Chapitre 5 - Supplément à l'intention du personnel de piste

Liquide de dégivrage ou d'antigivrage sur le pare-brise du poste de pilotage

51.  En raison des propriétés inhérentes des liquides cryoscopiques, les essuie-glace d'aéronef parviennent difficilement à les essuyer ces liquides du pare-brise. En fait, les essuie glace ne parviennent bien souvent qu'à étaler le liquide et à maculer le pare-brise, de sorte qu'il devient très difficile pour les pilotes de voir au travers, surtout la nuit.

52.  Les préposés au dégivrage devraient être conscients de ce problème et savoir que même de petites quantités de liquide de dégivrage sur les fenêtres du poste de pilotage peuvent être suffisantes pour que les pilotes perdent le contact visuel avec les opérations qui se déroulent autour de l'appareil. En pareil cas, et surtout lorsque les signaux à bras sont le seul moyen de communication utilisé, toute communication entre le pilote et le préposé au dégivrage peut devenir impossible, et la sécurité globale des opérations peut être compromise.

53.  Dans certains cas, il peut être impossible de prévenir toute accumulation de liquide de dégivrage sur les pare-brise, mais le préposé au dégivrage devrait être conscient des conséquences négatives de la situation. Lorsqu'on donne à l'équipage de conduite l'autorisation de quitter le poste de dégivrage, il doit parfois retarder ce départ pendant qu'il tente d'enlever le liquide à l'aide des essuie-glace ou qu'il attend que le liquide s'écoule de lui-même et s'amincisse afin de mieux voir au travers du pare-brise. Le seul fait que la pulvérisation de dégivrage puisse réduire presque totalement la visibilité à partir du poste de pilotage constitue un argument probant pour l'utilisation d'un lien de communication par câble ou par radio entre le CdB et l'équipe de dégivrage.

Date de modification :