Après l’arrêt complet : Suivez la BONNE voie : les corridors pour véhicules aéroportuaires

par Currie Russell, superviseur de la sécurité et de la sûreté, aéroport international de la région de Waterloo (YKF)

Dans de nombreux aéroports, surtout ceux qui offrent un service aérien commercial, les corridors pour véhicules sont peints sur l’aire de trafic pour assurer la sécurité et la fluidité de la circulation des véhicules de service du côté piste. La peinture de ces corridors est similaire à celle d’une chaussée ordinaire : des lignes blanches continues sur les côtés et une ligne discontinue au centre pour séparer le corridor en deux voies opposées. Ces corridors ont pour rôle principal d’espacer d’une distance convenable les véhicules de service par rapport aux aéronefs stationnés.

À l’occasion, j’ai observé de petits aéronefs rouler le long du corridor pour véhicules alors qu’ils circulaient sur l’aire de trafic de l’aérogare principale. J’ai également vu des aéronefs stationnés si près des corridors pour véhicules que leurs extrémités d’ailes dépassaient la ligne blanche continue. De telles pratiques annulent du coup la sécurité offerte par les corridors pour véhicules.

Cette sécurité est en fonction du code ou de la classe d’aéronefs que l’aéroport peut accueillir. Au Canada, le manuel des Aérodromes — Normes et pratiques recommandées (TP 312F) précise la distance exigée entre l’axe d’une voie d’accès et un objet pour assurer un dégagement adéquat aux aéronefs circulant au sol. Cette distance dépend du code de la classe d’aéronefs que l’aéroport peut accueillir.

Par exemple, comme le montre le tableau ci-dessous dont les spécifications sont tirées du TP 312F, les aéroports pouvant accueillir des aéronefs de code C (aéronefs présentant une envergure allant de 24 m à 36 m exclusivement, et une largeur hors-tout du train principal allant de 6 m à 9 m exclusivement, comme l’Airbus A320 ou le Boeing 737) doivent assurer un dégagement de 24,5 m entre l’axe d’une voie d’accès et un objet.

Recommandation : les distances minimales de séparation suivantes devraient être assurées entre l’axe d’une voie d’accès de poste de stationnement et un objet :

Lettre de code Dégagement (entre l’axe d’une voie d’accès et un objet) Envergure d’aile Largeur hors-tout du train principal Exemples de types d’aéronefs
A 12 m moins de 15 m moins de 4,5 m la plupart des aéronefs monomoteurs et bimoteurs de l’aviation générale
B 6,5 m de 15 m à 24 m exclusivement de 4,5 m à 6 m exclusivement Beech 1900
Cessna Caravan 208
C 24,5 m de 24 m à 36 m exclusivement de 6 m à 9 m exclusivement Airbus A320
CRJ 900
D 36 m de 36 m à 52 m exclusivement de 9 m à 14 m exclusivement Boeing 757, 767
MD-11
E 2,5  m de 52 m à 65 m exclusivement de 9 m à 14 m exclusivement Airbus A330, 340
Boeing 747, 777, 787

Les aéronefs devraient toujours circuler le long des lignes jaunes continues de voie de circulation et ne devraient jamais emprunter un corridor pour véhicules pour dépasser un autre aéronef. Les corridors pour véhicules sont réservés aux véhicules qui ne volent pas.

Les conducteurs de véhicules qui circulent dans les corridors devraient garder à l’esprit de ne jamais passer derrière un aéronef dont les feux anticollision sont allumés et les moteurs tournent, à moins que le placeur ne leur indique de le faire. Les limites de vitesse doivent toujours être respectées, comme l’indiquent les directives de circulation locale des aéroports. Il faut faire preuve de vigilance pendant la conduite et savoir où sont les aéronefs et les autres véhicules en déplacement, ainsi que surveiller les conditions météorologiques. Les conducteurs de véhicules doivent avoir été formés et certifiés selon la classe de véhicules qu’ils doivent conduire dans le cadre de leurs fonctions. Les aéroports exigent probablement que les utilisateurs de véhicules possèdent un permis (normalement un permis d’exploitation de véhicules côté piste [AVOP]) pour pouvoir circuler du côté piste. Les conducteurs de véhicules doivent s’assurer que leur feu anticollision fonctionne en tout temps et ils doivent demeurer en communication constante avec le contrôle sol ou le contrôle d’aire de trafic, selon le cas dans leur aéroport.

Il y a des dangers partout du côté piste. Les conducteurs de véhicules doivent en être conscients, être vigilants en tout temps et signaler les conditions ou les activités dangereuses à leur superviseur ou à l’exploitant d’aéroport. La sécurité, c’est l’affaire de tous. Ne laissez pas les accidents se produire, faites preuve d’initiative!

Date de modification :