À la lettre

Trop lourds, les hélicoptères ne devraient pas être utilisés aux limites de vol stationnaire hors effet de sol (HES)

Depuis des années, les hélicoptères sont utilisés trop près des limites fixées. Les circonstances dans lesquelles un hélicoptère est utilisé seulement en vol stationnaire en effet de sol (DES) sont rares. Cela peut se produire pour des opérations régulières lorsque l’hélicoptère se déplace d’une hélisurface à une autre en se servant des zones avec revêtement ou en béton, au-dessus desquelles les conditions de vol stationnaire DES sont idéales. Pour les appareils qui volent dans à peu près n’importe quelle autre situation, le vol hors effet de sol (HES) est la règle plutôt que l’exception.

Je me servirai de la performance d’un hélicoptère léger à turbine pour illustrer mon propos. Les tableaux du plafond de vol stationnaire HES sont publiés dans le manuel de vol de l’appareil. Ces plafonds reposent sur l’altitude densité (AD) dans des conditions atmosphériques par ailleurs normales, où le taux d’humidité est de zéro p. 1001. Si le pilote vole à ces limites, toute tentative de manœuvre qui requiert une augmentation de puissance fera en sorte que les limites moteur ou de transmission seront dépassées. Pour que les opérations dans ces conditions puissent être effectuées de façon raisonnable et en toute sécurité, la masse totale devrait être, d’après moi, inférieure au maximum spécifié dans les tableaux du plafond de vol stationnaire HES de manière à laisser au pilote une marge de puissance assurant la maniabilité. Illustration d’un hélicoptère qui est exploité avec une charge trop lourde

Afin de prouver la justesse de ce que j’avance, j’ai calculé le temps requis pour monter verticalement à 100 pi à des masses précises et en utilisant la puissance requise pour un vol stationnaire HES. (Pour établir mes calculs, j’ai considéré la différence entre la masse de l’hélicoptère et la poussée nécessaire pour maintenir un vol stationnaire HES.) Mes calculs ont révélé que lorsque l’appareil se tient à près de 50 pi sous les limites établies pour le vol HES, il peut prendre jusqu’à 20 s pour monter verticalement à 100 pi. Il est raisonnable de qualifier une telle performance de médiocre, au mieux, et peut-être de dangereuse, au pire. Si la masse totale est abaissée à 100 lb en deçà de la masse plafond établie pour le vol stationnaire HES, j’ai constaté que la situation s’améliore considérablement; si elle est réduite de 200 lb, le temps requis pour monter à 100 pi est la moitié de celui qu’il faut si la réduction est de 50 lb. Il y a donc plusieurs avantages à fonctionner à 200 lb sous le plafond établi pour le vol stationnaire HES lorsque des opérations hors effet de sol sont effectuées :

  • l’hélicoptère est soumis à une demande moindre en matière de puissance;
  • la charge de travail du pilote est réduite;
  • le temps passé dans la zone ombrée du diagramme hauteur/vitesse est moins long;
  • les effets de l’humidité sur la densité altitude et sur les opérations HES sont dans une certaine mesure atténués;
  • la zone horizontale de vent relatif critique indiquée dans le tableau du plafond de vol stationnaire hors effet de sol sera presque certainement évitée;
  • la marge de puissance du pilote est plus grande et la maniabilité de l’appareil est accrue;
  • dans certains cas, des économies (faibles, il est vrai) peuvent être réalisées relativement au temps de vol.

Le vol d’hélicoptères comporte l’atterrissage sur des crêtes, des pinacles ou des hélisurfaces aménagées à flanc de montagne ou sur des structures artificielles, ce qui donne presque toujours lieu à des situations hors effet de sol. De nos jours, en matière de sécurité, la prévention est de mise, et les pratiques courantes sont conçues pour réduire la probabilité d’accidents. Comme j’ai essayé de le démontrer à l’aide de l’exemple dont je me suis servi, la masse totale devrait être abaissée sous le plafond de vol stationnaire HES dans une proportion pouvant aller jusqu’à 200 lb, sauf pour les opérations les plus banales.

Fred Lewis
Medicine Hat (Alb.)

 Ligne décorative

1 L’humidité réduit la masse volumique de l’air et, par conséquent, abaisse les plafonds de vol HES. À une altitude pression de 6 000 pi, à une température de 20° C et un taux d’humidité de 0 %, l’altitude densité est légèrement supérieure à 8 000 pi. Dans les mêmes conditions, mais avec un taux d’humidité de 100 %, l’altitude densité atteint presque 8 300 pi, ce qui entraîne une réduction de près de 50 lb de la masse plafond pour un vol stationnaire HES.

Date de modification :