Accidents en bref

Remarque : Tous les accidents aériens qui sont rapportés font l’objet d’une évaluation menée par le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST). Chaque événement se voit attribuer un numéro de 1 à 5 qui fixe le niveau d’enquête à effectuer. Les interventions de classe 5 se limitent à la consignation des données entourant les événements qui ne satisfont pas aux critères des classes 1 à 4, données qui serviront éventuellement à des analyses de sécurité ou à des fins statistiques ou qui seront simplement archivées. Par conséquent, les accidents suivants qui appartiennent à la classe 5 et qui ont eu lieu entre les mois de novembre 2008 et janvier 2009, ne feront probablement pas l’objet d’un rapport final du BST.

— Le 1er novembre 2008, un Bellanca 7ECA effectuait son premier vol à la suite d’une révision complète. Aucune anomalie n’avait été constatée ni avant ni pendant la course au décollage. Une fois dans les airs, l’aile droite s’est soulevée légèrement, et l’avion s’est mis à virer à gauche. L’extrémité de l’aile gauche a alors touché la surface de la piste, et l’avion a continué de virer à gauche jusqu’à ce qu’il heurte le sol et s’immobilise près d’un chemin forestier et d’un fossé. On avait remarqué que l’avion avait apparemment pris l’air à une vitesse relativement faible et qu’au moment de l’accident, des rafales de vent soufflaient sur la piste. L’avion a subi des dommages importants, et le pilote a subi des blessures graves. Dossier n° A08A0145 du BST.

— Le 2 novembre 2008, le pilote d’un Norman Aviation International Karatoo était en approche finale pour une piste privée non inscrite dans le Supplément de
vol — Canada (CFS). Le pilote fut ébloui par le soleil et est descendu sous la pente d’approche normale par inadvertance. L’aile gauche a heurté une épinette à une hauteur d’environ 40 pi et l’aile s’est repliée. L’appareil a plongé vers le sol et l’aile droite a frappé un arbre et s’est aussi repliée. L’appareil s’est écrasé en position de piqué. Le pilote, seul à bord, n’a pas été blessé. C’était la première fois que le pilote atterrissait sur cette piste mesurant 1 200 pi. Dossier n° A08Q0213 du BST.

— Le 8 novembre 2008, un Pilatus PC-12/45 se trouvait en approche de la piste 33 à Fort Severn (Ont.). L’avion a survolé le seuil à une vitesse de référence à l’atterrissage (Vref) de 98 kt, et le pilote aux commandes a réduit la puissance du moteur jusqu’au ralenti de vol. À l’arrondi, le système avertisseur de décrochage et pousseur de manche a émis deux bips, et le vibreur de manche s’est déclenché, suivi immédiatement du pousseur de manche. Lorsque l’avion a piqué du nez, les deux membres d’équipage ont neutralisé le pousseur de manche, et l’avion a atterri à plat avant qu’ils ne puissent appuyer sur le bouton d’interruption du pousseur de manche. La pièce moulée de l’essieu du train avant s’est rompue, et ce dernier s’est détaché de l’avion. Le train avant et l’hélice de l’avion ont subi des dommages importants; l’équipage et les passagers s’en sont tirés indemnes. Dossier n° A08C0228 du BST.

— Le 8 novembre 2008, à 22 h 27, heure normale des Rocheuses (HNR), un Cessna 182K a décollé de l’aéroport régional de Red Deer (Alb.) [CYQF] à destination de l’aérodrome d’Innisfail (Alb.) [CEM4]. Le pilote était seul à bord. Le contact radio a été perdu, et une équipe de recherche a retrouvé l’épave tôt le lendemain matin, dans un champ, au sud-est du seuil de la piste 34, à CEM4. Le pilote avait subi des blessures mortelles. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a utilisé les données du GPS pour déterminer la route, l’altitude et la vitesse avant impact. Lorsque l’avion s’est trouvé à 0,7 NM au sud-est du seuil de la piste 34, il a amorcé un virage continu en descente à droite à vitesse constante qui s’est poursuivi jusqu’à ce qu’il heurte le sol. Pendant la dernière minute du vol, la vitesse de croisière est passée de 116 à 95 kt, avant d’augmenter rapidement jusqu’à un maximum de 142 kt avant l’impact. L’avion a heurté le sol à une vitesse élevée, incliné à droite, pendant une descente à faible pente. On n’a trouvé aucun mauvais fonctionnement avant l’impact qui aurait pu contribuer à cet accident, survenu pendant les heures d’obscurité. Au moment de l’accident, il y avait un épais brouillard au-dessus d’une ferme située à quelque 0,7 NM au sud-est des lieux de l’accident et dans le village d’Innisfail, situé à quelque 4 NM au sud-est. Il n’y a eu aucune observation météorologique officielle à CEM4, mais on a signalé une visibilité au sol illimitée à l’aérodrome vers 22 h 30. La piste 16/34 est munie d’un système d’éclairage d’aérodrome télécommandé d’aéronef (ARCAL), et on a signalé que les feux avaient été allumés au moment de l’accident, peut-être par le pilote en question dans cet accident. Dossier n° A08W0223 du BST.

— Le 12 novembre 2008, un Beech King Air 100 a effectué un atterrissage intempestif train rentré à Stony Rapids (Sask.). Les deux membres d’équipage s’en sont tirés indemnes, mais les volets, les hélices et le dessous de l’avion ont subi des dommages importants. Dossier n° A08C0234 du BST.

— Le 16 novembre 2008, un ultra-léger Jabiru J170-SPC 3300 effectuait des circuits au parc aérien King George de Surrey (C.-B.). En vent arrière de la piste 25, le réchauffage carburateur a été mis en marche, avant d’être coupé lors du virage en étape de base. En courte finale, à quelque 190 pi AGL, à un régime de 1 300 tr/min, le moteur (Jibaru 3300A) s’est arrêté brusquement. L’appareil ne s’est pas rendu jusqu’à la piste, il a heurté des arbres et il a été détruit. Aucun incendie ne s’est déclaré. Le pilote a été légèrement blessé. Dossier n° A08P0355 du BST.

— Le 17 novembre 2008, un ultra-léger Murphy Maverick atterrissait à Neepawa (Man.). D’après les renseignements fournis, le pilote a perdu la maîtrise en direction dans des conditions de rafales. L’appareil est sorti de la piste à gauche, et le train principal gauche s’est affaissé. L’accident n’a fait aucun blessé. Dossier n° A08C0235 du BST.

— Le 24 novembre 2008, un Boeing 737-7CT était refoulé à partir de la porte C25 de l’aérogare 3 de l’aéroport international Lester B. Pearson de Toronto (CYYZ), lorsque l’ailette d’extrémité de l’aile gauche a touché l’ailette d’extrémité de l’aile droite d’un autre
Boeing 737-7CT qui était guidé au sol jusqu’à la porte C24 voisine. Au moment de l’incident, une équipe au sol constituée de quatre personnes, à savoir un chef d’équipe, deux ailiers et une quatrième personne s’occupant des cales de l’avion et/ou de détacher le tracteur de remorquage, travaillait à chacune de ces portes. Au moment de la collision, tout le personnel se trouvait au poste qu’on lui avait assigné. L’incident n’a fait aucun blessé. On a retiré les deux avions du service afin de pouvoir remplacer les deux ailettes d’extrémité d’aile. Dossier n° A08O0324 du BST.

— Le 27 novembre 2008, le pilote d’un Piper PA30 avait décollé de Springbank (CYBW) pour effectuer un vol local au-dessus de Banff et de Rocky Mountain House, avant de revenir à Springbank (Alb.). Après un posé-décollé à Rocky Mountain House, lorsqu’il a tenté de sortir le train pendant l’approche vers CYBW, le pilote a remarqué que ses radios semblaient couper et que l’avion avait perdu toute son alimentation électrique. Il a sorti le train manuellement, et les trois voyants verts se sont allumés, mais, au toucher des roues, le train est rentré, ce qui a causé des dommages importants aux hélices, aux moteurs et au dessous de l’avion. Le pilote était le seul occupant et il s’en est tiré indemne. Dossier n° A08W0235 du BST.

— Le 29 novembre 2008, un Bellanca 17-30 Viking atterrissait sur la piste 20 à
Fort St. John (C.-B.) dans un vent de travers de 10 à 15 kt soufflant du nord-ouest. Au toucher des roues, l’avion a viré à droite. Le pilote a trop corrigé à gauche, puis il a serré les freins avant que l’avion ne sorte de la piste pour aller percuter un banc de neige. L’aile gauche, le train d’atterrissage et l’hélice ont subi des dommages. Le pilote et deux passagers ont été blessés. Dossier n° A08W0238 du BST.

— Le 20 décembre 2008, vers 19 h 51, heure normale des Rocheuses (HNR), un bimoteur Beech 58P immatriculé au Canada a été détruit quand il a heurté le relief alors que le pilote en avait perdu la maîtrise, près de Stonewall (Col.), aux états-Unis. Le pilote privé et un passager ont subi des blessures mortelles. Des conditions météorologiques de vol à vue de nuit prévalaient, et un plan de vol IFR avait été déposé. Il s’agissait d’un vol de navigation en provenance de Pueblo (Col.) dont la destination prévue était Santa Fe (N.-M.). Apparemment, l’avion volait en croisière à 18 000 pi au-dessus du niveau moyen de la mer (MSL), lorsqu’il a amorcé une descente « non contrôlée » vers une région au relief montagneux ascendant. D’après sa dernière position radar connue, l’avion se trouvait à 12 800 pi MSL, à un mille à l’est de Vermejo Peak (13 367 pi MSL). Peu après, un avion qui passait par là a signalé un incendie au sol près de la dernière position radar connue de l’avion en question dans cet accident. On a repéré l’épave le lendemain, à une altitude de quelque 12 000 pieds MSL. Le National Transportation Safety Board (NTSB) des états-Unis enquête actuellement sur cet accident. Dossier n° A08F0188 du BST.

— Le 9 janvier 2009, un élève-pilote effectuait son troisième circuit en solo aux commandes d’un Cessna 172 lorsque l’avion a rebondi et effectué un atterrissage dur. Une inspection de maintenance a permis d’établir la présence de dommages à la cloison pare-feu, autour de la région de fixation de la jambe du train avant, dommages qui nécessitaient des réparations majeures. Dossier n° A09W0007 du BST.

— Le 15 janvier 2009, un Cessna TU206G immatriculé au Canada effectuait un vol de croisière près de la ville de San Salvador lorsque son moteur (Teledyne Continental TIO-520M portant le numéro de série 291863R) est tombé en panne. Les pilotes ont réussi à effectuer un atterrissage forcé sur une route publique en construction. Les deux pilotes à bord de l’avion s’en sont tirés indemnes. D’après les renseignements préliminaires, tout indique que cette panne moteur est attribuable à la perte d’une pièce interne. La partie supérieure du moteur comportait un gros trou (d’un diamètre de 3,5 po) par lequel fuyait de l’huile qui s’est répandue sur le pare-brise. Les autorités du Salvador enquêtent actuellement sur cet incident. Dossier n° A09F0007 du BST.

— Le 22 janvier 2009, un instructeur et un élève qui prenaient place à bord d’un Cessna 152 effectuaient des exercices d’entraînement à l’aéroport de St. Andrews (Man.). Après avoir effectué deux circuits, l’instructeur a demandé un exercice prévu de simulation de panne moteur après le décollage. Peu après le début de l’exercice, le moteur s’est arrêté et l’équipage a été forcé d’atterrir dans un champ recouvert de neige, à 1,5 mi au nord de l’aéroport. Au toucher des roues, le train avant de l’avion s’est affaissé et l’extrémité des deux ailes a été endommagée. L’instructeur et l’élève s’en sont tirés indemnes. Il a été établi que l’arrêt du moteur avait été provoqué par la fermeture inopinée du sélecteur de réservoir pendant l’exercice de simulation de panne moteur. Dossier n° A09C0013 du BST.

— Le 29 janvier 2009, un Cessna 210E arrivant à Fort Nelson (C.-B.) en provenance de Peace River (Alb.) a effectué un atterrissage train rentré. Lors de la sortie des volets, le pilote avait signalé une panne électrique totale que d’autres facteurs, comme la perte des communications et des vents de travers turbulents, sont venus compliquer. L’alimentation avait été rétablie à un mille en finale. Même après le retour de l’alimentation, aucun avertisseur sonore n’a retenti. Dossier n° A09W0019 du BST.

— Le 29 janvier 2009, un Piper Cherokee privé effectuait sa course à l’atterrissage à Vulcan (Alb.) lorsqu’un fort vent de travers a provoqué une sortie de piste de l’avion et a projeté ce dernier dans un banc de neige. L’impact qui en a résulté a renversé l’avion, lequel s’est immobilisé sur le toit. Le seul occupant de l’avion s’en est tiré indemne. Dossier n° A09W0020 du BST.

— Le 30 janvier 2009, après un vol local, un Cessna 172H a atterri sur la piste 31 à Quesnel (C.-B.). Au moment de l’atterrissage, il y avait passage d’un front, et un vent du 340° soufflait à 20 kt avec des rafales à 35 kt. En roulant sur l’aire de trafic à l’extrémité sud de la voie de circulation A, l’avion a été renversé par une violente rafale de vent. L’avion a subi des dommages importants, mais les deux occupants s’en sont tirés indemnes. Dossier n° A09P0017 du BST.

Date de modification :