Sécurité aérienne - Nouvelles 2/2003

Sécurité du système

Un coup d'oeil rapide aux statistiques en matière d'accidents

Il y a deux ans, dans le numéro 2/01 de Sécurité aérienne — Nouvelles, nous avions jeté un coup d'oeil aux statistiques en matière d'accidents pour la période comprise entre 1994 et 2000, à savoir le nombre annuel d'accidents impliquant un appareil immatriculé au Canada (excluant les ultra-légers), le nombre annuel de victimes ainsi que les moyennes quinquennales d'accidents et de victimes. Nous répétons les statistiques pour les années 1994 à 1998 dans le présent article, mais le lecteur attentif qui consultera le numéro 2/01 de Sécurité aérienne — Nouvelles pourra constater de petits écarts; en effet, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) ajuste la base de données lorsqu'il reçoit de nouvelles informations. Les statistiques peuvent être consultées dans le site Web du BST à l'adresse suivante http://www.tsb.gc.ca/.

Jusque en 1998, ces statistiques étaient relativement stables et bougeaient peu dans un sens ou dans l'autre, si ce n'est la hausse regrettable que nous avons connue en 1997 et 1998. Cependant, à partir de 1999, et la tendance s'est poursuivie en 2000, le nombre d'accidents et de victimes a connu une baisse significative. Eh bien, les statistiques pour les années 2001 et 2002 sont maintenant disponibles, et nous sommes heureux de constater que la diminution du nombre d'accidents et de victimes amorcée en 1999 s'est poursuivie de manière convaincante. Voyez par vous-même :

Année Accidents Victimes
1994 381  80
1995 390 107
1996 342 70
1997 356 77
1998 386 85
1999 341 65
2000 319 65
2001 295 62
2002 273 47

Source : Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST)

La moyenne annuelle, calculée sur cinq ans, est tombée de 371 accidents pour 1994-1998 à 323 pour 1998-2002, tandis que la moyenne des victimes est tombée, quant à elle, pour les mêmes périodes, de 84 à 65. Compte tenu du fait qu'il s'agit là de moyennes sur cinq ans, ces baisses sont relativement sensibles et semblent indiquer de nouveau, comme c'était le cas en 2001, que nous sommes certainement sur la bonne voie.

Dans le rapport de 2001, on notait une baisse appréciable des totaux en ce qui concerne les secteurs des navettes et des taxis aériens de l'industrie, tandis que les moyennes sur cinq ans du secteur privé avaient connu une hausse. Cette fois-ci, alors que les moyennes du secteur des navettes sont demeurées stables et que celles du secteur des taxis aériens ont poursuivi leur tendance vers le bas, c'est dans le secteur privé que l'on a enregistré l'amélioration la plus spectaculaire de ces deux dernières années.

Dans le secteur des navettes (voilure fixe seulement), pour la période 1998-2002, on compte respectivement 10, 13, 4, 8 et 6 accidents. Au cours des mêmes cinq années, le segment des taxis aériens (voilure fixe seulement) a connu 108, 70, 45, 37 et 40 accidents. Même si on semble avoir atteint un plateau ce deux dernières années, les statistiques demeurent néanmoins sous les moyennes quinquennales (1998-2002) de 8,2 pour les navettes et de 60 pour les taxis aériens. Il est particulièrement intéressant de noter que même si le nombre total d'accidents continue de diminuer, le nombre d'accidents mettant en cause des hélicoptères demeure stable puisque l'on dénombre pour ces mêmes années 57, 46, 53, 47 et 56 accidents respectivement. Par conséquent, le pourcentage des accidents d'hélicoptère comparé au nombre total d'accidents augmente à chaque année (de 14,7 % en 1998 il est passé à 20,5 % en 2002).

De 1998 à 2002, le secteur privé (incluant les clubs et les écoles de pilotage) a totalisé respectivement 153, 171, 174, 168 et 139 accidents. Le total de 2002, soit 139, est le plus bas enregistré depuis 1989, moment où le BST a commencé à consigner ces statistiques.

D'aucuns parmi vous peuvent attribuer ces baisses consécutives à une réduction des vols consécutive aux événements du 11 septembre 2001, mais nous ne pouvons nous empêcher de croire qu'une partie de ces succès est également attribuable à diverses initiatives conjointes de sécurité entre l'industrie (vous-même, les exploitants et les pilotes privés), les organismes (BST, NAV CANADA, les associations, les syndicats, etc.) et finalement le gouvernement. Nous sommes en effet convaincus que les initiatives prises ces dernières années, allant des 191 Recommandations de la Commission Moshansky (à la suite de l'accident de 1989 à Dryden), aux 71 recommandations du Groupe de travail sur la sécurité des opérations de taxi aérien (SATOPS), au programme « Vol 2005 : Un cadre de sécurité de l'aviation civile pour le Canada », et à pas moins de 431 recommandations de sécurité aéronautique formulées par le BST et par son prédécesseur, le Bureau canadien de la sécurité aérienne, ont eu une influence positive sur les attitudes face à la sécurité dans l'ensemble de notre industrie.

Mais, comme on dit, le fait d'être sur la bonne voie ne nous empêchera pas d'être enversés si nous y demeurons assis à ne rien faire. Nous devons donc assurer la relève de nos ressources humaines à long terme, et pour ce faire nous allons porter une attention particulière sur le recrutement et le maintien de personnel de qualité. C'est pourquoi le Séminaire annuel sur la sécurité aérienne au Canada (SSAC 2003), qui se tiendra du 14 au 16 avril 2003, à Montréal (Québec), aura pour thème : « Les ressources humaines en aviation : le coeur de l'aéronautique ». Ce thème a été choisi pour nous permettre de nous pencher sur les défis auxquels sera confronté le milieu aéronautique dans les secteurs de la sélection et du recrutement du personnel, de la formation, du maintien de l'effectif et du transfert des connaissances. Pour plus de renseignements sur ce séminaire, consultez notre site Web à l'adresse suivante : http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/publications/tp185-1-10-imprimable-3058.htm.

Page précédentePage suivante
Date de modification :