Manuel de navigabilité Chapitre 525 - Avions de la catégorie Transport

Règlement de l'aviation canadien (RAC) 2017-2

dernière révision du contenu : 2012/06/01

Préambule

SOUS-CHAPITRES

  • A (525.1-525.2),
  • B (525.21-525.255),
  • C (525.301-525.581),
  • D (525.601-525.899),
  • E (525.901-525.1207),
  • F (525.1301-525.1461),
  • G (525.1501-525.1587)
  • H (525.1701-525.1733)

APPENDICES

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, L, M, N

(2001/06/01; pas de version précédente)

APPENDICE F

Partie I  Procédure et critère d'essai pour montrer la conformité aux 525.853 ou 525.855.

(a) Critère d'essai des matériaux.

(1) Intérieur des compartiments occupés par l'équipage ou les passagers.

(i) Les panneaux intérieurs de plafond et de paroi, les cloisons, la structure des offices, les parois d'armoire, les planchers structuraux et les matériaux utilisés dans la construction des compartiments de rangement (autres que les compartiments de rangement sous les sièges et les compartiments pour ranger les petits objets tels que revues et cartes) doivent être auto-extinguibles quand ils sont soumis à l'essai vertical conformément aux points applicables de la partie I du présent appendice. La longueur moyenne de combustion ne doit pas excéder 6 pouces, et la durée moyenne de la flamme après le retrait de la source de la flamme ne doit pas dépasser 15 secondes. Les gouttes provenant de l'éprouvette ne doivent pas continuer à flamber plus de 3 secondes en moyenne après leur chute.

(ii) Les revêtements de sol, les textiles (y compris les rideaux et le capitonnage), les coussins de siège, le rembourrage, les tissus enduits décoratifs ou non, le cuir, les plateaux et les objets mobiliers d'office, les gaines de fil électrique, les conduits d'air, les garnitures de joint et d'arête, les garnitures des soutes à fret ou à bagages des classes B et E, les panneaux de plancher des soutes à fret ou à bagages des classes B, C, E ou F les bâches et les matériaux transparents de fret, les pièces moulées et thermoformées, les joints de conduit d'air et les baguettes (décoratives et protectrices) qui sont fabriqués en matériaux non mentionnés au a)(1)(iv) ci-dessous doivent être auto-extinguibles quand ils sont soumis à l'essai vertical conformément aux points applicables de la partie I du présent appendice ou à une méthode équivalente approuvée.  La longueur moyenne de combustion ne doit pas excéder 8 pouces et la durée moyenne de la flamme après le retrait de la source de la flamme ne doit pas excéder 15 secondes.  Les gouttes provenant de l'éprouvette ne doivent pas continuer à flamber pour plus de 5 secondes en moyenne après leur chute.
(en vigueur 2017/06/19)

(iii) Les films cinématographiques doivent être des pellicules de sécurité satisfaisant aux « Standard Specifications for Safety Film PHI.25 » (qu'on peut obtenir en s'adressant à l'« American National Standards Institute, 1430 Broadway, New York, NY 10018 »). Si la pellicule circule dans des conduits, les conduits doivent satisfaire aux exigences de l'alinéa (ii) du présent paragraphe.

(iv) les fenêtres, hublots et panneaux d'information en matière plastique transparente, les pièces fabriquées totalement ou partiellement en matériaux élastomères, les ensembles d'instruments éclairés par la tranche, constitués de plusieurs instruments dans un boîtier commun, les ceintures et bretelles de sécurité et le matériel d'arrimage du fret et des bagages, y compris les conteneurs, les caisses, les palettes, etc. utilisés dans les compartiments occupés par les passagers ou l'équipage ne doivent pas avoir une vitesse moyenne de combustion supérieure à 2,5 pouces à la minute lorsqu'ils sont soumis à l'essai horizontal conformément aux points applicables de la présente appendice.

(v) À l'exception des petites pièces (telles que boutons, poignées, galets, attaches, colliers, passe-fils, baguettes protectrices, poulies et petites pièces électriques) qui ne contribueraient pas notablement à la propagation d'un feu et de l'isolant des fils et des câbles électriques, les matériaux des éléments non précisés par les paragraphes (a) (1) (i), (ii), (iii) ou (iv) de la partie I du présent appendice ne doivent pas avoir une vitesse de combustion supérieure à 4 pouces à la minute lorsqu'ils sont soumis à l'essai horizontal, conformément aux points applicables de la présente appendice.

(2) Compartiments à fret et à bagages non occupés par l'équipage ou les passagers.

(i) Supprimé et réservé
(modifié 2004/06/08; version précédente)

(ii) Les soutes à fret ou à bagages des classes B ou E, telles qu'elles sont définies par le 525.857, doivent être munies d'une garniture fabriquée avec des matériaux qui satisfont aux exigences du paragraphe (a)(i)(ii) de la partie I de la présente appendice, la garniture devant être séparée de la structure de l'avion (exception faite des fixations). Cette garniture doit être soumise à l'essai sous l'angle de 45 degrés. La flamme ne doit pas pénétrer (passer à travers) dans le matériau pendant l'application de la flamme ou après son retrait. La durée moyenne de la flamme après le retrait de la source de la flamme ne doit pas excéder 15 secondes, et la durée moyenne de rougeoiement ne doit pas excéder 10 secondes.

(iii) Les soutes à fret ou à bagages des classes B, C, D, ou F telles qu'elles sont définies par l'article 525.857, doivent être munies de panneaux de plancher fabriqués avec des matériaux qui satisfont aux exigences du paragraphe (a)(1)(ii) de la partie I de la présente appendice, les panneaux devant être séparés de la structure de l'avion (exception faite des fixations). Ces panneaux doivent être soumis à l'essai sous l'angle de 45 degrés. La flamme ne doit pas pénétrer (traverser) dans le matériau pendant l'application de la flamme ou après le retrait de la source de la flamme ne doit pas excéder 15 secondes, et la durée moyenne de rougeoiement ne doit pas excéder 10 secondes.
(en vigueur 2017/06/19)

(iv) Les matelas isolants et les bâches utilisées pour protéger le fret doivent être fabriqués avec des matériaux qui satisfont aux exigences du paragraphe (a) (1) (ii) de la partie I de la présente appendice. Le matériel d'arrimage (y compris les conteneurs, les caisses et les palettes) utilisé dans chaque soute à fret ou à bagages doit être fabriqué avec des matériaux qui satisfont aux exigences énoncées par le paragraphe (a) (1) (v) de la partie I de la présente appendice.

(3) Éléments de l'installation électrique. L'isolant des fils et des câbles électriques installés dans une zone quelconque du fuselage doivent être auto-extinguibles lorsqu'ils sont soumis à l'essai sous l'angle de 60 degrés décrit à la partie I du présent appendice. La longueur moyenne de combustion ne doit pas excéder 3 pouces, et la durée moyenne de la flamme après le retrait de la source de la flamme ne doit pas dépasser 30 secondes. Les gouttes provenant de l'éprouvette ne doivent pas continuer à flamber plus de 3 secondes en moyenne après leur chute.

(b) Procédures d'essais :

(1) Conditionnement. Les éprouvettes doivent être conditionnés à 70 ± 5°F (21,1 ± 2,7°C) et à 50 ± 5% d'humidité relative jusqu'à ce que l'équilibre d'humidité soit atteint, ou pendant 24 heures. Chaque spécimen doit rester dans le milieu de conditionnement jusqu'à ce qu'elle soit exposée à la flamme.

(2) Configuration de l'éprouvette. Excepté pour les petites pièces l'isolation des fils et des câbles électriques, les matériaux doivent être essayés en tant que coupe prélevée d'une pièce fabriquée telle qu'elle est installée dans l'avion ou comme éprouvette simulant une section coupée telle que éprouvette coupée dans une feuille plate du matériau ou un modèle de la pièce fabriquée. L'éprouvette peut être découpée de n'importe quel emplacement d'une pièce fabriquée; cependant, les ensembles fabriqués, comme les panneaux sandwich ne doivent pas être séparés pour l'essai. Excepté dans le cas indiqués ci-après, l'épaisseur de l'éprouvette ne doit pas être supérieure à l'épaisseur minimale devant être qualifiée pour utilisation sur avion. Les éprouvettes des pièces épaisses en mousse, telles que les coussins de sièges, doivent être essayées par épaisseur de 1/2 pouce (12,7 mm). Les éprouvettes de matériaux qui doivent satisfaire aux exigences du paragraphe (a)(i)(v) de la partie I du présent appendice ne doivent pas avoir plus de 1/2 pouce d'épaisseur. Les éprouvettes de fils et de câbles électriques doivent être du même calibre que ceux qui sont employés dans l'avion. Dans le cas des tissus, l'essai doit être fait dans le sens de la trame comme dans le sens de la chaîne, pour déterminer la condition la plus critique d'inflammabilité. Les éprouvettes doivent être montées sur un cadre métallique de sorte que, pendant l'essai vertical prescrit par l'alinéa (4) du présent paragraphe, les deux bords longs et le bord supérieur soient maintenus solidement et que, pendant l'essai horizontal prescrit par l'alinéa (5) du présent paragraphe, les deux bords longs et le bord éloigné de la flamme soient également maintenus solidement. La zone exposée de l'éprouvette doit avoir au moins 2 pouces de large et 12 pouces de long, à moins que la pièce ou le morceau du matériau utilisé dans l'avion soit plus petit. Le bord auquel la flamme du brûleur est appliquée ne doit pas être le bord fini ou protégé de l'éprouvette, mais il doit être représentatif de la section transversale réelle de la pièce ou du matériau utilisé dans l'avion. Pendant l'essai à 45 degrés prescrit pas l'alinéa (6) du présent paragraphe, l'éprouvette doit être montée sur un cadre métallique de sorte que ses quatre bords soient solidement maintenus et que la zone exposés fasse au moins 8 pouces sur 8 pouces.

(3) Appareillage. Excepté comme établi au sous-paragraphe (7) de cet paragraphe, les essais doivent être effectués dans une armoire à l'abri des courants d'air, conformément à la « Federal Test Method Standard 191 Method 5903 » (Méthode 5903 du Standard Fédéral 191, sur les Méthodes d'Essais) (Méthode 5902 révisée) pour l'essai vertical, ou la Méthode 5906 pour l'essai horizontal (disponible auprès du (General Services Administration, Business Service Center, Region 3, Seventh and D Streets, S.W., Washington, DC 20407). Les éprouvettes qui sont trop grandes pour l'armoire doivent être essayées dans des conditions similaires à l'abri des courants d'air.

(4) Essai vertical. Trois éprouvettes au minimum doivent être essayées et la moyenne des résultats effectuée. Pour les tissus, le sens du tissage correspondant aux conditions les plus critiques d'inflammabilité doit être parallèle à la plus grande dimension. Chaque éprouvette doit être soutenue verticalement. L'éprouvette doit être exposée à un bec Bunsen ou Tirrill ayant un tube de 3/8 de pouce (9,52 mm) de diamètre intérieur nominal réglé pour donner une flamme de 1 1/2  pouce (38,1 mm) de haut. La température minimale de la flamme, mesurée par un pyromètre thermocouple étalonné, au centre de la flamme, doit être de 1 550°F (843° C). La bordure inférieure de l'éprouvette doit être à 3/4 de pouce (19,05 mm) au-dessus du sommet du bec. La flamme doit être appliquée sur la ligne médiane de la bordure inférieure de l'éprouvette. Pour les matériaux couverts par le paragraphe (a)(1)(i) de la partie I de cet appendice, la flamme doit être appliquée pendant 60 secondes puis retirée. Pour les matériaux couverts par le paragraphe (a)(1)(ii) de la partie I de cet appendice, la flamme doit être appliquée pendant 12 secondes puis retirée. La durée de la flamme, la longueur de combustion, et le temps de flambage des gouttes, s'il y en a, doivent être notés. La longueur de combustion déterminée conformément au sous-paragraphe (7) de ce paragraphe doit être mesurée à 1/10 de pouce (2,54 mm) près.

(5) Essai horizontal. Trois éprouvettes au minimum doivent être essayées et la moyenne des résultats effectuée. Chaque éprouvette doit être soutenue horizontalement. La surface exposée dans l'installation sur avion, doit être orientée vers le bas pour l'essai. L'éprouvette doit être exposée à un bec Bunsen ou un bec Tirrill ayant un tube de 3/8 de pouce (9,52 mm) de diamètre intérieur nominal réglé pour donner une flamme de 1 1/2 pouces (38,1 mm) de haut. La température minimale de la flamme, mesurée par un pyromètre thermocouple étalonné, au centre de la flamme, doit être de 1 550°F (843°C). L'éprouvette doit être placée de sorte que la bordure en cours d'essai soit à 3/4 de pouce (19,05 mm) au-dessus du sommet du bec. La flamme doit être appliquée pendant 15 secondes puis retirée. Une longueur minimale de 10 pouces (254 mm) de l'éprouvette doit être utilisée dans des buts de chronométrage, une longueur d'environ 1 1/2 pouces (38,1 mm) doit brûler avant que le front de combustion n'atteigne la zone de chronométrage et la vitesse moyenne de combustion doit être notée.

(6) Essai à quarante cinq degrés. Trois éprouvettes au minimum doivent être essayées et la moyenne des résultats effectuée. Les éprouvettes doivent être soutenues à un angle de 45° par rapport à une surface horizontale. La surface exposée dans l'installation sur aéronef doit être orientée vers le bas pour l'essai. Les éprouvettes doivent être exposées à un bec Bunsen ou un bec Tirrill ayant un tube de 3/8 de pouce (9,52 mm) de diamètre intérieur nominal, réglé pour donner une flamme de 1 1/2 pouces (38,1 mm) de haut. La température minimale de la flamme, mesurée par un pyromètre thermocouple étalonnée au centre de la flamme, doit être de 1 550°F (843°C). Les précautions adéquates doivent être prises pour éviter les courants d'air. La flamme doit être appliquée pendant 30 secondes, un tiers touchant le matériau au milieu de l'éprouvette, puis retirée. La durée de la flamme, la durée du rougeoiement et le fait que la flamme pénètre (traverse) ou non l'éprouvette doivent être notés.

(7) Essai à soixante degrés. Trois éprouvettes au minimum de chaque caractéristique de fil (fabrication et section) doivent être essayées. L'éprouvette de fil ou de câble (y compris l'isolant) doit être placée à un angle de 60° par rapport à l'horizontale dans l'armoire spécifiée au sous-paragraphe (3) de ce paragraphe avec la porte de l'armoire ouverte pendant l'essai ou doit être placée à l'intérieur d'une chambre ayant approximativement 2 pieds (0,61 m) de haut x 1 pied (0,305 m) x 1 pied (0,305 m), ouverte au sommet et sur un côté vertical (avant) et qui autorise un débit d'air suffisant pour une combustion complète, mais qui soit à l'abri des courants d'air. L'éprouvette doit être parallèle à et distante de 6 pouces (152,4 mm) environ de l'avant de la chambre. L'extrémité inférieure de l'éprouvette doit être solidement maintenue par brides. L'extrémité supérieure de l'éprouvette doit passer autour d'une poulie ou d'une tige et doit recevoir un poids approprié qui y sera attaché de sorte que l'éprouvette soit maintenue tendue durant tout l'essai d'inflammabilité. L'envergure de l'éprouvette d'essai, entre la bride inférieure et la poulie ou la tige supérieure doit être de 24 pouces (610 mm) et doit être marquée à 8 pouces (203,2 mm) de l'extrémité inférieure pour indiquer le point central pour l'application de la flamme. Une flamme d'un bec Bunsen ou Tirrill doit être appliquée pendant 30 secondes à la marque d'essai. Le bec doit être fixé sous la marque d'essai de l'éprouvette, perpendiculairement à l'éprouvette et à un angle de 30° par rapport au plan vertical de l'éprouvette. Le bec doit avoir un alésage nominal de 3/8 de pouce (9,52 mm) et doit être réglé pour fournir une flamme haute de 3 pouces (76,2 mm) avec un cône intérieur environ égal au tiers de la hauteur de la flamme. La température minimale de la partie la plus chaude de la flamme, mesurée avec un pyromètre thermocouple étalonné ne doit pas être inférieure à 1 750°F (954°C). Le bec doit être placé de sorte que la partie la plus chaude de la flamme soit appliquée sur la marque d'essai faite sur le fil. La durée de la flamme, la longueur de combustion, et le temps de flambage des gouttes, s'il y en a, doivent être notés. La longueur de combustion déterminée conformément au sous-paragraphe (8) de ce paragraphe, doit être mesurée à 1/10 de pouce (2,5 mm) près. La rupture des éprouvettes de fil n'est pas considérée comme une défaillance.

(8) Longueur de combustion. La longueur de combustion est la distance entre la bordure d'origine et la trace la plus avancée de détérioration de l'éprouvette d'essai due à la morsure de la flamme y compris les zones partiellement ou totalement consumées, carbonisées ou fragilisées, mais non compris les zones couvertes de suie, souillées, gauchies ou décolorées, ni les zones où le matériau s'est contracté ou a fondu au contact de la source de chaleur.

(M. à j. 525-3 (91-11-01))
(M. à j. 525-6 (93-12-30))

Partie II  Inflammabilité des coussins de siège

(a) Critères d'acceptation. Chaque coussin de siège devra être conforme aux critères suivants : coussin de siège devra être conforme aux critères suivants :

(1) Au moins trois ensembles de spécimens de coussins de siège et de dossier devront être soumis à des essais.

(2) Si le coussin comporte un matériau coupe-feu, ce matériau doit envelopper complètement le bourrage de mousse.

(3) Chaque spécimen étudié doit être fabriqué en utilisant les constituants principaux (mousse, matériau de flottaison, matériau coupe-feu, le cas échéant, et l'enveloppe extérieure) et les procédés de fabrication (coutures et fermetures représentatives) dont on entend se servir pour les articles de série. Si on utilise une combinaison différente de matériaux pour les coussins de siège et de dossier, on devra éprouver les deux combinaisons de matériaux ensemble, comme jeux complets, chaque jeu étant constitué d'un spécimen de coussin de dossier et d'un spécimen de coussin de siège. Lorsqu'on peut démontrer qu'un coussin, y compris son enveloppe extérieure, répond aux exigences du présent appendice au moyen de l'essai au brûleur à l'huile, l'enveloppe de ce coussin pourra être remplacée par une enveloppe semblable, à condition que la longueur de la brûlure de l'enveloppe de remplacement, déterminée par l'essai décrit au par. 525.853(c), ne soit pas supérieure à la longueur de la brûlure correspondante de l'enveloppe du coussin soumis à l'essai au brûleur, matériaux ensemble, comme jeux complets, chaque jeu étant constitué d'un spécimen de coussin de dossier et d'un spécimen de coussin de siège. Lorsqu'on peut démontrer qu'un coussin, y compris son enveloppe extérieure, répond aux exigences du présent appendice au moyen de l'essai au brûleur à l'huile, l'enveloppe de ce coussin pourra être remplacée par une enveloppe semblable, à condition que la longueur de la brûlure de l'enveloppe de remplacement, déterminée par l'essai décrit au par. 525.853 (b), ne soit pas supérieure à la longueur de la brûlure correspondante de l'enveloppe du coussin soumis à l'essai au brûleur.

(4) Sur au moins les deux tiers du nombre total de jeux de spécimens éprouvés, la longueur de la brûlure provoquée par le brûleur ne doit pas s'étendre au côté du coussin opposé à celui du brûleur. La longueur de la brûlure ne doit pas dépasser 17 pouces. La longueur de la brûlure est la distance mesurée perpendiculairement à partir du bord intérieur du cadre du siège le plus près du brûleur, jusqu'au point le plus éloigné du brûleur où sont relevées des traces d'altération causées par la pénétration de la flamme, y compris les zones partiellement ou complètement consumées, ou portant des traces de calcination ou de fragilisation, mais à l'exception des zones salies par de la suie, tachées, déformées ou déteintes, ou des zones où le matériau a rétréci ou a fondu à une certaine distance de la source de chaleur.

(5) En moyenne, la perte de masse ne doit pas être supérieure à 10 pour cent. En outre, au moins les deux tiers du nombre total des jeux de spécimens éprouvés ne doivent pas perdre plus de 10 pour cent de leur masse. Toutes les déjections tombant des coussins et du banc d'essai doivent être retirées avant le repesage après l'essai. Le pourcentage de la perte de masse, pour un jeu de spécimens, est la masse du jeu de spécimens avant l'essai moins la masse après l'essai, cette différence étant exprimée en pourcentage de la masse avant l'essai.

(b) Conditions d'essai. En moyenne, la vitesse de l'air dans le sens vertical devrait être de 25 pi/min (+ 10 pi/min) à la partie supérieure du coussin de dossier. La vitesse de l'air dans le sens horizontal devrait être inférieure à 10 pi/min juste au-dessus du coussin de siège. Ces vitesses devraient être mesurées pendant que la hotte de ventilation est en marche, mais que le moteur du brûleur est arrêté.

(c) Spécimens d'essai.

(1) Lors de chaque essai, on doit utiliser un jeu de spécimens de coussins représentant un coussin de siège et un coussin de dossier.

(2) Le spécimen de coussin de siège doit mesurer 18 pouces + 1/8 (457 mm + 3 mm) de largeur, sur 20 pouces + 1/8 (508 + 3 mm) de profondeur, sur 4 pouces + 1/8 (102 mm + 3 mm) d'épaisseur, sans tenir compte des fermetures ou des chevauchements de coutures.

(3) Le spécimen de coussin de dossier doit mesurer 18 pouces + 1/8 de (457 mm + 3mm) de largeur, sur 25 pouces + 1/8 (635 mm + 3 mm) de hauteur, sur 2 pouces + 1/8 pouce (51 mm + 3 mm) d'épaisseur, sans tenir compte des fermetures ou des chevauchements de coutures.

(4) Les spécimens doivent être conditionnés à une température de 70°F + 5° (21°C +2°), et à une humidité relative de 55% + 10% pendant au moins 24 heures avant le début des essais.

(d) Appareillage d'essai. La disposition de l'appareillage d'essai est montrée aux figures l à 5 et doit comprendre les éléments décrits dans la présente section. Certains petits détails de l'appareillage peuvent varier, suivant le modèle de brûleur utilisé.

(1) Banc d'essai de spécimen. Le banc d'essai est constitué de cornières en acier, comme le montre la figure l. La longueur des pieds du banc est de 12 pouces + 1/8 (305 mm + 3 mm). Le banc doit servir à porter les spécimens de coussins de siège et de dossier, comme le montre la figure 2. Le banc doit aussi comprendre une cuvette pour recevoir les déjections, qui sera doublée d'une feuille d'aluminium, côté mat en haut.

(2) Brûleur d'essai. Le brûleur d'essai doit :

(i) être d'un type modifié à buse cylindrique;

(ii) être doté d'une buse donnant une flamme-éventail de 80 degrés d'arc et capable d'un débit nominal de 2,25 gallons/heure sous 100 lb/po2;

(iii) être doté d'un cône de brûleur de 12 pouces (305 mm), à l'extrémité du tube d'aspiration, possédant une ouverture de 6 pouces (152 mm) de hauteur et de 11 pouces (280 mm) de largeur, comme le montre la figure 3; et

(iv) être équipé d'un régulateur de pression d'alimentation, réglé pour donner le débit nominal de 2 gallons/heure de kérosène nº 2 ou l'équivalent nécessaire à l'essai.

Les modèles de brûleur qui ont été utilisés avec succès sont le Lennox OB-32, le Carlin Model 200 CRD et le Park Model DPL-3400. La Federal Aviation Administration des États-Unis a publié deux rapports sur ce type de brûleur : (1) « Powerplant Engineering Report No. 3A : Standard Fire Test Apparatus and Procedure for Flexible Hose Assemblies » de mars 1978; et (2) « Report No. DOT/FAA/RD/76/213 : Reevaluation of Burner Characteristics for Fire Resistance Tests » de janvier 1977.

(3) Calorimètre.

(i) Le calorimètre à utiliser doit avoir un intervalle de mesure de 0 à 15 BTU/pi2.s (0 à 17 W/cm2), avec une précision de + 3%, et doit être monté sur une plaquette isolante en silicate de chaux mesurant 6 pouces par 12 pouces (152 mm par 305 mm) sur 3/4 de pouce (19 mm) d'épaisseur. Cette plaquette doit être fixée à un support en cornières d'acier qui sera placé sur le banc d'essai pendant l'étalonnage du brûleur, comme le montre la figure 4.

(ii) Comme l'effritement de la plaquette isolante, au fur et à mesure de son utilisation, peut désaligner le calorimètre, il faut surveiller ce dernier et insérer au besoin des cales d'épaisseur pour que la face du calorimètre affleure la face exposée de la plaquette isolante, dans un plan parallèle à l'ouverture du cône du brûleur d'essai.

(4) Thermocouples. Les sept thermocouples à utiliser lors des essais doivent être des thermocouples du type K à la masse, de 1/16 à 1/8 de pouce, à gaine métallique sur garniture en céramique, avec conducteur de calibre nominal AWG 22 à 30. Les sept thermocouples doivent être fixés à un support en cornières d'acier de manière à former une rampe de thermocouples qui sera placée sur le banc d'essai pendant l'étalonnage du brûleur, comme le montre la figure 5.

(5) Disposition de l'appareillage. Le brûleur d'essai doit être monté sur un support convenable permettant de placer l'ouverture du cône du brûleur à une distance de 4 pouces + 1/8 (102 mm + 3 mm) de l'un des côtés du banc d'essai. Le support du brûleur doit permettre d'éloigner le brûleur du banc pendant les périodes de réchauffage.

(6) Enregistrement des paramètres. Un potentiomètre enregistreur ou un autre instrument étalonné convenable, possédant un intervalle de mesure approprié, doit servir à mesurer et à enregistrer les indications du calorimètre et des thermocouples.

(7) Balance. Un dispositif de pesage doit pouvoir déterminer à 0,02 livre (9 grammes) près, en employant des méthodes appropriées, la masse avant et après l'essai de chaque jeu de spécimens de coussin de siège. Il est préférable d'utiliser un dispositif de pesage en continu.

(8) Chronomètre. Un chronomètre ou autre dispositif semblable (étalonné à + 1 seconde) doit servir à mesurer la durée d'exposition à la flamme du brûleur et le temps d'auto-extinction, ou la durée de l'essai.

(e) Préparation de l'appareillage. Avant l'étalonnage, tout le matériel doit être mis en marche et la flamme du brûleur doit être réglée suivant les indications du paragraphe (d)(2).

(f) Étalonnage. Pour s'assurer de la bonne intensité thermique du brûleur, on doit effectuer les essais suivants :

(1) Placer le calorimètre sur le banc d'essai, comme le montre la figure 4, à une distance de 4 pouces + 1/8 [102 mm + 3 mm] de l'ouverture du cône du brûleur.

(2) Allumer le brûleur, le laisser se réchauffer pendant 2 minutes, puis régler le registre d'admission d'air de manière à obtenir une indication de 10,5 BTU/pi2/s + 0,5 de (11,9 Watts/cm2 + 0,6) au calorimètre pour s'assurer de conditions stables. Éteindre le brûleur.

(3) Remplacer le calorimètre par la rampe de thermocouples ( voir figure 5).

(4) Allumer le brûleur et s'assurer que les thermocouples indiquent 1 900°F (+ 100°) ou (1 038°C + 38°) pour s'assurer de conditions stables.

(5) Si les indications du calorimètre ou des thermocouples sortent des limites prescrites, répéter les opérations des alinéas 1 à 4 et régler le registre d'admission d'air jusqu'à l'obtention des indications recherchées. La rampe de thermocouples et le calorimètre devraient être réutilisés à intervalles rapprochés afin de respecter et d'enregistrer les paramètres étalonnés de l'essai. Jusqu'au moment où l'appareillage utilisé aura prouvé sa constance, on doit faire précéder chaque essai d'un étalonnage. Après avoir confirmé la constance de l'appareillage, on pourra effectuer plusieurs essais fondés sur l'étalonnage préalable, et on vérifiera l'étalonnage après la série d'essais.

(g) Méthode. L'inflammabilité de chaque jeu de spécimens doit être éprouvée comme suit :

(1) Enregistrer la masse de chaque jeu de spécimens de coussins de siège et de dossier à éprouver, à 0,02 livre (9 grammes) près.

(2) Placer les spécimens de coussins de siège et de dossier à éprouver sur le banc d'essai, comme le montre la figure 2, en attachant le haut du spécimen de coussin de dossier au banc d'essai.

(3) Repositionner le brûleur en s'assurant que la distance entre l'ouverture du cône de brûleur et la surface du spécimen de coussin de siège est égale à 4 pouces + 1/8 (102 mm + 3 mm).

(4) Retirer le brûleur de la position d'essai. L'allumer et le laisser se réchauffer pendant 2 minutes pour permettre le réchauffage adéquat du cône de brûleur et la stabilisation de la flamme.

(5) Pour commencer l'essai, mettre le brûleur en position d'essai et, simultanément, mettre le chronomètre en marche.

(6) Exposer le spécimen du coussin de siège à la flamme du brûleur pendant 2 minutes, puis éteindre le brûleur. Retirer immédiatement le brûleur de la position d'essai. Mettre fin à l'essai 7 minutes après le début de l'exposition du coussin à la flamme au moyen d'un extincteur gazeux (Halon ou CO2).

(7) Déterminer la masse des restes du jeu de spécimens de coussins restant sur le banc d'essai, à 0,02 livre (9 grammes) près, à l'exclusion de toutes déjections.

(h) Rapport d'essai. Relativement à tous les jeux de spécimens éprouvés pour déterminer la conformité des coussins de siège, enregistrer les renseignements suivants :

(1) Désignation et description des spécimens à l'essai.

(2) Nombre de jeux de spécimens éprouvés.

(3) Masse initiale et masse résiduelle de chaque jeu; pourcentage calculé de perte de masse de chaque jeu; pourcentage moyen calculé de perte de masse pour la totalité des jeux éprouvés.

(4) Longueur de la brûlure sur chaque jeu éprouvé.

Partie III  Méthode d'essai en vue de déterminer la résistance à la pénétration d'une flamme des revêtements de compartiment de fret

(a) Critères d'acceptation.

(1) Au moins trois spécimens de panneaux de plafond ou de mur de compartiment de fret devront être soumis aux essais.

(2) Chaque spécimen essayé doit être conforme au panneau de mur ou de plafond de compartiment de fret, y compris en ce qui a trait à toute caractéristique de conception comme les raccords, les appareils d'éclairage, etc. dont la défaillance compromettrait la capacité du revêtement à contenir l'incendie de façon sûre.

(3) Il ne doit pas y avoir, en-deça de 5 minutes après l'exposition à la flamme, de pénétration de cette dernière dans aucun spécimen, et la température maximale, mesurée à 4 pouces au-dessus de la surface supérieure horizontale de l'échantillon d'essai, ne doit pas dépasser 400°F.

(b) Méthode d'essai. Il s'agit d'une méthode d'essai en laboratoire permettant de mesurer la capacité des matériaux de revêtement des compartiments de fret à résister à la pénétration de la flamme provenant d'une source de chaleur constituée par un brûleur au kérosène n°2 d'un débit de 2 gallons à l'heure, ou son équivalent. Les panneaux de plafond et de mur peuvent faire l'objet d'essais individuels, pourvu que l'on utilise une cloison pour remplacer le panneau manquant. Tout spécimen qui subit l'essai avec succès comme panneau de plafond peut également être utilisé comme panneau de mur.

(c) Spécimen d'essai.

(1) Le spécimen essayé doit mesurer 16 + 1/8 pouces (406 + 3 mm) par 24 + 1/8 pouces (610 + 3 mm).

(2) Les spécimens doivent être conditionnés à une température de 70°F + 5 °F (21°C + 2°C) et à une humidité relative de 55% + 5% pendant au moins 24 heures avant le début des essais.

(d) Appareillage d'essai. La disposition de l'appareillage d'essai est montré à la figure 3 de la partie II et aux figures 1 à 3 de la présente partie de l'appendice F, et doit comprendre les éléments décrits ci-dessous. Certains petits détails de l'appareillage peuvent varier, suivant le modèle de brûleur utilisé.

(1) Banc d'essai de spécimen. Le banc d'essai est constitué de cornières en acier, comme l'illustre la figure l.

(2) Brûleur d'essai. Le brûleur d'essai doit :

(i) être de type modifié à buse cylindrique;

(ii) être doté d'une buse appropriée et maintenir une pression pouvant donner un débit de 2 gallons/heure. Par exemple : une buse à 80 degrés et d'un débit nominal de 2,25 gallons/heure devra fonctionner à une pression manométrique de 85 lb/po2 pour donner un débit de 2,03 gallons/heure;

(iii) être doté d'un cône de 12 pouces (305 mm) placé à l'extrémité du tube d'aspiration et possédant une ouverture de 6 pouces (152 mm) de hauteur et de 11 pouces (280 mm) de largeur, comme le montre la figure 3 de la partie II du présent appendice;

(iv) être muni d'un régulateur de pression d'alimentation réglé pour un débit nominal de 2 gallons/heure de kérosène n°2 ou l'équivalent.

Les modèles de brûleur qui ont été utilisés avec succès sont le Lennox OB-32, le Carlin Model 200 CRD et le Park Model DPL. On trouvera une description de ce type de brûleur de base dans le rapport de la FAA intitulé « Powerplant Engineering Report No. 3A, Standard Fire Test Apparatus and Procedures for Flexible Hose Assemblies », en date de mars 1978; toutefois, les configurations d'essai décrites au présent appendice diffèrent dans certains cas de celles qui sont spécifiées au rapport.

(3) Calorimètre.

(i) Le calorimètre à utiliser pour les essais doit être du type Gardon Gage à flux thermique total et présenter un intervalle de mesure approprié (environ 0 à 15 BTU/pi2 sec, 0 à 17 W/cm2). Le calorimètre doit être monté sur une plaquette isolante mesurant 6 pouces par 12 pouces (152 par 305 mm) sur 1/2 de pouce (19 mm) d'épaisseur. Cette plaquette doit être fixée à une console à équerre en acier qui sera placée sur le banc d'essai pendant l'étalonnage du brûleur, comme l'illustre la figure 2.

(ii) Il faut vérifier la plaquette isolante pour s'assurer qu'elle ne se détériore pas et placer au besoin des cales d'épaisseur afin que la face de la plaquette soit parallèle au plan d'ouverture du cône du brûleur.

(4) Thermocouples. Les sept thermocouples à utiliser pour les essais doivent être des thermocouples du type K à la masse, de 1/16 pouce, à gaine métallique sur garniture en céramique, avec conducteur de calibre nominal de 30 AWG. Les sept thermocouples doivent être fixés à une console à équerre en acier de manière à former une rampe de thermocouples qui sera placée sur le banc d'essai pendant l'étalonnage du brûleur, comme le montre la figure 3.

(5) Disposition de l'appareillage. Le brûleur d'essai doit être monté sur un support convenable permettant de placer l'ouverture du cône du brûleur à une distance de 8 pouces du panneau de plafond et de 2 pouces du panneau de mur. Le support du brûleur doit permettre d'éloigner le brûleur du spécimen d'essai pendant les périodes de réchauffage.

(6) Instruments. Il faut utiliser un potentiomètre enregistreur ou un autre instrument adéquat doté d'un intervalle approprié pour mesurer et enregistrer les lectures du calorimètre et des thermocouples.

(7) Chronomètre. Un chronomètre ou un autre dispositif semblable doit servir à mesurer la durée d'exposition à la flamme ainsi que le temps de pénétration de la flamme, s'il y a lieu.

(e) Préparation de l'appareillage. Avant l'étalonnage, tout le matériel doit être mis en marche et la flamme du brûleur doit être réglée suivant les indications du paragraphe (d)(2).

(f) Étalonnage. Pour s'assurer de la bonne intensité thermique du brûleur, on doit effectuer les essais suivants :

(1) Enlever le cône du brûleur de l'extrémité du tube d'aspiration. Faire fonctionner la partie soufflante du brûleur sans l'alimenter en combustible, ni l'allumer. Mesurer la vitesse de l'air au moyen d'un anémomètre à fil chaud placé au centre du tube d'aspiration, en travers de l'ouverture. Régler le registre de façon que la vitesse de l'air se situe entre 1 550 et 1 800 pi/min. Si la sortie du tube d'admission est munie de volets, les enlever avant d'effectuer les mesures. Remettre le cône du tube d'admission.

(2) Placer le calorimètre sur le banc d'essai, comme l'illustre la figure 2, à une distance de 8 pouces (203 mm) de l'ouverture du cône du brûleur afin de simuler la position du spécimen lors de l'essai horizontal.

(3) Allumer le brûleur, le laisser se réchauffer pendant 2 minutes, puis régler le registre de manière à obtenir une indication de 8 BTU/pi2s + 0,5 (9,1 W/cm2 + 0,6) au calorimètre.

(4) Remplacer le calorimètre par la rampe de thermocouples (voir figure 3).

(5) Allumer le brûleur et s'assurer que chacun des sept thermocouples indique 1 700°F + 100°F (927°C + 38°C) pour s'assurer des conditions stables. Si les températures sortent des limites prescrites, répéter les étapes 2 à 5 jusqu'à ce qu'on obtienne les lectures voulues.

(6) Éteindre le brûleur et enlever la rampe de thermocouples.

(7) Répéter l'étape (1) pour s'assurer que le brûleur est correctement réglé.

(g) Méthode d'essais.

(1) Monter un thermocouple du type utilisé pour l'étalonnage, à une distance de 4 pouces (101 mm) au-dessus du spécimen d'essai horizontal (plafond). Le thermocouple devrait être centré au-dessus du cône du brûleur.

(2) Placer le spécimen d'essai sur le banc d'essai montré à la figure l, soit à l'horizontale, soit à la verticale. Placer le matériau isolant dans l'autre position.

(3) Placer le brûleur de façon que les flammes ne touchent pas au spécimen, allumer le brûleur et le laisser fonctionner pendant 2 minutes. Tourner le brûleur de façon à exposer le spécimen à la flamme et, simultanément, mettre le chronomètre en marche.

(4) Exposer le spécimen à la flamme pendant 5 minutes, puis éteindre le brûleur. L'essai peut être interrompu plus rapidement si l'on observe une pénétration de la flamme.

(5) Lors d'essais sur des panneaux de plafond, noter la température maximale atteinte, mesurée à une distance de 4 pouces au-dessus du spécimen.

(6) Noter le moment où il y a pénétration de la flamme, le cas échéant.

(h) Rapport d'essai. Le rapport d'essai doit inclure les renseignements suivants :

(1) Une description complète des matériaux mis à l'essai, y compris le type, le fabricant, l'épaisseur et tout autre renseignement approprié.

(2) Une description du comportement des spécimens au cours de leur exposition à la flamme, comme le délaminage, l'inflammation de la résine, un dégagement de fumée, etc., y compris le moment où ces phénomènes se sont produits.

(3) S'il y a lieu, le moment où il y a eu pénétration de la flamme, pour chacun des trois spécimens éprouvés.

(4) L'orientation du panneau (plafond ou mur).

Partie IV Méthode d'essai en vue de déterminer le taux de dégagement de chaleur
des matériaux de cabine exposés à la chaleur de rayonnement.

(a) Résumé de la méthode. Trois spécimens ou plus représentant les composants de l'avion complet doivent faire l'objet d'un essai. Chaque spécimen d'essai est placé dans une chambre à environnement contrôlé dans laquelle passe un courant d'air constant. L'exposition du spécimen est déterminée par une source de chaleur de rayonnement réglée de façon à produire un flux thermique total de 3,5 W/cm2 sur le spécimen. La surface exposée du spécimen faisant l'objet de l'essai se trouve à la verticale. La combustion est amorcée par une veilleuse. Les produits de combustion sont contrôlés à leur sortie de la chambre de façon à ce qu'on puisse calculer le taux de dégagement de chaleur.

(b) Appareillage. L'appareillage de mesure du taux de dégagement de chaleur de l'Ohio State University (OSU), décrit plus bas, est utilisé. Il s'agit d'une version modifiée de l'appareil normalisé par l'« American Society of Testing and Materials (ASTM), ASTM E-906 ».

(1) Cet appareillage est illustré aux figures F-1A et F-1B de la partie IV. Toutes les surfaces extérieures de l'appareillage, sauf la chambre d'exposition, doivent être isolées de panneaux isolants de 1 po (25 mm) d'épaisseur en fibre de verre de faible densité résistant aux températures élevées. Une porte à joint étanche à travers laquelle glisse la barre d'insertion de l'échantillon ferme hermétiquement la chambre d'exposition du spécimen.

(2) Thermopile. La différence de température entre l'air qui pénètre dans la chambre à environnement contrôlé et celui qui en sort doit être mesurée par une thermopile comprenant cinq jonctions froides et cinq jonctions chaudes en chromel-alumel de calibre 24. Les jonctions chaudes doivent être espacées en travers de la partie supérieure de la cheminée, à 0.38 po (10 mm) sous le dessus de la cheminée. Les thermocouples doivent être d'un diamètre de 0.050 ± 0.010 po (1,3 ± 0,3 mm) et présenter une extrémité sphérique soudée. Un thermocouple doit être situé au centre géométrique, et les quatre autres, à 1.18 po (30 mm) du centre le long de la diagonale menant à chacun des coins (figure 5 de la présente partie IV). Les jonctions froides doivent être situées dans la cuvette, sous la plaque inférieure de distribution d'air (voir le paragraphe (b)(4) de la présente partie IV). Les jonctions chaudes de la thermopile doivent être exemptes de dépôts de suie afin de conserver la sensibilité étalonnée.)

(3) Source de rayonnement. Une source de chaleur radiante comprenant quatre éléments au carbure de silicium de type LL d'une longueur de 20 po (508 mm) et d'un diamètre extérieur de 0.63 po (16 mm) doit être utilisée, comme le montrent les figures F-2A et F-2B de la présente partie IV. La source de rayonnement doit avoir une résistance nominale de 1.4 ohm et pouvoir produire un flux thermique pouvant atteindre 100 kW/m2. Pour monter les éléments en carbure de silicium dans un boîtier à parois en acier inoxydable, il faut les introduire dans des trous de 0.63 po (16 mm) dans un panneau en fibre céramique ou en silicate de calcium de 0.03 po (1 mm) d'épaisseur. L'emplacement des trous dans les tampons et les plaques en acier inoxydable est illustré à la figure F-2B de la présente partie IV. Le masque en forme de losange tronqué de 0.042 ± 0.002 po (1,07 ± 0,05 mm) doit être ajouté pour assurer un flux thermique uniforme sur toute la surface de l'échantillon vertical.

(4) Distribution d'air. L'air qui pénètre dans la chambre à environnement contrôlé doit être distribué par une plaque en aluminium de 0.25 po (6,3 mm) d'épaisseur ayant huit orifices n° 4 espacés de 4 po (102 mm) de centre à centre et situés à 2 po (51 mm) des côtés, placée à la base de la chambre. Une deuxième plaque, en acier de calibre 18 ayant 120 orifices n° 28 équidistants, doit être montée à 6 po (152 mm) au-dessus de la plaque en aluminium. Une alimentation en air bien réglée est nécessaire. Le distributeur d'air à la base de la section pyramidale doit avoir 48 orifices n° 26 équidistants situés à 0.38 po (10 mm) du bord intérieur du distributeur, de façon à fournir une répartition du courant d'air selon un rapport de trois pour un au sein de l'appareillage.

(5) Cheminée. Une cheminée de section transversale de 5.25 x 2.75 pouces (133 x 70 mm), de 10 pouces (254 mm) de longueur et fabriquée en acier inoxydable de calibre 28 doit être montée à la sortie de la section pyramidale. Une chicane de 1.0 x 3.0 pouce (25 x 76 mm) en acier inoxydable d'une épaisseur de ,018 ± 0.002 po (0,50 ± 0,05 mm) doit être montée au centre de la cheminée et perpendiculairement au courant d'air, à 3 pouces (76 mm) au-dessus de la base de la cheminée.

(6) Support de spécimen.

(i) Le spécimen doit être testé verticalement. Le support (figure 3 de la présente partie IV) est fourni avec un cadre qui ne touche au spécimen (enveloppé dans un papier d'aluminium, comme l'exige le paragraphe (d) (3) de la présente partie) que sur son périmètre de 0.25 po (6 mm), et avec un ressort en forme de « V » destiné à tenir l'ensemble. Une cuvette détachable de 0.50 x 0.50 x 5.91 pouces (12 x 12 x 150 mm) et deux fils en acier inoxydable de 0.020 pouce (0,5 mm) (comme le montre la figure 3 de la présente partie IV) doivent être utilisés pour l'essai des matériaux ayant tendance à fondre et à dégoutter. Il est possible de modifier la mise en place du ressort et du cadre selon les différentes épaisseurs des spécimens en insérant la tige de retenue dans différents orifices du support.

(ii) Puisque l'écran de rayonnement décrit dans la norme ASTM E-906 n'est pas utilisé, une goupille de guidage est ajoutée au mécanisme d'insertion. Elle s'insère dans une plaque métallique fendue reposant sur le mécanisme d'insertion, à l'extérieur de la chambre d'exposition, et permet d'effectuer une mise en place précise de la face du spécimen, après son insertion. Le devant du spécimen doit être à 3.9 pouces (100 mm) des portes de rayonnement fermées.

(iii) Le support de spécimen s'accroche au support de montage (figure 3 de la présente partie IV). Ce dernier doit être fixé à la tige d'insertion par trois vis passant à travers une rondelle large soudée à un écrou de 1/2 pouce (13 mm). Le bout de la tige est fileté pour se visser dans l'écrou, et une rondelle large de 0,020 pouce (5,1 mm) d'épaisseur est retenue entre deux écrous de 1/2 pouce (13 mm) ajoutés de façon à bien recouvrir l'orifice aménagé dans les portes de rayonnement pour le passage de la tige ou du calorimètre d'étalonnage.

(7) Calorimètre. On doit utiliser, pour mesurer le flux thermique total, un calorimètre à flux total, monté au centre d'un panneau de Kaowool "M" de 1/2 pouce, inséré dans le support d'échantillon. Le calorimètre doit comporter un angle de vision de 180 degrés et être étalonné pour le flux secondaire. L'étalonnage du calorimètre doit être jugé acceptable par le Ministre.

(8) Emplacement des veilleuses. L'inflammation du spécimen doit s'effectuer par l'exposition simultanée de celui-ci à une veilleuse inférieure et à une veilleuse supérieure, de la façon décrite aux paragraphes (b)(8)(i) et (b)(8)(ii) ou (b)(8)(iii) de la présente partie IV respectivement. Comme l'extinction intermittente de la flamme de la veilleuse pour plus de 3 secondes annulerait les résultats de l'essai, un allumeur à étincelle peut être monté pour assurer que la veilleuse inférieure demeure allumée.

(i) Veilleuse inférieure. Le tube de la veilleuse doit être en acier inoxydable de 0.3 pouce (0,8 mm) d'épaisseur et avoir un diamètre extérieur de 0.25 pouce (6,3 mm). La veilleuse doit être alimentée par un mélange de 120 cm3/min de méthane et de 850 cm3/min d'air. L'orifice du tube de la veilleuse doit normalement être placé à 0.40 pouce (10 mm) de la surface verticale exposée du spécimen, perpendiculairement à cette dernière. L'axe de l'orifice du tube doit couper l'axe vertical de l'échantillon en un point situé à 0.20 pouce (5 mm) au-dessus du rebord inférieur exposé du spécimen.

(ii) Veilleuse supérieure standard à trois orifices. Cette veilleuse doit consister en un tube droit en acier inoxydable de 0.3 pouce (0,8 mm) d'épaisseur, de 0.25 pouce (6,3 mm) de diamètre extérieur et de 14 pouces (360 mm) de longueur. L'une des extrémités du tube doit être fermée, et trois orifices n° 40 doivent être percés dans le tube à une distance de 2.38 pouces (60 mm) l'un de l'autre pour les sorties de gaz, les orifices étant placés dans la même direction. Le premier doit se trouver à 0.19 pouce (5 mm) de l'extrémité fermée du tube. Le tube doit être placé à 0.75 pouce (19 mm) au-dessus du rebord supérieur exposé du spécimen et à 0.75 pouce (19 mm) derrière ce rebord. L'orifice central doit être situé dans le plan vertical, perpendiculairement à la surface exposée du spécimen, laquelle passe par son axe vertical, et être dirigé vers la source de rayonnement. La veilleuse doit être alimentée par du méthane et réglée pour donner une flamme de 1 pouce (25 mm) de longueur.

(iii) Veilleuse supérieure facultative à quatorze orifices. Cette veilleuse peut être utilisée plutôt que la veilleuse standard à trois orifices décrite au paragraphe (b) (8) (ii) de la présente partie IV. Cette veilleuse doit consister en un tube droit en acier inoxydable de 0.3 pouce (0,8 mm) d'épaisseur, de 0.25 pouce (6,3 mm) de diamètre extérieur et de 15.75 pouces (400 mm) de longueur. L'une des extrémités du tube doit être fermée, et quatorze orifices n° 59 doivent être percés dans le tube à une distance de 0.50 pouce (13 mm) l'un de l'autre pour les sorties de gaz, les orifices étant placés dans la même direction. Le premier doit se trouver à 0.50 pouce (13 mm) de l'extrémité fermée du tube. Le tube doit être placé au-dessus du support de spécimen de manière que les trous soient situés au-dessus du spécimen, comme le montre la figure F-lB de la présente partie IV. La veilleuse doit être alimentée en méthane mélangé à l'air dans une proportion de 50-50 par volume, et le flux gazeux doit être réglé pour donner une flamme de 1 pouce (25 mm) de longueur. Lorsque le mélange air-gaz et le flux gazeux sont bien réglés, la flamme est jaune sur une longueur d'environ 0.25 pouce (6 mm).

(c) Étalonnage du matériel.

(1) Taux de dégagement de chaleur. Un brûleur étalon, comme le montre la figure 4, doit être placé au-dessus de l'orifice du tube de la veilleuse inférieure au moyen d'un raccord étanche. Le gaz d'alimentation de la veilleuse doit être composé d'au moins 99 pour cent de méthane et être mesuré de façon précise. Avant l'utilisation, l'hygromètre est réglé et rempli d'eau distillée jusqu'à l'extrémité de l'indicateur interne, sans circulation de gaz. La température ambiante ainsi que la pression de l'eau sont basées sur la température interne de l'hygromètre. Le débit est d'abord réglé à 1 litre/min, puis augmenté jusqu'à des débits prédéterminés de 4, 6, 8, 6 et 4 litres/min. Immédiatement avant d'enregistrer les débits de méthane, il faut utiliser un débit de 8 litres/min pendant 2 minutes pour préparer la chambre. Ce préparatif ne fait pas partie de l'étalonnage. Le débit est calculé à l'aide d'un chronomètre mesurant une révolution complète de l'hygromètre pour le débit de base et les débits plus élevés, le débit étant ramené au débit initial avant de passer au débit supérieur suivant. Mesurer la tension initiale de la thermopile. Augmenter le débit du gaz vers le brûleur jusqu'au débit prédéterminé suivant, laisser le gaz brûler pendant 2 minutes et mesurer la tension de la thermopile. La séquence est répétée jusqu'à ce que les cinq valeurs aient été calculées. La moyenne des cinq valeurs doit être utilisée comme facteur d'étalonnage. La procédure doit être reprise si l'écart-type relatif est supérieur à 5 pour cent. Les calculs sont présentés au paragraphe (f) de la présente partie IV.

(2) Uniformité du flux thermique. On doit vérifier de façon périodique l'uniformité du flux thermique sur l'échantillon, ainsi qu'après chaque changement d'élément de chauffage, afin de déterminer s'il se situe dans les limites acceptables de plus ou moins 5 pour cent.

(3) Comme on l'a mentionné au paragraphe (b) (2) de la partie IV, les jonctions chaudes de la thermopile doivent être exemptes de dépôts de suie pour conserver la sensibilité étalonnée.

(d) Préparation des spécimens d'essai.

(1) Les spécimens d'essai doivent être représentatifs des composants de l'avion en ce qui a trait aux matériaux et aux méthodes de construction. Les dimensions normales des spécimens doivent être de 5.91 ± 0.03 x 5.91 ± 0.03 pouces (149 ± 1 x 149 ± 1 mm). Les spécimens doivent être de la même épaisseur que celle des composants de l'avion qu'ils représentent, jusqu'à une épaisseur maximale de 1.75 pouce (45 mm). Les spécimens d'essai qui représentent des composants plus épais doivent avoir 1.75 pouce (45 mm) d'épaisseur.

(2) Conditionnement. Les spécimens doivent être conditionnés de la façon indiquée à la partie I du présent appendice.

(3) Montage. Une seule surface du spécimen sera exposée au cours de l'essai. Une couche simple de papier d'aluminium de 0.001 pouce (0,025 mm) enveloppe bien tous les côtés non exposés.

(e) Méthode.

(1) La source de courant au panneau de rayonnement est réglée de façon à produire un flux de rayonnement de 3,5 ± 0,05 W/cm2. Ce flux est mesuré au point où sera positionné le centre de la surface du spécimen, lorsque celui-ci sera mis en place pour l'essai. On mesure le flux de rayonnement après avoir réglé à la valeur voulue le débit d'air dans le matériel.

(2) Une fois les veilleuses allumées, il faut vérifier leur position, comme le décrit le paragraphe (b)(8) de la présente partie IV.

(3) Le débit d'air dans l'appareillage est réglé par un diaphragme à orifice situé dans un tuyau de 1.5 pouce (38,1 mm) de diamètre intérieur pourvu de deux points de mesure de pression, situés à 1.5 pouce (38 mm) en amont et à 0.75 pouce (19 mm) en aval du diaphragme. Le tuyau doit être branché à un manomètre taré à une pression différentielle de 7.87 pouces (200 mm) Hg. (Voir la figure F-lB de la présente partie IV.) Le débit d'air total vers le matériel est d'environ 0,04 m3/s. La butée située sur la tige du support du spécimen vertical est réglée de façon que la surface exposée de l'échantillon soit placée à 3.9 pouces (100 mm) de l'entrée lorsqu'il est inséré dans la chambre à environnement contrôlé.

(4) Le spécimen est placé dans la chambre d'exposition, les portes de rayonnement fermées. La porte extérieure hermétique est verrouillée et les appareils enregistreurs sont mis en marche. Le spécimen doit demeurer dans la chambre pendant 60 secondes, plus ou moins 10 secondes, avant son insertion. La valeur "zéro" de la thermopile est déterminée au cours des 20 dernières secondes de la période d'attente. Il ne faut pas insérer l'échantillon avant que n'ait été déterminée la valeur "zéro".

(5) Lorsque le spécimen doit être inséré, il faut ouvrir les portes de rayonnement, placer le spécimen dans la chambre environnement contrôlé et fermer les portes de rayonnement sur le spécimen.

(6) (Réservé)

(7) L'insertion du spécimen et la fermeture de la porte intérieure constitue le moment zéro. Un enregistrement continu des tensions de sortie de la thermopile doit s'effectuer pendant le temps que le spécimen se trouve dans la chambre climatique.

(8) La durée de l'essai est de cinq minutes. La veilleuse inférieure et la veilleuse supérieure doivent demeurer allumées pendant toute la durée de l'essai, sauf que la flamme peut s'éteindre par intermittence pour des périodes ne dépassant pas 3 secondes. En outre, si l'on utilise la veilleuse supérieure facultative à trois orifices, au moins deux petites flammes doivent demeurer allumées pendant toute la durée de l'essai, sauf que les trois petites flammes peuvent s'éteindre par intermittence pour des périodes ne dépassant pas 3 secondes.

(9) On doit soumettre au moins trois spécimens à des essais.

(f) Calculs.

(1) Le facteur d'étalonnage est calculé de la façon suivante :

F0 = vitesse initiale d'écoulement du méthane (1pm)

F1 = vitesse d'écoulement supérieure du méthane (lpm)

V0 = tension initiale de la thermopile (mv)

V1 = tension de la thermopile à la vitesse supérieure (mv)

Ta = température ambiante (K)

P = pression ambiance (mm Hg)

Pv = pression de la vapeur d'eau (mm Hg)

(2) Les taux de dégagement de chaleur peuvent être calculés à tout moment à partir de la tension de sortie de la thermopile :

HRR = taux de dégagement de la chaleur (kw/m2)

Vb = tension à vide de la thermopile (mv)

Vm = tension mesurée de la thermopile (mv)

Kh = facteur d'étalonnage (kw/mv)

(3) L'intégrale du taux de dégage ment de chaleur correspond au dégagement total de chaleur en fonction du temps et est calculée en multipliant le taux par la fréquence d'échantillonnage des données en minutes et en faisant la sommation des durées de zéro à deux minutes.

(g) Critères. On doit faire la moyenne des taux de dégagement total positif de chaleur enregistrés au cours des deux premières minutes d'exposition pour chacun des échantillons essayés, ainsi que la moyenne de leur taux maximum de dégagement de chaleur. Le dégagement total moyen de chaleur ne doit pas dépasser 65 kilowatt-minutes par mètre carré, et le taux maximum moyen ne doit pas dépasser 65 kilowatts au mètre carré.

(h) Rapport. Le rapport d'essai doit comprendre les renseignements suivants pour chacun des spécimens essayés :

(1) Description de l'échantillon.

(2) Flux thermique de rayonnement vers l'échantillon, exprimé en W/cm2.

(3) Une compilation des taux de dégagement de chaleur (en kw/m2) en fonction du temps, sous forme de graphiques ou de tableaux, pour des intervalles de 10 secondes ou moins. Le facteur d'étalonnage (kn) doit être noté.

(4) Si l'on observe une fusion, un affaissement, un délaminage ou tout autre modification de la surface exposée ou phénomène particulier au cours de la combustion, ceux-ci doivent être notés, de même que le moment où ils se sont produits.

(5) On doit inscrire le taux maximum de dégagement de chaleur ainsi que le taux intégré établi pour 2 minutes.

(M. à j. 525-2 (89-01-01)
(M. à j. 525-7 (96-09-30))

(M. à j. 525-1 (87-01-01))

Partie V Méthode d'essai pour déterminer les caractéristiques d'émission
de fumée des matériaux de cabine.

(a) Résumé de la méthode. Les échantillons doivent être fabriqués, conditionnés et subir des essais pour satisfaire au mode d'inflammabilité conformément à la méthode d'essai normale ASTM F814-83 de l'« American Society of Testing and Materials (ASTM) ».

(b) Critères d'acceptation. La densité de fumée optique spécifique (Ds), qu'on obtient en faisant la moyenne des lectures obtenues après 4 minutes avec chacun des trois échantillons, ne doit pas dépasser 200.

(M. à j. 525-2 (89-01-01))

Partie VI   Méthode d’essais en vue de déterminer les caractéristiques d’inflammabilité et de propagation du feu des matériaux d’isolation thermique et acoustique
(modifié 2004/06/08; pas de version précédente)

Utiliser cette méthode d'essais pour évaluer les caractéristiques d’inflammabilité et de propagation du feu des matériaux d’isolation thermique et acoustique lorsqu’ils sont exposés à une source de chaleur de rayonnement et à une flamme.

a) Définitions.

« Propagation de la flamme » : distance de propagation la plus éloignée de la flamme visible vers l'extrémité distante du spécimen d’essais, mesurée à partir du centre de la flamme de la source d'allumage. Mesurer cette distance après l'application initiale de la source d'allumage et avant que la flamme sur le spéciment testé soit complètement éteinte. Cette mesure ne correspond pas à une détermination de la longueur de combustion effectuée après les essais.

« Source de chaleur de rayonnement » : panneau électrique ou au gaz propane.

« Isolant thermique et acoustique » : matériau ou système de matériaux utilisé pour fournir une protection thermique et/ou acoustique. Par exemple, la fibre de verre ou autre matériau de matelassage encapsulé au moyen d’une pellicule d'emballage et de mousses.

« Point zéro » : point d'application de la veilleuse au spécimen d’essais.

b) Appareil d'essais.

  • Figure 1 - Chambre d'essais à panneau de rayonnement

(1) Chambre d’essais à panneau de rayonnement. Effectuer les essais dans une chambre d’essais à panneau de rayonnement (voir figure 1 ci-dessus). Placer la chambre d’essais sous une hotte d'aspiration afin de faciliter l'évacuation de la fumée se trouvant dans la chambre après chaque essai. La chambre d’essais à panneau de rayonnement doit être formée d'une enceinte longue de 55 pouces (1 397 mm) et profonde de 19,5 pouces (495 mm) avec un espace libre d'au plus 28 (710 mm) à 30 pouces (762 mm) au-dessus du spécimen d’essais. Isoler les côtés, les extrémités et le dessus au moyen d'un isolant en fibre de céramique, comme un panneau de Kaowool MTM. À l'avant, placer une fenêtre en verre à l'épreuve des courants d'air et résistant aux hautes températures de 52 sur 12 pouces (1 321 sur 305 mm) permettant de voir l'échantillon pendant les essais. Sous cette fenêtre, placer une porte permettant l'accès au support mobile de la plate-forme du spécimen d’essais. Le fond de la chambre d’essais doit être constitué d'une plate-forme coulissante en acier permettant la fixation à l'horizontale du support du spécimen d’essais. La chambre doit comporter une cheminée interne possédant les dimensions extérieures suivantes : largeur de 5,1 pouces (129 mm), profondeur de 16,2 pouces (411 mm), hauteur de 13 pouces (330 mm) à l'extrémité opposée à la source d'énergie de rayonnement. La cheminée doit posséder les dimensions intérieures suivantes : largeur de 4,5 pouces (114 mm) et profondeur de 15,6 pouces (395 mm). La cheminée doit être située à la partie supérieure de la chambre (voir figure 2).

(2) Source de chaleur de rayonnement. Monter la source de chaleur de rayonnement dans un cadre en fonte ou l'équivalent. Un panneau électrique doit comporter six bandes émettrices de 3 pouces de largeur. Ces bandes émettrices doivent être perpendiculaires à la longueur du panneau. La surface de rayonnement du panneau doit être de 12 7/8 sur 18 ½ pouces (327 sur 470 mm). Le panneau doit être en mesure de fonctionner à des températures pouvant atteindre 1 300ºF (704ºC). Un panneau au gaz propane doit être fait d'un matériau réfractaire poreux et il doit posséder une surface de rayonnement de 12 sur 18 pouces (305 sur 457 mm). Ce panneau doit être en mesure de fonctionner à des températures pouvant atteindre 1 500º F (816º C). Voir figures 3a et 3b.

(i) Panneau de rayonnement électrique. Le panneau de rayonnement doit fonctionner sous alimentation triphasée de 208 volts. Un panneau à alimentation monophasée fonctionnant sous 240 volts est également acceptable. Utiliser un régulateur de puissance à semiconducteurs et un microprocesseur pour régler les paramètres d'utilisation du panneau électrique.

(ii) Panneau de rayonnement au gaz. Utiliser du propane (gaz de pétrole liquéfié —2.1 UN 1075) comme gaz pour alimenter le panneau de rayonnement. Le système d'alimentation en gaz du panneau doit comporter un aspirateur de type venturi pour mélanger le gaz et l'air aux alentours de la pression atmosphérique. Fournir les instruments appropriés à la surveillance et à la régulation du débit de gaz et d'air arrivant au panneau. Inclure un indicateur de débit d'air, un régulateur de débit d'air et un indicateur de pression de gaz.

(iii) Disposition du panneau de rayonnement. Monter le panneau dans la chambre à 30º par rapport au plan horizontal sur lequel se trouve le spécimen d’essais, à 7 ½ pouces au-dessus du point zéro du spécimen d’essais.

(3) Système de support du spécimen d’essais.

(i) La plate-forme coulissante sert de boîtier pour placer le spécimen d’essais. On peut fixer (à l’aide d’écrous à oreilles) des ferrures à la lèvre supérieure de la plate-forme afin de pouvoir installer des spécimens de diverses épaisseurs. Placer les spécimens d’essais sur un panneau de Kaowool MTM ou un panneau standard 1260 (fabriqué par Thermal Ceramics et disponible en Europe), ou l'équivalent, reposant soit sur la lèvre inférieure de la plate-forme coulissante ou sur la base des supports. Selon l'épaisseur du spécimen d’essais (pour respecter l'exigence en matière de hauteur de l'échantillon), il peut être nécessaire d'utiliser plus d'un panneau. Habituellement, ces panneaux incombustibles sont disponibles en épaisseur de ¼ pouce (6 mm). Voir figure 4. Une plate-forme coulissante plus profonde que celle de 2 pouces (50,8 mm) illustrée à la figure 4 est également acceptable, pourvu que l'exigence en matière de hauteur de l'échantillon soit respectée.

(ii) Fixer un morceau de panneau de Kaowool MTM, ou d'un autre matériau résistant aux hautes températures, épais de ½ pouce (13 mm) et mesurant 41 ½ sur 8 ¼ pouces (1 054 sur 210 mm) à l'arrière de la plate-forme. Ce panneau servira à retenir la chaleur et il protégera le spécimen d’essais contre le préchauffage excessif. La hauteur de ce panneau ne doit pas être trop élevée afin de ne pas nuire aux mouvements de rentrée et de sortie de la plate-forme coulissante de la chambre d’essais. Si la plate-forme coulissante a été fabriquée de façon à ce que son côté arrière soit suffisamment haut pour empêcher le préchauffage excessif du spécimen d’essais lorsqu'elle est sortie, le panneau de retenue n'est pas nécessaire.

(iii) Placer le spécimen d’essais à l'horizontale sur le ou les panneaux non combustibles. Placer sur le spécimen d’essais un cadre de retenue/fixation en acier doux épais de 1/8 pouce (3,2 mm) et de dimensions hors tout de 23 sur 13 1/8 pouces (584 sur 333 mm) comportant une ouverture sur le spécimen d’essais de 19 sur 10 ¾ pouces (483 sur 273 mm). Les parties avant, arrière et droite de la lèvre supérieure du cadre doivent reposer sur le dessus de la plate-forme coulissante et les lèvres inférieures doivent serrer les 4 côtés du spécimen d’essais. La lèvre inférieure droite doit être de niveau avec la plate-forme coulissante. Voir figure 5.

(4) Veilleuse. La veilleuse utilisée pour enflammer le spécimen d’essais doit être un chalumeau au gaz propane à venturi de type commercial BernzomaticTM muni d’un bec de brûleur symétrique axialement dont le tube d’alimentation en propane possède un orifice d’un diamètre de 0,006 pouce (0,15 mm). Le tube du brûleur doit avoir une longueur de 2 7/8 pouces (71 mm). Le débit du propane doit être réglé à l’aide de la pression du gaz par l’intermédiaire d’un régulateur en ligne afin de produire un cône intérieur bleu d’une longueur de ¾ pouce (19 mm). Un guide de ¾ pouce (19 mm) (comme une mince bande métallique) peut être soudé à la partie supérieure du brûleur afin de faciliter le réglage de la hauteur de flamme. La hauteur totale de la flamme doit être d'environ 5 pouces (127 mm). Un dispositif doit permettre de retirer le brûleur de la position d’allumage afin que la flamme soit horizontale et à au moins 2 pouces (50 mm) au-dessus du plan du spécimen d’essais. Voir figure 6.

(5) Thermocouples. Installer un thermocouple de calibre nominal AWG 24 de type K (Chromel-Alumel) dans la chambre d’essais pour surveiller la température. L'insérer par un petit trou percé dans la paroi arrière de la chambre. Placer le thermocouple de façon à ce qu'il dépasse de 11 pouces (279 mm) derrière la paroi de la chambre, et à ce qu'il se trouve à 11 ½ pouces (292 mm) du côté droit de la paroi de la chambre ainsi qu'à 2 pouces (51 mm) au-dessous du panneau de rayonnement. L'utilisation d'autres thermocouples est facultative.

(6) Calorimètre. Le calorimètre doit être du type Gardon Gage à feuillard métallique, à flux thermique total, à cylindre d’un pouce refroidi à l’eau ayant un intervalle de mesure de 0 à 5 BTU/pi2 - seconde (0 à 5,7 W/cm2).

(7) Spécification et procédure d'étalonnage du calorimètre.

(i) Spécification du calorimètre.

(A) Le diamètre du feuillard doit être de 0,25 +/- 0,005 pouce (6,35 +/- 0,13 mm).

(B) L'épaisseur du feuillard doit être de 0,0005 +/- 0,0001 pouce (0,013 +/- 0,0025 mm).

(C) Le matériau du feuillard doit être du «Constantan » de qualité thermocouple.

(D) L’instrument de mesure de la température doit être un thermocouple de type Constantan en cuivre.

(E) Le diamètre du fil de cuivre central doit être de 0,0005 pouce (0,013 mm).

(F) Toute la partie avant du calorimètre doit être enduite d’une légère couche de peinture noirâtre « Black Velvet » ayant un facteur d’émissivité de 96 ou plus.

(ii) Étalonnage du calorimètre.

(A) L’étalonnage du calorimètre doit se faire par comparaison avec un transducteur normalisé semblable.

(B) Le transducteur normalisé doit satisfaire aux spécifications stipulées à l'alinéa VI(b)6) du présent appendice.

(C) Étalonner le transducteur standard par rapport à un étalon primaire du National Institute of Standards and Technology (NIST).

(D) La méthode de transfert doit faire appel à une plaque de graphite chauffée.

(E) La plaque de graphite doit être chauffée électriquement et chacun de ses côtés doit présenter une surface propre d’au moins 2 pouces sur 2 pouces (51 sur 51 mm) et une épaisseur de 1/8 pouce +/- 1/16 pouce (3,2 +/- 1,6 mm).

(F) Centrer les 2 transducteurs sur les côtés opposés des plaques et à des distances égales de la plaque.

(G) La distance entre le calorimètre et la plaque ne doit pas être inférieure à 0,0625 pouce (1,6 mm) et pas supérieure à 0,375 pouce (9,5 mm).

(H) L'intervalle utilisé pour l'étalonnage doit être d'au moins 0 à 3,5 BTU/pi2 - seconde (0 à 3,9 W/cm2 ) et d'au plus 0 à 5,7 BTU/pi2 - seconde (0 à 6,4 W/cm2 ).

(I) Le dispositif d’enregistrement utilisé doit consigner la lecture des deux transducteurs simultanément, ou en 1/10 seconde ou moins l’un de l’autre.

(8) Fixation du calorimètre. Sortir la plate-forme coulissante de la chambre, installer le cadre de fixation du calorimètre et placer une feuille de matériau non combustible au fond de la plate-forme coulissante, près du cadre de fixation, afin d'empêcher les pertes de chaleur pendant l'étalonnage. Ce cadre doit être d'une profondeur (de l'avant à l'arrière) de 13 1/8 pouces (333 mm) et d'une largeur de 8 pouces (203 mm), et il doit reposer sur le dessus de la plate-forme coulissante. Il doit être en acier plat de 1/8 pouce (3,2 mm) et il doit comporter une ouverture permettant l'insertion d'un morceau de panneau réfractaire d'une épaisseur de ½ pouce (12,7 mm), lequel est de niveau avec le dessus de la plate-forme coulissante. Ce panneau doit être percé de trois trous d'un pouce (25,4 mm) de diamètre pour l'insertion du calorimètre. La distance entre la surface du panneau de rayonnement et l'axe du premier trou (position « zéro ») doit être de 7 ½ pouces +/- 1/8 pouce (191 +/- 3 mm). La distance entre l'axe du premier trou et l'axe du deuxième trou doit être de 2 pouces (51 mm), tout comme la distance entre l'axe du deuxième trou et l'axe du troisième trou. Voir figure 7. Un cadre de support du calorimètre de fabrication différente est acceptable en autant que la hauteur entre l'axe de son premier trou et le panneau de rayonnement ainsi que la distance entre les trous soient identiques à celles mentionnées ci-dessus.

  • Figure 7 - Cadre de support du calorimetre

(9) Instruments. Fournir un dispositif d’enregistrement étalonné offrant une plage appropriée ou un système informatisé d’acquisition de données afin de mesurer et d’enregistrer les données de sortie du calorimètre et du thermocouple. Pendant l’étalonnage, le système d’acquisition de données doit pouvoir mesurer les données de sortie du calorimètre à chaque seconde.

(10) Dispositif de chronométrage. Fournir un chronomètre ou autre dispositif semblable, d’une précision de ± 1 seconde/heure, pour mesurer le temps d’application de la flamme du brûleur de la veilleuse.

c) Spécimens d’essais.

(1) Préparation des spécimens d’essais. Préparer et soumettre aux essais au moins trois  spécimens d’essais. Si un matériau de recouvrement sous forme de pellicule à orientation définie est utilisé, le préparer et le vérifier dans le sens de la trame et dans le sens de la chaîne.

(2) Fabrication. Les spécimens d’essais doivent contenir tous les matériaux utilisés dans la fabrication du matériau d’isolation (dont le bourrage, la pellicule de recouvrement, le canevas, le ruban, etc.). Couper un morceau du matériau noyau, comme la mousse ou la fibre de verre, et couper un morceau de la pellicule de recouvrement (le cas échéant) suffisamment grand pour recouvrir le matériau noyau. Le thermoscellage est la méthode préférée de préparation des échantillons de fibre de verre, car il peut s'effectuer sans écrasement de la fibre de verre (« boîtier échantillon »). Les matériaux de recouvrement qui ne sont pas thermoscellables peuvent être brochés, cousus ou collés au moyen de ruban gommé, pourvu qu'ils soient coupés suffisamment longs pour que l'on puisse les étirer sur les côtés sans écraser le matériau noyau. Leur fixation doit se faire de la façon la plus continue possible le long des coutures. L’épaisseur du spécimen d’essais doit être la même que pour l’utilisation sur l’avion.

(3) Dimensions des spécimens d’essais. Pour faciliter l'insertion des spécimens d’essais à l'intérieur du boîtier de la plate-forme coulissante, couper les matériaux de bourrage non rigides, comme la fibre de verre, en morceaux de 12 ½ pouces (318 mm) de largeur sur 23 pouces (584 mm) de longueur. Couper les matériaux rigides, comme la mousse, en morceaux de 11 ½ +/- ¼ pouces (292 mm +/- 6 mm) de largeur sur 23 pouces (584 mm) de longueur pour qu'ils tiennent convenablement dans le boîtier de la plate-forme coulissante et permettent une surface exposée plane ayant les dimensions de l'ouverture du boîtier.

d) Conditionnement des spécimens d’essais.

Les spécimens d’essais doivent être conditionnés à 70 +/- 5º F (21 +/- 2º C) et à 55 % +/- 10 % d'humidité relative pendant au moins 24 heures avant les essais.

e) Étalonnage de l'appareillage.

(1) La plate-forme coulissante étant sortie de la chambre, installer le cadre de support du calorimètre. Repousser la plate-forme à l’intérieur de la chambre et insérer le calorimètre dans le premier trou (position « zéro »). Voir figure 7. Fermer la porte inférieure située sous la plate-forme coulissante. La distance entre l'axe du calorimètre et la surface du panneau de rayonnement doit alors être de 7 ½ pouces +/- 1/8 (191 mm +/- 3). Avant d’allumer le panneau de rayonnement, s’assurer que l’avant du calorimètre est propre et que l’eau y circule librement.

(2) Allumer le panneau. Régler le mélange carburant/air pour obtenir un rayonnement de 1,5 BTU/pi2 - seconde +/- 5 % (1,7 W/cm 2 +/- 5 %) à la position « zéro ». Dans le cas d’un panneau électrique, régler le régulateur de puissance de manière à obtenir le flux thermique approprié. Laisser l’unité atteindre l’état stable (ce qui peut prendre jusqu’à une heure). Le brûleur de la veilleuse doit alors être éteint et en position baissée.

(3) Une fois les conditions d’état stable atteintes, déplacer le calorimètre à 2 pouces (51 mm) de la position « zéro » (premier trou) jusqu’à la position 1 et consigner le flux thermique. Déplacer le calorimètre jusqu'à la position 2 et consigner le flux thermique. À chaque position, attendre le temps nécessaire pour que le calorimètre se stabilise. Le tableau 1 indique les valeurs d'étalonnage types à ces trois positions.

Tableau 1--Tableau d'étalonnage

Position BTU/pi2 - seconde W/cm2
Position « zéro » 1,5 1,7
Position 1 1,51-1,50-1,49 1,71-1,70-1,69

(4) Ouvrir la porte inférieure, retirer le calorimètre et le dispositif de support. Faire attention, car le dispositif est très chaud.

f) Procédure d'essais.

(1) Allumer le brûleur de la veilleuse. S’assurer qu’il se trouve à au moins 2 pouces (51 mm) au-dessus de la partie supérieure de la plate-forme. Le brûleur ne doit pas toucher au spécimen d’essais avant le début de l’essai.

(2) Placer le spécimen d’essais dans le support de la plate-forme coulissante. S’assurer que la surface du spécimen d’essais est de niveau avec la partie supérieure de la plate-forme. Au point « zéro » la surface du spécimen d’essais doit se trouver à 7 ½ pouces +/- 1/8 pouce (191 mm +/- 3) au-dessous du panneau de rayonnement.

(3) Placer le cadre de retenue/fixation sur le spécimen d’essais. Il se peut qu'il soit nécessaire (à cause de la compression) d'ajuster l'échantillon (en le montant ou en le descendant) afin de maintenir la distance entre ce dernier et le panneau de rayonnement (7 ½ pouces +/- 1/8 pouce (191 mm +/- 3) au point « zéro »). Lorsqu'un ensemble pellicule/fibre de verre est utilisé, il est primordial de pratiquer une petite fente dans la pellicule pour vider l'air se trouvant à l'intérieur, ce qui permet à l'opérateur de maintenir une position appropriée du spécimen d’essais (alignement avec la partie supérieure de la plate-forme) ainsi que l'échappement des gaz pendant les essais. Une fente longitudinale, longue de quelque 2 pouces (51 mm), doit être centrée à 3 pouces +/- ½ pouce (76 mm +/- 13 mm) de la lèvre gauche du cadre de fixation. Un couteau tout usage peut être utilisé pour pratiquer cette fente.

(4) Pousser immédiatement la plate-forme coulissante à l’intérieur de la chambre et refermer la porte inférieure.

(5) Placer la flamme du brûleur de la veilleuse en contact avec le centre du spécimen d’essais au point « zéro » et, simultanément, mettre le chronomètre en marche. Le brûleur de la veilleuse doit former un angle de 27º avec le spécimen d’essais et se trouver à environ ½ pouce (12 mm) au-dessus du specimen testé. Voir figure 7. Une butée, illustrée à la figure 8, permet à l'opérateur de positionner correctement la veilleuse à chaque fois.

  • Figure 8 - Butée du brûleur de la veilleuse au propane

(6) Laisser le brûleur de la veilleuse en position pendant 15 secondes, puis le placer à au moins 2 pouces (51 mm) au-dessus du spécimen d’essais.

(g) Rapport.

(1) Identifier et décrire le spécimen mis à l'essai.

(2) Indiquer si une partie du spécimen d’essais s’est contractée ou a fondu.

(3) Indiquer la distance de propagation de la flamme. Si cette distance est inférieure à 2 pouces, indiquer que le test est réussi (aucune mesure requise).

(4) Indiquer la durée de la combustion après le retrait de la flamme.

(h) Exigences.

(1) En aucun cas il ne doit y avoir propagation de la flamme au-delà de 2 pouces (51 mm) à gauche du centre de l'endroit où la flamme de la veilleuse a été appliquée.

(2) Le temps d'exposition à la flamme une fois la veilleuse retirée ne doit dépasser 3 secondes pour aucun spécimen d’essais.

Partie VII Méthode d’essais en vue de déterminer la résistance à la pénétration de la flamme des matériaux d’isolation thermique/acoustique
(modifié 2012/03/27; version précédente)

Utiliser la méthode d'essais suivante pour évaluer les caractéristiques de résistance à la pénétration des matériaux d’isolation thermique/acoustique d’aéronef lorsqu’ils sont exposés à une flamme nue à haute intensité.

a) Définitions.

« Temps de pénétration de la flamme » : temps requis, en secondes, pour que la flamme du brûleur pénètre le spécimen d’essais et (ou) le temps requis pour que le flux thermique atteigne 2,0 BTU/pi2 - seconde (2,27 W/cm2) du côté intérieur, à une distance de 12 pouces (30,5 cm) de la surface avant du cadre d’essais du matelas d’isolation, selon la première éventualité. Le temps de pénétration de la flamme est mesuré du côté intérieur de chacun des spécimens du matelas d'isolation.

« Spécimen de matelas d'isolation » : l’un des deux spécimens positionnés de chaque côté du banc d’essais, à un angle de 30º par rapport à la verticale.

« Ensemble spécimen » deux spécimens de matelas d’isolation. Les deux spécimens doivent représenter des matelas d’isolation de fabrication et de matériaux identiques et être proportionnés pour correspondre à la dimension du spécimen.

b) Appareillage d'essais.

(1) La disposition de l’appareillage d’essais est montrée aux figures 1 et 2 et elle doit permettre le pivotement du brûleur à l’écart du spécimen d’essais pendant son réchauffement.

  • Figure 1 - Support de spécimen s'appareil d'essais de pénétration de la flamme

(2) Brûleur d'essais. Le brûleur d’essais doit être de type à injecteur modifié comme le brûleur Park Model DPL 3400. Les caractéristiques de la flamme dépendent énormément du réglage du brûleur particulier utilisé. On doit régler correctement les paramètres comme la pression d'alimentation, la profondeur de la buse, la position du stator et le débit d'air entrant pour obtenir la flamme appropriée.

  • Figure 2 - Appareil d'essais de pénétration de la flamme

(i) Buse. Une buse appropriée doit maintenir une pression de carburant pouvant donner un débit nominal de 6,0 gallons/heure (0,378 l/min). La buse fabriquée par Monarch 80º PL (cône creux) ayant un débit nominal de 6,0 gal/h sous une pression de 100 lb/po2 (0,71 MPa) peut donner une forme de jet acceptable.

(ii) Rampe carburant. La rampe carburant doit être réglée de façon à positionner la buse de carburant à une profondeur de 0,3125 pouce (8 mm) mesurée à partir du plan d'extrémité du stator de sortie, lequel doit être monté à l'extrémité du tube d'aspiration, à l'intérieur de ce dernier.

(iii) Stator interne. Le stator interne, situé au milieu du tube d'aspiration, doit être placé à une profondeur de 3,75 pouces (95 mm) mesurée à partir de l’extrémité de la buse de carburant. Le stator doit également être placé de façon à ce que les allumeurs intégraux forment un angle à mi-chemin entre 10 et 11 heures, lorsque l'on regarde dans le tube d'aspiration. Des écarts mineurs de l'angle des allumeurs sont acceptables si les exigences en matière de température et de flux thermique sont conformes aux exigences figurant à l'alinéa VII(e) du présent appendice.

(iv) Ventilateur de la soufflante. Le ventilateur cylindrique de la soufflante utilisé pour introduire de l'air dans le brûleur doit mesurer 5,25 pouces (133 mm) de diamètre sur 3,5 pouces (89 mm) de largeur.

(v) Cône de brûleur. Installer un cône de rallonge de brûleur de 12 +/- 0,125 pouces (305 +/- 3 mm) à l'extrémité du tube d'aspiration. Ce cône doit comporter une ouverture haute de 6 +/- 0,125 pouces (152 +/- 3 mm) et large de 11 +/- 0,125 pouces (280 +/- 3 mm) (voir figure 3).

(vi) Carburant. Utiliser du carburant JP-8 ou Jet A, ou leurs équivalents internationaux, à un débit de 6,0 +/- 0,2 gallons/heure (0,378 +/- 0,0126 l/min). Lorsque ces carburants ne sont pas disponibles, le carburant ASTM K2 (kérosène qualité numéro 2) ou le carburant ASTM D2 (mazout qualité numéro 2 ou carburant diesel numéro 2) sont acceptables si le débit de carburant nominal et les mesures de température et de flux thermique respectent les exigences stipulées à l'alinéa VII(e) du présent appendice.

(vii) Régulateur de pression d'alimentation. Fournir un régulateur de pression d'alimentation réglé pour donner un débit nominal de 6,0 gallons/heure (0,378 l/min). Une pression d'alimentation de fonctionnement de 100 lb/po2 (0,71 MPa) pour une buse donnant une flamme-éventail de 80 degrés d'arc ayant un débit nominal de 6,0 gallons/heure (comme le type PL) donne 6,0 +/- 0,2 gallons/heure (0,378 +/- 0,0126 l/min).

  • Figure 3 - Diagramme du cône de rallonge du tube d'aspiration du brûleur

(3) Équipement et dispositif d'étalonnage.

(i) Construire des dispositifs d'étalonnage individuels de manière à intégrer un calorimètre et une rampe de thermocouples, afin de mesurer le flux thermique et la température. Placer les dispositifs d'étalonnage de façon à permettre le déplacement du brûleur de la position du dispositif d'essais à la position de mesure du flux thermique ou de la température le plus facilement possible.

(ii) Calorimètre. Le calorimètre à utiliser pour les essais doit être du type Gardon Gage à feuillard métallique, à flux thermique total ayant un intervalle de mesure approprié de 0 à 20 BTU/pi2 - seconde (0 à 22,7 W/cm2) avec une précision de lecture indiquée de +/- 3 %. La méthode d'étalonnage du flux thermique doit être conforme à l'alinéa VI(b)(7) du présent appendice.

(iii) Montage du calorimètre. Monter le calorimètre dans une plaquette isolante de 6 sur 12 +/- 0,125 pouces (152 sur 305 +/- 3 mm) épaisse de 0,75 +/- 0,125 pouce (19 mm +/- 3 mm) fixée à un dispositif d’étalonnage devant être fixé au banc d’essais pendant l’étalonnage (voir la figure 4). On doit vérifier l’état de la plaquette isolante et la remplacer au besoin. Le montage doit être ajusté au besoin pour s’assurer que la face du calorimètre soit parallèle au plan d’ouverture du cône du brûleur d’essais.

  • Figure 4 - Position du calorimètre par rapport au cône du brûleur

  • Figure 5 - Position de la rampe de thermocouples par rapport au cône du brûleur

(iv) Thermocouples. Fournir sept thermocouples mis à la masse du type K (Chromel-Alumel), de 1/8 pouce (3,2 mm), à gaine métallique sur garniture en céramique, avec conducteur de calibre nominal de 24 American Wire Gauge (AWG). Les thermocouples doivent être fixés à une console à équerre en acier de manière à former une rampe de thermocouples qui sera placée sur le dispositif d’étalonnage pendant l’étalonnage du brûleur (figure 5).

(v) Anémomètre. Utiliser un anémomètre de type à ailettes pour mesurer la vitesse de l’air qui alimente le brûleur. Un HH30A d'Omega Engineering convient. Utiliser un adaptateur approprié afin de fixer l’instrument de mesure à l’entrée d’air du brûleur pour éviter que l’air parvienne au brûleur autrement qu’au travers de l’instrument, ce qui aurait pour effet de fausser les lectures. Utiliser un conduit flexible de 4 pouces (102 mm) de largeur sur 20 pieds (6,1 mètres) de longueur pour fournir de l'air frais à l'entrée du brûleur, afin d'empêcher tout dommage par ingestion de suie qui pourrait être causé à l'anémomètre. Une boîte à vent facultative montée en permanence à l'entrée du brûleur peut abriter efficacement l'anémomètre et fournir un orifice de montage pour le conduit d'entrée flexible.

(4) Cadre de montage de spécimen. Construire le cadre de montage de spécimen au moyen d'acier de 1/8 pouce (3,2 mm) d'épaisseur, comme à la figure 1, à l’exception du cadre vertical central dont l’épaisseur est de ¼ pouce (6,4 mm) afin de minimiser le gauchissement. Les lisses (horizontales) de cadre de montage de spécimen doivent être boulonnées aux cadres verticaux afin que la dilatation des lisses n’entraîne pas le gauchissement de toute la structure. Le cadre de montage doit être utilisé pour le montage des deux spécimens de matelas d’isolation, comme à la figure 2.

(5) Calorimètres de la face arrière. Monter deux calorimètres du type Gardon à flux thermique total derrière les spécimens de matériau d’isolation du côté arrière (froid) du cadre de montage de spécimen, comme à la figure 6. Placer les calorimètres dans le même plan que l’axe du cône du brûleur, à une distance de 4 pouces (102 mm) de l'axe vertical du cadre d'essais.

  • Figure 6 - Position des calorimètres de la face arrière par rapport au cadre de montage de spécimen

(i) Les calorimètres doivent être des dispositifs du type Gardon Gage à flux thermique total ayant un intervalle de mesure approprié de 0 à 5 BTU/pi2 - seconde (0 à 5,7 W/cm2), avec une précision de +/- 3 % de la valeur indiquée. La méthode d'étalonnage du flux thermique doit être conforme à l'alinéa VI(b)(7) du présent appendice.

(6) Instruments. Fournir un potentiomètre enregistreur ou un autre instrument étalonné convenable, possédant un intervalle de mesure approprié pour mesurer et enregistrer les données de sortie du calorimètre et des thermocouples.

(7) Chronomètre. Fournir un chronomètre ou autre dispositif semblable, ayant une précision de +/- 1 %, pour mesurer le temps d’application de la flamme du brûleur et le temps de pénétration de la flamme.

(8) Chambre d’essais. Effectuer les essais dans une chambre appropriée afin de réduire ou d’éliminer les risques de fluctuation des essais à cause des déplacements d’air. La surface de plancher de la chambre d’essais doit être d'au moins 10 pieds sur 10 pieds (305 sur 305 cm).

(i) Hotte d'aspiration. La chambre d’essais doit être munie d’un système d’évacuation capable d’éliminer les produits de la combustion dégagés pendant les essais.

c) Spécimens d'essais.

(1) Préparation des spécimens. Préparer en vue des essais au moins trois ensembles de spécimens de même construction et configuration.

(2) Le spécimen d’essais matelas d’isolation.

(i) Pour les matériaux de type matelassé comme la fibre de verre, les ensembles spécimens de matelas finis doivent mesurer 32 pouces de largeur sur 36 pouces de longueur (81,3 sur 91,4 cm), sans compter les bordures de pellicule thermoscellées.

(ii) Dans le cas de matériaux isolants rigides et d'autres types de matériaux isolants hors normes, les spécimens d'essais finis doivent s'ajuster au banc d'essais de façon à reproduire l'installation tel qu’utilisé en service.

(3) Fabrication. Fabriquer chacun des spécimens étudiés en utilisant les principaux constituants (p. ex., isolant, matériau coupe-feu si utilisé et pellicule pare-humidité) et les procédés de fabrication (notamment les coutures et fermetures représentatives).

(i) Matériau coupe-feu. Si le matelas isolant est fabriqué d'un matériau coupe-feu, placer ce dernier de façon représentative de l'installation. Par exemple, si le matériau doit être placé sur la paroi extérieure du matériau isolant, à l'intérieur de la pellicule pare-humidité, le placer de la même façon pour le spécimen d'essais.

(ii) Matériau d'isolation. Les ensembles spécimens de matelas d’isolation qui comprennent plus d’un type de matériaux (composition, densité, etc.) doivent être construits de manière à correspondre à la combinaison de matériaux d’isolation utilisée. Par contre, si plusieurs types de matelas utilisent des combinaisons de matériaux d’isolation similaires, il n’est pas nécessaire de vérifier chacune des combinaisons s’il est possible de regrouper diverses combinaisons.

(iii) Pellicule pare-humidité. Si un matelas d’isolation est fabriqué à l’aide de plus d’un type de pellicules pare-humidité, des essais distincts doivent être menés pour chaque combinaison. Par exemple, si une pellicule de polyimide est utilisée de concert avec un matériau d’isolation afin d’améliorer sa résistance à la pénétration d’une flamme, le même matériau d’isolation doit également être testé avec une pellicule de fluorure de polyvinyl.

(iv) Montage du spécimen sur le cadre d’essais. Fixer les spécimens de matelas d’isolation au cadre d’essais à l’aide de 12 pinces à ressort en acier, comme à la figure 7. Les pinces doivent retenir le matelas en place sur les deux cadres verticaux extérieurs, de même que sur le cadre vertical central (4 pinces par cadre). La surface des pinces doit mesurer 1 pouce sur 2 pouces (25 sur 51 mm). Placer respectivement les pinces supérieure et inférieure à 6 pouces (15,2 cm) des parties supérieure et inférieure du cadre d’essais. Placer les  pinces médianes à 8 pouces (20,3 cm) des pinces supérieure et inférieure.

  • Figure 7 - Montage du spécimen sur le cadre d'essais

Nota : Lorsque les matelas d’isolation ne peuvent être montés conformément à la figure 7 ci-dessus, ils doivent être montés d'une façon approuvée par Transports Canada, Aviation civile.

(v) Conditionnement. Les spécimens doivent être conditionnés à 70º +/- 5º F (21º +/- 2º C) et à 55 % +/- 10 % d'humidité relative pendant au moins 24 heures avant les essais.

d) Préparation de l'appareillage.

(1) Mettre de niveau et centrer le cadre afin d’aligner le calorimètre et (ou) la rampe de thermocouples avec le cône du brûleur.

(2) Mettre en marche la hotte d’aspiration de la chambre d’essais. Ne pas mettre en marche le ventilateur du brûleur. Mesurer le débit d’air de la chambre d’essais à l’aide d’un anémomètre à ailettes ou d’un instrument de mesure équivalent. La vitesse verticale de l’air juste derrière la partie supérieure du spécimen de matelas d’isolation doit être de 100 +/- 50 pi/min (0,51 +/- 0,25 m/s). La vitesse horizontale de l’air à ce point doit être inférieure à 50 pi/min (0,25 m/s).

(3) Si aucun débitmètre étalonné n’est disponible, mesurer le débit du carburant à l’aide d’un cylindre gradué de dimensions appropriées. Mettre en marche la pompe carburant du moteur du brûleur après s’être assuré que le circuit d’allumage est coupé. Recueillir le carburant à l’aide d’un tube en plastique ou en caoutchouc à l’intérieur du cylindre gradué pendant 2 minutes. Déterminer le débit en gallons à l’heure. Le débit du carburant doit être de 6,0 +/- 0,2 gallons par heure (0,378 +/- 0,0126 l/min).

e) Étalonnage.

(1) Placer le brûleur devant le calorimètre de façon à ce qu'il soit centré et à ce que le plan vertical de l'ouverture du cône du brûleur se trouve à 4 +/- 0,125 pouces (102 +/- 3 mm) de la face du calorimètre. S'assurer que l'axe horizontal du cône du brûleur est décalé de 1 pouce sous l'axe horizontal du calorimètre (figure 8). Sans modifier la position du calorimètre, faire pivoter le brûleur devant la rampe de thermocouples de façon à ce que le thermocouple du milieu (numéro 4 de 7) soit centré sur le cône du brûleur. S'assurer que l'axe horizontal du cône du brûleur est également décalé de 1 pouce sous l'axe horizontal des embouts des thermocouples. Revérifier les valeurs mesurées en faisant pivoter le brûleur à chaque position, afin d'aligner adéquatement le cône, le calorimètre et la rampe de thermocouples.

Nota : le système de montage du brûleur d'essais doit comporter des « crans » assurant le centrage approprié du cône du brûleur par rapport au calorimètre et aux rampes de thermocouples, pour qu'il soit facile de placer rapidement le brûleur pendant la procédure d'étalonnage.

  • Figure 8 - Renseignements sur le brûkeur et la configuration d'étalonnage

(2) Positionner l’anémomètre dans l’adaptateur ou la boîte à vent en s'assurant qu’aucun espace libre ne pourrait permettre à l’air de s’infiltrer autour de l’anémomètre. Mettre en marche le ventilateur/moteur en s’assurant que l’électrorobinet du carburant et les allumeurs sont fermés. Régler la vitesse d’entrée d’air à un niveau de 2 150 pi/min (10,92 m/s), puis couper le ventilateur/moteur.

Nota : l'anémomètre HH30 d'Omega mesure 2,625 pouces de diamètre. Pour calculer le débit d'air à l'entrée, multiplier la section transversale (0,03758 pi2) par la vitesse de l'air (2 150 pi/min), ce qui donne 80,80 pi3/min. On peut utiliser un autre anémomètre que le HH30, pourvu que le débit d'air calculé de 80,80 pi3/min (2,29 m3/min) soit le même.)

(3) Faire pivoter le brûleur de la position d'essais à la position de réchauffage. Avant d'allumer le brûleur, s'assurer que la face du calorimètre ne comporte aucun dépôt de suie et qu'il y a de l'eau qui circule dans le calorimètre. Examiner le brûleur et le nettoyer de toute trace d'accumulation de produits de combustion, de suie, etc. L'accumulation de suie à l'intérieur du cône du brûleur peut altérer les caractéristiques de la flamme et provoquer des problèmes d'étalonnage. Étant donné que le cône du brûleur peut se déformer au fil du temps, les dimensions doivent être vérifiées périodiquement.

(4) Tout en laissant le brûleur à la position de réchauffage, mettre en marche le ventilateur/moteur et les allumeurs, régler le débit de carburant et allumer le brûleur. Le laisser réchauffer pendant 2 minutes. Placer le brûleur à la position d'étalonnage et allouer 1 minute pour la stabilisation du calorimètre, puis enregistrer le flux thermique une fois par seconde pendant 30 secondes. Éteindre le brûleur, le faire pivoter hors de sa position et le laisser refroidir. Calculer le flux thermique moyen pendant cette période de 30 secondes. Le flux thermique moyen devrait être de 16,0 +/- 0,8 BTU/pi2 - seconde (18,2 +/- 0,9 W/cm2).

(5) Placer le brûleur devant la rampe de thermocouples. Après avoir vérifié si l'alignement est adéquat, faire pivoter le brûleur à la position de réchauffage, mettre en marche le ventilateur/moteur et les allumeurs, régler le débit de carburant et allumer le brûleur. Le laisser réchauffer pendant 2 minutes. Placer le brûleur à la position d'étalonnage et allouer 1 minute pour la stabilisation du thermocouple, puis enregistrer la température de chacun des 7 thermocouples une fois par seconde pendant 30 secondes. Éteindre le brûleur, le faire pivoter hors de sa position et le laisser refroidir. Calculer et enregistrer la température moyenne de chaque thermocouple pendant cette période de 30 secondes. La température moyenne de chacun des 7 thermocouples devrait être de 1 900 +/- 100º F (1 038 +/- 56º C).

(6) Si le flux thermique ou les températures sortent des limites prescrites, régler la vitesse de l'air à l'entrée du brûleur et répéter les procédures des paragraphes (4) et (5) ci-dessus de façon à obtenir les valeurs appropriées. S'assurer que la vitesse de l'air à l'entrée est de 2 150 +/- 50 pi/min (10,92 +/- 0,25 m/s).

(7) Procéder à l'étalonnage avant chaque essai jusqu'à ce que l'appareil utilisé prouve sa constance. Après confirmation de la constance de l'appareil utilisé, plusieurs essais peuvent être effectués et l'étalonnage peut se faire avant et après une série d'essais.

f) Procédure d'essais.

(1) Fixer les deux spécimens du matelas d'isolation au cadre d'essais. Les matelas d'isolation doivent être fixés au cadre vertical central du banc d'essais au moyen de quatre pinces à ressort disposées comme à la figure 7 (selon les critères mentionnés au sous-alinéa (c)(3)(iv) de la présente partie du présent appendice).
(modifié 2012/03/27; version précédente)

(2) S'assurer que le plan vertical du cône du brûleur se trouve à une distance de 4 +/- 0,125 pouces (102 +/- 3 mm) de la surface extérieure des lisses horizontales du cadre des spécimens d'essais, et que le brûleur et le cadre d'essais se trouvent tous deux à un angle de 30º par rapport à la verticale.

(3) Lorsque l'on est prêt à commencer les essais, faire passer le brûleur de la position d'essais à la position de réchauffage, de façon à ce que la flamme ne touche pas prématurément aux spécimens. Allumer le brûleur et le laisser se stabiliser pendant 2 minutes.

(4) Pour commencer les essais, faire pivoter le brûleur en position d'essais et, simultanément, mettre le chronomètre en marche.

(5) Exposer les spécimens d'essais à la flamme du brûleur pendant 4 minutes, puis éteindre le brûleur. Faire immédiatement pivoter le brûleur hors de la position d'essais.

(6) Déterminer (le cas échéant) le moment où il y a pénétration de la flamme, ou le moment où le flux thermique dépasse 2,0 BTU/pi2 - seconde (2,27 W/cm2).

g) Rapport.

(1) Identification et description du spécimen sous essais.

(2) Signaler le nombre de spécimens de matelas d'isolation sous essais.

(3) Signaler (le cas échéant) le moment où il y a pénétration de la flamme ainsi que le flux thermique maximal sur la face arrière du spécimen d'essais du matelas d'isolation et le moment où ce flux thermique est maximal.

h) Exigences.

(1) Aucun des deux spécimens du matelas d'isolation ne doit permettre la pénétration du feu ou de la flamme en moins de 4 minutes.

(2) Aucun des deux spécimens du matelas d'isolation ne doit permettre un flux thermique de plus de 2,0 BTU/pi2 - seconde (2,27 W/cm2) du côté froid des spécimens d'isolation en un point situé à 12 pouces (30,5 cm) de la face du banc d'essais.

Date de modification :