Sécurité aérienne - Nouvelles 3/2003

Sécurité du système

Comment éviter les erreurs dues à l'éblouissement?

Pilote
Photo : fournie par Randolph Engineer Inc.

Un pilote qui ne peut voir est un accident en puissance. Sans une bonne protection contre l'éblouissement, voler pendant des journées ensoleillées peut être fatigant et dangereux. Même chose la nuit. Être exposé sans protection aux rayons du soleil toute la journée affecte la vision nocturne pendant 12 à 24 heures! Voici donc un court résumé qui vous permettra de choisir vos lunettes de soleil en fonction des avantages et des inconvénients des divers types de lunettes.

La lumière du soleil est à la source de trois problèmes : l'éblouissement, le rayonnement infrarouge (IR) et le rayonnement ultraviolet (UV). L'éblouissement, la nuisance la plus visible puisqu'elle cause le larmoiement, de la distraction et de la fatigue, est bien moins grave que le rayonnement IR ou le rayonnement UV. Réduire l'éblouissement en utilisant des lunettes de soleil très foncées peut cependant poser des problèmes, puisqu'en réduisant la lumière émise, on réduit aussi l'acuité visuelle. Quiconque est passé en voiture d'une route ensoleillée à un tunnel sombre alors qu'il portait des lunettes de soleil peut vous confirmer ceci : même des lunettes de soleil moyennement foncées peuvent, une journée ensoleillée, faire passer votre vision de 20/20 à 20/40.

Au sol, les UV sont partiellement filtrés par l'atmosphère terrestre, mais plus vous vous élevez, moins vous êtes protégé. La lumière ultraviolette n'est pas filtrée de la même façon par tous les types de lunettes de soleil, et elle peut endommager les yeux et causer prématurément des cataractes (opacité du cristallin). On devrait éviter de porter des lunettes de soleil bon marché, car il se peut qu'elles ne réussissent qu'à réduire l'éblouissement. De bonnes lunettes de soleil réduisent l'émission de lumière d'environ 12 à 20 %, mais devraient réduire les émissions UV d'au moins 90 %. Les dommages attribuables aux IR, surtout si l'on regarde directement le soleil, peuvent blesser rapidement la rétine, dans le fond du globe oculaire. Une exposition prolongée à la lumière du soleil sans être protégé, plus particulièrement si cette exposition est associée à une vaste étendue de neige, peut sérieusement détériorer la vision. Comme vous pouvez vous en douter, les alpinistes connaissent bien l'importance de protéger leurs yeux avec des lunettes de première qualité.

Les lunettes de soleil peuvent être à teinte constante, photochromiques ou polarisées. Les verres polarisés conviennent parfaitement à la pêche, mais nuisent au pilotage. En raison de contraintes de fabrication, la verrière ou le pare-brise d'un aéronef peut parfois comporter de petites zones polarisées, et si l'angle de polarisation des verres et celui du pare-brise diffèrent, il peut en résulter un point mort. La polarisation peut aussi nuire à la perception de la profondeur et de la distance, plus particulièrement lors d'une inclinaison latérale. En plein ce qu'il vous faut dans un virage en finale!

Les verres photochromiques, qui deviennent plus foncés à mesure que le rayonnement UV s'intensifie, conviennent bien à la conduite automobile, mais les verrières en polycarbonate des aéronefs bloquent presque tous les rayons ultraviolets et pourraient gêner l'assombrissement de ces verres. En outre, les lunettes pourraient prendre plusieurs minutes à s'éclaircir lorsqu'elles passent d'une zone ensoleillée à une zone nuageuse. Les lunettes de soleil à teinte constante, offertes en diverses couleurs, sont les plus populaires. Toutes sont à peu près également efficaces contre l'éblouissement, mais les vertes et les grises nuisent le moins à votre vision. Les verres jaunes conviennent dans le brouillard, mais sont moins efficaces en plein soleil. On devrait éviter les verres sport orange, car ils empêchent de distinguer le bleu du vert et peuvent rendre plus difficile la perception des voyants d'avertissement rouges. Les pilotes souffrant de troubles de la perception des couleurs ne devraient pas porter de verres teintés et devraient s'en tenir aux verres de qualité de teinte grise.

Qu'est-ce qui convient le mieux? Pour ce qui est de la vision, ne prenez pas de risque en achetant des lunettes de soleil bon marché. De plus, gardez en tête que le prix n'est pas toujours gage de qualité, puisque certains modèles polarisés populaires, qui coûtent jusqu'à 150 $, ne font pas du tout l'affaire. Vous devriez prévoir entre 75 $ et 150 $ pour une bonne paire de lunettes d'aviation. Les verres à teinte constante qui réduisent l'émission de lumière de 15 à 20 % et qui bloquent 90 % des UV sont idéals. Les verres gris, verts et bruns neutres sont les plus populaires. Il ne faut pas porter de verres bleus, orange ou polarisants lorsqu'on pilote. En cas de doute, consultez un médecin-examinateur de l'aviation civile. À long terme, il vaut mieux économiser vos yeux que vos sous!

NDLR : Cet article a déjà été publié dans Sécurité aérienne - Nouvelles (SA-N 3/1994) et il a été légèrement modifié par la Direction de la médecine aéronautique.

Page précédentePage suivante
Date de modification :