Après l’arrêt complet

Porter ou ne pas porter
par Paul Armstrong

Un grand nombre de pilotes d'hydravions impliqués dans un accident sur l'eau n'avaient pas revêtu leur gilet de sauvetage et l'avaient laissé derrière le dossier de leur siège ou dans le compartiment à bagages (!). Pourquoi?

L'été dernier, je passais en revue la réglementation nautique se rapportant aux nombreux nouveaux modèles de gilet de sauvetage à « port permanent » que bon nombre de personnes préfèrent aux gilets de sauvetage classiques ou aux vêtements de flottaison individuelle (VFI) utilisés depuis de nombreuses années. J'en suis venu à la conclusion qu'un gilet porté en permanence doit certainement être plus sûr que le gilet traditionnel jaune gonflable « Mae West » en usage depuis avant la Deuxième Guerre mondiale. En effet, les gilets « Mae West » sont généralement remisés dans un beau sac de rangement au lieu d'être portés et prêts à être utilisés.

Les raisons pour lesquelles on ne les porte pas sont simples :

  1. Ils sont inconfortables.
  2. Ils sont fragiles, ne sont dotés d'aucune protection extérieure et ne sont pas conçus pour être portés en permanence.
  3. Ils ne sont pas esthétiques (c.-à-d. « cool »). Même si elle est la moins crédible, cette dernière raison est, malheureusement, celle qui explique pourquoi ils ne sont pas portés — Qui a dit que la coquetterie ne pouvait nuire à la santé?

Quelle est donc la solution? Les gilets de sauvetage à matériau insubmersible (mousse) qui sont approuvés selon la norme CGSB 65.11-M88 (adultes) ou CGSB 65.15-M88 (enfants) peuvent être utilisés légalement à bord d'un hydravion, mais ils ne sont certainement pas recommandés. En effet, la flottabilité d'un gilet de sauvetage plaquera la personne au plafond — qui devient le plancher lorsque l'aéronef est renversé — et rendra l'évacuation de l'appareil difficile, voire impossible (sans parler de la difficulté à passer par les petites ouvertures des portes et des fenêtres à cause du volume du gilet). De plus, ils ne sont pas très confortables à porter dans l'aéronef, une fois la ceinture de sécurité bouclée.

Quant aux VFI gonflables, les seuls légalement acceptables à bord des aéronefs doivent porter une étiquette d'approbation TSO C-13d, e ou f. Les règles sont identiques pour les aéronefs enregistrés au Canada et aux états-Unis. Toutefois, en ce qui concerne les embarcations, les règles visant les articles de sauvetage sont différentes, car, en dépit du libre-échange, le Canada ne reconnaît pas la validité de l'approbation de la Garde côtière américaine.

Donc, qu'en est-il des vestes à port permanent de style « fer à cheval » qui sont vendues dans les magasins d'articles nautiques et autres commerces au détail? Il est fort probable qu'elles ne portent pas l'approbation TSO C-13d, e ou f (elles sont habituellement approuvées par la Garde côtière canadienne [GCC] uniquement). Elles peuvent sembler identiques de l'extérieur, mais elles sont différentes sur plusieurs points importants :

  1. Elles comportent une seule cellule de gonflage au lieu des deux cellules propres aux gilets approuvés pour l'aviation.
  2. Leur flottabilité globale est légèrement inférieure à celle du gilet pour l'aviation (flottabilité de 35 lb au lieu de 37 lb).
  3. Elles ne comportent pas le sifflet ni la lampe activée par l'eau et conçue pour fonctionner pendant 8 heures dont le gilet pour l'aviation est muni.
  4. Elles ne comportent pas de couverture de protection en tissu résistant aux flammes (NOMEX) ou en nylon épais dont est revêtu le gilet pour l'aviation à port permanent.

Fait intéressant, il existe une autre contradiction entre la réglementation nautique et la réglementation aérienne au Canada en ce que le port d'un gilet de sauvetage gonflable par des enfants de moins de 16 ans est interdit par la réglementation nautique alors qu'il ne l'est pas par la réglementation aérienne.

Si l'on veut porter un gilet de sauvetage gonflable à port permanent, il n'y a que deux solutions pour respecter les exigences relatives aux hydravions : utiliser un gilet de sauvetage nautique gonflable amélioré en plus de transporter à bord un gilet de type « Mae West » approuvé, ou utiliser un gilet pour l'aviation approuvé conformément au TSO C13d, e ou f. À l'heure actuelle, le seul gilet de sauvetage à port permanent approuvé conformément au TSO C13f et fabriqué au Canada est le Mustang Survival, modèle MD1127, mais des gilets gonflables fabriqués à l'étranger portant l'approbation TSO C13d, e ou f sont permis en vertu de la loi.

Pilotez en respectant les consignes de sécurité et espérons que vous n'aurez jamais à tirer sur le cordon de gonflage!

NDLR : La version originale de cet article a été publiée dans la revue COPA Flight et sur le site Web de l'Ontario Seaplane Association. Bien que nous l'ayons légèrement raccourcie, nous avons jugé que le message valait la peine d'étre répété dans ce numéro de « Sécurité aérienne — Nouvelles »


Date de modification :