3.2 Programme d'évaluation des simulateurs

3.2.1 En vue d'assurer un transfert convenable des connaissances et des comportements, du simulateur au giravion, il faut évaluer le simulateur dans chacun des domaines qui sont essentiels au processus d'évaluation des membres d'équipage de conduite. Il faut donc évaluer la fidélité du simulateur sur le plan des performances et des qualités de pilotabilité dans les domaines suivants : avant vol, vérifications des commandes, circulation au sol, décollage, montée, croisière, descente, approche, vol stationnaire, atterrissage, et certaines exigences supplémentaires selon le degré de perfectionnement du giravion simulé. Il faut aussi vérifier si le système de mouvement et le système de visualisation du simulateur fonctionnent convenablement. Les commandes de l'instructeur doivent fonctionner de manière à ce que les essais nécessaires à l'homologation initiale puissent être effectués.

3.2.2 Il est souhaitable d'évaluer les simulateurs le plus objectivement possible. Cependant, l'attitude du pilote face au simulateur est aussi un facteur important à considérer dans le processus d'évaluation. Par conséquent, l'évaluation d'un simulateur comporte deux types d'essais qui visent à démontrer que le simulateur reproduit le giravion assez fidèlement pour qu'on puisse s'en servir pour dispenser la formation nécessaire ou faire subir les contrôles requis. Ces essais comprennent les essais de fonctionnement de l'annexe 3-C. Les essais de fonctionnement permettent d'évaluer si un simulateur peut fonctionner convenablement pendant une période de formation normale et de vérifier si les commandes, les instruments et les systèmes de bord reproduisent fidèlement ceux du giravion simulé. Ces essais doivent être effectués par un pilote de TC chevronné sur le giravion simulé et qualifié sur type, s'il y a lieu. Les essais qui portent sur les performances et les qualités de pilotabilité visent à déterminer si le simulateur reproduit fidèlement le giravion simulé sur le plan quantitatif. Ils permettent de comparer objectivement les performances du simulateur et celles du giravion en tenant compte de tolérances déterminées. Ces deux types d'essais se complètent et ont pour but de permettre l'atteinte des objectifs de formation fixés.

3.2.3 Il ne faut pas confondre les tolérances mentionnées à l'annexe 3-B avec les tolérances de construction des simulateurs. Les tolérances relatives aux performances et aux qualités de pilotabilité sont les écarts maximums acceptables entre les paramètres d'un simulateur et ceux du giravion simulé. Ces écarts visent à ce que le simulateur reproduise les giravion avec une fidélité suffisante.

Date de modification :