Mise à jour des sources de données sur les collisions mettant en cause des véhicules automobiles et de gros animaux au Canada

Page suivante

TP 14798 F
juin 2006

Préparé par :
L-P Tardif &Associates Inc.

Préparé pour:
Sécurité des véhicules automobiles, Transports Canada


Table des matières

Liste des tableaux

Resume

Les collisions entre les véhicules automobiles et les gros animaux continuent de poser des défis particuliers en matière de sécurité routière. En effet, le présent rapport confirme que de telles collisions présentent une menace à la sécurité routière et à la faune. Le rapport appuie également les allégations contenues dans le rapport de 2003 intitulé Collisions involving motor vehicles and large animals in Canada, selon lesquelles on sous-estime le nombre de collisions routières avec les animaux. En fait, les données de Transports Canada semblent ne rendre compte que de 50 % de ces collisions.

L'analyse documentaire montre que l'on accorde une attention continue aux collisions routières avec un animal en Amérique du Nord. De nouveaux projets de recherche entrepris par certains organismes très importants d'Amérique du Nord, dont le National Cooperative Highway Research Program (NCHRP) et la Federal Highway Administration des États-Unis, témoignent du niveau d'intérêt que la question suscite dans ce pays. Il ressort également de la documentation que l'on semble reconnaître le problème lié à la sous-estimation. Ce fait est également appuyé par une sensibilisation accrue quant à la nécessité de disposer de données de qualité.

Dans un même ordre d'idées, les nouvelles études confirment qu'il est nécessaire d'adopter de meilleures méthodes pour consigner les collisions routières avec les animaux. On mentionne souvent comme modèle de collecte de données le Wildlife Accident Reporting System (WARS) [système de rapports d'accidents mettant en cause des animaux sauvages], mis au point par le ministère des Transports de la Colombie-Britannique. Selon la documentation, la collecte de données est souvent effectuée par deux et parfois trois organismes dans les états américains et les provinces. Aux États Unis, on se penche présentement sur l'adoption d'une approche ou d'une technologie commune.

La documentation révèle également que l'élaboration et l'essai continus de mesures d'atténuation au moyen de technologies de détection ont connu un certain succès (p. ex. une région en Suisse a signalé une réduction de 83 % du nombre de collisions routières avec des animaux). L'analyse documentaire a également confirmé que malgré les progrès réalisés pour définir des mesures d'atténuation plus universelles, les conditions locales exigent souvent des solutions conçues sur mesure.

L'étude statistique a démontré que pour certaines provinces, il existe des données pour traiter le problème à fond. C'est notamment le cas pour le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique. En effet, les données de ces provinces peuvent aider à pleinement saisir l'ampleur du problème.

Le présent rapport confirme également que plus de 95 % des collisions routières avec un animal ne causent que des dommages matériels dont la valeur s'élève souvent à tout au plus quelques milliers de dollars. Ce faible degré de gravité peut expliquer pourquoi il est parfois difficile de déployer des efforts soutenus pour régler ce problème.

Partout au Canada, on met en oeuvre plusieurs mesures d'atténuation. Nous avons également constaté que la Colombie-Britannique, qui était un chef de file en matière d'élaboration de mesures technologiques, semble avoir choisi de mettre davantage l'accent sur l'éducation et la sensibilisation.

1. Introduction

Les collisions entre les véhicules automobiles et les gros animaux, comme les cerfs, les ours et les orignaux, retiennent de plus en plus l’attention en raison de l’adoption d’initiatives de sensibilisation et de nouvelles technologies d’atténuation. Selon une étude antérieure réalisée par L-P Tardif & Associates inc. pour le compte de Transports Canada, on sous-estime le nombre de collisions routières avec les animaux. Selon le rapport de 2003 intitulé Collisions involving motor vehicles and large animals in Canada [Collisions mettant en cause des véhicules et de gros animaux au Canada], la sous-déclaration peut atteindre 50 % dans les cas de collisions avec blessures et parfois même un pourcentage plus élevé dans les cas de collisions routières avec un animal ne causant que des dommages matériels.

Le présent rapport vise à mettre à jour les données et l’information contenues dans le premier rapport.

2. Énoncé du problème

Le rapport précédent faisait état de certaines différences entre les bases de données provinciales et fédérales qui peuvent être causées par un manque de définitions uniformes. Dans le cadre de ce précédent rapport, on ne pouvait toutefois pas obtenir des données de toutes les provinces et de tous les territoires. Dans le présent rapport, on essaiera de combler cette lacune, tout en mettant à jour les statistiques et les données du rapport précédent.

3. Portée du projet

Essentiellement, ce projet constitue une mise à jour de l’étude de 2003. Tout d’abord, on a réalisé une analyse documentaire des rapports et des documents produits depuis 2003. Par la suite, on a communiqué avec tous les gouvernements provinciaux et territoriaux afin d’obtenir leurs plus récentes statistiques. Enfin, on a examiné ces données, puis on les a comparées avec celles de Transports Canada.
 

Page suivante

Date de modification :