Critères de sécurité pour l'approbation des opérations de bimoteurs avec distance de vol prolongée (TP 6327F)

3.6.1 Zones d'exploitation

Une fois qu'il s'est conformé de façon satisfaisante à ces critères, un exploitant peut être autorisé à effectuer des ETOPS avec un ensemble cellule-moteurs donné au sein d'une zone d'exploitation particulière. La zone d'exploitation sera limitée par la durée de déroutement maximale approuvée vers un aéroport adéquat à la vitesse de croisière approuvée avec un moteur en panne (en atmosphère standard et en air calme) à partir de n'importe quel point le long de la route de vol proposée. La zone d'exploitation approuvée doit être indiquée dans les spécifications d'exploitation.

3.6.2 Limite aux autorisations en vol

La limite aux autorisations en vol doit préciser la durée de déroutement maximale à partir d'un aéroport convenable pour laquelle un exploitant aérien peut effectuer des ETOPS en particulier. La durée de diversion maximale à la vitesse de croisière approuvée avec un moteur en panne ne doit pas être supérieure à la valeur spécifiée dans les spécifications d'exploitation.

3.6.3 Utilisation de la durée de déroutement maximale standard

Les procédures établies par l'exploitant aérien doivent assurer que les opérations avec distance de vol prolongée le vol se limite aux routes du plan de vol où une durée de déroutement maximale approuvée à destination d'aéroports convenables peut être satisfaite en atmosphère standard et en air calme. Les exploitants aériens doivent veiller à ce que :

  1. les procédures de la compagnie exigent qu'au moment de la coupure d'un moteur en vol, le pilote doit, assujetti à l'autorité du pilote commandant de bord, amorcer promptement un déroutement et voler vers l'aéroport le plus proche au moment jugé favorable par l'équipage de conduite;
  2. une procédure doit être établie de sorte qu'en cas de panne critique simple ou multiple de systèmes, le pilote doit, assujetti à l'autorité du pilote commandant de bord, amorcer une procédure de déroutement et voler vers l'aéroport le plus proche et s'y poser au moment jugé favorable par l'équipage de conduite, à moins qu'il puisse être établi qu'aucune diminution marquée de la sécurité résulte de la poursuite du vol prévu.

3.6.4 Autorité du pilote commandant de bord

Les plans ou les mesures d'urgence ne doivent pas être interprétés de quelque façon que ce soit comme portant atteinte à l'autorité et à la responsabilité finale du pilote commandant de bord pour l'exploitation en toute sécurité de l'avion.

 
Date de modification :