Vidéo de sensibilisation à la sûreté des petits bâtiments et de leurs installations - TP 15206

NARRATEUR :

Transports Canada estime que la meilleure façon d’assurer la sûreté et la sécurité des petits bâtiments et de leurs installations est de sensibiliser les personnes concernées aux mesures de sécurité.

Les petits bâtiments naviguent souvent à proximité d’infrastructures essentielles, comme des barrages hydroélectriques, des centrales électriques, des usines de produits chimiques, des ponts, ainsi que des biens maritimes stratégiques, tels que les navires de commerce, les traversiers ou les navires de croisière, qui peuvent tous être la cible de menaces éventuelles.

NARRATEUR :

L’utilisation de petits bâtiments pour des activités illégales pourrait menacer notre sécurité publique de même que nos échanges, notre commerce et notre économie à l’échelle nationale. C’est pourquoi il est important que vous sachiez quoi faire si vous voyez des activités qui vous semblent suspectes sur les voies navigables canadiennes, ou à proximité de celles-ci. Pour en savoir davantage sur la sensibilisation à la sûreté au Canada, cherchez sur Internet le « Centre intégré d’évaluation du terrorisme ».

NARRATEUR :

En 2008, Transports Canada a aidé l’Organisation maritime internationale, l’OMI, à établir des lignes directrices à conformité facultative pour les petits bâtiments et leurs installations. Ces lignes directrices comprennent des recommandations particulières pour les embarcations de plaisance, les bateaux de pêche, les navires à passagers commerciaux et les navires commerciaux ne transportant pas de passagers. Elles comprennent aussi des recommandations pour les installations qui leur sont associées. Ces lignes directrices vous aideront à planifier en cas d’incidents liés à la sûreté, à offrir des programmes de sensibilisation à la sûreté et à prévenir le vol ou le détournement de petits bâtiments ainsi que l’accès non autorisé à de petits bâtiments.

Sgt Johnny Drolet, de la Sûreté du Québec :

La Sûreté du Québec appuie les activités de sensibilisation à la sûreté et à la sécurité des petits bâtiments de Transports Canada.

Un des pivots de notre programme de services de police locaux est le partenariat avec la population. La sûreté publique est plus grande lorsque la police, la population et les organismes communautaires partagent les responsabilités. C’est pourquoi la Sûreté du Québec vous invite à suivre les lignes directrices à conformité facultative de l’Organisation maritime internationale qui vous proposent de signaler les activités suspectes aux services de police appropriés.

NARRATEUR :

Les lignes directrices à conformité facultative sont distribuées partout au Canada. Ici, à Vancouver, il y a près de 160 kilomètres de côte et des douzaines de ports de plaisance ou marinas — l’Unité maritime de la police de Vancouver est donc occupée toute l’année.

Sgt Norm Webster, de l’Unité maritime de la police de Vancouver:

L’Unité maritime de la police de Vancouver enquête sur toute activité criminelle à proximité du littoral. De plus, elle organise régulièrement des ateliers sur la navigation de plaisance qui expliquent comment protéger votre bateau et son contenu du vol et l’importance pour la population de signaler des activités suspectes.

Le Service de police de Vancouver appuie les activités de sensibilisation à la sûreté et à la sécurité des petits bâtiments de Transports Canada. Il vous invite à signaler les activités suspectes à votre service de police local.

NARRATEUR :

La sûreté de nos installations maritimes est un secteur qui mérite une attention particulière. À Richmond, en Colombie-Britannique, par exemple, l’administration portuaire de Steveston a établi des liens étroits avec les Services d’incendie et de sauvetage de Richmond, avec la Direction générale de l’application de la loi du ministère des Pêches et des Océans et avec la Gendarmerie royale du Canada, ce qui garantit une réponse rapide dans n’importe quelle situation d’urgence.

Bob Baziuk :

Au port de Steveston, il y a plus de 500 bateaux de pêche. Nous offrons des services et nous assurons la sûreté et la sécurité des utilisateurs du port. Nous atteignons nos objectifs en matière de sûreté grâce à des patrouilles à pied 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et grâce à des clôtures et à des barrières, à de l’éclairage et à un système de télévisions en circuit fermé.

Nous nous assurons aussi que les utilisateurs du port de Steveston aient accès aux brochures de Transports Canada sur la sensibilisation à la sûreté des petits bâtiments et de leurs installations.

Nous invitons tous les intervenants des installations pour petits bâtiments à suivre les lignes directrices de l’Organisation maritime internationale visant les administrations des marinas et des ports qui décrivent les meilleures pratiques en matière de sûreté et de sécurité.

NARRATEUR :

Il est aussi important pour les administrations portuaires de communiquer clairement les initiatives de sûreté aux personnes qui utilisent leurs installations. Par exemple, elles doivent indiquer les endroits qui sont soumis à des conditions de sûreté particulières, les zones de navigation réglementées ou tout règlement local applicable aux petits bâtiments.

NARRATEUR :

Les Escadrilles canadiennes de plaisance rassemblent les plaisanciers depuis 70 ans et elles continuent de jouer un rôle essentiel dans la culture de la navigation de plaisance au Canada.

C’est un organisme pancanadien qui regroupe des amateurs de navigation de plaisance et qui compte plus de 37 000 membres actifs. Les instructeurs aident les plaisanciers à améliorer leurs connaissances en matière de sûreté et de sécurité nautiques ainsi que leurs techniques de navigation.

Alain Brière, directeur administratif des Escadrilles canadiennes de plaisance :

Les Escadrilles canadiennes de plaisance appuient les activités de sensibilisation à la sûreté et à la sécurité des petits bâtiments et de leurs installations de Transports Canada. Nous vous invitons à aller sur notre site Web, et à cliquer sur l’onglet « Ressources », pour obtenir des renseignements à ce sujet.

Nous vous invitons également à suivre les lignes directrices à conformité facultative publiées par l’Organisation maritime internationale. 

NARRATEUR :

Que vous exploitiez un petit bateau de pêche, une embarcation de plaisance ou un petit navire à passagers ou ne transportant pas de passagers, il y a plusieurs façons d’améliorer la sûreté de votre bateau.

Premièrement, préparez-vous. Veillez à ce que vos plans d’urgence incluent la façon de réagir à des incidents éventuels liés à la sûreté et à la sécurité.

Deuxièmement, fouillez régulièrement votre bâtiment pour vous assurer qu’aucun article suspect n’a été placé à bord ou n’a été soi-disant oublié. Si vous trouvez quelque chose, veillez à ce que l’équipage et les passagers ne s’en approchent pas et avertissez les services de police locaux.

NARRATEUR :

Finalement, assurez-vous de protéger votre bateau. Dans la mesure du possible, verrouillez les portes extérieures, les écoutilles et les aires d’entreposage et désactivez le moteur si vous quittez votre bateau pour plus de quelques heures. Vous voudrez peut-être aussi installer un système d’alarme pour petite embarcation ou de l’éclairage le long de votre bâtiment pour vous aider à écarter les personnes indésirables de votre bateau.

Sgte Karen Harrington, de la Police provinciale de l’Ontario :

La Police provinciale de l’Ontario, l’OPP, appuie les activités de sensibilisation à la sûreté et à la sécurité des petits bâtiments de Transports Canada.

L’OPP sollicite votre aide par le signalement de toute activité suspecte sur les voies navigables de l’Ontario, ou à proximité de celles-ci. De plus, nous vous invitons à visiter notre site Web à www.opp.ca pour obtenir de l’information sur la façon de communiquer avec l’OPP et trouver des conseils en matière de sécurité maritime. En travaillant ensemble, nous pouvons tous et toutes participer à la sûreté maritime.

NARRATEUR :

Il est important de se rappeler que les gens ne sont pas suspects, ce sont les comportements qui le sont. Voyons ce que l’on estime être des comportements suspects. Ça peut être :

  • des personnes non autorisées qui tentent d’avoir accès aux bâtiments ou aux installations de façon anormale;
  • la taille de l’équipage, ou son habillement, qui n’est pas normal pour la catégorie de bâtiment;
  • des membres de l’équipage qui sont réticents à quitter le bâtiment pendant son entretien;
  • un bâtiment qui est amarré ou qui navigue sans feux dans l’obscurité;
  • de petits bâtiments qui gravitent autour d’un plus grand;
  • des membres de l’équipage qui jettent des objets dans l’eau ou récupèrent des objets de l’eau;
  • une activité de plongée qui est inhabituelle;
  • des propriétaires d’un bâtiment qui sont réticents à s’identifier.

Souvenez-vous de NE PAS aborder ou provoquer quelqu’un qui vous semble agir de façon suspecte. Remarquez simplement les détails de son comportement et communiquez avec votre service de police local ou la GRC de votre province ou de votre territoire.

Julie Gagnon de la Gendarmerie royale du Canada :

Le Canada a la plus longue frontière côtière du monde. Sensibiliser à la sûreté est la meilleure façon de préserver la sécurité des petits bâtiments et de leurs installations. Le Programme de surveillance côtière et aéroportuaire de la GRC est un programme de sensibilisation communautaire qui donne au grand public les outils qui peuvent l’aider à signaler des personnes, des bateaux, des véhicules et des aéronefs pouvant constituer une menace à la sécurité nationale du Canada.

La GRC et les services de police provinciaux et municipaux ont besoin « des yeux et des oreilles » des membres de la collectivité maritime et des personnes qui vivent dans les régions côtières. Vous pouvez faire une différence et aider à maintenir la sécurité dans votre collectivité en signalant toute activité suspecte.

NARRATEUR :

Le Canada est un pays maritime bordé par trois océans et dont le littoral est de 240 000 km. Une voie navigable binationale de 3 700 km au sud constitue une grande partie de sa frontière commune avec les États-Unis. Les deux pays se sont engagés à assurer la sûreté des petits bâtiments et de leurs installations.

Rear Admiral Mike Parks, de la garde côtière des États-Unis (USCG) :

Si vous êtes un exploitant de remorqueurs, un plaisancier, un pêcheur, un exploitant de marinas ou bien que vous vivez, travaillez ou êtes engagés dans des activités autour des voies navigables frontalières que le Canada partage avec les États-Unis, vous devriez vous renseigner sur le programme America’s Waterway Watch. Il s’agit d’un programme à l’échelle des États-Unis semblable au programme bien connu et efficace de la surveillance de quartier par lequel la population est invitée à signaler des activités suspectes aux organismes locaux d’application de la loi.

Merci de nous aider à maintenir la sécurité sur nos voies navigables internationales communes.

NARRATEUR :

Tous les intervenants dans le secteur des petits bâtiments et de leurs installations ont un rôle à jouer pour faire en sorte que les voies navigables canadiennes soient des endroits sûrs pour travailler, vivre et se divertir.

Pour voir les brochures de Transports Canada sur la sensibilisation à la sûreté des petits bâtiments et de leurs installations ou pour voir les lignes directrices à conformité facultative de l’Organisation maritime internationale pour les petits bâtiments et leurs installations, veuillez visiter le site Web de Transports Canada sur la sûreté maritime. Merci de nous aider à maintenir la sécurité sur nos voies navigables.

Date de modification :