La médecine aéronautique et vous - Visite chez le médecin-examinateur

Icon - Médecine

Le premier article de la section sur la médecine aéronautique du nouveau bulletin Sécurité aérienne - Nouvelles traite de l’examen médical de l’aviation. Dans les prochains numéros, il sera question de divers troubles médicaux et de la façon dont ils influent sur la capacité des pilotes à manoeuvrer un aéronef et des contrôleurs aériens à exécuter leurs fonctions de contrôle de la circulation aérienne. Si vous avez des questions ou des suggestions d’articles, n’hésitez pas à nous en faire part.

La plupart des pilotes et des contrôleurs aériens doivent aller voir régulièrement un examinateur de l’aviation agréé pour obtenir un certificat médical ou renouveler leur certificat. Seules les personnes qui désirent uniquement un certificat médical de catégorie 4 et dont l’état de santé est tel qu’elles peuvent répondre par la négative à toutes les questions du formulaire de déclaration médicale en sont exemptées, et elles sont peu nombreuses. Si vous avez déjà souffert d’un des troubles énumérés sur le formulaire (p. ex. hypertension artérielle), vous devez consulter un examinateur agréé pour subir un examen médical complet. Le certificat médical de catégorie 4 est réservé aux pilotes de planeurs et d’avions ultra-légers et aux personnes titulaires d’un permis de pilote de loisir ou d’un permis d’élève-pilote (avion).

Pour que leur licence soit valide, les pilotes professionnels et les pilotes de ligne doivent être titulaires d’un certificat médical de catégorie 1, les contrôleurs aériens et les mécaniciens de bord, d’un certificat médical de catégorie 1 ou 2, et les pilotes privés et les pilotes de montgolfières, d’un certificat médical de catégorie 1 ou 3. Il est possible que vous soyez tenu de subir un examen médical tous les six mois si vous êtes un pilote professionnel de 40 ans et plus ou tous les cinq ans si vous êtes un pilote privé ou un pilote de montgolfière de moins de 40 ans. Un tableau des périodes de validité des certificats médicaux est imprimé au verso des certificats. Les médecins agréés sont appelés médecins-examinateurs de l’aviation civile (MEAC). Il y en a environ 900 au Canada et à l’étranger. Consultez notre site Web (http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/opssvs/mac-menu.htm) pour effectuer une recherche par pays, par province ou par ville.

Lors de votre arrivée au bureau du MEAC, vous devrez d’abord remplir la partie A du rapport d’examen médical (REM) qui contient les données d’identité. S’il s’agit de votre première visite chez ce MEAC, on vous demandera probablement de fournir une preuve d’identité avec photographie. En plus d’une preuve d’identité, vous devriez apporter des copies de vos ordonnances (ou les médicaments eux-mêmes) ainsi qu’une copie de l’ordonnance de vos verres ou lentilles cornéennes, le cas échéant. Si vous avez reçu des traitements médicaux depuis votre dernier examen, il serait bon de fournir le nom et le numéro de téléphone de votre médecin pour faciliter l’obtention des dossiers ou des rapports pertinents.

Si vous avez déjà demandé un certificat médical, il est important d’inscrire sur le formulaire votre numéro de permis/licence de même que le type de licence ou de permis demandé ou détenu, pour que l’on puisse déterminer la catégorie qui convient à vos besoins. Le type demandé doit être compatible avec le choix du principal type de vol prévu (récréatif, d’affaires ou commercial) précisé plus loin sur le formulaire.

Vous devez aussi fournir un numéro de téléphone où il est possible de vous joindre dans la journée (ou un numéro de télécopieur ou une adresse courriel, au choix) de même que votre adresse complète pour que l’on puisse vous joindre rapidement afin d’obtenir des renseignements supplémentaires, au besoin. Si vous avez déménagé depuis votre dernier examen, vous devez cochez la case de changement d’adresse pour que Transports Canada puisse mettre ses dossiers à jour. Il est recommandé d’inscrire les noms et prénoms officiels qui se trouvent sur votre passeport ou sur une autre preuve d’identité plutôt que vos initiales ou un surnom. Votre citoyenneté et votre date de naissance sont aussi requises selon les ententes internationales.

Si vous êtes pilote, il peut être utile de fournir vos heures de vol comme pilote dans l’éventualité où il faudrait faire preuve de souplesse ou imposer des restrictions pour des raisons médicales. Il faut aussi mentionner tout accident d’aéronef, car les données sur la sécurité ne fournissent pas systématiquement de renseignements sur les accidents. Ces renseignements peuvent être importants si les accidents sont liés à des raisons médicales ou s’ils ont causé des blessures.

Si vous répondez par l’affirmative à des questions portant sur une inaptitude physique antérieure (on a refusé de vous délivrer un certificat médical) ou si vous recevez une pension médicale, il se peut que l’on vous demande de fournir de plus amples renseignements sur votre état avant de délivrer ou de renouveler votre certificat. Si on a déjà refusé de vous délivrer un certificat médical, il est possible que l’on porte une attention particulière à votre demande, mais soyez sans crainte, votre évaluation sera basée uniquement sur votre état et vos pronostics actuels (résultats escomptés), on se basera sur des normes à jour (moins strictes) et on fera preuve de souplesse dans la mesure du possible. Bon nombre des pilotes et des contrôleurs qui n’ont pas été jugés aptes par le passé obtiendraient un certificat selon les règles actuelles.

Une des questions les plus importantes de la partie A, qui est souvent négligée, est : « Avez-vous consulté un médecin depuis votre dernier examen médical de l’aviation? Dans l’affirmative, dites pourquoi. » Vous avez tout intérêt à vous assurer que le MEAC est au courant de tout autre examen, test, diagnostic ou traitement que vous avez subi ou reçu pour prévenir tout dédoublement et pour vous éviter une situation embarrassante (si ces renseignements étaient dévoilés plus tard au cours de l’évaluation).

Vous devez enfin indiquer la date du dernier REM que vous avez reçu et la date de l’audiogramme ou de l’électrocardiogramme le plus récent que vous avez passé aux fins d’obtention d’une licence, puis préciser dans quelle langue officielle vous désirez recevoir votre correspondance.

La partie B du REM porte sur les antécédents médicaux et l’examen fonctionnel. Cette partie est remplie par l’examinateur mais nécessite votre contribution. Elle comprend une section sur les antécédents familiaux qui permet d’identifier les personnes présentant des risques élevés liés à des maladies d’origine génétique ou familiale. Elle comprend aussi une section pour noter les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. Un examen plus poussé peut être recommandé si vous semblez présenter certains de ces risques.

Un bilan approfondi des fonctions (examen fonctionnel) constitue la base de tout examen médical valable. Tout antécédent ou symptôme notable doit être décrit en détail sur le formulaire ou sur une feuille jointe à ce dernier. Si vous avez été blessé ou malade mais que vous vous êtes remis sans aucune séquelle qui pourrait nuire à la sécurité des vols, les documents demandés confirmeront votre état.

Une des questions les plus importantes de la partie B porte sur les médicaments courants (médicaments prescrits ou en vente libre). Très peu de médicaments sont formellement interdits en aéronautique, mais il est important de savoir quels médicaments un pilote ou un contrôleur aérien prend pour pouvoir lui fournir des conseils de nature professionnelle. Il est possible que l’on vous dise d’éviter certains médicaments pendant une certaine période avant de commencer votre travail, ou d’utiliser d’autres médicaments qui ont moins d’effets indésirables. Dans certains cas, l’examinateur peut retarder le renouvellement de votre certificat jusqu’à ce que votre dossier soit transmis à nos bureaux (il sera question de consommation de médicaments dans un prochain numéro).

Après l’examen fonctionnel (ou peut-être à la fin de l’examen médical), vous devrez lire, dater et signer la déclaration du candidat. Il s’agit d’une déclaration ayant valeur légale, qui doit être signée en présence d’un témoin et qui vous rappelle que toute fausse déclaration faite volontairement est considérée comme une infraction aux termes de la Loi sur l’aéronautique. Le succès continu de notre système d’évaluation médicale est fondé sur l’honnêteté et la franchise des candidats.

Visite chez le médecin-examinateur

La partie suivante du processus (partie C) est l’examen physique effectué par le médecin. D’autres membres du personnel peuvent prendre votre poids, vous mesurer et prendre votre tension artérielle. Une section du formulaire du REM permet de consigner les cicatrices chirurgicales, les tatouages et les autres marques qui pourraient être utiles aux fins d’identification en cas d’accident d’avion. La vue et l’ouïe sont soumis à des examens spéciaux, compte tenu de leur importance pour la sûreté d’utilisation des aéronefs. Un autre examen de routine porte sur la vision des couleurs. Il est généralement effectué au moyen de planches de perception des couleurs ou d’un appareil d’examen visuel. Si votre acuité visuelle à distance ou de près n’est pas bien corrigée, si l’équilibre oculo-moteur semble dépasser les limites normales ou si vous échouez l’examen des planches de perception des couleurs, il est possible que l’on vous réfère à un spécialiste de la vue pour une correction de votre vision ou pour des examens plus approfondis (les normes de vision seront traitées dans un prochain numéro). En règle générale, l’ouïe peut être vérifiée par de simples chuchotements ou au moyen d’un audioscope de dépistage. Si une diminution de l’ouïe est notée, il est possible que vous ayez besoin d’un examen à l’audiomètre pour obtenir un audiogramme tonal. Les équipages professionnels doivent généralement être soumis à un audiogramme lors de leur premier examen et après avoir atteint l’âge de 55 ans.

Le reste de l’examen physique, même s’il est approfondi, confirmera généralement vos antécédents médicaux et les résultats de l’examen fonctionnel. Même les candidats amputés ou qui ont d’autres incapacités physiques peuvent être jugés aptes (pour certains types de permis ou de licence) si l’on fait preuve de souplesse. Avant de leur délivrer un certificat médical, il est possible qu’on leur demande d’effectuer un essai en vol pour prouver qu’ils peuvent compenser leur incapacité physique et piloter ou maîtriser un aéronef en toute sécurité.

Si vous êtes un pilote privé de plus de 40 ans, vous devrez passer un électrocardiogramme au moins tous les cinq ans (les membres d’équipage professionnels doivent le faire plus souvent, et plus tôt). La seule autre exigence de l’examen est une analyse d’urine, qui peut être faite au bureau de l’examinateur.

Une fois l’examen terminé, le MEAC inscrira sur le formulaire une recommandation d’aptitude physique et mentale et enverra la documentation à l’agent médical régional de l’aviation pour examen. Si vous êtes déjà titulaire d’un certificat médical et que le MEAC considère que vous êtes apte, il peut renouveler votre certificat pour une pleine période de validité en estampillant, signant et datant une des cases de renouvellement au verso du certificat. Par contre, les MEAC ne peuvent pas donner de certificats initiaux, modifier les restrictions ni autoriser le reclassement dans des catégories supérieures.

Si vous êtes un nouveau candidat ou s’il n’est pas certain que vous répondez toujours aux normes médicales, le MEAC différera la délivrance ou le renouvellement de votre certificat. Dans ce cas, l’agent médical régional de l’aviation communiquera avec vous pour obtenir de plus amples renseignements (et peut être demander d’autres examens médicaux) avant de terminer l’évaluation.

Si l’examinateur considère que vous n’êtes pas apte à piloter ou à maîtriser un aéronef à cause d’un trouble ou d’un traitement médical, ce qui est peu probable, il est tenu d’en informer Transports Canada (comme tous les médecins et les optométristes du Canada, conformément la Loi sur l’aéronautique). Si vous possédez déjà un certificat, il vous sera interdit d’exercer les avantages de votre permis ou licence conformément à l’article 404.06 du Règlement de l’aviation canadien.

Si, pour quelque raison que ce soit, le MEAC ne peut renouveler votre certificat, votre évaluation sera complétée par l’agent médical régional de l’aviation. Si tout est en ordre, on vous remettra un nouveau certificat médical. Toute restriction, p. ex. « valide seulement avec le port de verres correcteurs requis », sera imprimée sur le nouveau certificat. Entre 50 000 et 60 000 REM sont soumis chaque année, et presque tous (plus de 98 %) portent la mention apte, avec ou sans restrictions.

Si vous avez des questions sur votre aptitude physique et mentale, communiquez avec votre MEAC ou avec l’agent médical régional de l’aviation. Les numéros sans frais des bureaux médicaux régionaux sont inscrits sur la section inférieure détachable du certificat médical et sont publiés sur notre site Web (sous Contacts).

Date de modification :