Chapitre 6 - Questions d'examen sur la contamination des surfaces critiques des aéronefs

2.0  Théorie et performances des aéronefs

2.01  Les aéronefs certifiés pour voler dans des conditions prédéterminées de givrage ont été conçus à cette fin et ont démontré l'efficacité de leur système de fournir une protection efficace contre les effets nocifs du givrage des cellules

  1. à la fois en vol et au sol.
  2. uniquement en vol.
  3. uniquement au sol.
  4. sous toutes les conditions de givrage en vol.

2.02  Les systèmes d'avertissement de décrochage sont calibrés pour fonctionner normalement

  1. dans des conditions de givrage si tous les composants sont chauffés.
  2. dans des conditions de givrage si la plaque de renfort est chauffée.
  3. sous toutes les conditions.
  4. sous condition que les ailes soient propres.

2.03  Les performances d'un aéronef peuvent être sérieusement affectées par le givre, la glace ou la neige sur les ailes et les gouvernes, principalement du fait

  1. de l'augmentation de la masse brute.
  2. d'un changement dans l'écoulement uniforme de l'air.
  3. que les articulations de gouvernes peuvent facilement geler.
  4. d'un déplacement préjudiciable du centre de gravité.

2.04  La présence de givre, de glace ou de neige sur une aile

  1. augmente la vitesse de décrochage, mais ne change pas le taux de montée.
  2. diminue la vitesse de décrochage et réduit le taux de montée.
  3. augmente la vitesse de décrochage et réduit le taux de montée.
  4. n'influence ni la vitesse de décrochage ni le taux de montée.

2.05  La contamination sur l'aile d'un aéronef est essentiellement dangereuse parce que

  1. l'aéronef peut décoller alors qu'il est en effet de sol, mais ne peut monter.
  2. la traînée empêchera l'aéronef d'accélérer jusqu'à la vitesse de décollage.
  3. sa masse fera avancer le centre de poussée et réduira le taux de montée.
  4. tous les éléments énumérés ci-dessus.

2.06  Du givre, de la glace ou de la neige installés sur les bords d'attaque et sur l'extrados d'une aile, ayant une épaisseur et une rudesse semblables à celui d'un papier de verre à grain moyen ou à gros grain, peuvent réduire la portance d'une aile jusqu'à ... et augmenter la traînée jusqu'à ...

  1. 10 %, 20 %.
  2. 30 %, 40 %.
  3. 50 %, 75 %.
  4. 75 %, 100 %.

2.07  Les effets nocifs du givre, de la glace ou de la neige sur un aéronef comprennent

  1. une diminution de poussée et de portance, et une augmentation de la traînée et de la vitesse de décrochage.
  2. des changements de la compensation et des modifications aux caractéristiques de décrochage.
  3. des modifications aux caractéristiques de manoeuvrabilité.
  4. Toutes les réponses ci-dessus.

2.08  Le givre, la glace ou la neige sur un aéronef peuvent

  1. augmenter la vitesse de décrochage, mais les caractéristiques de décrochage demeurent inchangées.
  2. augmenter la traînée, mais l'accélération au décollage demeure inchangée.
  3. diminuer la portance et modifier les caractéristiques de décrochage et de manoeuvrabilité.
  4. diminuer la poussée et la vitesse de décrochage.

2.09  La diminution de la portance de l'aile provient en grande partie de la contamination

  1. de l'intrados.
  2. du bord d'attaque.
  3. des volets.
  4. du bord de fuite.

2.10  L'utilisation des liquides de types II et IV de la SAE sur les gros aéronefs

  1. ne cause aucune dégradation des performances ou ne nécessite aucune compensation au niveau de la masse ou du décollage.
  2. nécessite une compensation au niveau de la masse et du décollage pour tous les aéronefs dont la Vr est supérieure à 100 kt.
  3. devrait être réservée exclusivement aux aéronefs dont la Vr est supérieure à 100 kt.
  4. devrait être réservée exclusivement aux aéronefs dont la Vr est supérieure à 85 kt.

2.11  L'utilisation des liquides de types II et IV de la SAE peut causer une dégradation des performances pour les avions qui ont une vitesse de rotation

  1. de 85 kt à 100 kt seulement.
  2. de 85 kt et moins seulement.
  3. supérieure à 100 kt.
  4. de 100 kt et moins.

2.12  L'un des éléments déterminants pour l'utilisation de liquides antigivrage sur un avion donné est

  1. le temps nécessaire pour atteindre Vr.
  2. le temps nécessaire pour atteindre V1.
  3. la distance parcourue pour accélérer jusqu'à V2min.
  4. la distance parcourue pour accélérer jusqu'à V3.

2.13  Qui devrait déterminer quels effets les liquides résiduels de type II et de type IV de la SAE qui demeurent sur l'aéronef auront sur les performances ou sur la manoeuvrabilité de l'aéronef en vol?

  1. Le fabricant du liquide.
  2. Le constructeur de l'aéronef.
  3. L'exploitant de l'aéronef.
  4. L'entrepreneur responsable du dégivrage.

2.14  On a constaté que, à des températures inférieures à -10°C, le propylène glycol pur dont la concentration en glycol est d'environ 88 % pouvait réduire la portance d'environ

  1. 10 %.
  2. 20 %.
  3. 30 %.
  4. 40 %.

2.15  Le givre et de la glace peuvent se former, ou de la neige peut adhérer à la surface d'un aéronef si la température de son revêtement est

  1. à ou au-dessous du point de congélation et l'air environnant est au-dessus du point de congélation.
  2. au-dessous du point de congélation et l'air environnant est frais et humide.
  3. au ou au-dessous du point de congélation et l'air environnant est bien au-dessous du point de congélation.
  4. tous les énoncés ci-dessus sont exacts.

2.16 A près un vol prolongé à une température de -20°C, un aéronef fait une escale rapide à un aérodrome où la température et le point de rosée sont de 10°C et 9°C respectivement. Le pilote peut s'attendre à

  1. une obstruction du circuit de mise à l'air libre du carburant.
  2. la formation de glace sur toute la surface des ailes.
  3. ne rencontrer aucun problème.
  4. du givre se formant dans la région des réservoirs de carburant situés dans les ailes.

2.17  Un aéronef qui a été dégivré dans un hangar chauffé est poussé dehors alors que la température est au-dessous de zéro. Le pilote devrait être particulièrement vigilant à

  1. la congélation des surfaces trempées ou des flaques d'eau.
  2. la formation de givre.
  3. la sublimation de vapeur d'eau en cristaux de glace.
  4. tous les énoncés mentionnés ci-dessus.

2.18  Lorsque l'aéronef circule dans la neige fondante ou sur des surfaces trempées, l'équipe au sol devrait être particulièrement vigilante en ce qui a trait à la contamination

  1. du logement de train.
  2. de la surface inférieure de l'aéronef.
  3. des gouvernes.
  4. de tous les énoncés énumérés ci-dessus.

2.19  Par forte humidité, un aéronef est ravitaillé en carburant à température au dessous de zéro. Le pilote peut s'attendre à

  1. du verglas se formant autour des réservoirs structuraux de carburant.
  2. du givre se formant autour des réservoirs structuraux de carburant.
  3. ni verglas ni givre.
  4. du givre se formant autour des réservoirs structuraux de carburant seulement si la température de l'air ambiant est au-dessous de zéro.

2.20  Après un long vol à une température de -20°C, un aéronef se pose pour une brève escale à un aérodrome où il y a une légère bruine et la température est de +8°C. Le pilote peut s'attendre à

  1. rien.
  2. ce que de la glace se forme sur l'extrados de l'aile dans la région des réservoirs de carburant.
  3. ce que du givre se forme sur l'extrados de l'aile dans la région des réservoirs de carburant.
  4. ce que de la glace et du givre se forment respectivement sur l'intrados et l'extrados de l'aile.

2.21  Au moment du dégivrage d'un aéronef dont l'aile est recouverte de givre à cause du phénomène d'imprégnation par le froid,

  1. les valeurs maximales du tableau des durées d'efficacité sont applicables.
  2. le givre a tendance à se reformer très rapidement, même lorsqu'on l'enlève.
  3. aucune autre opération de dégivrage ne sera nécessaire.
  4. les valeurs minimales du tableau des durées d'efficacité sont applicables.

2.22  Le phénomène d'imprégnation par le froid peut prendre des proportions inquiétantes lorsque, à un aérodrome, il y a

  1. de la bruine, la température ambiante étant de l'ordre de +15°C.
  2. de la pluie, la température de revêtement de l'aéronef étant de +8°C.
  3. de la neige sèche, la température du revêtement de l'aéronef se situant entre de +8°C et +14°C.
  4. de la neige mouillée, la température ambiante étant de l'ordre de 0°C.
Date de modification :