Chapitre 6 - Questions d'examen sur la contamination des surfaces critiques des aéronefs

1.0  Droit aérien, le concept de l'aéronef propre

1.01  Du givre, de la glace ou de la neige sur le dessus des liquides de dégivrage ou d'antigivrage

  1. ne sont pas considérés comme adhérant à l'aéronef, donc le décollage peut avoir lieu.
  2. doivent être considérés comme adhérent à l'aéronef, donc le décollage ne devrait pas avoir lieu.
  3. sont considérés comme adhérant à l'aéronef seulement lorsque la vitesse Vr est moindre que 100 kt.
  4. ne sont pas considérés comme adhérant à l'aéronef si celui-ci a été dégivré et ensuite antigivré.

1.02  Dans des conditions ou du givre, de la glace ou de la neige peut adhérer à l'aéronef, personne ne doit commencer un vol à bord d'un aéronef à moins que cet aéronef

  1. n'ait été dégivré.
  2. n'ait été inspecté juste avant le décollage afin de déterminer si du givre, de la glace ou de la neige adhèrent à ses surfaces critiques.
  3. une température de revêtement suffisamment élevée pour s'assurer que le givre, la glace ou la neige qui y adhèrent glisseront de l'aéronef lors du décollage.
  4. possède assez de puissance et soit sur une piste suffisamment longue pour permettre une accélération jusqu'à la Vr plus 10 % avant la rotation.

1.03  Avant le décollage, le CdB ne peut pas confirmer que l'aéronef est « propre ». Le décollage

  1. peut débuter seulement si le délai d'efficacité n'a pas été dépassé.
  2. peut débuter seulement si le liquide d'antigivrage utilisé empêche la glace ou la neige d'adhérer aux surfaces critiques.
  3. peut débuter seulement si la quantité de givre, de glace, ou de neige ne dépasse pas la quantité spécifiée dans le manuel d'exploitation de la compagnie.
  4. ne doit pas être tenté avant qu'il n'y ait confirmation que l'aéronef est propre.

1.04  Vous laissez un moteur en marche au cours d'une escale rapide, dans des conditions de givrage, car vous ne pouvez le redémarrer avec les moyens de démarrage de bord ou avec les moyens de démarrage externes à l'aéronef. Lorsque vous circulez au sol avant le décollage, on vous averti de la présence d'une quantité significative de neige mouillée sur l'aéronef. Puisque vos directives d'exploitations requièrent que les deux moteurs soient arrêtés pour le dégivrage vous devriez

  1. décoller, mais retarder la rotation jusqu'à Vr plus 10 %
  2. décoller, puisque la neige mouillée glissera de l'aéronef lors du décollage.
  3. retourner à l'aire de trafic, fermer le moteur que vous pouvez redémarrer et faire dégivrer les surfaces critiques avec soin.
  4. annuler le vol jusqu'à ce que l'équipement approprié soit disponible ou jusqu'à ce que les réparations requises soient effectuées.

1.05  La seule façon de s'assurer qu'un aéronef est « propre » avant le décollage can est la suivante, à condition

  1. qu'une confirmation soit donnée par le chef de l'équipe au sol que le liquide utilisé à la durée d'efficacité nécessaire.
  2. que l'aéronef n'ait pas à subir un temps d'attente au sol trop prolongé.
  3. qu'une inspection minutieuse soit effectuée par le CdB ou par le membre d'équipage de conduite désigné.
  4. que le décollage ait lieu dans le temps prescrit par les tableaux des durées d'efficacité.

1.06  Qui peut inspecter un aéronef avant un vol pour déterminer si du givre, de la glace ou de la neige adhèrent à ses surfaces critiques?

Le CdB et

  1. un membre de l'équipage de conduite de l'aéronef désigné par le CdB pour mener l'inspection.
  2. l'agent des opérations.
  3. l'équipe de dégivrage.
  4. une personne désignée par l'exploitant et qui a reçu la formation relative à la contamination des surfaces.
  5. tout technicien d'entretien d'aéronefs.
  1. A, B, C, D, E.
  2. A, B, C, D.
  3. A, B, C.
  4. A, D.

1.07  Lorsqu'un membre d'équipage d'un aéronef remarque que du givre, de la glace ou de la neige adhèrent aux ailes d'un aéronef avant le décollage, ce membre

  1. doit faire immédiatement rapport de cette observation au CdB.
  2. n'a pas besoin de faire rapport de cette observation si l'aéronef a été récemment dégivré.
  3. doit faire immédiatement rapport de cette observation à un membre d'équipage désigné.
  4. à moins d'avoir été désigné, n'a pas besoin de faire rapport de cette observation.

1.08  Avant le commencement du décollage, on avise le CdB que du givre, de la glace ou de la neige adhèrent aux ailes de l'aéronef.

Le CdB

  1. peut procéder au décollage sans inspecter davantage l'aile, si l'aéronef a été récemment dégivré.
  2. doit demander une décision de partir ou de rester au bureau responsable des opérations aériennes de la compagnie.
  3. doit demander à l'équipe de dégivrage d'inspecter les ailes avant le décollage.
  4. ou un autre membre de l'équipage de conduite désigné par le CdB devra inspecter les ailes avant le décollage.

1.09  Personne ne doit commencer un vol à bord d'un aéronef

  1. à moins que ce dernier n'ait été dégivré si des conditions de givre, de glace ou de neige existent.
  2. à d'être certain que le givre, la glace ou la neige glissera lors du décollage.
  3. si du givre, de la glace ou de la neige adhèrent aux surfaces critiques.
  4. si du givre, de la glace ou de la neige adhèrent aux surfaces critiques et ne peuvent être enlevés lors du décollage par les systèmes de dégivrage de l'aéronef.

1.10  Un transporteur aérien doit fournir de la formation aux membres d'équipage sur les incidences nocives de la contamination des surfaces de l'aéronef

  1. deux fois par année.
  2. lors de l'embauche et ensuite une fois par année.
  3. une fois tous les deux ans.
  4. lors de l'embauche seulement.

1.11  Les personnes autres que les membres d'équipage, qui ont besoin d'une formation annuelle sur les incidences nocives de la contamination des surfaces de l'aéronef sont :

  1. ceux désignés par le transporteur aérien pour effectuer des inspections en vue de déceler la contamination des surfaces, d'en faire rapport et d'inspecter les surfaces contaminées.
  2. ceux qui participent à des programmes de sensibilisation à la sécurité des opérations aériennes.
  3. les bagagistes et les préposés au ravitaillement en carburant qui effectuent l'entretien courant de l'aéronef de ce transporteur aérien.
  4. ceux désignés par le transporteur aérien pour dégivrer son aéronef.

1.12  Les candidats au programme de formation sur les effets nocifs de la contamination des surfaces de l'aéronef

  1. n'ont pas à enregistrer leur résultat.
  2. doivent subir un examen oral sur l'utilisation de l'équipement pour le dégivrage et l'antigivrage.
  3. seront testés sur leur compréhension des principes enseignés et leur capacité de les mettre en application.
  4. doivent subir un examen écrit sur la notion d'équipement de dégivrage et d'antigivrage et leur utilisation.

1.13  Les personnes qui participent aux opérations aériennes et qui ne sont pas tenues de recevoir une formation périodique sur les effets nocifs de la contamination des surfaces de l'aéronef doivent être

  1. avisées de leur responsabilité d'inspecter les surfaces afin d'y déceler toute trace de contamination.
  2. désignées comme personnel de relève pour déceler la contamination des surfaces et en faire rapport.
  3. testées sur leur compréhension des notions d'inspection des surfaces contaminées et de production de rapport.
  4. bénéficiaires d'un programme de sensibilisation à la sécurité concernant ce sujet.

1.14  Un agent de bord qui détecte de la neige adhérant aux ailes d'un aéronef

  1. doit faire rapport de son observation au chef de cabine.
  2. doit immédiatement faire rapport de son observation au CdB.
  3. n'est pas tenu de faire rapport de son observation si l'aéronef a été dégivré.
  4. n'est pas tenu de faire rapport de son observation si l'aéronef a subi un traitement antigivrage.

1.15  Le CdB remarque que du givre adhère à l'intrados des ailes à cause du carburant imprégné de froid. Le décollage

  1. ne doit pas être tenté avant que l'avion ait été dégivré.
  2. ne doit pas être tenté en aucune circonstance, puisque si l'on enlève le givre, celui-ci reviendra rapidement.
  3. peut se faire à la discrétion du CdB.
  4. peut avoir lieu, à condition de le faire en conformité avec les instructions du constructeur.

1.16  Du givre adhère à l'intrados de l'aile. Un décollage est

  1. interdit quelles que soient les circonstances.
  2. permis en respectant les instructions du constructeur de l'aéronef.
  3. permis si le diamètre des granules de givre ne dépasse pas 0,004 pouce.
  4. permis si la partie concernée a été traitée à l'aide d'un liquide de type I pur.

1.17  Qui peut inspecter un aéronef juste avant le décollage pour déterminer si du givre, de la glace ou de la neige adhèrent à ses surfaces critiques?

  1. Le CdB.
  2. Un membre de l'équipage de conduite désigné par le CdB.
  3. Une personne désignée par l'exploitant et qui a reçu la formation relative à la contamination des surfaces.
  4. Tous les énoncés ci-dessus.

1.18  Choisir les énoncés exacts sur l'utilisation des surfaces représentatives approuvées de l'aéronef.

  1. Le programme pour des opérations dans des conditions de givrage au sol de l'exploitant doit préciser les conditions en vertu desquelles on peut utiliser les surfaces représentatives de l'aéronef pour se conformer aux exigences de l'inspection avant le décollage.
  2. Les membres de l'équipage de conduite doivent être capables d'observer ces surfaces clairement.
  3. Leur surface ne devrait pas être modifiée d'une façon qui les ferait paraître différentes des surfaces environnantes.
  4. On approuvera au maximum une surface pour chaque aéronef.
  5. On peut s'en servir après l'expiration de la durée d'efficacité pour décider si l'aéronef peut décoller.
  1. A, B, C, E.
  2. A, B, E.
  3. A, C, D.
  4. B, D, E.

1.19  Quels sont les critères qui permettent aux exploitants au Canada qui utilisent des aéronefs munis de moteurs montés à l'arrière du fuselage d'effectuer un décollage lorsqu'il y a accumulation de gelée blanche sur le fuselage?

  1. Le fuselage sera dégivré s'il existe d'autres contaminants.
  2. Un exemplaire de l'exemption doit être inséré dans le manuel des procédures de dégivrage et d'antigivrage de l'aéronef.
  3. La gelée blanche est les seul contaminant acceptable sur le fuselage.
  4. Tous les énoncés ci-dessus.
Date de modification :