Attention aux tourbillons (TP 2228F-24)

Promotion et sensibilisation en matière de sécurité

À partir des bouts d'ailes ou du rotor, les avions et les hélicoptères forment dans leur sillage de violentes spirales d'air

Le tourbillon

Lorsqu'une aile ou un rotor produit plus de sustentation, la différence de pression au-dessus et au-dessous augmente, donnant ainsi plus d'énergie aux tourbillons de bouts d'ailes. On peut donc conclure que… plus l'avion est lourd, plus les tourbillons sont importants.

Plus un avion ralentit, plus la différence de pression au-dessus et au-dessous augmente. Ainsi… plus un avion ralentit, plus la puissance totale du tourbillon augmente.

La position des volets et du train d'atterrissage aussi bien que l'emplacement des moteurs et la forme de l'empennage ont tous leur influence. Il en va de même d'un hélicoptère à rotor double par rapport à un appareil à rotor de queue. Donc… la configuration de l'appareil influence la forme et la persistance du tourbillon. Cette dernière constitue un grave problème.

Parce que l'air froid est plus dense que l'air chaud, les tourbillons sont plus redoutables lorsque l'air est froid. En résumé… la densité de l'air influence la force du tourbillon.

Un tourbillon s'affaiblira avec le temps lorsque le diamètre de la turbulence croÎt et se mêle à l'air environnant. En conclusion… un tourbillon demeure dangereux jusqu'à ce qu'il s'estompe.

L'aile ou le rotor crée une poussée vers le bas. Donc. les tourbillons de bouts d'ailes descendent sous la trajectoire de vol.

Mouvement du tourbillon à différentes altitudes

Le mouvement du tourbillon dépend de l'altitude

à haute altitude, où un avion vole très vite, un tourbillon qui persiste pendant deux minutes est actif à 16 NM derrière l'aéronef et jusqu'à 1 000 pi au-dessous de l'aéronef.

à basse altitude, où les pilotes VFR évoluent, les deux minutes de persistance se traduisent par des distances moins grandes à cause des vitesses réduites.

à très basse altitude, pendant le décollage, l'atterrissage ou lors d'une remontée, les tourbillons agissent d'une façon considérablement différente.

Comme vous le voyez, la zone de danger n'est pas nécessairement alignée avec la trajectoire de vol de l'aéronef devant vous.

Espacement de sécurité

Le contrôleur appliquera un espacement entre les aéronefs au décollage selon le poids de votre aéronef et de celui qui le précède : ultra-léger, léger, moyen, lourd. Dans certains cas, vous pouvez demander à la tour une dispense concernant l'application de la norme d'espacement. Cependant, aux aéroports non contrôlés et dans d'autres situations que le décollage, vous devrez calculer votre propre espacement de sécurité.

Décollage

Prévoyez l'exécution du cabrage de votre aéronef avant le point de cabrage de l'aéronef précédent. Restez au-dessus de sa trajectoire de vol et exécutez une montée hors axe dans le vent. Lorsque vous décollez après l'atterrissage d'un autre aéronef, décollez au-delà de son point d'atterrissage.

Approche et atterrissage

Restez au-dessus de la trajectoire de vol de l'aéronef qui vous précède, prévoyez un point de poser au-delà du sien et évitez une finale longue et basse.

Autour des aéroports

En tout temps, regardez attentivement à l'extérieur et écoutez la radio afin de vous renseigner sur le mouvement du trafic aérien. Les hélicoptères sont difficiles à localiser, car ils peuvent se trouver à peu près n'importe où, et ils génèrent des tourbillons plus violents que ceux des aéronefs à voilure fixe de poids comparable.

Image de tourbillons génèrés par une hélicoptère

Les turbulences ne sont pas invisibles. Demeurez vigilants et prenez les précautions qui s'imposent.

Ce numéro de « Un instant! » remplace le dépliant original TP 2233F, intitulé « Attention aux tourbillons ». Il est aussi disponible sur notre site Web.

Date de modification :