Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Ex. 10 – Panne moteur pendant un décollage ou une remise des gaz

Objectifs

Apprendre à l’élève à :

  • garder une maîtrise sécuritaire de l'avion en cas de panne moteur lors d’un décollage ou d'une remise des gaz
  • exécuter les procédures d'urgence appropriées
  • atteindre les vitesses appropriées et, si l'avion le peut, continuer à monter

Justification

Les décollages et les remises de gaz sont deux des phases les plus critiques du vol. Une réaction prompte et appropriée s'impose pour garder la maîtrise de l'avion en cas de panne moteur à ces phases du vol.

Connaissances de base essentielles

Revoir au besoin les connaissances de base essentielles de l'Exercice n° 6, Panne de moteur (en vol de croisière).

  • En conditions réelles, comme ce scénario se produirait près du sol, le délai de réaction du pilote serait plus court et il y aurait moins de place à l’erreur en comparaison du scénario de la « panne de moteur en vol ».
  • Il est crucial de respecter une séquence d’actions rapides et méthodiques pour éviter toute confusion quant au moteur touché par la panne.
  • Préciser à l’élève que la séquence d’actions doit correspondre à la liste de vérifications applicable en cas de panne de moteur au décollage.

Revoir les graphiques de performances de l'avion avec un moteur en panne.

Expliquer que la perte d'un moteur peut se traduire par une perte de 80 % ou plus des performances en montée.

Expliquer la diminution additionnelle de performances causée par :

  • les volets
  • le train d'atterrissage
  • l'hélice en moulinet
  • les volets de capot
  • une inclinaison latérale inférieure à 3° à 5°

Expliquer la procédure recommandée dans le POH/AFM en cas de panne moteur. En l'absence de procédures recommandées dans le POH/AFM, voir la procédure décrite à la page suivante.

Conseils à l'intention de l’instructeur

Comparer le rapport puissance/masse d'un avion monomoteur que l'élève a déjà piloté au rapport puissance/masse de l'avion multimoteur qui servira à l'entraînement. Le rapport d’un avion multimoteur dont un moteur est en panne présente des différences dignes de considération.

Cet exercice doit être exécuté à une altitude opérationnelle sécuritaire et selon le POH/AFM. Il doit être tenu compte de l'altitude-densité lorsque l'exercice a lieu par temps chaud ou à haute altitude.

Avant de simuler une panne moteur lors d'une remise des gaz, s'assurer que l'élève sait effectuer une remise des gaz lorsque les deux moteurs fonctionnent normalement. Il est recommandé de ne pas simuler des pannes de moteur au-dessous de 500 pieds AGL. N'exécuter cet exercice sur des approches à l'atterrissage réelles que lorsque l'élève le maîtrise bien en altitude.

La démonstration initiale et la mise en pratique subséquente de l'exercice par l'élève devrait se faire à un rythme qui permet de bien faire toutes les vérifications. Une fois l'habitude des routines prise, on peut accélérer le rythme d'exécution.

Bien faire ressortir qu'en cas de panne moteur lors d'une remise des gaz, le pilote devrait normalement exécuter un circuit et atterrir. Il est préférable de déterminer la cause de la panne moteur une fois revenu au sol. Les vérifications pour trouver la cause ne devraient se faire que si le pilote doit se rendre à un autre aérodrome.

L’élève doit effectuer les vérifications mémorisées « qu'il faut connaître par cœur » immédiatement après la panne moteur tout en gardant la maîtrise de l'avion. S'assurer que l'élève garde la maîtrise de la vitesse et de la direction de l'avion. Après avoir atteint une altitude de sécurité, il est conseillé de revoir la liste de vérifications applicable en cas d’urgence et d’enchaîner avec la liste de vérifications « approche et atterrissage sur un seul moteur » ou avec la liste de vérifications « arrêt moteur », selon la distance à laquelle se trouve l’aérodrome convenable le plus proche.

Instruction et mise en pratique

Panne moteur pendant une remise des gaz

En l'absence de procédure prescrite dans le POH, suivre le procédure ci-dessous. Prendre note que les termes en CARACTÈRES GRAS indiquent les points qu'il faut mémoriser.

MAÎTRISE lacet, roulis, vitesse
PUISSANCE mélanges riches, hélices « PETIT PAS », manettes des gaz « PLEIN GAZ »
TRAÎNÉE vérification : train d'atterrissage et volets rentrés
IDENTIFICATION du moteur en panne
VÉRIFICATION que le moteur suspect est bien celui qui est en panne en réduisant le réglage de la manette des gaz du moteur suspect
MISE EN DRAPEAU hélice du moteur en panne
SÉCURITÉ compléter la liste de vérifications lorsque le temps et l'altitude le permettent ATTERRISSAGE si l'aérodrome le plus proche ne convient pas, se rendre à l'aérodrome convenable suivant.
LAND if an airport is not suitable, then proceed to the nearest suitable airport

Le pilote termine la liste de vérification et cherche la cause de la panne s'il doit se dérouter vers un autre aérodrome.

Dans une région éloignée de l'aérodrome et à une altitude opérationnelle sécuritaire, demander à l'élève d'exécuter la liste de vérifications pré-atterrissage et d'établir l'avion en configuration de descente et d'atterrissage, à la vitesse d'approche en finale pleins volets.

Garder le contrôle de l'avion. Commencer la remise des gaz à une altitude prédéterminée. Rentrer le train d'atterrissage et les volets selon le Manuel d'utilisation de l'avion. Tout en maintenant la vitesse ascensionnelle recommandée, prendre note de la vitesse ascensionnelle indiquée, puis simuler une panne moteur en réduisant la puissance d'un moteur jusqu'au régime ralenti. Exécuter les vérifications mémorisées (qu'il faut connaître par cœur) prévues dans la liste de vérifications en cas d'urgence. Juste avant de simuler la mise en drapeau de l'hélice, souligner la diminution de la vitesse ascensionnelle. Puis, simuler la mise en drapeau en réglant la puissance à la poussée nulle. Prendre à nouveau note de la vitesse ascensionnelle : elle devrait avoir augmenté légèrement.

En se servant de la liste de vérifications de remise en marche du moteur en vol, réactiver la puissance du moteur puis laisser l'élève répéter l'exercice, tel qu'il vient de lui être démontré.

Procéder ensuite à une nouvelle démonstration en simulant une panne moteur avant de rentrer le train d'atterrissage et les volets puis laisser l'élève pratiquer l'exercice.