Annexe 3-B - Essais de validation des simulateurs de giravions

1. Introduction

Il faut évaluer objectivement les performances des simulateurs et le fonctionnement des systèmes qu'ils comportent en comparant aux données du giravion les résultats de chaque essai sur les performances, la stabilité et les commandes d'un simulateur, à moins d'indication contraire. Afin de faciliter la validation d'un simulateur, un appareil d'enregistrement multicanal, une imprimante ligne par ligne ou tout autre dispositif convenable considéré acceptable par le DPS doit être utilisé pour enregistrer les résultats de chacun des essais de validation. Les résultats enregistrés doivent ensuite être comparés aux données du giravion.

Le GEQ soumis par un exploitant doit décrire de façon claire et précise comment le simulateur sera réglé et piloté pour chacun des essais. Il est recommandé d'utiliser un logiciel capable d'effectuer automatiquement les essais, mais il faut dans ce cas prévoir un moyen de déterminer avec certitude que le logiciel a comme unique fonction de piloter le simulateur avec précision. Il n'est pas dans l'intention de TC ni autorisé par ce ministère de soumettre chaque sous-système d'un simulateur à des essais indépendants. Dans l'ensemble, les essais intégrés d'un simulateur doivent être effectués de manière à vérifier si les systèmes satisfont aux normes prescrites. La méthode d'essai manuel détaillée pour chaque essai doit également être précisée.

Les essais et les tolérances mentionnées dans la présente annexe doivent être consignés dans le GEQ du répondant. Les résultats des essais des simulateurs des niveaux B, C et D doivent être comparés aux données d'essai en vol, à moins d'indication contraire. Dans le cas de giravions ayant reçu des certificats de type avant juin 1980, le répondant peut, après s'être efforcé sans succès d'obtenir des données d'essai en vol pertinentes, indiquer dans le GEQ quelles données n'ont pu être soumises au DPS pour approbation. Les données soumises pour approbation, autres que les données d'essais en vol, doivent être accompagnées d'une justification de leur validité se fondant sur les données d'essai en vol disponibles.

Les tolérances spécifiées dans la section des essais de validation de la présente annexe indiquent de façon générale les résultats qui doivent être obtenus. À moins d'indication contraire, les résultats des essais doivent indiquer les performances et les qualités de pilotabilité du giravion simulé à des masses et des centrages opérationnels normaux. Si les résultats d'un essai concordent avec les données du giravion à une masse brute ou un centrage extrême, il faut soumettre un second essai dont les résultats concordent avec les données du giravion à une masse brute ou un centrage se situant le plus près possible de l'autre extrême ou au milieu de ces plages. Si plusieurs masses brutes ou centrages sont spécifiés, ces données doivent correspondre à celles obtenues dans des conditions qui se rapprochent le plus possible des limites extrêmes du domaine de vol opérationnel. Certains essais qui ne sont pertinents qu'à un centrage ou une masse extrême n'ont pas besoin d'être répétés à l'autre extrême. Les essais des qualités de pilotabilité doivent inclure la validation de la stabilité et des dispositifs d'augmentation.

Les simulateurs de giravions dotés de systèmes d'augmentation seront validés pour la configuration non augmentée (ou au cours de défaillances pendant lesquelles les qualités de pilotabilité sont réduites au maximum permis) et pour la configuration augmentée. Si des défaillances occasionnent différents niveaux de pilotabilité, il faut valider les effets de ces défaillances. Dans le cas des essais de performances et des essais de qualités de pilotabilité statiques au cours desquels la position des commandes, en configuration non augmentée, est la principale préoccupation, il n'est pas nécessaire d'obtenir des données pour la configuration non augmentée si le système est conçu de manière à ne pas influer sur la position des commandes. Dans les situations où la réaction du giravion en configuration non augmentée est divergente ou ne peut être répétée, il peut être impossible de satisfaire aux tolérances demandées. L'exploitant et le DPS s'entendront alors, au cas par cas, pour adopter d'autres exigences à respecter lors des essais.

Dans le cas des simulateurs de giravions homologués en vertu de critères qui étaient en vigueur avant la publication du présent manuel, les tolérances indiquées dans la présente annexe peuvent être utilisées lors des évaluations périodiques ultérieures relatives à tout essai, à condition que l'exploitant ait soumis un GEQ révisé au DPS et que ce dernier l'ait approuvé.

Ces essais de validation sont présumés identiques aux dernières exigences de la FAA. Dans ce cas, elles reflètent la circulaire d'information 120-63 de la FAA.

2. Exigences relatives aux essais

Les essais au sol et en vol qui doivent être évalués, selon le type de giravion simulé, sont décrits dans la section des essais de validation de la présente annexe. Des résultats générés par ordinateur doivent être fournis pour chaque essai. Ces résultats doivent être produits à l'aide d'un appareil d'enregistrement multicanal, d'une imprimante ligne par ligne ou d'un autre dispositif d'enregistrement convenable approuvé par le DPS. Les essais doivent tenir compte des variations des données en fonction du temps, à moins d'indication contraire dans le tableau des essais de validation.

Pour évaluer la validité d'un simulateur lorsque les données d'essais en vol présentent des variations rapides des paramètres mesurés, il faut se fonder sur des connaissances techniques précises, et on ne doit pas se fonder sur un seul des paramètres. Il faut connaître tous les paramètres pertinents d'une manoeuvre donnée ou d'une condition de vol pour être à même de faire une interprétation globale. Lorsqu'il est difficile ou impossible de faire correspondre les résultats des essais du simulateur aux données du giravion en tenant compte des variations en fonction du temps, il faut justifier les disparités en établissant une comparaison avec d'autres variables connexes qui concernent la condition à évaluer.

Paramètres, tolérances et conditions de vol

La section des essais de validation de la présente annexe décrit les paramètres, les tolérances et les conditions de vol qui concernent la validation du simulateur. Ces tolérances permettent de tenir compte de l'imprécision de la modélisation et des données de référence. Lorsque deux tolérances sont associées à un paramètre donné, la tolérance exprimée en pourcentage concernent la valeur enregistrée du paramètre. La tolérance la moins restrictive peut être utilisée à moins d'indication contraire. Dans les cas où les tolérances ne sont exprimées qu'en pourcentage, elles concernent la valeur maximale du paramètre dans sa plage normale d'exploitation, par rapport à la position neutre ou nulle, à moins d'indication contraire.

On ne doit pas tenir compte des conditions de vol ou de fonctionnement qui ne s'appliquent pas au niveau du simulateur sur lequel porte l'évaluation. Il faut qualifier les résultats des simulateurs en utilisant l es tolérances et les unités décrites dans la présente annexe.

Vérification des conditions de vol

Lorsque l'on compare les paramètres mentionnés dans la présente annexe à ceux du giravion, il faut aussi inclure suffisamment de données pour pouvoir confirmer que les conditions de vol sont telles que requises. Par exemple, lors d'un essai de stabilité statique, pour démontrer que l'effort aux commandes du simulateur est bien de ±0,5 livres (0,223 daN), il faut aussi soumettre des données indiquant la vitesse, la puissance, la poussée ou le couple, la configuration du giravion, l'altitude et tous les autres paramètres qui permettent d'identifier les données pertinentes. Lorsque l'on compare les caractéristiques dynamiques sur de courtes périodes, on peut utiliser les conditions d'accélération normale pour comparer les données du simulateur avec celles du giravion, mais il faut aussi fournir des données pertinentes sur la vitesse, l'altitude, le déplacement des commandes et la configuration du giravion, de même que d'autres données pertinentes. Il faut clairement indiquer si les vitesses relevées sont des vitesses indiquées, corrigées, etc., et utiliser des valeurs correspondantes pour la comparaison.

Autres méthodes concernant les essais sur les qualités dynamiques de pilotabilité

TC pourrait accepter d'autres moyens pour effectuer les essais sur les qualités dynamiques de pilotabilité. La méthode des essais de la réponse en fréquence en est une qui a été suggérée. Cependant, ces méthodes doivent être justifiées et convenir à l'application. Donc, chaque cas doit être considéré individuellement. Si TC trouve que les autres méthodes ne donnent pas de résultats satisfaisants en ce qui touche les performances d'un simulateur, il faudra alors adopter des méthodes plus classiques.

Date de modification :