À la lettre - Piloter tout en vaquant à d'autres tâches

Icon - À la lettre

Monsieur le rédacteur,

J'effectue des vols VFR à partir de Buttonville depuis plus de 10 ans, et la plupart du temps sous le plancher de l'espace aérien de classe C de l'aéroport international Lester B. Pearson. Ces 10 années m'ont enseigné que 90 % du temps passé en vol VFR consiste à surveiller l'espace environnant pour détecter les autres aéronefs.

Bien que le nombre d'aéronefs n'ait pas beaucoup changé au cours des dix dernières années, j'en vois de plus en plus. Même avec la meilleure volonté, il est probable qu'à une ou deux reprises, tout pilote évitera de justesse une collision; en vol VFR, la chance y est quand même pour quelque chose!

J'aimerais partager une expérience : Je suis dans le circuit en base droite, et le contrôleur m'avise que je suis le numéro trois; le numéro un est en finale, « l'autre » est en base gauche, et je ne vois ni l'un ni l'autre! Comment peut-on s'attendre à ce qu'un pilote dans un espace aérien non contrôlé voie un autre aéronef qui peut provenir de n'importe quelle direction et dont la vitesse de rapprochement peut atteindre 300 pi/s? Malgré tout, les collisions aériennes sont rares, grâce à la « troisième dimension » dont ne bénéficient pas les automobilistes.

J'écris ceci pour discuter des pilotes qui sont seuls aux commandes et qui doivent de plus observer la circulation routière, communiquer avec la base, diffuser les détails d'accidents routiers et de la fermeture de voies. Ces pilotes constituent-ils une race à part ou sont-ils titulaires d'une licence spéciale qui leur permet d'assumer deux emplois en même temps?

Il y a trois ans, ici à Toronto, un de ces pilotes a heurté l'arrière d'un autre aéronef. Heureusement, l'impact a été mineur, et les deux aéronefs ont pu atterrir en sécurité. Le compte rendu d'événement ne mentionnait pas que le pilote devait assumer simultanément des tâches liées à deux emplois différents et qu'il ne disposait donc pas d'assez de temps pour surveiller la circulation aérienne. Le message est clair : si vous désirez offrir des comptes rendus sur la circulation routière, embauchez un pilote; si vous désirez piloter, embauchez un reporter à la circulation - il s'agit de deux emplois à temps plein bien distincts.

Mario Gasparovic
Scarborough (Ontario)

NDLR : L'accident en question (rapport final no A00O0057 du BST) est décrit dans le numéro 3/2002 de Sécurité aérienne - Nouvelles.

Date de modification :