Après l’arrêt complet

Quand il fait beau et chaud à Penticton… soyez conscients des dangers!

par Gerhard Schauble, CPL(A), SMELS, GL25, qualification aux instruments, Penticton (Colombie Britannique)

aerial view

Photo © Mike Biden

L'aéroport régional de Penticton (CYYF), un véritable joyau en Colombie-Britannique, est situé à un endroit idéal pour desservir les vols en VFR à destination de la côte du Pacifique, de l'intérieur de la Colombie-Britannique et de l'Alaska. À la suite d'écrasements récents d'aéronefs qui décollaient de CYYF, la question suivante s’imposait « Pourquoi? » Bien que le Bureau de la sécurité des transports (BST) mène actuellement des enquêtes sur ces accidents afin d’en déterminer les causes et que nous soyons conscients des problèmes complexes liés à cet exercice, plusieurs de ces accidents ont des points communs. Ces vols :

  • ont décollé de Penticton;
  • ont décollé l'après-midi par une chaude journée d’été avec un ciel dégagé;
  • ont décollé avec les réservoirs de carburant pleins et transportaient quatre personnes;
  • se déroulaient en région montagneuse;
  • se sont terminés lorsque l'aéronef est entré en collision avec le terrain.

Pour obtenir des renseignements sur les conditions météorologiques locales, la navigation et les caractéristiques propres à chaque aéroport, rien de tel qu’un pilote local. À Penticton, un après-midi en août, un groupe de pilotes de vols en montagne se sont assis à l'ombre d'un hangar et ont discuté du « pourquoi » dans le but de prévenir d'autres accidents semblables.   
 

L'altitude densité : Cette notion nous a été enseignée à l'école de formation au sol. Elle est communément connue comme l'altitude actuelle à laquelle l'aéronef « pense » voler. Le pilote-examinateur du groupe nous indique que les candidats répondent correctement aux questions sur l'altitude densité, mais qu’ils sont souvent surpris par la performance réduite de l’aéronef dans les airs. En voici un exemple : il est 17 h, une journée de la mi-août à CYYF. L'altitude d'aérodrome est de 1 130 pi. Il fait 32 °C, et c'est le moment le plus chaud de la journée. Le point de rosée est à 11 °C; le ciel est dégagé et la visibilité est de 15 SM; les vents soufflent du nord à 7 kt et la pression barométrique est de 29,86. C’est une journée d’été typique à Penticton. Tout semble parfait, non? En réalité, nous n'avons pas encore quitté l'aire d'amarrage que notre aéronef enregistre déjà une altitude densité de 3 562 pi.
L'altitude densité réduit la puissance de votre moteur. Elle peut éliminer toute possibilité d'un taux de montée au moment du décollage. L'altitude densité a une incidence non seulement sur la distance de décollage et le taux de montée, mais aussi sur le plafond pratique de l'aéronef pendant le vol en route. Vous êtes peut-être en mesure de piloter votre aéronef à un plafond pratique de 12 650 pi en direction des montagnes près de Princeton qui s’élèvent à 10 000 pi, mais en raison de l’altitude densité, votre aéronef ne pourra pas les franchir.
 

Masse : prenons un aéronef léger typique. Cet aéronef comprend quatre sièges, un compartiment à bagages et des réservoirs de carburant. Rempli à capacité, l’aéronef sera surchargé, ce qui causera les problèmes suivants :

  • la vitesse au décollage devra être plus élevée, ce qui prolongera le roulement au décollage;
  • le taux et l'angle de montée seront réduits;
  • le plafond pratique sera plus bas;
  • la vitesse de croisière sera réduite;
  • la plage de vitesse de croisière sera plus courte; 
  • la manœuvrabilité sera réduite.

Vol en montagne : Ici, ce n'est pas comme dans les Prairies et sur la côte. En raison de l’environnement, des tendances météorologiques dans les montagnes, de l'altitude densité, de la planification et de la préparation avant vol, des techniques de décollage et de départ et des considérations en matière d'approche et d'atterrissage, la prise de décisions pendant un vol en montagne est une source de défis bien précis.
Penticton est entouré de montagnes majestueuses qui méritent notre respect. La planification des routes est donc cruciale et la navigation directe à l’aide d’un GPS vers Penticton, ou dans cette direction, n'est probablement pas la meilleure solution. Choisissez une route qui permet d’éviter les endroits où il est impossible d’effectuer un atterrissage d’urgence, comme les zones accidentées et les sommets les plus élevés. Contourner les zones les plus montagneuses et suivre les routes VFR désignées là où le relief est moins élevé n'exige habituellement pas beaucoup plus de temps.
 

Prêt pour le décollage? Retournons à notre exemple de la mi-août. Nous préparons donc notre appareil de location, faisons le plein de carburant et invitons trois de nos amis à nous accompagner. Nous passons devant l'aérogare durant la course au décollage de la piste 34 avec vent de face. Notre taux de montée est de 200 pi/min. Nous signalons que nous avons dépassé la zone au‑dessus de Trout Creek Point à Summerland et continuons en direction nord, car malgré notre taux de montée, nous n'avons pas encore franchi la crête de la vallée à l'ouest du lac Okanagan. Quelque part entre Summerland et Peachland, nous prenons assez d'altitude pour franchir la crête et entrons dans le GPS notre cap en direction ouest. À un moment donné, il devient évident que nous ne pourrons pas franchir la prochaine crête et qu’à l’altitude où nous sommes, nous ne pourrons pas nous en éloigner et que nous n'avons plus d'options.
Reprenons donc le scénario du début. Avant de décoller de Penticton par une chaude journée d'été :

  • Suivez un cours de vol en montagne avec un instructeur qualifié ou, au minimum, lisez le livre écrit par Sparky Imeson intitulé Mountain Flying avant de vous rendre à Penticton;
  • Connaissez l'altitude densité, l'altitude d'aérodrome, la température et la vitesse et direction du vent;
  • Connaissez les limites de masse et de performance de votre aéronef;
  • Sachez quand et pourquoi vous devriez interrompre le décollage;
  • Réduisez votre masse autant que possible pour le vol;
  • Consultez vos cartes VFR, planifiez votre vol et ne vous fiez pas uniquement à la navigation par GPS;
  • Prévoyez franchir les crêtes à 45º et à au moins 1 000 pi au-dessus de celles-ci;
  • Décollez au moment le plus frais de la journée, préférablement tôt le matin;
  • Après avoir décollé, montez jusqu’à l’altitude de croisière avant de quitter la vallée.

 

Volez en toute sécurité et revenez nous voir à Penticton.

Date de modification :