Sécurité aérienne - Nouvelles 1/2004

Sécurité du système

L'achat d'un avion ultra-léger - Partie 2

par l'inspecteur Martin Buissonneau, Aviation de loisir, Normes de formation de vol, Transports Canada, Région du Québec

Trike

Partie 2

Dans la première partie nous avons abordé l'importance de définir les besoins. Nous avons mentionné le type de permis de pilote requis, le choix et les caractéristiques des appareils et des moteurs offerts, leur équipement, l'assurance requise et certaines considérations importantes afin de protéger cet investissement. Nous abordons maintenant le transport de passagers, l'achat d'un avion neuf ou d'occasion et l'installation d'un parachute de type balistique.

Le transport de passagers

La deuxième question porte sur le choix d'un avion ultra-léger de base ou de type évolué.

À l'heure actuelle, le transport de passagers en avion ultra-léger de base est interdit, sauf dans deux cas :

  1. dans le cadre d'une formation en vol ayant pour but la délivrance d'un permis de pilote - avion ultra-léger ou l'annotation de la qualification d'instructeur sur un permis de pilote - avion ultra-léger;
  2. lorsque deux détenteurs de permis de pilote - avion ultra-léger prennent place à bord de l'appareil (ce cas est aussi vrai pour le permis de pilote de loisir - avion et pour la licence de pilote privé - avion).

Dans le cas d'un avion ultra-léger de type évolué, le pilote peut assurer le transport d'un passager s'il est titulaire d'une licence ou d'un permis autorisant le transport d'un passager. Dans un proche avenir, le détenteur d'un permis de pilote - avion ultra-léger pourra lui aussi transporter un passager après avoir suivi une formation supplémentaire et réussi un test en vol, ce qui lèvera la restriction « Pas de passagers » sur son permis de pilote.

Pour qu'un avion ultra-léger soit considéré comme étant de type évolué, 1) le constructeur doit avoir émis une déclaration de conformité pour l'avion ultra-léger visé, 2) le propriétaire ne doit faire aucune modification sur son appareil sauf si la modification a été approuvée par écrit par le constructeur, 3) l'appareil doit être entretenu conformément au programme de maintenance indiquée par le constructeur, 4) le propriétaire doit se conformer aux mesures obligatoires publiées par le constructeur et 5) une affiche doit être apposée bien à la vue des deux occupants de l'aéronef et doit porter la mention suivante : « Cet aéronef est un avion ultra-léger de type évolué qui est utilisé sans certificat de navigabilité ». On peut vérifier dans la liste publiée sur le site Internet de Transports Canada quelles marques et quels modèles d'avions ultra-légers sont de type évolué. Pour vérifier si un certain appareil immatriculé est de type évolué, la mention « Advanced UL de type évolué » doit être inscrite dans la case « Objet » du certificat d'immatriculation. Sur les certificats d'immatriculation plus anciens, on peut aussi retrouver la mention « /a » dans la case « Désignation du constructeur de l'aéronef ».

Neuf ou d'occasion

La troisième question porte sur le choix d'acheter un appareil neuf ou d'occasion. Il se peut qu'il soit impossible d'acheter un appareil d'occasion d'un modèle ou d'une marque en particulier ou qu'un appareil neuf d'un certain type ne soit pas disponible.

Après avoir étudié et analysé toutes les informations provenant du constructeur et portant sur le modèle qui vous intéresse, rendez-vous aux aérodromes et discutez avec les pilotes propriétaires d'avions ultra-légers pour vous renseigner, surtout s'ils possèdent le modèle que vous envisagez d'acheter. Souvent les personnes qui n'ont rien à vendre ou rien à gagner en partageant leur expérience sont une bonne source d'information. Par ailleurs, la navigation sur Internet est un bon moyen de se documenter sur l'appareil visé (sites d'associations, de constructeurs, groupes de discussions, sites passant en revue certains modèles, etc.).

L'achat d'un appareil neuf suscite moins d'inquiétudes que l'achat d'un appareil d'occasion. Néanmoins, il faut parfois assembler l'appareil neuf et, selon la marque et le modèle, la complexité et les heures de travail requises peuvent varier énormément. Il est normal de ne pas posséder tous les talents et il ne faut pas hésiter, si l'on a des doutes, à faire assembler l'appareil, lorsque cela est possible, par le constructeur ou le représentant autorisé (si celui-ci détient la compétence pour exécuter ce travail) ou de le faire assembler par une personne compétente et reconnue par le milieu aéronautique et qui a déjà, de préférence, assemblé un tel modèle d'avion ultra-léger.

Une fois que le montage de l'appareil est terminé et que celui-ci est immatriculé et assuré, les divers essais devront être faits avec beaucoup de rigueur. Les essais et le rodage du moteur devront être effectués en suivant les procédures du constructeur à la lettre. Les essais de l'appareil au sol et en vol seront, de préférence, exécutés par un pilote d'avion ultra-léger possédant une bonne expérience de vol et possédant une certaine expérience de pilotage sur le modèle en cause. Des procédures et des étapes très précises doivent être suivies pour que ces essais soient réalisés en toute sécurité. En raison des exigences de ces essais, il est préférable de demander à un pilote expérimenté de les effectuer.

Si vous prévoyez acheter un avion ultra-léger d'occasion, voici quelques points à vérifier attentivement : 1) Est-ce un appareil accidenté et réparé? 2) Quel est le nombre d'heures de vol de la cellule, du moteur et de l'hélice? 3) L'avion était-il garé à l'intérieur ou à l'extérieur? 4) Le propriétaire tenait-il un carnet de route et un livret d'entretien de cet appareil? 5) Le propriétaire possède-t-il toujours un manuel du constructeur et si non, est-ce possible de s'en procurer un directement auprès du constructeur? 6) L'entretien du moteur et de la cellule était-il fait selon les recommandations du constructeur? Bien que les réponses à ces questions soient difficilement vérifiables par l'acheteur, l'inspection de l'appareil par un expert demeure une bonne méthode d'évaluation avant de prendre une décision finale.

Pour clore cette portion sur les appareils d'occasion, voici quelques suggestions. Dans le cas des avions ultra-légers de base, méfiez-vous des modifications apportées par le propriétaire dans le but « d'améliorer le modèle ». Faites vérifier l'appareil par un technicien en aéronautique avant l'achat (il vérifiera entre autres la qualité et la durée de vie restante de l'entoilage, l'utilisation de pièces non autorisées en aviation ou sur ce modèle en particulier, l'installation ou le montage de certains éléments par des moyens non approuvés en aviation, etc.) et faites exécuter un test en vol par un pilote expérimenté et compétent sur ce modèle d'avion ultra-léger tout en vérifiant d'abord la police d'assurance pour éviter des complications et des poursuites en cas d'accident. Selon l'âge et la condition générale de l'appareil, remplacez les pièces essentielles qui, dans le cas d'une défaillance en vol, rendraient l'appareil impossible à piloter. Enfin, prévoyez le coût des pièces à changer et des réparations à effectuer sur l'aéronef.

Voici quelques dernières suggestions d'ordre général. Envisagez sérieusement l'installation d'un parachute balistique. Ce dernier est relativement peu coûteux (de 700 à 1500 $ environ), mais combien utile si par malheur un bris majeur survenait. Il vous dépose presque délicatement au sol et réduit considérablement le risque de blessures graves. Informez-vous des protections qu'offrent les polices d'assurances, comme par exemple, l'assurance de responsabilité civile, l'assurance sur la coque de l'appareil en vol et au sol, et finalement l'assurance invalidité. Si vous n'êtes pas déjà titulaire d'un permis ou d'une licence de pilote, informez-vous auprès de votre compagnie d'assurance vie des conséquences de devenir pilote sur les primes annuelles. Étudiez la possibilité d'acheter un avion ultra-léger en groupe de deux ou de trois personnes ou encore la possibilité de louer un avion à une école de pilotage qui permet la location d'aéronefs. Prévoyez aussi le coût d'un entraînement sur le nouvel appareil, surtout si vous n'avez jamais piloté ce modèle d'avion ultra-léger.

En conclusion, choisissez un appareil dans lequel vous vous sentez à l'aise et que vous aurez du plaisir à piloter, car nous sommes ici en plein cour de l'aviation de loisir.

Page précédentePage suivante
Date de modification :