons de réservoirs;
  • les entrées d'air et les orifices d'échappement de l'APU et du circuit de refroidissement;
  • le train d'atterrissage.

73.  Une fois que l'on sait, grâce à l'inspection des surfaces critiques, que l'aéronef est propre et correctement protégé, celui-ci devrait être autorisé à décoller dès que possible. Cette procédure est particulièrement importante s'il y a des précipitations ou si l'humidité relative est élevée. Inversement, il faut informer le pilote lorsqu'il y a encore de la contamination sur les surfaces critiques de l'aéronef et qu'il faut poursuivre les opérations de dégivrage. La décision du pilote d'annuler le vol peut reposer uniquement sur l'information obtenue du préposé au dégivrage.

Nota : L'application du « Concept de l'aéronef propre » est facilitée, notamment, par l'inspection des surfaces critiques, qui est une inspection externe des surfaces critiques de l'aéronef effectuée par une personne qualifiée avant le vol, et qui a pour but de déterminer si l'aéronef est encore contaminé par du givre, de la glace ou de la neige.

Date de modification :