Sécurité aérienne - Nouvelles 3/2003

Sécurité du système

Le coin de la COPA - Comment gérons-nous les risques?

par Adam Hunt, Canadian Owners and Pilots Association (COPA)

Dans mon dernier article, j'ai mentionné que de mettre l'accent sur la « sécurité » n'était pas approprié si par sécurité vous vouliez dire « sans risque ». Il n'y a rien de « sûr » dans le fait de piloter un aéronef, et tant et aussi longtemps que nous mettrons l'accent sur l'aspect « en toute sécurité », nous ne parviendrons pas à réduire les accidents. J'en déduis que nous devrions davantage nous préoccuper de la « gestion des risques ».

Par conséquent, comment gérez-vous les risques lorsque vous pilotez seul un aéronef? Cela n'est pas aussi difficile qu'on pourrait le croire. Il existe de nombreux modèles pour vous aider - ils vous donnent tous le même genre d'outils. Les pilotes connaissent bien les listes de vérifications, alors cette voie est facile à suivre. Voici la liste de vérifications pré-vol en matière de gestion des risques :

  • Dangers possibles - reconnaître
  • Risques - évaluer
  • Risques inacceptables - réduire
  • Équipement et ressources - obtenir tout ce dont vous avez besoin pour réduire les risques
  • Autres risques acceptables - reconnaître et accepter
  • Après-vol - évaluer et faire un résumé

Voici un peu plus de détails sur chacun des ces points :

Dangers possibles : Il s'agit de tout ce qui pourrait nuire à votre vol. Qu'est-ce qui est brisé ou douteux dans votre aéronef? De quoi faut-il se méfier selon l'exposé météorologique - brouillard, orages électriques, grands vents? Comment vous sentez-vous - vous avez la gueule de bois, vous n'êtes pas au mieux de votre forme, vous êtes fatigué, malade?

Risques : Cela peut-être n'importe quoi sur la liste des dangers dont l'importance est mise en évidence - le temps qu'il fera lorsque vous arriverez à destination, la noirceur approchant.

Quelle est la gravité des conséquences? Elles pourraient être :

  • catastrophiques- décès, perte de l'aéronef
  • critiques - blessures graves, sérieux dommages à l'aéronef
  • marginales - blessures légères, dommages mineurs à l'aéronef
  • négligeables - aucune blessure, aucun dommage

Quelles sont les chances que cet événement survienne?

  • très fortes- surviendra probablement
  • fortes- surviendra plusieurs fois au cours de votre carrière
  • rares - surviendra probablement au moins une fois au cours de votre carrière
  • faibles - peu probable, mais possible
  • très faibles - très peu probable, fortes chances que cela ne se produira pas

La prochaine étape consiste à mettre le tout sous forme de tableau :

  catastrophiques critiques marginales négligeables
très fortes inacceptable inacceptable inacceptable vigilance requise
fortes inacceptable inacceptable indésirable vigilance requise
rares inacceptable Indésirable indésirable acceptable
faibles indésirable indésirable vigilance requise acceptable
très faibles vigilance requise vigilance requise vigilance requise acceptable

Risques inacceptables  : Ne partez pas. Prenez des mesures pour réduire ces risques à un niveau qui est acceptable à vos yeux. Cela pourrait dire attendre jusqu'au lendemain à la lumière du jour ou jusqu'à ce que les conditions météo se soient améliorées, assurer la maintenance nécessaire, ou vous offrir une bonne nuit de sommeil.

Risques indésirables  : Ne voler que si aucune autre option n'est possible pour réduire les risques.

Vigilance requise  : Le vol doit-il absolument avoir lieu ou pourrait-il être retardé jusqu'à ce que les conditions s'y prêtent mieux?

Acceptable  : Prendre note des risques et procéder. Il pourrait s'avérer important de tenir compte des risques au moment de prendre vos décisions en route.

Équipement et ressources : Y a-t-il quelque chose ou quelqu'un qui pourrait vous permettre de réduire les risques? Il serait peut-être bon de louer un radeau de sauvetage ou d'inviter un copilote à vous accompagner.

Autres risques acceptables : Les risques acceptables qui restent doivent faire l'objet d'une reconnaissance. Gardez tous ces facteurs en tête lorsque vous effectuez votre vol - ils devraient influencer la prise de décisions en route. Si les vents debout sont plus forts que ceux prévus, et que vous devez laisser le train d'atterrissage sorti en raison d'un problème lié à la maintenance, il vous faudra alors réévaluer les risques associés au mauvais temps qui approche et à la tenue d'un vol après la tombée de la nuit.

Après-vol : Comment a été votre vol d'aujourd'hui? Vous en êtes-vous tirés à bon compte? Avez-vous eu la chance que les vents debout se soient calmés avant que vous ne manquiez d'essence? évaluez toujours votre gestion des risques - ainsi, avec la pratique, vous finirez par vous améliorer!

Rappelez-vous qu'il est toujours possible que votre « bonne étoile » s'éteigne tôt ou tard! Une saine gestion des risques ne permet pas d'éliminer tous les risques associés au pilotage. Tant et aussi longtemps que nous choisirons de voler, il y a aura des risques. Un bon pilote est un bon gestionnaire de risques. Si vous utilisez tous les outils à votre disposition, vous pouvez ramener ces risques à un niveau acceptable, terminer votre vol et être là pour profiter d'une autre journée de pilotage!

Vous trouverez de plus amples renseignements sur COPA à l'adresse : http://www.copanational.org/

Page précédentePage suivante
Date de modification :