Après l’arrêt complet

Comment bien mettre un terme à un vol IFR – Rappel sur l’approche avec références visuelles
par Tony Pringle. Tony a travaillé en tant qu’agent de la sécurité aérienne pour plusieurs transporteurs canadiens. Actuellement, il travaille comme pilote de ligne, expert-conseil en matière de sécurité ainsi que rédacteur, et est installé à Hong Kong.

Mettre un terme à un vol IFR en déclarant avoir des références visuelles permet souvent de gagner du temps et d’arriver plus vite à destination. Voici quelques points que vous devrez garder à l’esprit lorsque vous mettrez un terme à votre prochain vol IFR dans des conditions de vol à vue. Assurez-vous d’effectuer le bon type d’approche de l’aéroport et de disposer des dernières conditions météorologiques.

N’oubliez pas que, s’il incombe à l’ATC de fournir un espacement suffisant entre les appareils IFR, c’est le pilote qui est responsable du bon espacement entre son appareil et le relief (sauf, bien entendu, en cas de guidage radar). (Article 1.5.5 de la section RAC du Manuel d’information aéronautique de Transports Canada [AIM de TC])

  • Annuler l’IFR peut accélérer en toute sécurité l’arrivée à un aérodrome non contrôlé où d’autres aéronefs évoluent en IFR. Par exemple, si vous arrivez à un aérodrome et que vous n’annulez pas l’IFR, vous devrez peut-être attendre, le temps qu’un aéronef IFR au départ ait décollé ou, vice versa, un aéronef en attente d’une autorisation IFR au sol risque d’être retardé jusqu’à ce qu’un aéronef IFR à l’arrivée se soit posé.
  • Une fois l’IFR annulé, le plan de vol demeure en vigueur. Tout ce qui a été annulé, c’est la prestation des services de contrôle IFR de l’ATC. Après s’être posé, le pilote doit clore son plan de vol auprès de l’ATC ou d’une station d’information de vol (FSS) (Article 3.1.2.2 de la section RAC de l’AIM de TC). 
  • À certains aéroports, il se peut que l’ATC donne une autorisation d’approche sans aucune autre précision, du genre « autorisé à l’approche ». Une telle autorisation permet au pilote d’effectuer une approche IFR, et le contrôleur assurera un espacement par rapport aux autres appareils en supposant que le pilote se rendra à l’aéroport en suivant une procédure d’approche publiée. Ce genre d’autorisation ne permet pas au pilote d’effectuer une approche contact ou visuelle. Si le pilote souhaite effectuer une telle approche, il doit le demander  expressément. (AIM de TC, RAC 9.3)
Type d'approche Références visuelles requises Conditions météorologiques requises Espacement entre aéronefs Approache interrompue Références AIM de TC
Contact - Le pilote a des références visuelles à la surface de la terre
- Le pilote doit demander une approche contact
- Le pilote évolue en dehors des nuages
- Visibilité minimale de 1 mi
- L’avion doit voler au moins à 1 000 pi au-dessus de l’obstacle le plus élevé présent dans un rayon de 5 NM
- L’ATC continue d’assurer l’espacement  entre l’appareil et les autres aéronefs en IFR dans l’espace aérien contrôlé - L’ATC protège le segment d’approche interrompue en IFR Artcile 9.6.1 de la section RAC
Visuelle - Le pilote signale qu’il a l’aéroport en vue (ou qu’il voit le trafic qu’il doit suivre) - Plafond de 500 pi au dessus de l’altitude IFR minimale - Comme ci-dessus, mais on s’attend à ce que le pilote maintienne un espacement visuel avec tout appareil qu’il doit suivre - Pas de segment d’approche interrompue en IFR
- Doit rester en dehors des nuages
- Contacter l’ATC dès que possible
- L’espacement de l’ATC entre l’appareil et les autres aéronefs en IFR sera assuré
Articles 9.6.2
et 1.5.5 de la section RAC
IFR Annulé - Conditions météo de vol à vue (VMC)
- Le vol ne doit pas revenir à des conditions météo de vol aux instruments (IMC)
- L’avion évolue en dehors de l’espace aérien de classe A ou B
- VMC - L’ATC n’assure plus l’espacement avec les autres aéronefs en IFR - Pas de segment d’approche interrompue en IFR
- Doit rester en VFR
Articles 3.12.2
et 6.2 de la section RAC


Date de modification :