Chapitre 4 - Mesures préventives et procédures de dégivrage

Techniques de mise en oeuvre du Concept de l'aéronef propre

  • Établir des programmes de formation pour mettre à jour les connaissances des membres d'équipage au sujet des dangers des opérations en hiver, des effets néfastes des formations de glace sur les performances des aéronefs et au sujet des procédures de dégivrage et d'inspection avant le décollage au cours des opérations au sol dans des conditions de givrage.

  • Établir des programmes de formation à l'intention du personnel affecté à la maintenance ou autre qui effectue le dégivrage des aéronefs pour s'assurer que ce personnel connaît bien les effets néfastes de la formation de glace sur les performances et les caractéristiques de vol des aéronefs, les composants critiques, les procédures de dégivrage et d'antigivrage spécifiques à chaque type d'aéronef et l'utilisation du matériel de dégivrage et d'antigivrage au sol, y compris la détection des conditions anormales d'exploitation.

  • S'assurer que l'on utilise les procédures appropriées de dégivrage et d'antigivrage au sol, que toutes les surfaces critiques sont inspectées, et que tous les éléments des surfaces critiques de l'aéronef sont propres avant le départ.

  • Effectuer une planification approfondie des activités de dégivrage au sol afin de s'assurer que, selon les conditions météorologiques prévues, des quantités suffisantes de liquide et l'équipement approprié sont disponibles et que les responsabilités sont spécifiquement assignées et comprises. La planification doit inclure les contrats de service.

  • Suivre de près les conditions météorologiques pour s'assurer que les données utilisées au moment de la planification demeurent valides tout au long des procédures de dégivrage et d'antigivrage au sol et pendant les opérations subséquentes de l'aéronef. Le type ou la concentration des liquides cryoscopiques utilisés de même que les procédures de dégivrage ou d'antigivrage et les plans de départ devraient être modifiés en conséquence.

  • Si cela est possible, utiliser la méthode en deux étapes qui consiste à enlever d'abord les dépôts de glace et ensuite à recouvrir toutes les surfaces critiques de l'aéronef d'un mélange approprié de liquide cryoscopique afin de prolonger la durée d'efficacité de l'antigivrage.

  • Assurer une bonne coordination des procédures de dégivrage et d'antigivrage afin que les derniers traitements soient effectués dans les minutes précédant le décollage.

  • Lorsque les installations ne sont pas centralisées, prévoir et utiliser des zones de dégivrage situées près de la position de décollage de l'aéronef pour effectuer le dégivrage, l'antigivrage et l'inspection finale de l'aéronef de manière à réduire le plus possible le temps entre le dégivrage et le décollage.

  • Utiliser plusieurs unités de dégivrage ou d'antigivrage afin d'assurer un traitement plus rapide et plus uniforme de l'aéronef lorsqu'il y a des précipitations.

  • Bien connaître les variables qui peuvent réduire les durées d'efficacité ainsi que les effets généraux de ces variables.

  • être conscient du fait que les lignes directrices sur les durées d'efficacité des traitements de dégivrage ou d'antigivrage à l'aide de liquides cryoscopiques ne peuvent être qu'approximatives et qu'à mesure que les conditions de givrage au sol et les circonstances changent, les durées d'efficacité applicables changent également. Il ne faut jamais relâcher la vigilance dans des conditions de givrage au sol.

  • S'assurer qu'une bonne communication existe en tout temps entre le CdB et l'équipe de dégivrage et d'antigivrage. Le CdB doit savoir quelles surfaces sont en train de se faire dégivrer ou antigivrer et à quel moment l'opération est terminée et que l'équipe de dégivrage s'est éloignée.

  • Ne pas démarrer les moteurs ni faire tourner les pales du rotor avant d'avoir l'assurance que tous les dépôts de glace ont été enlevés et que le personnel au sol ainsi que l'équipement sont éloignés. Les particules de glace projetées par des composants en rotation risquent d'endommager l'aéronef ou de blesser le personnel au sol.

  • être conscient que certaines opérations, comme une reprise de puissance, peuvent remettre en circulation des cristaux de glace, de la neige ou de l'humidité.

  • être conscient qu'au cours d'opérations à proximité d'autres aéronefs, de la neige, des particules de glace ou de l'humidité peuvent être soufflées sur des surfaces critiques de l'aéronef ou que de la neige sèche peut fondre et geler à nouveau.

  • Lorsque l'avion circule sur de la glace-neige ou des surfaces mouillées, le personnel de piste devrait porter une attention particulière à la contamination des logements de roues, à la partie inférieure du fuselage et aux gouvernes. Ne pas décoller si de la neige ou de la glace-neige est projetée sur des zones critiques de l'aéronef, comme le bord d'attaque des ailes, pendant la circulation au sol.

  • Savoir que les liquides de type II et de type IV de la SAE ne doivent être utilisés que sur des aéronefs dont la vitesse de rotation (Vr) est supérieure à 100 noeuds.

  • Utiliser des liquides cryoscopiques que le constructeur de l'aéronef approuve. Certains liquides peuvent être incompatibles avec les matériaux et la couche de finition d'un aéronef. À cause de leurs caractéristiques, certains liquides peuvent nuire aux performances et aux caractéristiques de vol de l'aéronef ou rendre les gouvernes instables.

  • Ne pas utiliser les substances approuvées pour les boudins de dégivrage (pour améliorer les performances de dégivrage) dans un autre but, à moins que le constructeur de l'aéronef n'approuve une telle pratique.

  • Utiliser les types de liquides cryoscopiques et les concentrations qui retarderont le plus longtemps possible la formation de glace dans les conditions ambiantes.

  • Établir des programmes d'assurance de la qualité pour s'assurer que les liquides cryoscopiques achetés et utilisés possèdent les caractéristiques nécessaires pour garantir des opérations de dégivrage et d'antigivrage efficaces.

  • Ne pas tenter de décoller, dans aucune circonstance, s'il y a le moindre doute pour toute raison sur l'état des surfaces critiques.

Dans le doute... demandez, enquêtez, vérifiez!

Date de modification :