Annexe 4-B - Essais de validation des dispositifs d'entraînement de vol

1. Introduction

Il faut évaluer objectivement les performances des dispositifs d'entraînement de vol et le fonctionnement des systèmes qu'ils comportent en comparant aux données de l'aéronef les résultats de chaque essai, à moins d'indication contraire. Le GEQ soumis par un exploitant doit décrire de façon claire et précise comment le dispositif sera réglé et piloté pour chacun des essais. Il est recommandé d'utiliser un logiciel capable d'effectuer automatiquement les essais. La méthode d'essai manuel détaillée pour chaque essai doit également être précisée. Les essais et les tolérances contenues dans la présente annexe doivent faire partie du GEQ de l'exploitant.

Le tableau des essais de validation de la présente annexe indique de façon générale les résultats qui doivent être obtenus. à moins d'indication contraire, les résultats des essais doivent indiquer les performances et les qualités de pilotabilité de l'aéronef à des masses et des centrages opérationnels normaux. Si les résultats d'un essai concordent avec les données de l'aéronef à une masse brute ou un centrage extrême, il faut soumettre un second essai dont les résultats concordent avec les données de l'aéronef à une masse brute ou un centrage se situant le plus près possible de l'autre extrême ou au milieu de ces plages. Certains essais qui ne sont pertinents qu'à un centrage ou une masse extrême n'ont pas besoin d'être répétés à l'autre extrême. Il faut reconnaître que les essais qui figurent dans le tableau ne fournissent que des échantillons très limités des performances et des qualités de pilotabilité d'un dispositif d'entraînement de vol. On s'attend à ce que les résultats de ces essais, dans le cas des niveaux 3, 6 et 7, soient représentatifs des performances et des qualités de pilotabilité d'un dispositif dans toute la plage de masses et de centrages de l'aéronef, dans le domaine de vol et dans diverses conditions atmosphériques, environnementales et ambiantes allant jusqu'aux extrêmes permissibles concernant l'avion ou la famille d'aéronef visé. Il n'est pas suffisant, ni acceptable, de programmer les dispositifs d'entraînement de vol de manière à ce que la modélisation ne soit exacte qu'aux points évalués pendant les essais de validation.

Les essais de qualités de pilotabilité doivent permettre de valider les systèmes d'augmentation. Les dispositifs d'entraînement de vol d'avions dotés de systèmes d'augmentation seront validés pour la configuration non augmentée (ou au cours de défaillances pendant lesquelles les qualités de pilotabilité sont réduites au maximum permis) et pour la configuration augmentée. Si des défaillances occasionnent différents niveaux de pilotabilité, il faut valider les effets de ces défaillances. L'exploitant et le DPS s'entendront alors, au cas par cas, pour adopter d'autres exigences à respecter lors des essais.

Les présentes normes sur les dispositifs d'entraînement de vol visent les avions seulement. Dans le cas de dispositifs d'entraînement de vol de giravions, le DPS est libre de substituer des essais, d'en omettre ou d'en ajouter.

2. Exigences relatives aux essais

La liste des essais au sol et en vol nécessaires à la qualification figure dans le tableau des essais de validation. Les résultats de ces essais devraient être présentés dans une forme qui permet de les comparer aux données de validation de référence. Dans le cas des dispositifs qui figurent au tableau suivant et qui exigent une modélisation aérodynamique générique, les données du fabricant approuvées par TC ou celles du répondant serviront aux comparaisons dans les essais objectifs.

Pour évaluer la validité d'un dispositif d'entraînement de vol lorsque les données d'essais en vol présentent des variations rapides des paramètres mesurés, il faut se fonder sur des connaissances techniques précises, et on ne doit pas se fonder sur un seul paramètres. Il faut connaître tous les paramètres pertinents d'une manoeuvre donnée ou d'une condition de vol pour être à même de faire une interprétation globale. Lorsqu'il est difficile ou impossible de faire correspondre les résultats des essais aux données de l'aéronef en tenant compte des variations en fonction du temps, il faut justifier les disparités en établissant une comparaison avec d'autres variables connexe qui concernent la condition à évaluer.

Paramètres, tolérances et conditions de vol

La section des essais de validation de la présente annexe décrit les paramètres, les tolérances et les conditions de vol qui concernent la validation du dispositif d'entraînement de vol. On ne doit pas tenir compte des conditions de vol ou de fonctionnement qui ne s'appliquent pas au niveau de qualification sur lequel porte l'évaluation. Il faut qualifier les résultats en utilisant les tolérances et les unités décrite dans la présente annexe.

Vérification des conditions de vol

Lorsque l'on compare les paramètres mentionnés dans la présente annexe à ceux de l'avion, il faut aussi inclure suffisamment de données pour pouvoir confirmer que les conditions de vol sont telles que requises. Par exemple, lors d'un essai de stabilité statique, pour démontrer que l'effort aux commandes est bien de ±5 livres (2,225 daN), il faut aussi soumettre des données indiquant la vitesse, la puissance, la poussée ou le couple, la configuration de l'avion, l'altitude et tous les autres paramètres qui permettent d'identifier les données pertinentes. Lorsque l'on compare les caractéristiques dynamiques sur de courtes périodes, on peut utiliser les conditions d'accélération normale pour comparer les données du simulateur avec celles de l'avion, mais il faut aussi fournir des données pertinentes sur la vitesse, l'altitude, le déplacement des commandes et la configuration de l'avion, de même que d'autres données pertinentes. Il faut clairement indiquer si les vitesses relevées sont des vitesses indiquées, corrigées, etc., et utiliser des valeurs correspondantes pour la comparaison.

Date de modification :