Sécurité aérienne - Nouvelles 1/2004

Sécurité du système

À la lettre - Surcharge

À la suite de l'article sur la surcharge publié dans le numéro 2/2003, j'aimerais ajouter un point qui, à mon avis, devrait faire l'objet de discussions chez les pilotes qui louent des aéronefs ou qui utilisent plusieurs aéronefs du même type. En effet, nous avons tendance à oublier rapidement de faire le calcul de la masse et du centrage après notre test en vol.

Depuis quelques années, je pilote quatre aéronefs du même type (des aéronefs d'époque de plus de 50 ans). Peu après avoir commencé à utiliser ces aéronefs, je me suis rendu compte que chacun d'entre eux avait des caractéristiques uniques et que les aéronefs ne sont pas tous pareils. Bref, vous le savez peut-être, chaque aéronef a ses propres données de masse et de centrage. J'ai fait un calcul rapide de la masse de mes aéronefs lorsque les réservoirs de carburant sont pleins et en tenant compte de mon propre poids (une constante, en théorie) afin de déterminer la charge utile de chaque aéronef. Il est très difficile d'excéder la masse maximale brute pour ce type particulier d'aéronef, sans compter que la plupart des radios à tubes démodées et lourdes (autrefois situées près de la boîte à bagages) ont été remplacées par des équipements plus légers. J'ai aussi calculé le centrage, et j'ai fait une découverte assez surprenante. La masse et le centrage de trois des quatre aéronefs étaient dans les limites publiées pour toutes les configurations occupants et carburant. Toutefois, lorsque je pilote le quatrième aéronef en solo et que les réservoirs de carburant sont pleins, je dois transporter un lest de 10 lb afin que le centre de gravité demeure dans les limites précisées. Par ailleurs, si j'effectue un vol en solo et que les réservoirs sont remplis aux trois quarts ou que le siège arrière est occupé, tous mes calculs indiquent que je suis dans les limites.

J'ai été très surpris de faire cette découverte, et j'ai vérifié depuis la flotte de Cessna que j'utilise occasionnellement. Vous auriez peut-être intérêt à faire de même, car vous pourriez être surpris de constater que vous êtes très près (ou même au-dessus) des limites. Les calculs peuvent être bons pour un aéronef mais non pour un autre. Si vous dépassez les limites de masse ou de centrage, votre certificat de navigabilité ou votre autorité de vol est invalide. Vous pensez peut-être que ça ne fait aucune différence au point de vue pratique, mais en êtes-vous sûrs?

Greg Burnard
London (Ontario)

NDLR : Merci Greg. Nous devrions tous suivre votre excellent conseil.

Page précédentePage suivante
Date de modification :