Facteurs d'apprentissage

7. Vous trouverez ci-après une liste de sept facteurs d'apprentissage. Lisez-les soigneusement et déterminez s'ils s'appliquent à vous quand vous apprenez des connaissances et des techniques nouvelles. S'ils s'appliquent à vous, ils s'appliqueront également à vos élèves. Efforcez-vous de n'employer qu'un ou deux mots qui serviront à représenter la totalité de chaque facteur d'apprentissage. Ces mots seront utilisés dans le texte du guide, ainsi que dans les questions des tests sur la technique d'instruction.

L'apprentissage est rendu plus facile en se servant des facteurs suivants :

a. PRéPARATION - Vous devez vous assurer que les élèves sont mentalement, physiquement et émotionnellement prêts à apprendre.

b. PRIMAUTé - Présenter une nouvelle connaissance ou habileté de façon exacte. (Les choses doivent être enseignées de façon exacte, dès la première fois.)

c. RAPPORTS - Présentez vos leçons dans une séquence logique, du connu à l'inconnu, du simple au complexe, du facile au difficile.

d. EXERCICES - Faites en sorte que vos élèves soient engagés dans une activité utile.

e. INTENSITé - Présentez les choses de façon vivante, dramatique, réaliste ou inattendue, car elles seront retenues plus longtemps.

f. EFFETS - S'assurer que les élèves qui participent à la leçon aquièrent un sentiment de satisfaction d'y avoir participé.

g. RETENTION - À la fin de chaque leçon, faites en résumé et pratiquez les points les plus importants, car ce sont les choses apprises et pratiquées le plus récemment qui seront retenues le plus longtemps.

Les facteurs d'apprentissage que vous venez de lire sont des outils utiles quand ils sont bien utilisés. Bien entendu, la question est de savoir comment ces facteurs d'apprentissage s'appliquent à l'instruction au pilotage. Nous répondrons à cette question en révisant et discutant chacun des facteurs d'apprentissage qui propose des suggestions spécifiques sur ce que vous pouvez faire pour utiliser ces «outils» dans votre instruction.

8. PRéPARATION - Assurez-vous que vos élèves sont mentalement, physiquement et émotionnellement préparés à apprendre.

a. Pour apprendre, une personne doit être prête à le faire. Un bon instructeur en comprend la nécessité et doit faire de son mieux pour créer une motivation bien conçue. Si un élève a une forte détermination, un objectif clair et une bonne raison d'apprendre quelque chose, ses progrès seront bien meilleurs que s'il manquait de motivation.

b. Dans certains cas, vous ne pouvez faire que très peu, si non rien du tout pour inciter un élève à apprendre. S'il est surchargé de responsabilités, de préoccupations ou de soucis extérieurs, si son emploi du temps est trop lourd, si ses problèmes personnels semblent insolubles, l'élève sera incapable de s'intéresser à sa formation.

c. Voici quelques suggestions qui pourront vous aider à éveiller l'intérêt de votre élève et le préparer à apprendre ;

1. Commencez votre leçon par une remarque d'ouverture qui éveille l'attention. Vous en trouverez des exemples en écoutant attentivement le début des films documentaires ou des entrevues à la télévision. Les écrivains prennent un grand soin pour trouver les mots qui créent un climat favorable.

2. Expliquez AVEC PRéCISION les choses qui sont demandées pendant la leçon, et la façon dont vous avez l'intention de prouver qu'à la fin de la leçon, l'élève aura acquis les connaissances ou la maîtrise des habiletés nécessaires. Votre façon de parler doit être centrée sur les élèves, c'est-à-dire que quand vous décrivez ce qui va se passer, vous employez les termes «vous» et «nous».

3. Dites à vos élèves le BUT de la leçon en soulignant l'AVANTAGE qu'ils tireront de leurs nouvelles connaissances ou habiletés. Efforcez-vous de donner plusieurs raisons d'apprendre, simplement pour le cas où la première raison ne semblerait pas suffisament valable.

4. Précisez comment la leçon s'intègre dans le programme, et établissez le rapport entre cette leçon et les expériences récentes de l'élève. De cette façon, vous établirez un lien avec quelque chose que les élèves ont déjà appris, et qui leur permettra d'établir un lien avec cette connaissance ou technique. Par exemple, si vous êtes en train d'apprendre la façon de se remettre en palier après une montée à un élève qui a une licence pour voilure fixe, vous pouvez lui faire remarquer que la séquence de mouvement des commandes est la même que sur un avion. Ce concept à un lien très étroit avec le facteur d'apprentissage des rapports.

5. Si les nouvelles matières à apprendre nécessitent que les élèves aient maîtrisé les leçons précédentes, assurez-vous que le niveau voulu a été atteint avant d'aborder ces nouvelles matières. Faites une révision, et si nécessaire, expliquez les points qui sont restés obscurs et reprenez brièvement les éléments essentiels.

6. Prévoyez une révision des matières de chaque leçon. Les élèves commencent à oublier dès qu'ils quittent le milieu d'enseignement. L'oubli est plus prononcé au cours des 24 - 48 heures qui suivent l'apprentissage. L'université de l'état du Ohio a éffectué une recherche approfondie dans ce domaine et conçu un graphique établissant la séquence des révisions. Consultez les figures 1 et 2 et les remarques sous chaque graphique.

Courbe de mémoire

Remarques:

  1. Les statistiques sont basées sur une moyenne d'élèves.
  2. La courbe est très prononcée au début. Au bout de deux jours, les élèves se rappelleront moins de 70 % de ce qu'ils ont appris.
  3. À la fin d'un mois sans révision, les élèves ne se rappellent qu'environ 40 % de ce qu'ils ont appris.

Courbe de mémoire

Remarques :

  1. Pour maintenir un niveau de rétention d'au moins 70 %, une révision doit être effectuée dans les deux jours.
  2. Quand la matière a été apprise une seconde fois, la courbe a tendance à s'aplatir un peu, mais après sept jours, le niveau de rétention est revenu au niveau de 70 %.
  3. Après une autre révision la courbe devient vraiment horizontale. L'élève maintient un niveau de rétention supérieur à 70 % pendant environ 28 jours.
  4. Une révision effectuée à ce moment donnera habituellement une rétention plus durable de la matière.
  5. Le temps nécessaire pour les révisions diminue à chaque fois qu'est effectuée une révision.
Exemple : formation initiale 50 minutes
  1ère révision - jour 2 15 minutes
  2e révision - jour 7 10 minutes
  3e révision - jour 28 5 minutes

9. PRIMAUTé - Présentez les connaissances ou habiletés nouvelles de la bonne façon dès la première fois. (Enseignez avec exactitude dès la première fois.)

a. Quand l'élève apprend quelque chose de nouveau, cela crée chez lui une première impression presque inaltérable. C'est-à-dire, que dès la première fois, ce que vous enseignez doit être exact. Les élèves pourront oublier les détails des leçons, mais ils retiendront pendant longtemps une image générale de ces connaissances ou techniques. Fréquemment, vous devrez effectuer des manoeuvres en vol avant qu'un élève n'ait encore reçu la formation nécessaire. Vous devez effectuer ces manoeuvres de façon correcte, sinon il risque d'imiter vos erreurs. Par exemple, avant l'exercice portant sur les zones restreintes, vous et votre élève pouvez être obligés d'atterrir dans une de ces zones. Tout mauvais exemple montré à cette occasion devra donc être désappris quand l'exercice viendra dans une leçon ultérieure.

b. Suggestions :

1. Répétez vos leçons de façon à connaître parfaitement les exercices ou les réponses aux questions sur le sujet.

2. Efforcez-vous de donner une démonstration parfaite des manoeuvres de la prochaine leçon. Si les élèves lisent ou étudient un exercice sans avoir bénéficié d'une démonstration, ils risquent de s'en faire une fausse idée.

3. Si possible, commencez chaque leçon par une démonstration parfaite. Il est parfois préférable d'éviter de parler pendant cette démonstration, pour permettre à l'élève de concentrer tout son attention sur la manoeuvre à exécuter.

4. Pendant qu'un élève effectue une manoeuvre, surveillez de très près son exécution. Dès la première erreur d'exécution, interrompez l'élève, et apprenez-lui la méthode correcte. Une surveillance étroite signifie qu'il ne faut JAMAIS laisser un élève faire une erreur pendant les premières étapes de la formation. Pensez à la façon dont vous auriez à vous y prendre pour apprendre à un élève à désamorcer une bombe prête à exploser.

10. RAPPORTS - Présentez vos leçons dans un ordre logique, en allant du connu à l'inconnu, du simple au complexe et du facile au difficile.

a. Ce facteur d'apprentissage particulier souligne la nécessité de faire comprendre à l'élève les relations qui existent entre ce qu'il commence à apprendre et ce qu'il sait déjà. Pendant l'instruction en vol, l'élève doit comprendre non seulement pourquoi il apprend tel exercice en particulier, mais aussi de quelle façon cet exercice s'enchaîne aux précédents et comment il s'intègre à l'ensemble du programme. Le fait d'indiquer ces rapports dès le début de la leçon le prépare à apprendre. En procédant ainsi pendant toute la durée de la leçon, on renforce chez lui le désir d'apprendre.

Exemple: Comparez ou reliez les décollage et atterrissage perfectionnés avec les décollage et atterrissages normaux; montrez comment une approche à grand angle utilise les mêmes techniques

b. Suggestions :

1. Présentez les leçons en ordre logique :

a. du connu à l'inconnu;

b. du facile au difficile;

c. du concret à l'abstrait;

d. du simple au complexe;

e. du familier au non familier.

2. Avant de passer à des notions inconnues, n'oubliez pas de réviser les connaissances élémentaires. Par exemple, quand vous apprenez à vos élèves à effectuer des multiplications en se servant de la règle à calcul circulaire, commencez toujours par un exemple aussi simple que 2 X 2. L'élève connaît déjà la réponse et peut donc suivre facilement le processus de manipulation de la règle. Dans l'exemple suivant, même le changement d'un facteur (2 X 4) permet à l'élève d'appuyer son raisonnement sur des connaissances qu'il a déjà acquises. Ce processus se poursuit jusqu'à ce que l'élève ait bien assimilé toutes les connaissances ou techniques nécessaires pour résoudre les problèmes réels.

3. Présentez les nouveaux éléments du programme par étapes, en vous assurant que l'élève a bien assimilé l'étape précédente avant d'aborder la suivante. Le temps passé pour chaque étape dépendra de la complexité des matières à couvrir.

4. Consolidez les nouvelles connaissances des élèves en faisant fréquemment des résumés des éléments essentiels de votre leçon.

5. Par des exemples et des comparaisons, montrez que la nouvelle matières à étudier ne diffère guère de celles qui sont déjà connues. Les exemples choisis pourront être réels ou imaginaires, pourvu qu'ils évoquent par des mots une image qui fera comprendre à l'élève le rapport qui existe entre ce qu'on est en train de lui enseigner et ce qu'il a appris auparavant. C'est ce qu'on appelle se servir d'un support ou d'aides verbales.

11. EXERCICES - Faites en sorte que les élèves soient engagés dans une activité utile.

a. Une activité mentale ou physique intéressante et utile est essentielle pour qu'un élève apprenne. Pendant l'instruction en vol, c'est par la pratique ou la répétition exacte qu'on satisfait ce principe. Les élèves apprennent en appliquant ce qu'on leur a dit ou ce qu'on leur a montré. Leurs connaissances s'élargissent et se renforcent par la pratique additionnelle. Votre programme de formation doit donc prévoir le temps nécessaire pour ces exercices de pratiques. Vous devez veiller à ce que ces exercices se déroulent compte tenu du but poursuivi. Les questions orales, les problèmes fondés sur des hypothèses, la révision en double commande, la pratique en solo, constituent autant de moyens de fournir ces activités mentales ou physiques.

b. Si les élèves sont capables de répondre à des questions commençant par les mots « comment » et « pourquoi », cela signifie généralement qu'ils ont une bonne compréhension du sujet. Pour un instructeur de vol, ces deux mots sont probablement les plus importants de son vocabulaire. Étudiez le tableau 1 et notez les activités de l'instructeur et de l'élève pour chaque niveau d'apprentissage. Si vous tentez d'aborder le niveau d'application des connaissances sans avoir couvert le niveau de la compréhension, vos élèves auront plus de difficulté que s'ils avaient bien maîtrisé les niveaux précédents.

VII ÉVALUATION PRéCISE LES POINTS À VéRIFIER ENREGISTRE ET TIRE DES CONCLUSIONS TOUTES
VI SYNTHÈSE DONNE DES EXERCICES RéUNIT L'INFORMATION EN CONCEPTS TOUTES
V ANALYSE DONNE DES EXERCICES DIVISE LES éLéMENTS EN éLéMENTS PLUS PETITS TOUTES
IV APPLICATION DéMONTRE ET EXPLIQUE IMITE ET SE PRATIQUE TOUTES
III COMPRéHENSION DéVELOPPE LA LEÇON PAR DES QUESTIONS RéPOND ET POSE DES QUESTIONS POURQUOI? COMMENT?
II CONNAISSANCES (INFORMATION) DONNE UNE LEÇON ÉCOUTE QU'EST-CE QUE?
I FAMILIARISATION DONNE DES EXPOSéS ÉCOUTE OÙ? QUAND?
  NIVEAUX D'APPRENTISSAGE ACTIVITé DE L'INSTRUCTEUR ACTIVITé DE L'éLÈVE TYPES DE QUESTIONS
Tableau 1

c. Suggestions :

1. À moins qu'il ne s'agisse d'évaluer ce que votre élève a appris, évitez des questions commençant par les mots « qu'est-ce que ». Expliquez à l'élèves les faits, les chiffres et les connaissances nécessaires, puis posez les questions commençant par « comment » et « pourquoi » pour qu'il comprenne mieux les connaissances qu'il vient d'acquérir.

2. Une fois que vous avez expliqué un fait à vos élèves, évitez de vous répéter. Demandez-leur plutôt de vous résumer le sujet, de façon à renforcer leur apprentissage et à montrer qu'ils ont acquis les connaissances voulues.

3. Donnez à vos élèves des problèmes qui, sans dépasser leur niveau de connaissances, les obligent à montrer ce dont ils sont capables en ne les aidant que juste assez pour les guider. S'ils peuvent résoudre les problèmes par eux-mêmes, cela prouve qu'ils ont acquis les connaissances et habiletés voulues.

4. Mettez fréquemment à l'épreuve les connaissances et les techniques apprises par vos élèves. De cette façon, vous consoliderez leurs connaissances et vous leur donnerez confiance. Cependant, avant d'agir ainsi, vous devrez être à peu près certain qu'ils sont capables de répondre aux questions ou d'accomplir le travail demandé, faute de quoi ils peuvent se sentir frustrés. Le fait de les mettre ainsi à l'épreuve révélera à l'instructeur les points faibles qu'il doit connaître pour pouvoir combler les lacunes.

12. INTENSITé - Présentez les choses de façon vivante, dramatique, réaliste ou inattendue, car elles seront retenues plus longtemps.

a. Un élève apprendra davantage d'une expérience vivante, dramatique ou excitante que d'une expérience ennuyeuse. Il est bien connu qu'après sa première quasi-abordage, un élève exercera une bien meilleure surveillance extérieure en vol. Nous ne vous suggérons pas de mettre votre élève en situation de presque quasi-abordage, mais vous pourriez vous efforcer de rendre son expérience d'apprentissage plus intéressante en manifestant vous-mêmes votre intérêt, et peut-être même en créant l'occasion de mettre votre élève en face d'une réalité imprévue. Par exemple : une fois que vos élèves auront appris la gestion du carburant et les autres aspects de la navigation, vous remarquerez un jour que pendant l'un de ces vols de navigation, ils négligent de surveiller la jauge de niveau de leur carburant. Laissez-les continuer de voler jusqu'à ce que la quantité de carburant restant soit à proximité (mais non dangereuse) de la panne sèche. Vos élèves seront alors impressionnés de s'apercevoir qu'ils sont si près d'une véritable panne sèche en vol, et il est probable qu'ils se rappelleront cette expérience pendant longtemps.

b. Le facteur d'apprentissage « intensité » signifie donc que les élèves apprennent davantage d'une expérience vécue que d'une situation fictive. Vous devrez donc utiliser votre imagination pour créer des expériences vécues, avec des effets intenses ou réalistes.

c. Suggestions :

1. Soyez sincère et montrez de l'enthousiasme pour le sujet traité.

2. Efforcez-vous de moduler votre voix, d'en varier le débit, l'intensité et le ton pour capter l'attention des élèves.

3. Expliquez les points essentiels en vous aidant de gestes appropriés. De cette façon, la leçon sera plus animée, et les idées que vous expliquerez feront une plus grande impression sur vos élèves.

4. Servez-vous de diverses aides pédagogiques, de façon à faire appel à autant de sens que possible. Chaque aide doit avoir un rapport direct avec la matière enseignée.

13. EFFETS - La participation à la leçon doit donner aux élèves un sentiment de satisfaction.

a. L'apprentissage est renforcé lorsqu'il est accompagné d'une sensation de satisfaction. Dans de telles conditions, les élèves apprendront et retiendront beaucoup mieux que s'ils éprouvaient des sentiments de défaite, de frustration, de colère ou de futilité. Si, dès la première leçon de vol, vous faites une démonstration de décélération rapide, il est probable que cet élève aura un sentiment d'infériorité, et qu'il aura même peur. L'expérience sera donc négative et pourrait même le décider d'abandonner l'aviation. Un tel exemple est plutôt évident, mais vous ne devez pas oublier que vos propres actions peuvent produire des sentiments de frustration ou de colère. Par exemple, vous demandez à un élève d'exécuter une manoeuvre et, immédiatement, vous lui signaler toutes les erreurs qu'il a commises. Chacune de vos remarques peut être tout à fait exacte, mais de quelle façon l'élève va-t-il réagir? Si votre objectif était de lui faire ressentir un sentiment de défaite, vous avez probablement réussi. Mais une meilleure méthode consistera à signaler d'abord à l'élève les aspects positifs de son travail et à ne commenter qu'ensuite les principales erreurs qu'il a commises, en finissant par des conseils visant à améliorer ses résultats.

b. Quelle que soit la situation d'apprentissage, elle devrait contenir des éléments qui ont des conséquences positives pour l'élève et qui lui donne un sentiment de satisfaction. Chaque expérience d'apprentissage ne doit pas être obligatoirement une réussite complète, et les élèves ne doivent pas absolument maîtriser chaque leçon; mais leur chance de succès s'amélioreront certainement s'ils en retirent un sentiment d'avoir bien fait et il a eu du plaisir à apprendre.

c. Suggestions :

1. Faites participer les élèves à la leçon en développant certaines idées nouvelles qu'ils proposent. À cet effet, vous pouvez poser aux élèves des questions portant sur le sujet en tenant compte de leurs idées et de leurs connaissances.

2. Pendant toute la leçon, obtenez la participation de vos élèves en leur posant des questions, en surveillant leurs progrès et en observant l'expression de leur visage pour déceler ce qu'ils ne comprennent pas. Vous devez naturellement tenir compte de ses remarques en répondant à chacune de leurs question et être prêt à fournir l'assistance et les corrections si nécessaire.

3. Montrez à vos élèves comment ils peuvent s'améliorer, et félicitez-les lorsqu'il y a lieu de le faire.

4. Donner des explications verbales pour toute affirmation. Quand vous dites aux élèves quelque chose, dites-leur la raison. Par exemple, vous dites à un élève « Cet appareil a deux prises statiques, une de chaque côté du fuselage. » C'est un fait, mais si vous ne lui dites pas à quoi servent ces prises statiques, ce fait n'aura que peut d'importance pour lui et il n'y fera probablement pas attention, et l'oubliera rapidement. N'oubliez pas que si un élève comprend un concept ou une théorie, les détails peuvent être oubliés, mais le concept général restera et avec un appareil qui n'a qu'une seule prise statique, il fera d'avantage attention aux indications des instruments, surtout au moment de faire une approche par vent de travers.

5. Quand un élève éprouve des difficultés à atteindre son objectif, trouvez un moyen de lui permettre de réaliser quelques progrès. Par exemple, si la leçon porte sur les virages à grande inclinaison, plutôt que de lui demander d'essayer d'exécuter la manoeuvre entière, demandez-lui de pratiquer la mise en virage. Quand il n'aura plus de difficulté avec la mise en virage, passez à l'étape suivante, et continuez de cette façon jusqu'à ce que toute la manoeuvre soit effectuée. S'il survient une nouvelle difficulté, revenez à l'étape précédente et essayez des virages à inclinaison moyenne, plutôt que de provoquer trop de frustration. Parfois l'instructeur fait l'erreur de continuer à demander leurs élèves de s'efforcer de faire une manoeuvre, tandis que les résultats continuent de se détériorer. Il est préférable d'abandonner à ce point, et de revenir à quelque chose que l'élève est capable de réussir.

6. Évitez les railleries ou les sarcarsmes. Pour vous, c'est peut être de l'humour, mais les élèves sont rarement du même avis, en particulier s'ils sont la cible de vos remarques.

7. Organisez chaque leçon de façon que les élèves tirent satisfaction de tout ce qu'ils font bien. Pour y parvenir, vous pouvez leur faire un compliment sincère. Par exemple, vous pouvez demander à un élève de faire l'inspection d'un appareil alors que vous avez discrètement versé un peu de liquide hydraulique sur le sol, près d'un patin. Si votre élève fait une inspection très sérieuse et qu'il s'aperçoit de l'anomalie, vous le félicitez. Si, par contre, il n'a pas fait d'inspection approfondie, c'est pour vous une excellente occasion de souligner l'importance des inspections bien faites. En aucun cas vous ne devez délibérément saboter un appareil, sauf si cet appareil est destiné à ne plus jamais voler. Les conséquences seraient trop dangereuses, si quelqu'un ne remarquerait pas l'anomalie et s'envolait avec cet appareil.

14. RéTENTION - Terminez chaque leçon en résumant et en pratiquant les points importants, car ce sont les dernières choses apprises ou pratiquées le plus récemment qui seront retenues le plus longtemps.

a. Dans des conditions identiques, c'est ce qui a été appris en dernier qui reste le mieux en mémoire. Inversement, plus il se passera de temps depuis que les élèves ont appris une nouvelle chose ou même compris une notion, et plus ils auront mal à s'en souvenir. La nécessité des révisions a déjà été établie et le cercle complet est fermé : réviser - apprendre des matières nouvelles - réviser - etc.

b. Suggestions :

1. Prévoyez un exposé pré-vol que vous ferez immédiatement avant votre leçon de pilotage, et faites une révision des points importants en posant des questions. Cette façon de procéder peut ressembler aux facteurs d'apprentissage de la préparation et de pratique, mais la rétention est étroitement liée au moment de pratique.

2. Vers la fin de chaque leçon, faites un résumé complet des points les plus importants.

3. Après chaque séquence dans le cadre d'un exercice ou d'une présentation en classe, posez des questions sur les matières ou faites un résumé des points que l'élève a besoin de connaître.

4. À la fin de chaque leçon, faites un test de révision.

5. Pendant toute la durée du cours, effectuez périodiquement des révisions pour consolider les connaissances des élèves, sans présenter d'éléments nouveaux.

6. Efforcez-vous de terminer vos leçons par des exercices pratiques portant sur les parties les plus importantes de la leçon. Cette remarque est valable aussi bien pour les vols en solo que pour les vols en double commande. N'oubliez pas que les élèves revoient leurs connaissances en répondant à des questions et qu'ils améliorent leurs techniques en pratiquant.

15. Pour un instructeur au pilotage, il est important de savoir poser de bonnes questions orales, car de cette façon, il répond à tous les facteurs d'apprentissage que nous avons définis. La partie suivante est consacré exclusivement aux questions orales.

Date de modification :