Au commencement : Transports Canada 1936 - 1946

30 juillet 1937: le ministre des Transports C.D. Howe s’embarque pour le premier vol transcanadien (de l’aube au crépuscule). Le Lockheed 12 CF-CCT du Ministère s’envolait alors de Montréal à Vancouver.

« De nombreux services ont été touchés par les changements découlant de la réorganisation. Certaines directions ont dû déménager, leur routine a été complètement bouleversée et leurs fonctions se sont accrues. »

Cette situation vous paraît familière? Ces quelques mots ont pourtant été écrits il y a près de 75 ans pour décrire les difficultés éprouvées par la direction et les employés du nouveau ministère des Transports durant sa première année d’existence. Il semblerait que les changements apportés à la taille, à la structure et au mandat des organismes gouvernementaux constituaient déjà un défi de taille.

Avec l’invincible C.D. Howe comme ministre, le travail a été mené à bien et, en 1936, le ministère de la Marine, le ministère des Chemins de fer et Canaux ainsi que la Direction de l’aviation civile du ministère de la Défense nationale ont été regroupés en une même entité fédérale pour former le ministère des Transports.

Effort de guerre (par mode)

En août 1937, le ministère des Transports comptait 6 543 employés dont le salaire moyen était d’environ 85 $ par mois. En moins de deux ans, le Ministère allait devoir faire une énorme contribution à l’effort de guerre du Canada.

Le déclenchement des hostilités en septembre 1939 a eu des conséquences immédiates sur les activités de la Division de l’aviation civile du Ministère, qui a été chargée de construire des aéroports et des écoles de formation pour le Programme d’entraînement aérien du Commonwealth. En 1941, la division avait construit 75 centres de formation et, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, 149 nouveaux aéroports avaient été construits et 73 des installations existantes avaient été agrandies.

La Division de la météorologie du Ministère a eu à répondre, elle aussi, aux importantes demandes qui lui ont été faites durant la guerre. En plus de fournir des prévisions météorologiques pour l’aviation civile, les forces aériennes et navales, et l’agriculture, qui étaient indispensables pour l’effort de guerre, la division a aussi formé des centaines d’instructeurs en météorologie pour les écoles du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth.

Une autre tâche herculéenne confiée au ministère des Transports durant la guerre a été menée à bien par la Direction de la marine marchande, établie au début de la guerre pour recruter, former et loger les officiers et les équipages de la flotte de la marine marchande du Canada en période de guerre. Des milliers de recrues sont passées dans ses centres de dotation et ses écoles de formation.  En 1945, 200 navires marchands immatriculés au Canada étaient entièrement pourvus en personnel avec plus de 18 000 employés recrutés et formés par la direction. Le directeur a pu déclarer que tout au long de la guerre, « aucun navire n’a jamais manqué un convoi ou n’est jamais parti en retard parce qu’il manquait de membres d’équipage ou de remplaçants ».

En raison de l’essor considérable du transport ferroviaire des marchandises durant la guerre, un contrôleur des transports a été nommé au Ministère pour coordonner ce secteur vital du réseau de transport. Les chemins de fer ont transporté plus de 90 % des marchandises pendant la guerre et ainsi presque triplé leur volume d’avant-guerre. En 1941, il a fallu prendre des arrangements pour acheter des locomotives et des wagons dont la valeur s’élevait à 22 millions $. La Compagnie des chemins de fer nationaux avait besoin de cet équipement de toute urgence pour continuer d’acheminer le matériel de guerre et les troupes aux ports côtiers.

La Division de la radio du ministère des Transports a également beaucoup participé à l’effort de guerre en développant et en installant les aides radio à la navigation qui étaient nécessaires tant pour le transport aérien que maritime. Elle était en outre responsable du fameux Atlantic Ferry Command qui a fourni à l’Europe des avions dont elle avait grand besoin.

Activités journalières

Le Dépôt fédéral des phares du Ministère, situé à Prescott (Ontario), qui avait été établi au tournant du siècle pour produire et entretenir des aides à la navigation maritime, a joué un rôle moins visible durant la guerre. Le Dépôt a été mis à contribution au tout début de la guerre pour fabriquer du matériel de guerre, comme des grenades sous-marines, des douilles et des cibles de tir.  En 1945, il avait été transformé en une immense installation industrielle comptant plus de 700 employés.

En plus des réalisations des secteurs opérationnels du Ministère pendant la guerre, il importe de signaler la grande contribution des unités administratives. Malgré une dotation en personnel minimale et des locaux plutôt médiocres, ces unités ont réussi à répondre aux demandes exceptionnelles qui leur étaient faites.

À la fin du conflit, le Ministère s’est vite adapté au nouveau climat de paix. Il s’est concentré sur la modernisation des installations et de l’équipement et sur l’aménagement d’un réseau de transport national moderne en utilisant les infrastructures grandement améliorées des secteurs aérien, ferroviaire et maritime héritées de la guerre.

 
Date de modification :