Annexe 2-D - Qualification en vue du cisaillement du vent

1. Applicabilité

La présente annexe concerne les simulateurs utilisés pour dispenser la formation au vol dans un cisaillement du vent à basse altitude.

2. Déclaration de conformité

La déclaration de conformité obligatoire doit inclure ce qui suit :

  1. De la documentation confirmant que le modèle aérodynamique est fondé sur les données de l'avion fournies par le constructeur de l'avion, ou par une autre source nommée, et que tout changement apporté aux paramètres du vent, y compris aux variantes des paramètres de conditions de cisaillement du vent, une fois introduits pour les calculs, devrait produire des performances simulées convenables.

  2. Des exemples dans lesquels les paramètres de vent sont évalués par le simulateur (les décollages, les approches et les atterrissages par vent de travers, par exemple).
3. Critères de qualification

L'ajout d'une programmation du cisaillement du vent à un simulateur afin qu'il puisse se qualifier pour servir à la formation nécessaire sur le cisaillement du vent ne change aucunement les critères de qualification initiaux du simulateur.

4. Modèles

Les modèles de cisaillement du vent intégrés au logiciel du simulateur et qui serviront à évaluer la qualification doivent présenter les caractéristiques qui suivent.

  1. Présenter des indications qui permettent au pilote de reconnaître l'amorce d'un cisaillement du vent et les baisses de performances possibles pour qu'il puisse suivre les procédures de sortie pertinentes. Ces indications doivent porter sur un ou plusieurs des points suivants, selon le cas :
     
    1. changement rapide de vitesse d'au moins ±15 noeuds (kt);
    2. absence d'accélération pendant la course au décollage;
    3. variation rapide de vitesse verticale d'au moins ±500 pieds par minute (pi/m); et, ou
    4. variation rapide de l'inclinaison longitudinale d'au moins +5°.
       


  2. Permettre le réglage de l'intensité (ou de tout autre paramètre pour obtenir l'effet souhaité) de façon à ce que, une fois le cisaillement reconnu et la mise en oeuvre des procédures de sortie recommandées pertinentes, les résultats suivants soient obtenus :
     
    1. les performances de l'avion simulé permettent au pilote de maintenir une trajectoire de vol satisfaisante; ou
    2. les performances de l'avion simulé ne permettent pas au pilote de maintenir une trajectoire de vol satisfaisante (écrasement).
       


  3. Pouvoir servir au programme de formation approuvé relatif au cisaillement du vent en vol. Les moyens utilisés pour créer le scénario « tragique » de l'alinéa 4.b)(2), qui nécessite la modification d'éléments de fonctionnement de l'avion simulé, doivent correspondre aux paramètres des limites officielles de l'avion.
5. Essais
  1. L'exploitant devrait préciser deux modèles de cisaillement du vent obligatoires pour la formation (un pour le décollage et un pour l'approche) qu'il faudra démontrer conformément au guide d'essais de qualification (GEQ). Il devrait également définir les composantes de vent de ces deux modèles dans le cas du scénario sans écrasement. Cette définition devrait être présentée sous forme graphique de manière à ce que toutes les composantes du cisaillement du vent soient montrées, soit le point d'amorce du cisaillement, les variations d'intensité, et la corrélation en termes de temps et de distance, selon le cas. Le simulateur doit être exploité aux mêmes masse brute, configurations et vitesses initiales que celles de l'avion, dans les deux situations suivantes pour chacun des deux modèles choisis (total de quatre essais) :
     
    1. par vent nul, et
    2. dans le cisaillement du vent sans écrasement choisi.
       


  2. Dans chacune des ces quatre situations, au point d'amorce du cisaillement (au point où le cisaillement commence ou aurait été reconnu, selon l'essai en cours), les procédures recommandées pour la sortie d'un cisaillement doivent être suivies, et les résultats doivent être enregistrés, comme l'indique le paragraphe 6. Ces enregistrements doivent être effectués sans programmation de turbulence aléatoire, et au cours de ces essais, il est recommandé, et non obligatoire, que le simulateur soit commandé automatiquement (si le simulateur est doté d'une telle caractéristique). On peut s'attendre à ce que le modèle de cisaillement du vent produise de la turbulence. Dans ce cas, on ne doit pas essayer de la neutraliser.
6. Paramètres d'enregistrement
  1. Dans chacun des quatre cas mentionnés dans le GEQ, les paramètres suivants doivent être enregistrés électroniquement (variation en fonction du temps) :
    1. vitesse indiquée ou corrigée;
    2. vitesse verticale indiquée;
    3. assiette longitudinale;
    4. altitude indiquée ou hauteur radioaltimétrique;
    5. angle d'attaque; et
    6. position de la gouverne de profondeur.

      Remarque : Les donnés moteur (poussée, N1 ou position de la manette des gaz) ainsi que l'intensité du vent doivent être inclus dans chacun des quatre cas mentionnés dans le GEQ.
       


  2. Ces enregistrements doivent débuter au moins 10 secondes avant le point d'amorce et se terminer à la fin de la procédure de sortie ou au contact avec le sol. Sur les simulateurs qui ne peuvent enregistrer électroniquement les paramètres précédents, il sera acceptable de présenter les données sous forme d'enregistrements vidéo avec repères temporels. Si cette méthode d'enregistrement ne permet pas d'obtenir des données sur la position de la gouverne de profondeur ayant une résolution suffisante, la position du manche peut être filmée à la place. Du matériel spécial installé temporairement peut être nécessaire pour enregistrer ces paramètres sur bande vidéo.
7. Installation de l'équipement

Dans le cas des simulateurs et des avions dont les systèmes avertisseurs ou d'évitement de cisaillement du vent n'ont pas été installés à l'usine, il faut produire une déclaration de conformité pour indiquer que la simulation du matériel informatique ou du logiciel ajouté, y compris celle des écrans d'affichage et des annonciateurs connexes du poste de pilotage, représente fidèlement ou approximativement les systèmes installés à bord de l'avion. Cette déclaration doit être accompagnée d'un schéma fonctionnel qui décrit l'acheminement des signaux d'entrée et de sortie par rapport à la configuration de l'avion.

8. Guide d'essais de qualification (GEQ)
  1. Le GEQ et tout ce qui le concerne (enregistrements des performances, etc.) devraient être envoyés au directeur des programmes de simulation.

  2. La date d'évaluation du simulateur sera fixée conformément aux procédures normales. Dans la mesure du possible, les calendriers d'évaluations périodiques seront utilisés.

  3. Pendant l'évaluation sur les lieux, l'évaluateur devrait demander à l'exploitant d'effectuer les essais de performances et d'enregistrer les résultats. Ces derniers seront ensuite comparés à ceux qui ont déjà été approuvés et insérés dans le GEQ.

  4. Les GEQ de simulateurs neufs ou améliorés doivent contenir l'information décrite aux paragraphes 2, 4, 5, 6 et 7 de la présente annexe, ou y faire référence, selon le simulateur.
9. évaluation fonctionnelle

Un évaluateur spécialisé en simulateurs doit piloter le simulateur dans au moins deux des scénarios de cisaillement de vent disponibles afin d'évaluer subjectivement les performances du simulateur dans les conditions programmées de cisaillement du vent, en respectant les exigences suivantes :

  1. un scénario comporte des paramètres qui permettent au pilote de maintenir une trajectoire de vol convenable;

  2. un scénario comporte des paramètres qui ne permettent pas au pilote de maintenir une trajectoire de vol convenable (écrasement);

  3. l'évaluateur est libre d'examiner d'autres scénarios s'il le désire.
Date de modification :