Sécurité aérienne - Nouvelles 1/2004

Sécurité du système

Vérifications à faire avant de voler en hiver

Adaption de Winter Flying Tips, Andy Rempert, inspecteur en sécurité aérienne à la FAA

L'hiver est à nos portes, et vous vous réjouissez à l'idée de contempler les paysages enneigés, d'aller pêcher sur la glace, de rendre visite à un ami dans un chalet éloigné ou de vous rendre dans une pourvoirie. Le vol en hiver offre bien des satisfactions, mais il ne faut jamais oublier que les conditions sont très différentes de celles de l'été et que ces différences doivent être prises au sérieux. La loi de Murphy y est plus vraie que jamais et peut vous jouer des tours sur le plan de la sécurité. « Ce qui peut aller de travers... finira par aller de travers. » En hiver, les jours sont beaucoup plus courts que ce à quoi vous êtes habitué. Le temps change rapidement, et si ne vous êtes pas préparé à camper en pleine nature à chaque vol, vous pourriez avoir des surprises déplaisantes lorsque les conditions météo vous empêcheront de redécoller. Sans feu de camp ni abri, les nuits d'hiver sont longues et froides. Alors autant s'y préparer!

La première étape est la liste de vérifications. Je reviendrai plus tard sur les règles de base qui vous aideront à établir votre propre liste, celle qui est la mieux adaptée aux genres de vols que vous prévoyez. Inutile de dire que la maintenance de l'aéronef doit être plus attentive que jamais, que la cellule et le moteur doivent avoir été inspectés selon le programme que vous avez soigneusement établi pour protéger vous-même et votre appareil et pour assurer sa navigabilité permanente. Voici une liste de vérifications de maintenance qui vous permettra de confirmer l'état de navigabilité de votre aéronef et de vous préparer en vue d'un vol hors des « sentiers battus ».

Train d'atterrissage

Installation des skis : Inspectez les skis et tous leurs accessoires de montage. Assurez-vous que les câbles et les attaches sont en bon état. Vérifiez particulièrement l'angle d'incidence des skis et la tension du câble d'amortissement. Assurez-vous que l'arrière des skis répond à toutes les exigences.

Remplacez le câble d'amortissement ou tout autre câble qui présente des brins cassés ou semble usé. Inspectez le dessous des skis pour déceler les traces d'usure. Polissez soigneusement toute surface rugueuse qui, dans certaines conditions, contribue à l'adhérence de la glace ou de la neige humide, ce qui pourrait causer un freinage intempestif au décollage ou à l'atterrissage.

Installation des skis à roue : Vérifiez l'état des pneus et des éléments de montage. Inspectez les moyeux et l'axe de la roue en recherchant les criques. Pour lubrifier les paliers des roues, utilisez une graisse formulée pour les basses températures et nettoyez soigneusement chaque roue.

Train d'atterrissage : Vérifiez l'état des jambes de train, des ressorts, des accessoires de montage et des câbles amortisseurs. Nettoyez et lubrifiez le train d'atterrissage.

Couvertures d'aile et réchauffeur

Il est recommandé d'avoir à bord des couvertures d'aile pour éviter l'accumulation de neige ou de glace. Un réchauffeur de moteur facilitera la montée en température et réduira l'usure des pièces du moteur sans parler de la batterie qui a besoin de toute son énergie pour amener le moteur à sa vitesse de démarrage par temps très froid.

Couvertures d'aile : Inspectez toutes les couvertures d'aile et de fuselage en recherchant les déchirures et les signes d'usure. Faites les réparations nécessaires. En particulier, remplacez les cordons élastiques qui semblent usés ou effilochés.

Réchauffeur : Vérifiez l'état, le fonctionnement et l'efficacité de l'appareil. Ne laissez jamais un appareil de chauffage sans surveillance lors du réchauffage du moteur.

Extincteur : Vérifiez la charge (en pesant l'extincteur), la pression (zone verte) et l'homologation. Il est recommandé d'avoir deux extincteurs à bord.

Équipement de l'aéronef : Assurez-vous de bien connaître l'état général de votre aéronef avant les premières neiges. Surveillez particulièrement toute variation appréciable des performances de l'appareil et de ses systèmes au cours de l'hiver. Vérifiez l'état des bouchons et des drains de carburant. Maintenez les réservoirs de carburant pleins pour réduire la condensation qui peut entraîner la formation de cristaux de glace et d'eau dans les tuyauteries et le décanteur. Vérifiez la radiobalise de détresse (ELT) pour vous assurer qu'elle fonctionne bien et que ses piles sont dans les limites de validité. Vous devriez aussi emmener un jeu de piles supplémentaire. Inspectez le refroidisseur d'huile (propreté et fuites). Assurez-vous que le moteur et le refroidisseur sont munis des caches appropriés pour réduire la capacité de refroidissement de l'huile et des cylindres. Faites une vidange d'huile avec remplacement du filtre avant la saison d'hiver. Vérifiez le bon fonctionnement du réchauffeur de carter d'huile, s'il y en a un.

Équipement de survie hivernal : Comme vous le savez, le Règlement de l'aviation canadien (RAC) impose un équipement d'urgence minimal pour tout aéronef qui effectue des vols dans les régions isolées, loin des zones habitées ou urbaines. Cet équipement a pour but d'assurer la survie du pilote et des passagers en attendant l'arrivée des secours sur les lieux d'un atterrissage forcé. Le paragraphe 602.61(1) du RAC précise qu'il est « [...] interdit d'utiliser un aéronef au-dessus de la terre ferme, à moins que ne soit transporté à bord un équipement de survie adéquat pour assurer la survie au sol des personnes à bord, compte tenu de l'emplacement géographique, de la saison et des variations climatiques saisonnières prévues, lequel équipement de survie offre les moyens d'allumer un feu, d'aménager un abri, de fournir ou de purifier de l'eau, et d'émettre des signaux de détresse visuels ». Le paragraphe (1) ne s'applique pas à un ballon, à un planeur, à une aile libre, à un autogire ou à un ultraléger. Il ne s'applique pas non plus aux aéronefs restant à moins de 25 NM de leur aérodrome de départ, dans la mesure où une communication radio est maintenue pendant le vol. Néanmoins, se préparer en vue d'une éventuelle urgence est le meilleur investissement que vous puissiez faire. Consulter les manuels de survie et mettre en pratique certaines de leurs recommandations peut transformer une situation d'urgence légèrement inconfortable en une très intéressante excursion. Vos principaux ennemis sont : 1) vous-même, 2) les blessures subies à l'atterrissage, 3) la température, 4) la maladie. Cette liste n'est pas exhaustive mais constitue un bon point de départ. Votre équipement devrait vous offrir ou vous permettre d'obtenir un abri, la sécurité, la chaleur, la possibilité de traiter des blessures, de la nourriture et des moyens de signalisation.

Équipement de survie : Scie suédoise pliante, hachette ou hache, lime, pince-étau, pince multiprise, jeu de tournevis, pelle légère (une raquette à neige peut servir de pelle). Dans le grand Nord, ajoutez-y une scie à glace ou un couteau pour tailler la neige durcie et bâtir un igloo. Une grande feuille de plastique épais de 9 pieds sur 12, de couleur rouge ou jaune, permet de faire une tente. Vous devez également avoir des allumettes imperméables, une bougie ou du produit allume-feu, un miroir de signalisation, une petite boussole, un couteau à lames multiples et accessoires divers, du produit anti-insectes, une moustiquaire, un sifflet, 15 mètres de cordelette de nylon de 3 mm de diamètre et des fumigènes. Dans les magasins d'équipement de plein air vous trouverez des repas sous vide ou déshydratés contenant des glucides complexes et des vitamines de haute qualité qui sont à la fois légers, de longue conservation (plusieurs années) et très nutritifs. Rangez-les dans un petit sac en plastique placé dans une gamelle en métal.

Trousse personnelle de premiers soins : Dans un emballage plastique hermétique : pansements compressifs, pansements triangulaires, rouleau de ruban adhésif 2 pouces, compresses de gaze, aspirine, Advil, pansements adhésifs, lames de rasoir, ciseaux, savon, Kotex de format sac à main, Kleenex, épingles de sûreté, petit tube de crème antiseptique. Il est vivement recommandé de vous procurer une trousse d'urgence complète auprès d'une organisation de sécurité nationale reconnue. Pour votre gouverne, vous pouvez survivre sans air pendant environ 3 minutes, sans abri par temps très froid, pendant 6 heures, sans eau pendant 3 à 6 jours, sans nourriture pendant 3 semaines, sans la volonté de vivre???

Le vol en hiver offre bien des joies, mais il convient de le planifier soigneusement et de toujours jouer la sécurité. N'hésitez pas à dire « Non, je ne volerai pas aujourd'hui! ». Et souvenez-vous que, plus de temps vous consacrerez à préparer votre excursion hivernale, moins vous en passerez à vous préoccuper des situations d'urgence.

Page précédentePage suivante
Date de modification :