Les experts en transport maritime appuient les nouvelles mesures visant à renforcer le système de sécurité de classe mondiale pour les navires-citernes du canada

« Nous nous réjouissons de l’annonce faite aujourd’hui, puisque le plan du gouvernement fédéral à l’égard d’un système de sécurité de classe mondiale pour les navires-citernes sera appuyé par de solides recherches menées dans une gamme de disciplines. En 2012, le gouvernement fédéral mettait sur pied le Marine Environmental Observation Prediction and Response network, un réseau de centres d’excellence où sont effectuées des recherches visant à assurer un rapport avec l’océan fondé sur les connaissances et la sécurité. Ce réseau est enthousiaste à l’idée de travailler en partenariat avec Transports Canada et d’autres ministères et organismes fédéraux, afin d’aider à coordonner et à soutenir les partenariats entre le gouvernement, l’industrie et le milieu universitaire pour que soit réalisé cet important mandat. »

– Douglas Wallace, directeur scientifique, Marine Environmental Observation Prediction and Response Network et Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la science et la technologie des océans

« Le gouvernement du Canada a clairement fait savoir que les sciences et la technologie seront les piliers essentiels qui permettront au Canada de disposer de moyens innovateurs et sophistiqués afin de veiller à la sécurité de ses océans. Grâce à l’expertise de premier plan à l’échelle mondiale et à la technologie d’observation des océans d’Ocean Networks Canada, le Programme de sécurité de classe mondiale pour les navires-citernes constituera une première mondiale en matière de surveillance environnementale et de prévention et d’intervention en cas de déversements. »

– Kate Moran, présidente, Ocean Networks Canada

« La Western Canada Marine Response Corporation partage la vision de Transports Canada à l’égard du régime d’intervention de classe mondiale en cas de déversements. Nous appuyons la transition vers un régime où la capacité d’intervention est en fonction des risques évalués dans chaque région géographique. C’est avec plaisir que nous collaborerons avec le gouvernement et l’industrie à l’amélioration continue du régime existant. »

– Kevin Gardner, président-directeur général, Western Canada Marine Response Corporation

« Je suis heureux de constater que ces nouvelles mesures cadrent avec les recommandations du Comité d’experts sur la sécurité des navires-citernes. Le gouvernement du Canada a pris nos fonctions au sérieux et a accompli un excellent travail en renforçant le système de sécurité déjà solide pour les navires-citernes tant sur le plan de la prévention, de la préparation et de l’intervention en cas de déversements qu’en matière de responsabilité et d’indemnisation. »

– Capitaine Gordon Houston, président, Comité d’experts sur la sécurité des navires-citernes

« Au cours des dernières décennies, le Canada a assumé un rôle de premier plan, reconnu à l’échelle internationale, en matière de pollution tant sur le plan de la prévention que des interventions. La présente annonce est le résultat d’un énorme travail qui a permis de mettre sur pied un système de classe mondiale qui devrait faire la fierté de tous les intervenants.
« Ce système de classe mondiale revêt une importance particulière pour notre région en raison des quantités importantes de produits pétroliers qui transitent dans le Port de Saint John. Dans l’avenir, de plus en plus de produits pétroliers seront transportés sur nos eaux. Ce système amélioré fournira des directives essentielles à bon nombre d’organisations qui, ensemble, travaillent à faire en sorte que les activités soient menées de façon sécuritaire, efficace et respectueuse de l’environnement. »

– Jim Quinn, président-directeur général, Port de Saint John

« Pour assurer la croissance soutenue de nos ports, il est essentiel que nous appliquions les normes les plus élevées qui soient pour la sécurité des navires-citernes. Depuis plus de 50 ans, le bilan lié à la circulation des navires-citernes de Port Metro Vancouver est exempt d’incidents, et nous nous réjouissons de l’engagement qu’a pris le gouvernement de veiller à la protection continue de l’environnement. »

– Robin Silvester, président-directeur général, Port Metro Vancouver

« L’administrateur constate que le Canada dispose déjà de l’un des meilleurs, sinon du meilleur régime de responsabilité et d’indemnisation en cas de déversements d’hydrocarbures provenant de navires-citernes. Ce régime fait appel à la fois à la caisse d’indemnisation du Canada et aux Fonds internationaux d’indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures. Les nouvelles conditions, selon lesquelles il est envisagé d’abolir la limite fixée par incident dans le cadre de la caisse d’indemnisation canadienne, devraient contribuer à améliorer ce régime. »

– Alfred Popp, administrateur, Caisse d’indemnisation des dommages dus à la pollution
par les hydrocarbures causée par les navires

« Nous saluons le travail accompli à ce jour par le Comité d’experts sur la sécurité des navires-citernes dans le cadre du rapport sur le régime canadien de préparation et d’intervention en cas de déversements d’hydrocarbures par des navires. Bien qu’il y soit indiqué que les mécanismes actuellement en place se sont révélés efficaces et qu’aucun déversement majeur n’a eu lieu pendant la période visée, nous souscrivons aux recommandations du Comité. Selon celles-ci, l’évaluation régionale des risques et les capacités d’intervention devraient être examinées régulièrement et les résultats rendus publics. De plus, les conséquences financières, à la suite d’interventions à un déversement d’hydrocarbures dans les eaux canadiennes, ne devraient pas être assumées par les contribuables canadiens. Nous attendons avec intérêt les conclusions de la phase 2 de l’examen qui sera axé sur les exigences relatives à la préparation et à l’intervention en cas de déversements provenant de navires dans l’Arctique, ainsi que sur les critères nécessaires à la mise en place d’un système sur les substances nocives et potentiellement dangereuses. »

– Sylvie Vachon, présidente-directrice générale, Administration portuaire de Montréal

« L’Administration de pilotage du Pacifique appuie les initiatives gouvernementales visant à fournir un système de sécurité de classe mondiale pour les navires-citernes. Sur la côte Ouest, la sécurité des navires-citernes constitue déjà une grande priorité pour les pilotes et l’industrie maritime. Ces initiatives permettront de resserrer les normes actuelles élevées en matière de sécurité.
L’Administration de pilotage du Pacifique travaille en partenariat avec l’industrie maritime, les pilotes et le gouvernement fédéral depuis de nombreuses années, pour que le transport des liquides en vrac le long de la côte Ouest canadienne soit sécuritaire. Les initiatives liées au système de sécurité de classe mondiale pour les navires-citernes contribueront à rendre encore plus sécuritaire le transport de liquides en vrac le long de la côte Ouest du Canada. »

– Kevin Obermeyer, directeur général, Administration de pilotage du Pacifique Canada

« L’équipe d’intervention d’urgence de l’Atlantique (ALERT) a une riche expérience de travail en étroite collaboration avec la Garde côtière, Transports Canada et des partenaires de l’industrie dans l’élaboration d’un modèle d’intervention d’urgence de calibre inégalé. Bon nombre des recommandations annoncées sont déjà appliquées au port de Saint John, lequel est reconnu de façon générale comme un port de classe mondiale ayant un bilan de sécurité des navires-citernes sans pareil. En tant qu’organisme voué à la protection des eaux au large de la côte Est du Canada, nous continuons d’appuyer tous les efforts pour améliorer les normes de transport qui assurent le transport sécuritaire des produits sur l’eau. »

– Capitaine Donovan W. Case, directeur général, Équipe d’intervention d’urgence de l’Atlantique

« La Société d’intervention maritime, Est du Canada (SIMEC) sera heureuse de collaborer avec Transports Canada au rehaussement du régime actuellement en place en vue d’améliorer la capacité de préparation et d’intervention du Canada. Selon nous, ces premières étapes aideront à atteindre l’objectif que s’est fixé le Canada de disposer d’un régime d’intervention de classe mondiale en cas de déversements d’hydrocarbures. »

– James B. Carson, président et directeur général, SIMEC

Produits connexes

Date de modification :