Recherches et essais sur les sièges d'auto pour bébé orientés vers l'arrière

Introduction

Transports Canada mène des recherches et des essais sur les sièges d'auto pour bébé orientés vers l'arrière. Nous utilisons les résultats de ces études pour suggérer des changements aux règlements de sécurité. Puisque les recherches et les essais sont toujours en cours, nous actualiserons la présente page Web chaque fois que nous obtiendrons de nouveaux résultats.

Que pouvez-vous faire?

  1. Suivez toujours les indications fournies dans le manuel du fabricant sur l'installation du siège pour bébé à bord de votre véhicule et la manière de placer votre bébé dans son siège. Si votre véhicule est doté des DUA inférieurs, servez-vous-en.
  2. Ajustez le harnais pour qu'il retienne bien votre bébé chaque fois que vous le placez dans son siège afin de vous assurer qu'il y demeurera même lors d'une collision.

Comment les recherches influencent-elles les règlements

La loi exige que les entreprises qui fabriquent des sièges pour enfant les mettent à l'épreuve en utilisant les méthodes habituelles servant à les fixer à bord d'un véhicule. Les sièges doivent réussir les essais simulant des changements soudains de vitesse à 48 km/h, au moyen d'un dispositif appelé chariot d'accélération. Seuls les sièges qui respectent les normes juridiques de sécurité peuvent être vendus au Canada.

Transports Canada a récemment effectué plus de 50 essais de collision avec des véhicules dans le cadre de ses programmes de recherche. Puisqu'aucune loi au monde n'exige ce type d'essais, pourquoi Transports Canada les effectue-t-il? Parce que les modèles de sièges automobiles et de sièges d'auto pour enfant changent constamment et que nous sommes toujours à la recherche de nouvelles sphères de risques afin de déterminer si les règlements actuels doivent être actualisés en vue de renforcer toujours davantage la sécurité des enfants.

Nous utilisons de nombreux modèles de véhicules pourvus de différents modèles de sièges arrière, différents sièges pour bébé et diverses façons de les installer. En ayant recours à des mannequins dont la taille et le poids sont semblables à ceux d'un enfant de 12 mois, nous soumettons les véhicules à des collisions à des vitesses variées en fonction du type d'accident. Nous modifions également la position des sièges avant du véhicule, ainsi que la taille et le poids des mannequins représentant des adultes occupant le véhicule. Parfois, nous pouvons même installer des sièges pour enfant et pour bébé côte-à-côte, puisque cela arrive souvent dans la réalité.

Types d'essais de collision réalisés

Des sièges pour bébé ont été installés sur les sièges arrière de véhicules soumis à quatre types de collisions frontales différentes :

  1. Collision frontale contre une barrière rigide ou un mur à une vitesse de 40, de 48 ou de 56 km/h
    Collision frontale contre une barrière rigide à une vitesse de 40, de 48 ou de 56 km/h.
    Les collisions frontales contre une barrière rigide à une vitesse de 48 et de 56 km/h sont considérées comme des collisions graves à l'échelle internationale.
  2. Collision frontale contre une barrière déformable décentrée à une vitesse de 40 km/h
    Collision frontale contre une barrière déformable décentrée à une vitesse de 40 km/h.
  3. Collision frontale contre le côté d'un véhicule immobilisé à une vitesse de 50 km/h
    Collision frontale contre le côté d'un véhicule immobile à une vitesse de 50 km/h.
  4. Collision frontale contre l'arrière d'un véhicule immobilisé à une vitesse de 50 km/h
    Collision frontale contre l'arrière d'un véhicule immobile à une vitesse de 50 km/h.

L'établissement de normes plus rigoureuses pour les véhicules et les sièges pour enfant et le renforcement des mesures d'exécution policière ont permis de réduire le nombre d'enfants tués ou blessés dans des accidents de voiture, même si le nombre de véhicules sur la route est plus élevé qu'avant. Transports Canada continuera de s'employer à assurer le plus possible la sécurité des enfants.

Mesures

Des instruments placés dans des véhicules d'essai ont permis de déterminer la rapidité avec laquelle ces derniers diminuent de vitesse lors d'une collision. Des instruments placés sur un mannequin représentant un enfant ont servi à déterminer la rapidité avec laquelle le mannequin s'immobilise et si la tête ou la poitrine de celui-ci s'est heurtée violemment contre une surface dure pendant la collision. Tous les résultats ont été étudiés en suivant les méthodes établies par la Society of Automotive Engineers (Société des ingénieurs en mécanique automobile; SAE J-211).

Les portes arrière des véhicules ont été enlevées et remplacées par des poutres afin que des caméras à grande vitesse obtiennent une vue complète du siège pour bébé durant les essais de collision. Vous pouvez visionner les vidéoclips à la page suivante : http://www.tc.gc.ca/fra/securiteautomobile/conducteurssecuritaires/securitedesenfants/programmes/essai/index.htm

Méthode d'installation des sièges pour bébé

À une exception près, les sièges ont été installés en suivant les indications fournies dans le manuel du fabricant. La plupart des essais ont été effectués sur les sièges d'auto pour bébé et leur base à l'exception de trois essais où les bases ont été omises.

Les bases ont été fixées à l'aide de la ceinture abdominale et diagonale (également connue sous le nom de ceinture à trois points) des véhicules ou à l'aide d'ancrages inférieurs, également appelés dispositifs universels d'ancrage (DUA). Toutes les bases des sièges d'auto pour enfant ont été fixées solidement aux sièges des véhicules afin de réduire le nombre de déplacements latéraux. Tous les véhicules utilisés étaient de modèle récent et équipés de ceintures à trois points sur tous les sièges. Aucun des essais effectués ne portait sur les ceintures de siège à deux points (ceintures abdominales seulement) fixées à certains sièges dans les véhicules de modèles plus anciens.

Dans certains essais, le siège du conducteur et celui du passager avant ont été avancés au maximum pour créer un vide entre le dossier des sièges avant et le siège pour bébé, comme le montre la photo ci-dessous :

Siège pour bébé avec espace derrière les sièges avant.

Dans d'autres essais, les sièges du conducteur et du passager avant ont été placés à mi-chemin entre la position la plus avancée et la plus éloignée ou ont été reculés au maximum de manière à réduire autant que possible l'espace entre les sièges pour bébé et le dossier des sièges avant, comme l'indique la photo ci-dessous :

Figure 6 : Siège pour bébé touchant les sièges avant.

Dans un véhicule, nous avons laissé la poignée des sièges pour bébé en position élevée, étant donné qu'il n'y avait pas suffisamment d'espace pour maintenir celle-ci entre les sièges avant et arrière. Cette pratique est contraire aux indications du fabricant, mais nous savons que certaines personnes peuvent installer leur siège pour bébé de cette façon, parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement.

Degré de sécurité des sièges que nous avons testés

La plupart des sièges ne se sont pas détachés de leur base à 48 km/h. Toutefois, des collisions à vitesse élevée augmentent la possibilité que le siège se détache de sa base, comme nous l'avons appris lors des essais. De façon générale, les sièges pour bébé que nous avons mis à l'essai offraient une excellente protection lors d'essais de collision mineure, ainsi que durant les essais de collision les plus graves, soit à une vitesse de 56 km/h.

Lors d'une collision frontale, les sièges pour bébé pivotent ou basculent vers le dossier des sièges arrière. Les images vidéo peuvent choquer à première vue, mais les sièges ont été conçus pour réagir ainsi. Lorsqu'un siège est correctement installé et qu'un enfant y est retenu de façon sécuritaire au moyen du harnais, il demeure dans l'environnement protecteur que lui procure la coquille de son siège et à l'abri des chocs violents que suscite une collision. Lors de collisions graves, le visage du bébé peut heurter le haut du siège arrière vers lequel il est orienté ou l'appui-tête, mais étant donné que ces parties du siège sont en général molles, le risque de blessure est faible.

Souvenez-vous : Les enfants sont toujours plus en sécurité dans un siège qui est bien installé et conçu pour leur âge, leur taille et leur poids.

Résultats des essais de la méthode utilisée pour fixer le siège d'auto pour bébé

Étant donné qu'il peut être difficile de mesurer l'impact au niveau de la tête uniquement à partir des vidéos, des instruments placés dans la tête du mannequin permettent de déterminer la vitesse et la force avec laquelle la tête d'un enfant heurte une surface (lorsqu'il y a choc de la tête). Ces essais indiquent qu'un choc de la tête dépassant 80 g, donc susceptible de causer des blessures, est survenu dans certains cas.

En tout, 86 sièges d'auto pour bébé ont été mis à l'épreuve :

  • 57 sièges pour bébé fixés à leur base ont été solidement fixés à l'aide des ceintures à trois points des véhicules. Dans dix essais, la tête du mannequin représentant un bébé a heurté le dos du siège arrière. Dans tous les cas, le choc de la tête a dépassé 80 g.
  • 3 sièges pour bébé dont la base avait été retirée ont été fixés solidement à l'aide des ceintures abdominales et diagonales des véhicules. Lors d'un seul essai, le choc de la tête a approché le seuil de 80 g sans toutefois le dépasser.
  • Seulement un des 22 sièges pour bébé fixés à l'aide de dispositifs universels d'ancrage inférieurs (DUA) a entraîné un choc de la tête dépassant 80 g. En l'occurrence il s'agissait d'un contact de la tête contre la poignée et non pas d'un problème au niveau de la méthode fixation.
  • Quant aux quatre sièges transformables pour bébé/enfant fixés à l'aide de dispositifs universels d'ancrage inférieurs (DUA) de façon à être orientés vers l'arrière, dans un cas, la tête du mannequin d'un enfant a heurté la partie située entre l'appui-tête et la coquille du siège.

Par ailleurs, nous avons effectué des essais côte-à-côte afin de comparer les méthodes d'utilisation des dispositifs universels d'ancrage inférieurs (DUA) et des ceintures à trois points pour fixer les sièges à bord d'un même véhicule. Nous avons fixé deux sièges pour bébé identiques avec leur base derrière les sièges du conducteur et du passager avant dans sept véhicules soumis à des essais de collision frontale contre un mur à une vitesse de 48 km/h et dans un véhicule soumis à un essai de collision contre un mur à 56 km/h. Vous pouvez voir les résultats des huit essais jumelés dans le graphique ci-dessous, lesquels indiquent les éléments suivants :

  • Lors de cinq essais, les mannequins d'un bébé installés dans les sièges pour bébé fixés par des ceintures à trois points ont subi un impact au niveau de la tête plus fort que ceux qui étaient installés dans des sièges se trouvant à côté et qui étaient retenus à l'aide de dispositifs universels d'ancrage inférieurs (DUA).
  • Dans un essai, l'impact au niveau de la tête du mannequin d'un bébé retenu par un harnais au moyen de ceinture abdominale et diagonale a été deux fois plus important que pour le mannequin installé dans un siège identique fixé à côté au moyen des dispositifs d'ancrage inférieurs.
  • Dans trois essais (marqués d'un astérisque *), l'impact au niveau de la tête contre le dossier du siège est observé sur les vidéos des essais.
  • Lors d'un essai (marqué des lettres « SS »), le siège Designer22 fixé à bord de la BMW X3 au moyen de la ceinture à trois points s'est détaché de sa base. L'impact au niveau de la tête s'est produit après que le siège se soit détaché. Ce résultat a incité Transports Canada à publier un avis aux consommateurs (affiché sur notre site Web à l'adresse suivante : http://www.tc.gc.ca/fra/securiteautomobile/conducteurssecuritaires/securitedesenfants/avis/2009c02/menu.htm).

UAS = DUA
Seatbelt = Ceinture de sécurité

Figure 7 : Diagramme des accélérations de la tête mesurées lors d'essais de sièges fixés avec un DUA et des ceintures diagonale et abdominale. (UAS = DUA; SEATBELT : CEINTURE DE SÉCURITÉ)

Quelques sièges se sont détachés de leur base

Lors de plusieurs collisions frontales graves, trois modèles de sièges pour bébé se sont détachés de leur base

  1. Combi Center DX et ST

    Les sièges Combi se sont détachés de leur base dans quatre des six essais de collision effectués. Nous nous sommes servis d'un chariot d'accélération pour déterminer pourquoi les sièges Combi Center et Safety 1st/Designer22 se sont détachés.

    Même si les sièges de modèles Combi Center DX et ST se sont détachés de leur base, il n'y a aucune preuve que ces produits étaient défaillants. Nous avons remarqué que dans certaines collisions, la force générée était suffisante pour que le siège se détache de sa base, comme lorsqu'on appuie sur la poignée de déverrouillage. Le 28 février 2008, le fabricant a retiré volontairement le siège du marché afin de résoudre le problème.
  2. Safety 1st, Eddie Bauer, Cosco Designer 22

    Les sièges pour bébé de modèles Safety 1st, Eddie Bauer et Cosco Designer 22 se sont également détachés de leur base dans 5 des 22 essais de collision effectués. D'autres essais avec le chariot d'accélération montrent que les crochets à ressort servant à fixer solidement le siège à une barre collée à la base peuvent s'ouvrir si la force de la collision est assez élevée.

    Vidéo d'un mécanisme de déverrouillage réagissant à la force d'une collision grave.

    Durant les essais avec chariot, nous avons remarqué que les sièges pour bébé fixés aux sièges de véhicule avec des ceintures à trois points peuvent se détacher de leur base. Cependant, les sièges installés à l'aide d'un dispositif universel d'ancrage (DUA) ou d'une ceinture abdominale seulement sont restés fixes. La séparation serait attribuable à la ceinture diagonale qui soulève un côté du siège et semble créer un petit espace entre le crochet et la barre sur un côté. Ainsi, lors d'une collision grave, le crochet avec espace se libère, et le siège bouge suffisamment pour se détacher des deux crochets.

    Vidéo d'un siège se détachant lors d'un essai effectué avec une Ford Escape hybride roulant à 48 km/h.
    Le 5 août 2009, Transports Canada a émis un avis aux consommateurs leur recommandant de ne pas utiliser la base, mais de fixer le siège Designer 22 directement au véhicule à l'aide de la ceinture à trois points.
  3. Dorel Maxi-Cosi

    Pendant l'un des huit essais, le siège pour bébé Dorel Maxi-Cosi s'est détaché de sa base. Le mécanisme utilisé pour fixer solidement le siège à sa base est différent de celui des modèles Combi Center et Designer 22. Nous effectuons plus d'essais avec chariot afin de déterminer si la séparation est le résultat d'une installation inadéquate du produit ou à un autre problème.

    Vidéo de la séparation d'un siège lors d'un essai de collision d'une Chrysler Aspen à 48 km/h.

La gravité de collision est un facteur

La gravité d'une collision dépendra de la vitesse de collision et du degré d'absorption de l'énergie de la collision par le véhicule. N'oubliez pas que nous avons seulement utilisé certains modèles de véhicule que l'on retrouve communément sur nos routes. Les véhicules qui peuvent ralentir plus graduellement pendant une collision transfèrent mois d'énergie à un siège, ce qui réduit la probabilité qu'un siège ne se détache de sa base.

Autres éléments que nous avons appris

Quelques-uns des sièges de Designer 22 fabriqués avec un moule différent ont donné de différents résultats. Que ces sièges aient été fixés à l'aide de ceintures abdominales et diagonales, de DUA inférieurs ou d'une ceinture abdominale seulement, dans des véhicules ou des chariots, des fissures s'y sont formées du haut jusqu'à base, le long du côté et du point d'attache de la barre à la base.

Vidéo de la formation de fissures sur un siège installé à bord d'une BMW X3 roulant à 48 km/h.

Signification des résultats de l'essai

La plupart des sièges ne se sont pas détachés de leur base à 48 km/h. Seulement deux d'entre eux semblaient vouloir se séparer de leur base de manière répétitive. Toutefois, des collisions à vitesse élevée augmentent la possibilité que ces sièges se détachent de leur base, comme nous l'avons appris lors des essais. Tous les sièges mis à l'épreuve ont été achetés dans des magasins locaux. Ils étaient tous conformes aux normes canadiennes, mais les essais nécessaires n'ont pas indiqué de risque de choc à la tête, de séparation du siège ou de fissures dans la base. Pourquoi? Au Canada et aux États-Unis, les sièges pour enfant sont mis à l'épreuve à l'aide de ce qu'on appelle une banquette (figure 1) fixée sur un chariot qui reproduit les vitesses et les forces d'une collision.

Figure 1 : Banc utilisé pour mener les tests réglementaires.
Figure 1 : Banquette utilisée pour effectuer les essais réglementaires.

Voici les différences entre une banquette utilisée en vue de vérifier la conformité aux normes et les sièges à bord des véhicules :

  • Le coussin de la banquette est plus doux que ceux de la plupart des sièges installés dans les voitures d'aujourd'hui.
  • ll n'y a pas de siège à l'avant de la banquette d'essai. Par conséquent, lorsqu'un siège pour enfant est mis à l'essai, il est impossible d'observer les contacts entre la tête et la poignée du siège, étant donné qu'il n'y a pas de contact possible entre le siège pour enfant et le dossier du siège avant. Sans la présence d'un dossier, il est également impossible de détecter les contacts entre la tête et le dos d'un siège.
  • Il faut plus de temps pour passer d'une vitesse de 48 km/h à zéro pendant un essai réglementaire avec chariot que pendant un essai avec barrière rigide pour bon nombre de vrais véhicules à moteur. Cela signifie que l'énergie de l'essai de collision avec chariot, effectué pour satisfaire aux objectifs de la réglementation sur les sièges pour enfant, est inférieure à celle de nombreux véhicules heurtant une barrière rigide.
  • Certains sièges pour bébé soumis à des essais ont été installés à l'aide d'une ceinture abdominale ou diagonale, souvent parce qu'il s'agit parfois de la seule option disponible. Pourquoi est-ce si important? Bien que ce genre d'essais ne soit pas nécessaire en vertu des règlements, nos essais de recherche démontrent que certains sièges installés à l'aide d'une ceinture abdominale ou diagonale se détachent de leur base.

Sécurité des sièges pour bébé

De façon générale, les sièges pour bébé mis à l'épreuve ont offert une excellente protection même lors d'essais de collision grave. Les essais montrent à quel point les sièges pour bébé peuvent être soumis à des chocs violents. Ils soulignent aussi l'importance d'utiliser un siège pour bébé et de le fixer solidement au siège de son véhicule, de préférence avec des DUA inférieurs. Il est également très important de s'assurer que le harnais du siège est toujours ajusté au corps du bébé de façon à ce que celui-ci demeure bien retenu dans l'environnement protecteur de son siège.

Arguments en faveur de l'évolution réglementaire

Nos essais démontrent que le rendement des sièges pour bébé mis à l'essai avec de vrais véhicules diffère du rendement des sièges mis à l'épreuve en fonction des essais réglementaires avec chariot. Lors d'une vraie collision, un siège pour bébé se déplacera vers le point d'impact. S'il s'agit d'une collision frontale, cela veut dire que le siège se déplacera vers l'avant du véhicule. À mesure que le siège se déplace vers l'avant, il pourrait heurter le dossier du siège avant du conducteur ou du passager.

Les règlements actuels ont vraiment aidé à réduire le risque de décès et de blessures des bébés à bord d'un véhicule, mais il est toujours possible de réduire ce risque davantage. Transports Canada prend très à coeur la sécurité des enfants et cherche continuellement à mieux les protéger en améliorant ses règlements. Voici les occasions déterminées pour améliorer la mise à l'épreuve des sièges pour bébé :

  1. l'augmentation de l'énergie lors des essais avec chariot mentionnés dans le règlement canadien;
  2. l'ajout d'une exigence afin de mettre à l'essai les sièges pour bébé orientés vers l'arrière installés à l'aide d'une ceinture abdominale et diagonale;
  3. l'utilisation d'un siège d'essai normalisé comme la plupart des sièges installés dans les véhicules d'aujourd'hui;
  4. l'ajout d'une barrière physique, à l'avant des sièges normalisés, qui simulerait la présence d'un dossier de siège à l'avant.

Étant donné la nature intégrée du marché nord-américain des dispositifs de retenue pour enfant, les organismes de réglementation canadiens et américains collaborent étroitement. Transports Canada élabore une proposition pour la mise à jour de ses règlements. Des consultations auprès d'organismes américains de réglementation et de fabricants nord américains de dispositifs de retenue pour enfant sont en cours pour s'assurer que la population canadienne aura un accès continu à une vaste gamme de modèles de sièges sécuritaires et abordables. Le 15 août 2009, Transports Canada a publié un avis d'intention de modifier ses règlements sur les sièges pour enfant : http://gazette.gc.ca/rp-pr/p1/2009/2009-08-15/html/notice-avis-fra.html

Transports Canada continuera d'élaborer et d'émettre des avis pour tenir les parents et les tuteurs au courant des enjeux de sécurité liés aux dispositifs de retenue pour enfant, ainsi qu'à la sécurité des enfants en général.

Date de modification :