TP 13158 - SATOPS - Rapport final

Les passagers d'avion à flotteurs et d'hélicoptère ne disposent pas de suffisamment d'information sur les procédures d'évacuation lorsque l'aéronef est immergé au cas où celui-ci se retourne au décollage, à l'atterrissage ou au cours d'un amerrissage d'urgence. Une formation sur la survie est offerte au personnel qui travaille sur les sites de prospection pétrolière au large des côtes, mais il est évident qu'une formation de ce niveau n'est pas nécessaire à la majorité des passagers. La Sécurité du système de Transports Canada devra se pencher sur cette question, mais l'information doit être compilée selon un format qui peut être facilement distribué.

RS 52 - Transports Canada devrait rédiger une brochure décrivant les procédures d'évacuation lorsque l'aéronef est immergé et que les exploitants aériens pourraient fournir à leurs passagers et à leurs clients.

MI 52 - Les pilotes d'avion à flotteurs et les pilotes d'hélicoptère qui survolent des plans d'eau devraient inclure des renseignements sur l'évacuation d'un aéronef immergé dans leur exposé aux passagers.

Une fois par an, tous les membres du personnel d'exploitation doivent suivre une formation (validée par un examen) sur la contamination des surfaces. De nombreuses personnes ont indiqué que cette formation était insuffisante pour de nombreux types d'exploitation, surtout les hélicoptères. Tout ce qui a trait aux différents types de liquides de dégivrage et aux méthodes d'application n'est pas pertinent à la majorité des exploitants de taxi aérien. Les aides à la formation produites par Transports Canada doivent être révisées pour qu'elles puissent s'appliquer aux types précis d'exploitation. Par ailleurs, il n'existe pas d'aide à la formation conçue spécifiquement pour le travail aérien.

RS 53 - Transports Canada devrait élaborer plusieurs modules du programme de formation sur la contamination des surfaces qui soient pertinents aux conditions particulières en vol VFR, comme le taxi aérien, le travail aérien et les hélicoptères.

Au cours des séances de consultation avec l'industrie, il est devenu évident que beaucoup de pilotes, d'exploitants aériens et même d'inspecteurs de l'Aviation civile de Transports Canada ne sont pas au courant des cours, du matériel de formation (y compris les vidéos sur la sécurité), ni de l'information sur la sécurité que la Sécurité du système a mis au point. Ces outils de formation doivent être communiqués à l'industrie et au personnel de TC. Avec le concours de NAV CANADA, on pourrait préparer des trousses imprimées pour annoncer les prochains cours.

RS 54 - Transports Canada devrait faire de la publicité pour les cours, les programmes et l'information sur la sécurité (brochures, vidéos, etc.) sur le site Web de la Sécurité du système et dans divers bulletins de Sécurité aérienne.

MI 54 - Les exploitants aériens, les pilotes et les TEA devraient assister aux cours sur la sécurité et distribuer l'information aux autres employés. Les exploitants aériens devraient encourager leurs employés à suivre ces cours.

L'introduction du RAC a obligé l'industrie de l'aviation à se mettre au courant d'une grande quantité d'information dans des délais relativement courts. Les pilotes, les exploitants aériens et les TEA auraient tout intérêt aussi à apprendre cette information autrement qu'en lisant le RAC ou la Publication d'information aéronautique. On retient plus facilement et plus longuement ce que l'on a appris de façon amusante.

RS 55 - Transports Canada devrait trouver des façons plus intéressantes d'informer les pilotes des changements concernant les règlements et les procédures, par exemple au moyen de jeux-questionnaires dans Sécurité aérienne - Nouvelles.

Date de modification :