Éditorial — Collaboration spéciale

Le Canada : À l’avant-garde de la sécurité aérienne

MArtin Eley

Martin J. Eley

L’aviation au Canada est d’une importance primordiale. Elle relie entre eux les Canadiens des petites et des grandes collectivités, elle contribue à la vigueur de l’économie et elle crée des emplois. L’industrie aérienne au Canada emploie plus de 90 000 personnes. Notre flotte d’aéronefs civils est la deuxième plus importante au monde. Le Canada se classe également au deuxième rang au chapitre du nombre de pilotes titulaires d’une licence — le directeur de la Médecine aéronautique se fait un plaisir de me le rappeler. En 2011, plus de 70 millions de passagers ont pris l’avion pour se déplacer à l’intérieur du Canada. La même année, les transporteurs aériens intérieurs ont enregistré près de trois millions de vols. Notre bilan en matière de sécurité est l’un des meilleurs au monde.

Nous avons de nombreuses raisons d’être fiers. Nous sommes reconnus comme un chef de file à l’échelle mondiale par l’Organisation de l’aviation civile internationale. Disposant de l’un des plus importants réseaux de l’aviation civile au monde et effectuant des vols à destination de presque tous les pays du monde, nous ne pouvons faire autrement que de nous démarquer. Nous ne tenons pas toutefois pour acquis cet état de fait. Nous utilisons l’expertise acquise, nos pratiques exemplaires et les leçons apprises afin d’améliorer la sécurité aérienne dans le monde entier pour nos partenaires internationaux. Nous partageons souvent nos connaissances dans le cadre de programmes étrangers touchant l’aviation civile afin de fournir de l’aide là où et lorsque cela est nécessaire.

Au pays comme à l’étranger, le gouvernement est fier de notre réseau de transport aérien sécuritaire, fiable et efficace. Le ministre des Transports a pour mandat d’établir et d’appliquer des règlements pour assurer un espace aérien sécuritaire. Les Canadiens ainsi que le gouvernement accordent de l’importance à ceci. Même si les résultats n’ont jamais été aussi bons — le nombre d’accidents enregistrés en 2011 s’est révélé être le plus bas dans toute l’histoire de l’aviation moderne — cela ne veut pas dire pour autant que nous pouvons nous asseoir sur nos lauriers. L’amélioration continue demeure constamment une priorité; je ne saurais trop insister sur ce fait. Sur le plan de la sécurité aérienne, cela constitue un mode de vie.

Depuis longtemps, le programme de l’Aviation civile est fondé sur des plans stratégiques à long terme. Récemment, nous avons décidé d’examiner de plus près notre vision à court terme, laquelle est présentée dans le plan d’action publié en avril 2012 et intitulé Améliorer le programme de sécurité de l’Aviation civile au Canada : un plan d’action jusqu’en avril 2013. Le plan contient des activités précises conçues pour améliorer le programme à la suite des points soulevés par le vérificateur général et le Bureau de la sécurité des transports du Canada. Un des secteurs concernés est celui des services que nous offrons au milieu aéronautique. Nous prenons des mesures qui nous permettront de continuer à répondre aux besoins en matière de service au cours des prochaines années. Le milieu aéronautique continue à prendre de l’expansion, et l’Association du transport aérien international prévoit qu’entre 2011 et 2014, en Amérique du Nord, la demande passagers pour les vols internationaux aura augmenté de 4,9 %. Afin de continuer à offrir des services le plus efficacement possible, Transports Canada a conçu un outil qui compile des données fiables sur l’utilisation actuelle des ressources. Ce nouvel outil, dont la mise en oeuvre complète est prévue en 2013, fournira des données sur le rendement de nos services et sur les ressources que nous avons consacrées à la prestation des services. Ces nouvelles données nous permettront de répartir les ressources aussi efficacement que possible. Des progrès remarquables sont réalisés en ce qui a trait à l’atteinte de cet objectif et à la réalisation d’autres engagements visant à améliorer notre programme.

L’une des choses que j’ai apprises au cours de ma carrière, c’est que même si la mise en oeuvre de mesures et l’atteinte des objectifs peuvent prendre du temps, c’est avant tout le temps consacré à l’écoute qui nous permet de gagner et de garder la confiance des gens. Je demeure déterminé à consolider et à renforcer les relations existantes avec vous, les intervenants de notre milieu. Nos rencontres pour aborder des questions importantes me permettent d’obtenir des renseignements précieux concernant les secteurs au Canada où la sécurité aérienne peut être améliorée. Elles me permettent également de discuter des priorités, de renforcer nos relations et de découvrir ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas. Les commentaires reçus sont essentiels au succès du programme de l’Aviation civile et à l’amélioration continue de la sécurité aérienne au Canada et à l’étranger.

L’aviation n’a jamais été aussi sécuritaire, et je sais que collectivement, nous aspirons tous à une amélioration constante alors que nous nous tournons vers l’avenir. En travaillant ensemble, nous pouvons continuer sur cette lancée.

Le directeur général,
Aviation civile
Martin J. Eley
Date de modification :