Après l'arrêt complet


Coup d’œil rétrospectif : pris au piège au cœur d’une vallée montagneuse

Le 13 août 1984, un Cessna 185D équipé de flotteurs et transportant quatre passagers effectuait un vol-voyage de Nelson à Vernon (C.-B.). L’aéronef ne s’est jamais rendu à destination. Un avion de ligne a capté le signal de la radiobalise de repérage d’urgence (ELT), et les recherches subséquentes ont permis de retrouver l’épave dans une vallée à 5 200 pi au-dessus du niveau de la mer (ASL), à environ 10 NM au nord-ouest d’Edgewood (C.- B.).

L’aéronef s’était écrasé alors qu’il descendait en piqué prononcé en direction sud-est. Au contact du sol recouvert d’arbres, les deux ailes se sont affaissées vers l’avant et le fuselage s’est replié sur lui-même à la hauteur de la cloison pare-feu. Les quatre occupants ont été tués.

Coup d’œil rétrospectif : pris au piège au cœur d’une vallée montagneuse

Situation commune, mais insidieuse et extrêmement dangereuse,
pour les pilotes volant dans les régions montagneuses

Sur une distance d’environ 10 mi, le relief passait de 1 446 pi ASL — à l’entrée de la vallée — à 5 200 pi ASL  — à l’endroit où s’est produit l’accident. Le relief des zones au nord et à l’ouest du lieu de l’accident était encore plus élevé, avec des sommets culminant à 7 412 pi ASL. L’aéronef remontait la vallée en direction nord-ouest, là où le relief s’élève. Au moment de l’accident, le vent soufflait du sud-ouest à 14 kt, le ciel était dégagé, la visibilité était supérieure à 15 mi et la température était de 22 °C.

Le propriétaire de l’aéronef occupait le siège de droite et un pilote moins expérimenté occupait celui de gauche. Il a été impossible de déterminer lequel des deux pilotes était aux commandes au moment de l’accident. Aucun plan de vol n’avait été déposé, et il n’y a eu aucun témoin de l’accident. La vitesse de rotation du moteur était de 2 100 tours par minute à l’impact et il semble qu’il fonctionnait normalement. La trajectoire suivie par l’aéronef dans les arbres ainsi que les dommages causés à ce dernier révèlent que l’aéronef était en vrille.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a indiqué dans son rapport que le pilote pourrait avoir tenté de faire demi-tour lorsqu’il est devenu évident qu’il ne serait pas en mesure d’éviter le relief droit devant; pendant le virage, l’aéronef aurait décroché et se serait mis en vrille. Le BST n’a pu établir qu’un seul fait; pour des raisons indéterminées, l’aéronef n’était plus en vol contrôlé bien qu’il volait dans une vallée montagneuse et se dirigeait vers un relief ascendant.

Dossier n° 84-P40044 du BST


Vous cherchez les suppléments et les circulaires d’information aéronautique de l’AIP Canada (OACI)?

Nous voudrions rappeler à nos lecteurs que les suppléments et les circulaires d’information aéronautique (AIC) de
l’AIP Canada (OACI) sont disponibles en ligne sur le site Web de NAV CANADA à l’adresse http://www.navcanada.ca/, en cliquant sur le lien « Produits d’information aéronautique ». Nous encourageons tous les pilotes et exploitants à lire ces documents régulièrement.


Date de modification :