Sécurité aérienne - Nouvelles 2/2003

Sécurité du système

Le coin de la COPA - Arrêtons de parler de sécurité

par Adam Hunt, Canadian Owners and Pilots Association (COPA)

Logo de COPA

Récemment, un profane est venu m'interroger sur la formation au pilotage. Il m'a posé les questions habituelles y compris celle que j'ai toujours détesté entendre : « C'est sûr? ».

La facilité veut que, pour rassurer, on réponde, « évidemment que c'est sûr; sinon, pourquoi le gouvernement nous laisserait-il voler? » Mais ce n'est pas là une réponse honnête.

Il serait plus exact de dire : « Non, voler n'est pas sûr », mais nombreux sont ceux qui dans l'aéronautique, particulièrement à la sécurité aérienne, verraient cela comme une hérésie! La vérité, toutefois, est que voler est dangereux.

Le Petit Robert donne de « sûr » la définition suivante : « Où l'on ne risque rien; où une personne, une chose est à l'abri du danger, » et c'est exactement ce que me demandait cette personne, « Si j'apprends à voler, est-ce que c'est sans risques? » La réponse est non, ce n'est pas sans risques.

Depuis des années, nous parlons de sécurité en aviation comme si c'était le moyen d'arriver à voler sans risques. Mais cette approche nous écarte du problème clé - il n'est pas question que ce soit sûr, il est question de comprendre où se situent les risques et de les gérer efficacement.

On ne peut atteindre une sécurité parfaite en aviation qu'en verrouillant les portes du hangar, l'avion étant à l'intérieur. Là seulement, la situation est sans risques. Bien sûr, encore là, on n'est pas à l'abri des incendies de hangar, me semble-t-il.

La vérité c'est que dans une certaine mesure il existe des risques dans toutes les activités de la vie. Chaque jour, des Canadiens meurent à cause du tabac, au volant de leur voiture, en traversant la rue illégalement ou en prenant la douche. Nous ne nous posons pas la question de savoir si prendre une douche est sûr. Nous prenons des mesures pour gérer les risques qui peuvent survenir lorsqu'on a les pieds savonneux dans une baignoire glissante. On installe des surfaces antidérapantes, on se tient à la poignée ou peut-être qu'on ne se lave pas les pieds dans la douche.

Il faut commencer à considérer l'aéronautique comme on considère les douches. Il faut gérer les risques, ce qui n'est pas très difficile.

La première étape consiste à reconnaître que voler présente des risques et que certaines activités comportent plus de risques que d'autres. Les données sur les accidents montrent où se situent les risques. En aviation générale, il est plus risqué de piloter un aéronef léger la nuit que le jour, de voler aux instruments qu'en VFR. Un vol IFR de nuit présente un risque élevé. Il est plus dangereux de voler à basse qu'à haute altitude, et voler à très basse altitude est très dangereux. Le risque est plus grand quand on vole fatigué que reposé. Et ainsi de suite...

Chaque type de vol comporte des risques différents. L'histoire montre que pour les entreprises de transport aérien, un vol VFR constitue un risque inacceptable.

Une fois les risques déterminés, il faut les ajouter et voir si le tout est trop élevé. S'il l'est, il faut prendre des mesures pour les réduire à un niveau acceptable. Parfois, cela impliquera de reporter le vol. Retourner chez soi de nuit en vol VFR en aéronef monopilote, dans de mauvaises conditions météorologiques, après une journée de travail de seize heures où se sont succédées les réunions sans prendre le temps de manger, tous ces facteurs peuvent se combiner pour constituer un risque trop important. Ce risque pourrait être réduit en restant sur place et en ne partant que le lendemain matin après une bonne nuit de repos.

Il n'est pas question d'arrêter ni de piloter ni de prendre de douches. Mais nous nous devons, et nous devons à ceux qui dépendent de nous, de gérer efficacement les risques associés au vol.

Alors, qu'ai-je répondu au futur aviateur? « Voler comporte ses risques, mais à peu près tous sont gérables. On apprend à les reconnaître et à les gérer. C'est ça, apprendre à voler. »

Ça lui a semblé logique.

Pour de plus amples renseignements sur la COPA rendez-vous à http://www.copanational.org/

Page précédentePage suivante
Date de modification :