La médecine aéronautigue et vous

Médecine

Un mot au sujet des inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (ISRS)
par la Division de l'éducation, formation et sécurité, Médecine aéronautique civile, Transports Canada

La question ci-dessous figure dans la Foire aux questions (FAQ) sur notre site Web. Les ISRS sont utilisés par bien des personnes du grand public et des pilotes. Nous espérons que cet article intéressera les membres d'équipage et favorisera une plus grande interaction entre ces derniers et le personnel de nos bureaux.

Question : Récemment, j'ai subi beaucoup de stress, et mon médecin de famille m'a prescrit du « Zoloft »  pour m'aider à traverser ce moment difficile. Je me sens bien maintenant et je suis prêt à reprendre les commandes d'un appareil, mais j'ai entendu dire que les médicaments de ce genre (les ISRS) ne sont pas conciliables avec le vol. Pourquoi donc?

Réponse : Actuellement, on trouve sur le marché un éventail d'inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (ISRS) et d'autres médicaments analogues. Ils sont commercialisés sous différents noms, comme Prozac, Paxil, Zoloft, Luvox, Serzone et Effexor, pour n'en nommer que quelques-uns. (Des catégories similaires de médicaments qui sont tout aussi importants figureront bientôt dans un tableau affiché sur le site Web de la Médecine aéronautique civile). L'usage de ces médicaments par le public en général ne cesse d'augmenter. Ils sont utilisés principalement dans le traitement de la dépression grave, mais ils peuvent également s'avérer utiles pour soigner d'autres affections comme la dépression légère, les phobies sociales, l'anxiété et les troubles prémenstruels ou de l'humeur.

Vous aviez une question pour moi?

Transports Canada doit déterminer si la situation médicale constitue un risque pour la sécurité aérienne. Nous sommes préoccupés par l'affection sous-jacente pour laquelle le médicament a été prescrit et les effets secondaires possibles. Lorsque nous apprenons que l'une de ces catégories de médicaments a été prescrite à un pilote, nous exigeons des rapports du médecin traitant, afin de nous aider à mieux comprendre la raison de l'ordonnance et la gravité de la maladie.Tant que le pilote souffre de dépression grave,nous le considérons comme étant inapte à voler. Le retour aux commandes peut être envisagé à la suite d'un traitement d'une durée appropriée et à condition que le rapport de suivi du psychiatre traitant soit satisfaisant. Dans les autres cas, le pilote pourra reprendre les commandes dans un délai plus court (habituellement après avoir cessé de prendre les médicaments) une fois que nous aurons reçu un rapport satisfaisant du médecin.

En ce qui a trait au profil d'effets secondaires, quiconque prend des ISRS doit être conscient de la myriade de réactions possibles. Bien que la plupart des effets soient mineurs, il est possible que les ISRS entraînent chez un petit nombre de pilotes des altérations graves de la pensée, de l'humeur, du jugement et de la personnalité. Ce qui préoccupe davantage, c'est la possibilité que lespilotes ne constatent pas ces effets.

À l'heure actuelle, tous les membres d'équipage qui prennent des médicaments psychotropes se verront refuser la délivrance d'un certificat médical jusqu'à ce que les circonstances relatives au cas soient examinées. Transports Canada continue à étudier la documentation à ce sujet et à mener des études pour déterminer si certaines conditions médicales et certains médicaments peuvent être considérés comme sûrs.

Entre-temps, il vous est recommandé de discuter de la situation avec votre médecin. L'arrêt de la prise du médicament ne doit se faire que sous la supervision de votre médecin et seulement lorsque la situation se sera stabilisée. Veuillez communiquer avec l'un de nos bureaux pour discuter des paramètres concernant votre retour aux commandes d'un appareil ou pour poser toute autre question liée à la médecine aéronautique. La liste des bureaux de la Direction de la médicine aéronautique civile et la Foire aux questions sont affichées sur les sites suivants :

http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/opssvs/mac-bureaux-886.htm et http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/opssvs/mac-questions-345.htm

Date de modification :