Chapitre 5 - Supplément à l'intention du personnel de piste

Zones à couvrir

105.  La stratégie d'application du liquide devrait suivre les techniques normalisées, tont en tenant compte des procédures particulières requises en raison des différences de conception de l'aéronef à traiter. Dans la mesure du possible, on doit utiliser les méthodes mécaniques d'enlèvement des accumulations de neige, de glace ou de neige mouillée en veillant à bien suivre les procédures recommandées.

106.  Toutes les fenêtres et toutes les portes de l'aéronef doivent être fermées pendant les opérations de pulvérisation, les moteurs peuvent être coupés ou ils peuvent tourner au ralenti, et les systèmes de conditionnement d'air et (ou) l'APU doivent être coupés, sauf indication contraire de la part du constructeur de la cellule et des moteurs.

107.  Le processus de vaporisation doit être continu de manière à appliquer une pellicule de liquide égale et uniforme sur les surfaces à traiter.

108.  Voici les surfaces qu'il faut généralement traiter :

  • les bords d'attaque et de fuite des ailes;
  • l'extrados des ailes et des gouvernes;
  • l'extrados du stabilisateur horizontal et de la profondeur;
  • la dérive et la gouverne de direction;
  • les surfaces supérieures du fuselage des avions dont les moteurs sont montés à l'arrière, selon la quantité et le type de précipitations.

109.  Il faut prendre soin de vérifier que de la glace, de la neige ou de la glace-neige ne s'est pas accumulée, ou n'a pas été oubliée, dans des zones critiques comme les charnières des gouvernes, l'entrée d'air du groupe auxiliaire de bord (APU) ou entre des surfaces fixes et mobiles. Lorsque les moteurs sont à l'arrêt, il faut vérifier les parties avant et arrière des aubes de soufflante avant de faire démarrer les moteurs. Du givre transparent peut se former sous une couche de neige ou de glace-neige, ce qui peut la rendre difficile à détecter. C'est pourquoi il faut examiner soigneusement les surfaces de l'aéronef après le dégivrage. Il faut éviter de vaporiser accidentellement du liquide directement sur les hublots de la cabine, les fenêtres du poste de pilotage, les portes et les issues de secours, ou l'entrée d'air d'un APU qui fonctionne.

110.  En général, un traitement de dégivrage doit être appliqué du bord d'attaque vers le bord de fuite de la voilure. En ne suivant pas cette méthodologie, on risque de repousser la contamination à l'intérieur des ouvertures de la voilure ou du stabilisateur où elle pourrait geler de nouveau et bloquer ainsi les circuits de commandes, ce qui pourrait compromettre la sécurité du vol.

Nota : Avion à empennage en T. Ce type d'appareil a tendance à basculer à la suite du déséquilibre qui se crée lorsque les ailes sont propres et qu'il y a de lourdes accumulations de contaminants sur l'empennage.

Date de modification :