2.4 Philosophie de la MMEL

La présente rubrique donne un aperçu des critères qui régissent l'acceptation d'un article dans la MMEL et des méthodes de justification à utiliser pendant l'élaboration d'une MMEL.

2.4.1  Niveau de sécurité

Il convient de noter que si les normes de navigabilité (comme le MN 525) exigent que l'aéronef soit conçu avec certains systèmes et composants, la MMEL permet l'exploitation de cet aéronef, pendant de courtes périodes, avec de tels articles de l'équipement inexploitables, étant entendu que le niveau de sécurité exigé puisse être maintenu. La MMEL identifie l'équipement qui peut être inexploitable tout en permettant de maintenir le niveau de sécurité exigé par le genre d'exploitation pour lequel l'aéronef a été certifié et par les normes minimales prescrites dans la base de certification de type.

Pour fixer l'équipement propre à toute condition d'exploitation donnée, le Groupe d'étude des MMEL doit prendre en compte divers facteurs liés à la sécurité d'utilisation quand cet équipement est inexploitable. Cette démarche comprend les conséquences, au niveau de l'aéronef et de ses occupants, de toute défaillance supplémentaire, des modifications de la charge de travail de l'équipage ou de la diminution de l'efficacité de l'équipage ainsi que de sa difficulté à travailler dans des conditions environnementales internes et externes défavorables.

2.4.2  Maintien du niveau de sécurité

  1. Le Groupe d'étude des MMEL qui aura à se prononcer sur une demande particulière basera sa décision sur le critère du maintien du niveau de sécurité exigé par les normes prescrites pour la conception et l'exploitation du type d'aéronef. Cette décision s'appuiera sur la capacité dûment démontrée de maintenir le niveau de sécurité exigé lorsqu'un article de l'équipement est inexploitable.
     
  2. Cette capacité sera dûment justifiée par un ou plusieurs des moyens suivants :
     
    1. la correction des limites d'exploitation;
    2. le transfert de la fonction à un composant exploitable;
    3. la référence à d'autres instruments ou composants effectuant la fonction requise ou offrant les renseignements requis;
    4. la modification des procédures d'exploitation;
    5. la modification des procédures de maintenance; et/ou
    6. la similarité de conception, de fonction et de rôle dans l'aéronef d'un système ou d'un article au regard duquel une dispense a déjà été approuvée.

2.4.3  Exemple de justification d'un article de la MMEL

  1. À titre d'exemple, examinons une proposition de MMEL demandant qu'un aéronef soit autorisé à partir si, sur le tableau de commande de pressurisation du poste de pilotage, l'indicateur de pression différentielle est inexploitable.
     
  2. En vertu du sous-alinéa 525.841(b.(5) du MN, il faut que les cabines pressurisées aient des instruments qui affichent, sur les tableaux de bord du pilote ou du mécanicien navigant, la différence de pression entre l'air dans la cabine et la pression atmosphérique.
     
  3. Pour respecter ces critères, la MMEL proposée devrait prévoir le respect des conditions suivantes :
     
    1. l'altimètre cabine doit être exploitable;
    2. en vol, l'équipage doit avoir à sa disposition un tableau montrant la relation entre l'altitude de l'aéronef et l'altitude cabine pour une pression différentielle normale (p. ex. 8 lb/po2).
       
  4. Par conséquent, l'équipage de conduite pourra, à l'aide de l'altimètre de l'aéronef, de l'altimètre cabine et du tableau, déterminer que la pression différentielle appropriée est maintenue dans la cabine pendant le vol.
     
  5. Pourvu que l'utilisation de l'aéronef avec l'indicateur de pression différentielle inexploitable n'ait pas de répercussions importantes sur la charge de travail ou l'efficacité de l'équipage et qu'elle soit acceptable quant à d'éventuelles défaillances ultérieures, cet article de la MMEL est tout à fait acceptable.
     
  6. Cette acceptabilité est basée sur l'évaluation des facteurs antérieurs montrant que le niveau de sécurité exigé par les normes minimales prescrites pour la conception et l'exploitation de ce type d'aéronef, pourra être maintenu.
     
  7. Le maintien de la fiabilité d'un système d'aéronef et la probabilité d'une panne totale de ce système après le départ de l'aéronef avec de l'équipement inexploitable, doivent être pris en compte pour certains articles de la MMEL.

2.4.4  Méthodes de justification des articles de la MMEL

Pour juger acceptable le niveau de sécurité d'un article de la MMEL, il faut souvent utiliser plus d'une des méthodes de justification suivantes :

  1. l'équipement peut être jugé facultatif;
  2. l'équipement peut être jugé redondant;
  3. il faut faire une analyse quantitative de la sécurité;
  4. il faut faire une analyse qualitative.

2.4.5  équipement facultatif

Si des aéronefs sont homologués avec de l'équipement facultatif qui vient s'ajouter à celui qui est exigé, il n'est pas indispensable que cet équipement soit exploitable s'il excède ce qui est exigé pour une exploitation sécuritaire dans le cadre de conditions de vol ou d'itinéraires précis. Cet équipement peut être inclus dans la MMEL sur cette base.

2.4.6  Articles redondants

Si l'objet ou la fonction du composant ou du système en cause peut être rempli par d'autres articles de l'équipement, ce composant ou ce système peut être accepté sur la base de la redondance, étant entendu que l'on confirme que l'équipement appelé à le remplacer est en état de marche. La redondance ne peut servir à justifier l'inclusion d'un article si les deux sources (ou plus) de la fonction ou des renseignements sont exigées dans la base de certification du type d'aéronef. Dans ce cas, une autre méthode de justification, comme une analyse de la sécurité, devra être utilisée.

2.4.7  Analyse quantitative de la sécurité

  1. Les aéronefs modernes dépendant de plus en plus de la sécurité de fonctionnement de leurs systèmes complexes, des techniques structurées ont été élaborées de façon à obtenir le niveau de sécurité exigé. Ce niveau est basé sur le principe voulant que le danger associé à un événement devrait être inversement proportionnel à sa probabilité de se produire. On fait généralement la démonstration du respect de ce principe par une évaluation de la sécurité du système.
     
  2. L'évaluation de la sécurité détermine les situations graves, dangereuses ou catastrophiques et les conditions de panne que le système est capable d'engendrer ainsi que la probabilité permissible. S'il s'agit de systèmes dont la défaillance est critique, ce qui veut dire que les résultats pourraient être dangereux ou catastrophiques, une analyse de la probabilité mathématique est généralement exigée pour montrer que la probabilité permissible d'un tel événement est respectée. S'il s'agit de systèmes ou de composants non critiques, l'évaluation de la sécurité peut être grandement simplifiée. Le risque associé à un état de panne quelconque est fonction du taux de panne, du nombre de ces systèmes et de la durée d'exposition au risque.
     
  3. Lorsque la MMEL comprend des articles d'équipement faisant partie de systèmes qui remplissent des fonctions critiques, il faut tenir compte du fait qu'ils sont inexploitables au moment de l'évaluation de la sécurité. Les risques supplémentaires résultant de vols occasionnels avec de l'équipement de ce genre inexploitable devraient être déterminés et devraient être compatibles avec la probabilité permissible de l'événement fixée pendant le processus de certification.
     
  4. Si la présence de l'article dans la MMEL ne peut être justifiée en vertu des méthodes ou des critères qui précèdent, il faut alors effectuer une analyse de sécurité qui comprendra une analyse quantitative des risques probables inhérents aux pires effets qui pourraient résulter de pannes, d'événements ou de conditions environnementales supplémentaires pendant un vol au cours duquel l'article en question serait inexploitable. Il faut montrer que, tout en gardant à l'esprit la durée d'exposition réduite en cas d'exploitation en vertu d'une MMEL, la probabilité d'un danger particulier n'a pas augmenté au-delà des niveaux stipulés par les normes minimales prescrites pour la conception et l'exploitation du type d'aéronef.

2.4.8  Analyse qualitative de la sécurité

Pour que l'inclusion d'un article dans la MMEL soit jugée acceptable, il faut procéder à une analyse qualitative afin d'envisager l'effet qu'aurait cet article, s'il était inexploitable, sur tous les autres aspects de l'exploitation de l'aéronef. L'analyse qualitative doit envisager les conséquences sur la charge de travail de l'équipage, l'impact de multiples articles de la MMEL et la complexité des procédures de maintenance ou d'exploitation. Elle devrait refléter l'expérience acquise au cours d'approbations antérieures de MMEL.

Nota : Une approbation antérieure de MMEL pour le même article sur un autre type d'aéronef ne signifie pas nécessairement que le niveau de sécurité exigé est respecté.

Date de modification :