Sécurité aérienne - Nouvelles 3/2004

Sécurité du système

Améliorer la sensibilisation au décrochage et à la vrille

La Circulaire d'information de l'Aviation générale (CIAG) 2003-04 a été émise le 20 novembre 2003 et vise à informer les instructeurs de vol de la modification apportée aux Notes d'orientation sur la sensibilisation au décrochage et à la vrille (TP 13747F). Elle vise également à rappeler aux pilotes l'importance de suivre les procédures relatives aux vrilles recommandées par les constructeurs d'aéronefs d'entraînement et par Transports Canada.

La publication Notes d'orientation sur la sensibilisation au décrochage et à la vrille (TP 13747F), 2e édition, révisée en octobre 2003, est un outil de référence destiné à aider les instructeurs de vol à enseigner les décrochages et les vrilles, tels qu'ils sont expliqués dans le Manuel de pilotage et le Guide de l'instructeur de vol. Le document recommande une formation faisant appel à des scénarios et offre des conseils aux instructeurs afin de faciliter l'apprentissage de ces exercices. L'altitude minimale pour sortir d'une vrille au Canada est de 2 000 pi au-dessus du sol (AGL) ou la hauteur recommandée par le constructeur, selon la plus élevée des deux.

L'article 602.27 du Règlement de l'aviation canadien (RAC) stipule que : « Il est interdit d'utiliser un aéronef pour effectuer une acrobatie aérienne : [.] d) à une altitude inférieure à 2 000 pi AGL, sauf si l'aéronef est utilisé aux termes d'un certificat d'opérations aériennes spécialisées délivré en application des articles 603.02 ou 603.67. » Certains constructeurs d'aéronefs d'entraînement proposent des recommandations suggérant des altitudes de sortie de vrille plus élevées que celles exigées par le RAC. La majorité des manuels des constructeurs ne mentionnent pas d'altitudes de mise en vrille.

Par conséquent, on rappelle aux pilotes qu'il incombe au commandant de bord de choisir une altitude de mise en vrille sûre. L'altitude de mise en vrille n'est pas réglementée, mais les pilotes doivent prendre une décision réfléchie et connaître en détail les capacités de l'aéronef, en tenant compte de sa configuration, de l'aptitude du pilote, des conditions météorologiques et des facteurs humains. On encourage les exploitants d'unités de formation au pilotage et les instructeurs de vol à adopter et à communiquer des procédures décrivant l'exercice de vrille qui convient le mieux à leur aéronef, au pilote et à l'emplacement géographique, tout en respectant les exigences du manuel d'utilisation du pilote ou du manuel de vol de l'aéronef ainsi que les exigences de l'article 602.27 du RAC. Si vous désirez consulter la CIAG mentionnée ci-dessus, veuillez cliquer sur le lien suivant : http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/normes/generale-circulaires-menu-2175.htm.

Page précédentePage suivante
Date de modification :